Navigation – Plan du site
Conférences sur trois ans

L’architecture moderne, promesse ou menace ?

Jean-Louis Cohen
p. 36-37
Traduction(s) :
Modern Architecture, Promise or Menace?

Texte intégral

1L’expérience de la modernité architecturale n’a pas uniquement été jalonnée par des succès, comme le voudrait le mythe du progrès irrésistible des formes et des techniques.

2Les attentes générées par l’âge industriel – auxquelles ont répondu des expériences remarquables – ont souvent été déçues, et les tentatives des premiers modernes souvent défigurées lors du passage à la production de masse des opérateurs publics ou du secteur privé. La promesse d’une vie meilleure qu’annonçaient cités-jardins, grands ensembles et rénovations urbaines, et que symbolisaient des esthétiques nouvelles, n’a été tenue qu’un temps, avant que les difficultés sociales ne transforment la réalité et le sens de productions en décalage avec les discours et les projets théoriques dont elles découlaient.

3En écho à la 14e biennale d’architecture de Venise, qui entendait rendre compte de la façon dont la modernité avait été « absorbée », selon les termes de Rem Koolhaas, par les différentes cultures nationales, ce colloque a analysé la condition de l’architecture de la France moderne dans une perspective européenne, en croisant des regards d’historiens, d’architectes, de chercheurs en sciences sociales et d’acteurs de la vie publique. Les positions théoriques et les relations avec les intellectuels ou les politiques ont été considérées du point de vue de la recherche, tandis que des praticiens ont témoigné de l’écho que les projets et les édifices les plus mémorables suscitent aujourd’hui.

4Dans son intervention sur l’esthétique politique et l’architecture, l’historien de l’art Christian Freigang, professeur à l’université libre de Berlin, s’est penché sur les théories d’Auguste Perret, qu’il a inscrites dans les controverses culturelles de la France d’avant 1914 et des années 1930. Considérant le discours et l’œuvre de Marcel Lods, architecte moderne radical de la génération suivante, l’historien Pieter Uyttenhove a montré quant à lui comment l’enjeu de l’habitation collective produite pour le plus grand nombre a transformé la représentation que les professionnels avaient d’eux-mêmes dans le champ social.

5S’interrogeant sur la capacité des architectes à endosser la stature d’intellectuels publics, l’historien Pascal Ory, professeur à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est revenu sur l’histoire de la culture française entre les années 1930 et la période contemporaine pour formuler des hypothèses nouvelles quant à la figure sociale de l’architecte.

6En réponse à son propos, le sociologue Jean-Louis Violeau, professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris Malaquais, a rapproché la crise de mai 1968 de la conjoncture politique de mai 1981, pour recenser les nouveaux idéaux et les nouvelles pratiques au travers desquelles les architectes ont tenté de reconstruire leur rapport à la réalité. Intervenant sur un terrain plus politique, l’urbaniste Vincent Feltesse, président de la Fédération nationale des agences d’urbanisme, a rendu compte des expériences conduites à la tête de la communauté urbaine de Bordeaux afin de rapprocher les projets d’aménagement de leurs destinataires, tant pour ce qui est de leur programme que pour ce qui est de leur forme.

7La configuration spécifique de la modernité française a été considérée de plusieurs points de vue. L’historien Carlo Olmo, professeur au Polytechnique de Turin, a évoqué l’Italie de l’après-guerre, afin de mesurer par contraste ce que la situation française a eu d’original. Jean-Louis Cohen, professeur d’histoire de l’architecture à l’université de New York et professeur invité pour trois ans au Collège de France, est revenu sur les figures de la collaboration entre architectes et ingénieurs, et sur les lectures que les critiques européens ont formées de la production française. Vanessa Grossman, doctorante en histoire de l’architecture à l’université de Princeton, a retracé la formation et la transformation de la notion de « brutalisme », souvent appliquée sans discrimination pour rendre compte des édifices des années 1950 et 1960.

8En contrepoint à ces analyses historiques, deux praticiens ont fait part de leur réflexion sur les édifices et les ensembles urbains modernes informant leurs projets. Marc Barani a proposé son interprétation de la Maison de Verre de Pierre Chareau et du Cabanon de Le Corbusier. Gaëlle Péneau a présenté quant à elle un ensemble d’architectures modernes de la région nantaise ayant jalonné son parcours intellectuel et professionnel, faisant ainsi apparaître combien les thématiques historiques continuent d’informer la pratique d’aujourd’hui.

Exposition au Palais de Chaillot

Jean-Louis Cohen a été le commissaire d’une exposition donnée à la Cité de l’architecture & du patrimoine, au Palais de Chaillot du 24 avril au 8 septembre 2014, et portant sur le sujet suivant : « Architecture en uniforme. Projeter et construire pour la seconde guerre mondiale ».

L’exposition a exploré les développements de l’architecture pendant la Seconde guerre mondiale, analysant les effets du conflit sur l’environnement bâti et sur la discipline elle-même.

Elle a ainsi permis de combler une lacune historique béante, en examinant les travaux et les réalisations des architectes et des concepteurs actifs dans les principaux pays engagés dans la guerre, et elle a montré comment cette dernière a accéléré les processus d’innovation technologique et provoqué un changement des mentalités, conduisant, après 1945, à une suprématie incontestée de l’architecture moderne.

L’exposition prolonge la réflexion de l’ouvrage de Jean-Louis Cohen qui a reçu le Prix du livre d’architecture en 2012 : Architecture en uniforme. Projeter et construire pour la Seconde Guerre mondiale, coédition CCA / Hazan, 2011 (également disponible en langue anglaise).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/3060/img-1.png
Fichier image/png, 7,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Cohen, « L’architecture moderne, promesse ou menace ? », La lettre du Collège de France [En ligne], 39 | mars 2015, mis en ligne le 26 novembre 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/3060

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Cohen

Architecte, Professeur à l’université de New York

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page