Navigation – Plan du site
Colloque de rentrée 2014

Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres

Colloque de rentrée 16 et 17 octobre 2014
Serge Haroche
p. 11-13
Traduction(s) :
Around 1914

Notes de la rédaction

Extraits de la communication prononcée par le Pr Serge HAROCHE

Texte intégral

1Durant toute l’année 2014, les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont été nombreuses. Le premier conflit mondial suscite partout un intérêt que l’on n’aurait pas pu prévoir il y a dix ou vingt ans, comme si, après la disparition des derniers anciens combattants, on prenait seulement la mesure de la marque imposée par la guerre sur le siècle qui a suivi.

2Alors que tout semble avoir été dit sur les responsabilités dans le déclenchement des hostilités, sur l’horreur des tranchées, sur les mécomptes des traités de paix, le Collège de France a voulu mettre en avant des questions inédites, à l'encontre des idées reçues, notamment sur la longue sortie de la guerre. Les 16 et 17 octobre 2014, il a organisé son colloque de rentrée sur le sujet suivant : « Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres ».

3Au fil d'interventions riches et pluridisciplinaires, ces journées ont envisagé les signes avant-coureurs, les bouleversements advenus lors du conflit, et leurs effets à long terme. L’accent a plus particulièrement porté sur les ruptures et les reconfigurations dans les sciences, la société, les mentalités, les représentations, la philosophie, les lettres, les arts, qu’elles aient été ou non provoquées directement par la guerre.

Paul Klee, Paysage rocheux (avec palmiers et sapins) 1919, 155, huile et plume sur carton, 41,8 x 51,4 cm Centre Paul Klee, Berne, donation Livia Klee

4Chaque automne depuis 2001, le Collège de France inaugure l’année universitaire par un symposium de deux jours qui réunit des spécialistes de différents domaines, en sciences et en humanités, pour approfondir une thématique pouvant être abordée sous différents angles. Cette année, il nous a semblé naturel de porter notre regard sur 1914.

5L’approche du Collège de France se démarque de celles des autres manifestations consacrées au premier conflit mondial. Les causes et les conséquences de la grande Guerre ont été analysées par d’innombrables travaux d’historiens depuis cent ans. L’année du centenaire les a vus se multiplier sans jamais épuiser le sujet, tant la complexité des événements appelle d’interprétations et de réflexions. L’une des raisons qui explique la fascination que suscite ce sujet est que la période de quelques années autour de 1914 apparaît comme un moment de profonde rupture – rupture géopolitique et historique, bien sûr, mais aussi rupture dans les façons de comprendre le monde, de le voir et de le penser. Comprendre le monde est du ressort de la science, et celle-ci a subi, à ce moment critique, une profonde révolution, tant dans ses concepts que dans ses pratiques. Voir le monde est la prérogative des artistes qui le représentent à travers le prisme de leur sensibilité, et les différentes formes de l’art (peinture, musique, cinéma et littérature) ont été, autour de 1914, profondément bouleversées. Penser le monde, c’est se poser des questions sur la condition de l’homme, sur sa relation à lui-même et aux autres, et sur ce plan encore, dans les domaines de la psychiatrie, de la psychanalyse, de la sociologie et de l’anthropologie, le temps de la grande Guerre a été un moment de mutations profondes.

6Ce colloque ne s’est pas placé sur le terrain géopolitique et historique. Nous n’avons pas cherché à discuter directement des événements qui ont conduit à cette guerre ou qui l’ont suivie. Nous nous sommes attachés à analyser les grandes transformations qui l’ont accompagnée dans tous les domaines évoqués ci-dessus. Elles font que Stefan Zweig a pu se référer au temps d’avant 1914 en l’appelant avec nostalgie « le monde d’hier », un monde où l’on vivait, pensait et sentait les choses autrement. Bien sûr, le contexte de la guerre ne peut être ignoré, tant il a influé sur certains scientifiques ou créateurs, soit en leur inspirant le thème de leurs œuvres (je pense aux peintres et aux écrivains), soit en orientant leurs travaux (je pense aux développements de la traumatologie ou de la psychiatrie, ou encore aux chimistes impliqués dans la mise au point des gaz de combat, premières armes de destruction massive). Mais ce contexte direct ne saurait expliquer la plupart des mutations qui se sont produites à cette époque. Ainsi la révolution de la physique (relativité et physique quantique) a commencé avant la guerre, et s’est poursuivie pendant et après elle, sans rapport direct avec les événements, même si elle a fortement influencé les conditions dans lesquelles les découvertes ont été faites et diffusées. De même, les grandes mutations de l’art (je pense au cubisme, à l’expressionnisme allemand) ont commencé avant 1914. On peut cependant voir, dans l’émergence des nouvelles formes de l’art au début du xxe siècle, l’expression d’une forme d’inquiétude prémonitoire des événements qui allaient bouleverser l’Europe.

• Retrouvez en ligne l'intégralité de cette intervention sur le site Internet du Collège de France : www.college-de-france.fr/site/colloque-2014/symposium-2014-10-16-09h00.htm

Haut de page

Table des illustrations

Légende Paul Klee, Paysage rocheux (avec palmiers et sapins) 1919, 155, huile et plume sur carton, 41,8 x 51,4 cm Centre Paul Klee, Berne, donation Livia Klee
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/3053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Haroche, « Autour de 1914, nouvelles figures de la pensée : sciences, arts, lettres », La lettre du Collège de France [En ligne], 39 | mars 2015, mis en ligne le 26 novembre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/3053

Haut de page

Auteur

Serge Haroche

Physique quantique, Administrateur du Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page