Navigation – Plan du site
Professeurs invités

Naissance du classicisme en Chine

The birth of classicism in China
Michael Nylan
p. 11

Notes de l’auteur

Mme Nylan a été invitée par l’Assemblée des professeurs sur la proposition du Pr Anne Cheng, elle a donné le 23 juin 2009 cette conférence.

Texte intégral

Pr Michael Nylan

© P. Imbert, Collège de France

1Yang Xiong (53 av. J.-C. - 18 ap. J.-C.), sujet de cette conférence, a consacré l’essentiel de son début de carrière à décrire en détail le faste des lieux traversés par la Cour lors des chasses impériales et déplacements en province. Dans ses œuvres de la maturité, il a tourné son attention vers un autre espace de la représentation : les classiques à la fois en tant que refuge pour l’imagination dans laquelle il trouvait réconfort, et en tant que fondation pour la réforme (réforme politique aussi bien que redéfinition de soi). C’est Yang Xiong, plus qu’aucune autre figure dans l’histoire du premier millénaire, qui a défini pour les générations suivantes les idéaux associés à l’idée d’« érudition classique », à la culture du livre et de la lecture. Une grande partie de l’œuvre de Yang présente une série de préceptes défendant l’intelligibilité des Classiques et l’éminente utilité des modèles qui en sont tirés. Aux yeux de Yang, ces textes de référence offrent un moyen, ayant passé l’épreuve du temps, d’entrer en relation avec les anciens à travers une immersion qui encourage à adopter une vie de simplicité et de contentement. C’est ainsi qu’on est conduit à renoncer à consacrer son temps à l’acquisition incessante d’une connaissance toujours parcellaire, afin de se lancer dans une entreprise ardue de développement de soi, requise par l’émulation de la véritable grandeur, notamment dans des époques troublées.

2Comme on le sait, Yang était le plus célèbre poète de Cour de son époque, et l’auteur de trois œuvres néoclassiques écrites respectivement en imitation des Entretiens de Confucius, du Livre des mutations et du manuel didactique Cang Jie pian. Un aspect de l’œuvre de Yang qui est souvent minimisé ou mal interprété est sa participation, pendant des décennies, à un mouvement haogu (« amour de l’Antiquité »), associé à Liu Xiang et Liu Xin, deux archivistes et membres d’une branche féminine de la lignée impériale. La plupart des historiens de l’époque Han fondent leurs recherches sur l’existence d’une tradition classique bien définie, cautionnée par l’État, et formulée de manière définitive vers 136 av. J.-C., un siècle avant Yang. Or le présent exposé soutient que la représentation que nous nous faisons de la politique et de la société Han est peut-être faussée par le fait que nous les considérons sans y réfléchir à travers le prisme du haogu des Han orientaux. Les réformateurs haogu défendaient l’idée d’un gouvernement minimaliste, déclarant que la direction fortement centralisée et centralisatrice du début de la période des Han occidentaux avait considérablement relâché les liens entre le trône des Han et ses sujets, éloignant les populations locales et mettant en question sa légitimité. Les guerres d’expansion et la constante prolifération des cultes impériaux s’étaient révélées ruineuses, et des impôts et des corvées supplémentaires avaient été imposés aux plus pauvres. Il était nécessaire de réduire les dépenses, la frugalité étant associée (sans doute à tort) à un retour aux temps anciens, prétendument plus simples, dans l’esprit des réformateurs haogu. Toutefois, ces derniers avaient, outre la politique, d’autres ambitions. Ils furent à l’origine d’avancées spectaculaires dans les domaines de la cartographie, de l’astronomie, de la théorie musicale et du système philosophique des cinq éléments. Ces hommes, qui avaient un accès privilégié aux collections impériales des Han, ont établi le premier catalogue de bibliothèque ; en outre, ils ont produit les premières recensions critiques des éditions reconnues que nous utilisons aujourd’hui, les premiers dictionnaires étymologiques et recueils consacrés aux termes dialectaux (fangyan), les brefs jugements sur des figures historiques et le discours qui fait de la lecture et de l’érudition classique la définition même de la culture chinoise.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Michael Nylan
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 27, Paris, Collège de France, p. 11, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Michael Nylan, « Naissance du classicisme en Chine », La lettre du Collège de France [En ligne], 27 | décembre 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/307

Haut de page

Auteur

Michael Nylan

Professeure à l’université de Californie (Berkeley, États-Unis)

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page