Navigation – Plan du site
Conclusion

La lutte contre le tabagisme : un cas d’école de la relation entre l’industrie, la science et l’État

Marc Kirsch
p. 111-129

Texte intégral

Marc Kirsch
Maître de conférences en philosophie des sciences, Collège de France

© P. Imbert, Collège de France

  • 1 Dans le cas de la syphilis, des études récentes conduisent néanmoins à reconsidérer ou à modifier l (...)

1L’histoire de l’introduction du tabac en Europe montre que les États ont joué un rôle déterminant dans la création et la généralisation du tabagisme. De cette responsabilité, on ne saurait bien entendu leur faire grief au nom de la situation et des préoccupations d’aujourd’hui, puisqu’elle s’est exercée en des temps où il n’existait aucune preuve de la nocivité du tabac, qui fut au contraire paré longtemps de toutes les vertus. Le tabac est arrivé en Europe à la faveur d’une entreprise coloniale. On croit s’emparer d’un monde et c’est lui qui vous envahit : la syphilis1 et le tabac ont sans doute fait plus de morts en Europe que les conquistadores parmi les peuples de l’Amérique. La pénicilline a eu raison de la syphilis, mais le tabagisme conserve toutes les allures d’une épidémie de grande envergure, dont le caractère socialement contagieux est sous-tendu par ses caractéristiques biologiquement addictives. Les États, ayant introduit le tabac en Europe, ont ensuite largement déterminé ou du moins encadré les formes de sa production, de sa distribution et de son usage, dont ils ont tiré des revenus substantiels par différents moyens – le résumé historique publié dans le présent numéro rappelle quelques aspects de ce processus. L’inventivité scientifique, technique et industrielle a conduit à des formes de plus en plus addictives de consommation de tabac. Avec la cigarette blonde industrielle, qui permet l’inhalation profonde d’une fumée moins acre et dont la teneur en nicotine et additifs divers est dosée avec une très grande précision, on a atteint en quelque sorte le produit parfait : il permet une assimilation presque instantanée de la nicotine et produit une addiction rapide et forte, qui fidélise idéalement les consommateurs – avec cet inconvénient mis en lumière depuis les années 1950 qu’il en tue la moitié, à terme. L’industrie du tabac, depuis plus d’un siècle, perfectionnait ses produits pour le plaisir du consommateur et le profit des actionnaires et du fisc : la science a révélé aujourd’hui que cette face hédonique et lucrative avait un revers si sombre qu’il devenait impératif de combattre le tabagisme, poison pour le corps et fardeau pour les finances publiques. Cette résolution se heurtait tout à la fois à une industrie puissante, pugnace et peu encline à laisser ternir son image ; à des habitudes de consommation et à des représentations culturellement bien ancrées ; et enfin aux ambiguïtés des États, pour lesquels le tabac est souvent une importante source de revenus auxquels il est difficile de renoncer immédiatement, fût-ce pour favoriser des économies futures sur des dépenses de santé qui, dans un premier temps, continueront malgré tout d’augmenter.

  • 2 Selon un communiqué de la Food and Agriculture Organization des Nations unies (FAO) du 8 janvier 20 (...)

2Il est légitime, et optimiste, de penser que ce que l’État a fait, l’État peut le défaire. Certes, la prohibition a montré son inefficacité, mais les politiques de santé publique menées dans les pays développés depuis maintenant plusieurs décennies ont réellement porté des fruits. Si l’on y ajoute la réorientation de la politique agricole de la Chine, premier producteur mondial de tabac, il apparaît que la production et la consommation mondiales de tabac sont plutôt en repli aujourd’hui, après un pic en 19922. Pour autant, la crise n’est pas derrière nous. Si l’on en croit les données du rapport 2009 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur « l’épidémie mondiale de tabagisme », le tabagisme est à l’origine de cancers du poumon, de cardiopathies et d’autres pathologies qui tuent plus de 5 millions de personnes chaque année. Le tabagisme passif est responsable de 600 000 morts par an.

  • 3 Rapport de l’OMS sur l’épidémie mondiale de tabagisme, 2009. Résumé d’orientation : http://www.who. (...)

3Que l’on parle aujourd’hui du tabagisme comme d’une « épidémie » est significatif : le vocabulaire de la santé publique se démarque de celui de l’économie et des multinationales. Si le tabac est un marché, on sait désormais que c’est un marché de mort. D’un côté, les bénéfices industriels et commerciaux et les recettes fiscales, de l’autre, de plus en plus pesants, les coûts et humains et financiers des maladies et de la mortalité due au tabac : la balance est devenue trop inégale. Les pays développés ont réagi par des mesures de santé publique et l’interdiction de la publicité, qui ont incité les multinationales du tabac à déplacer leur effort vers des populations moins protégées. De ce fait, l’épidémie s’aggrave dans les pays en développement : c’est là qu’interviendront dans les décennies à venir plus de 80 % des décès imputables au tabac, selon l’OMS. À moins que des mesures urgentes ne soient prises, le tabac fera un milliard de victimes à travers le monde au cours du siècle. Or, à l’heure actuelle, seuls 2 % de la population mondiale vivent dans des pays dotés d’une législation anti-tabac complète et bien respectée ; plus de 90 % de la population mondiale est laissée sans protection face au marketing de l’industrie du tabac. L’augmentation des taxes sur le tabac est au point mort ; la lutte antitabac reste très insuffisamment financée : le montant des recettes fiscales provenant des taxes sur le tabac est 173 fois supérieur aux dépenses pour la lutte antitabac3.

Données de l’OMS sur le tabagisme :
« Le tabac est la deuxième cause de mortalité dans le monde. Il est actuellement responsable du décès d’un adulte sur 10. Si le tabagisme continue sur sa lancée actuelle, il provoquera environ 10 millions de morts par an d’ici à 2020 et la moitié de ceux qui fument aujourd’hui, environ 650 millions de personnes, finiront par en mourir.
Le tabac est le quatrième facteur de risque de morbidité dans le monde. Les coûts économiques du tabagisme sont tout aussi dévastateurs et ne se limitent pas aux dépenses de santé publique pour traiter les maladies provoquées par le tabac. Les victimes meurent pendant la période la plus productive de leur vie, privant les familles de leur soutien et les nations d’une main d’œuvre en bonne santé. Quand ils sont encore en vie, les fumeurs sont aussi moins productifs en raison de l’augmentation de la morbidité. Selon un rapport de 1994, on estimait que la consommation de tabac entraînait une perte annuelle nette de 200 milliards (US $), dont un tiers pour les pays en développement.
Il y a un lien indissociable entre le tabac et la pauvreté. De nombreuses études ont montré que, dans certains pays à faible revenu, les ménages les plus pauvres consacraient jusqu’à 10 % de leurs dépenses au tabac. Cela signifie que ces familles ont moins d’argent pour satisfaire des besoins essentiels comme l’alimentation, l’éducation ou les soins. En plus des effets directs sur la santé, le tabac conduit à la malnutrition, à une augmentation des dépenses de santé et à des décès prématurés. Il contribue également à augmenter l’illettrisme, en détournant de l’argent qui aurait pu être dépensé pour l’éducation. Dans les deux domaines, les chercheurs ont largement ignoré le rôle du tabac dans l’aggravation de la pauvreté. » (http://www.who.int/​tobacco/​health_priority/​fr/​index.html - accès janvier 2010).

La Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac
Cette convention, entrée en vigueur en 2005 et rejointe aujourd’hui par 168 États ou parties, est un traité « qui réaffirme le droit de tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible » et propose « une stratégie visant à réglementer des substances engendrant la dépendance », en soulignant l’importance des stratégies de réduction de la demande.

4Comment expliquer la faiblesse et la lenteur de la réaction face à cette « épidémie » d’une ampleur sans précédent ? Pourquoi la lutte contre le tabagisme est-elle si difficile et rencontre-t-elle tant d’obstacles ? Quel rôle y tient la recherche scientifique ?

5Les entretiens présentés dans ce numéro apportent des éléments de réponse à ces questions. Nous proposons ici d’ajouter quelques éclairages complémentaires. D’abord, puisque l’un des objectifs affichés des mesures antitabac est de dénormaliser l’usage du tabac, nous étudierons quelques aspects de la construction de cette normalité, en particulier des stratégies de marketing et de communication de l’industrie du tabac. Nous nous intéresserons également à l’enjeu que représentent les connaissances scientifiques dans le conflit entre avocats et pourfendeurs du tabac. La manière dont elles ont été utilisées et instrumentalisées, invite à une réflexion sur les rapports entre science et société, et ramène à la question du pouvoir et des devoirs de l’État en matière de santé publique.

La lutte contre le tabagisme : les réactions des États et des industriels face à l’alerte scientifique sur les dangers de la cigarette

  • 4 Les références sont nombreuses, du Misocapnos de Jacques Ier d’Angleterre aux ouvrages publiés par (...)
  • 5 Cf. infra le texte de P. Corvol et N. Postel-Vinay.
  • 6 R. Doll et A.B. Hill, « Smoking and carcinoma of the lung. Preliminary report », British Medical Jo (...)

6L’opposition au tabac a longtemps reposé sur une forme de moralisme puritain condamnant le tabac comme une mauvaise habitude qui détournerait de la religion et des bonnes mœurs autant que d’une saine hygiène de vie4. Quant aux arguments médicaux sur la nocivité du tabac, ils sont aussi anciens que l’introduction de la substance en Europe, mais en l’absence de preuve, ils sont restés longtemps des avis isolés et de peu de poids5. Les choses ont changé depuis les années 1950 et la reconnaissance par le monde scientifique des dangers du tabac et de la mortalité qu’il engendrait. Il avait été facile d’endiguer des croisades morales aux fondements incertains, il serait plus difficile de faire face à une médecine devenue scientifique et appuyée sur des faits. Or les preuves scientifiques s’accumulaient, montrant avec constance et de façon irréfutable que la moitié des fumeurs meurent à cause de la cigarette. En 1950 sont publiées cinq études6 établissant une corrélation étroite entre le fait de fumer et le risque de cancer du poumon. Parmi ces études figure un article de Richard Doll et Austin Bradford Hill, devenu classique. Pour l’industrie, la nouvelle aurait dû être catastrophique. Tout indiquait que la cigarette était un poison mortel, et il aurait dû être traité en conséquence par les États et par les industriels du tabac. On se serait attendu à ce que ceux-ci s’efforcent de réduire la nocivité du tabac et à ce que ceux-là, à défaut de condamner brutalement tout un secteur d’activité, se mettent à combattre énergiquement le fléau. Plus de cinquante ans plus tard, après bien des lenteurs et des atermoiements, les États ont fini par mettre en place des mesures contraignantes de lutte contre le tabagisme dans les pays développés, où la consommation s’est mise lentement à fléchir – le reste du monde étant souvent laissé sans défense, malgré les efforts de l’OMS et d’autres organisations internationales. Quant aux industriels du tabac, plutôt que de modifier réellement leurs produits, ils se sont essentiellement préoccupés de leur image. Plutôt que de tenter de réduire les risques sanitaires liés à la cigarette, ils se sont inquiétés des risques commerciaux qu’entraînait la diffusion auprès du public et des pouvoirs publics des informations concernant la nocivité des cigarettes : c’est cette dernière menace qu’ils ont combattu, avec la plus grande énergie, au moyen d’une stratégie de dénégation des risques sanitaires. Entre lobbying politique, mise en doute des résultats scientifiques potentiellement nuisibles à leurs intérêts, instrumentalisation de la recherche et marketing agressif, ils n’ont eu de cesse, derrière des discours lénifiants, d’essayer de renforcer leur position, faisant appel aux meilleures agences de communication pour cultiver le doute dans l’esprit du public. Car le doute profite à l’accusé. Et les cigarettiers ont continué à prospérer.

Paranoïa ou complot ?

  • 7 Rappelons pour mémoire quelques titres récents : Gérard Dubois, Le rideau de fumée. Les méthodes se (...)

7L’affaire a fait l’objet de nombreux livres et sites internet abondamment informés7. Des revues scientifiques, telles que Tobacco control, publiée depuis 1992 par le British Medical Journal, sont consacrées entièrement – ou partiellement dans d’autres cas – à ces questions. Tous mettent en lumière un grave dysfonctionnement de la relation entre les industriels du tabac, les États dans leur rôle de régulateurs et de responsables de la santé publique, et la recherche scientifique.

8À lire les publications de lutte anti-tabac, on a souvent l’impression que les auteurs caricaturent les cigarettiers en stratèges machiavéliques et se laissent aller à la phobie du complot. Et les industriels ont abondamment exploité l’idée qu’on se livrait contre eux, avec un acharnement normatif et régulateur peu respectueux des libertés individuelles, à des attaques injustes relevant d’un fanatisme hygiéniste assez peu démocratique. En flattant l’individualiste frondeur qui sommeille en chacun, ils emporteraient aisément l’adhésion, si l’on n’examinait de plus près les faits.

Parmi les 150 plus grandes entreprises américaines, Philip Morris était la seule à présenter une croissance moyenne du bénéfice par action supérieure à 15 % pendant la période 1960-99 et pour chacune des sous-périodes (1960-80, 70-90 et 80-99). Cf. Gijsbert van Liemt, Finanz und Wirtschaft 25/4/01; The world tobacco industry: Trends and prospects (Working paper) , International Labour Office, Genève, 2002 (http://www.ilo.org/​public/​english/​dialogue/​sector/​papers/​tobacco/​wp179.pdf).
Le site de Philip Morris International (janvier 2010) indique qu’« entre 1970 et 2008, […] le volume de cigarettes est passé de 87 milliards à 870 milliards. Cette croissance en volume a été accompagnée d’une croissance en revenus tout aussi impressionnante : au cours de cette période, les produits d’exploitation sont passés de 425 millions de dollars à plus de 63 milliards.
En 2008, notre bénéfice d’exploitation a atteint 10,25 milliards de dollars, soit deux cents fois plus qu’en 1970. Nous employons maintenant plus de 75 000 personnes dans le monde entier, et nos marques sont fabriquées dans plus de 58 usines à travers le monde et vendues dans environ 160 pays ».

2008

2007

Chiffres d’affaires net de droits d’accise
(en millions)

25705$

22810$

Résultat opérationnel (en millions)

10248$

8894$

Volume de cigarettes (en milliards)

869,8

848,6

Estimation de la part de marché mondiale

15,6%

15,6%

Rendement annuel par action

2,16$

1,84$

9Rappelons, en substance, de quoi il est question. Il est important de préciser que ces faits ont été mis au jour à l’occasion des grands procès intentés aux États-Unis contre les grandes compagnies anglo-américaines de tabac. En particulier, à la suite d’un procès opposant l’État du Minnesota et une compagnie privée d’assurance-santé à plusieurs grands noms de l’industrie du tabac, les industriels ont été condamnés en 1998 à payer 1,3 milliards de dollars en compensation du coût de traitement des maladies liées au tabac, et surtout, les compagnies américaines ont été contraintes de rendre publiques quelques 60 millions de pages de documents internes qui avaient jusque-là été tenus secrets. British American Tobacco (BAT) fut condamné à en faire autant en Grande-Bretagne. Les documents américains (mais non ceux de BAT) ont ensuite été rendus accessibles sur internet. À la suite d’autres condamnations, on dispose aujourd’hui d’environ 70 millions de pages, et de milliers de documents audiovisuels. Il n’existe pas d’autres archives de documents contemporains d’un tel volume. C’est donc à partir des propres documents internes de l’industrie du tabac que l’on a pu vérifier ce que les observateurs de l’industrie du tabac dénonçaient depuis longtemps8. Il ressort de ces millions de pages que, contrairement à ce qu’ils n’ont pas cessé d’affirmer jusqu’au début des années 2000, les industriels connaissaient parfaitement les effets addictifs de la cigarette, qu’ils avaient défini des objectifs publicitaires et des campagnes de communication visant à élargir leur marché et à toucher les plus jeunes, qu’ils étaient avertis des risques liés au tabagisme et au tabagisme passif, qu’ils avaient connaissance de la large palette de risques sanitaires (cancer, maladies cardiovasculaires, exposition au Polonium 210 présent dans la fumée de cigarette – voir encadré ci-dessous –, etc. : la liste est longue) liés à leurs produits. Ces documents montrent également que les dénégations récurrentes des responsables des grandes compagnies du tabac relevaient d’une stratégie soigneusement concertée mise sur pied par de grandes agences de communication, dans le but de préserver les intérêts des industriels, au mépris des risques que leurs produits faisaient courir aux consommateurs.

Le Polonium est un élément radioactif cancérigène présent dans le tabac notamment en raison de l’utilisation d’engrais phosphatés dans sa culture. L’affaire est exposée dans un article de 2008 intitulé « réveiller un géant qui dort : la réponse de l’industrie du tabac au problème du Polonium 210 ». On y apprend que les industriels ont bien tenté, sans succès, de réduire le taux de radioactivité de leurs produits : par exemple, dans les années 1960, R.J. Reynolds a testé des filtres spéciaux, Philip Morris a essayé de laver les feuilles de tabac avec un solvant, mais cette solution dégradait les arômes et aurait été commercialement nuisible. Philip Morris avait même créé un laboratoire dédié à l’étude des radiations dues au Polonium 210. De peur que son existence pénalise l’entreprise dans le cadre de procès anti-tabac, ce laboratoire a été fermé en 1986, et les recherches n’ont pas été publiées, pour éviter de diffuser une information qui pouvait nuire aux intérêts de la compagnie. L’article cite des responsables de Philip Morris niant jusque devant des tribunaux où ils témoignaient sous serment avoir eu connaissance de la présence de Polonium 210 dans les cigarettes.

Cf. Muggli et al., « Waking a Sleeping Giant: The Tobacco Industry’s Response to the Polonium-210 Issue », American Journal of Public Health, Vol 98, n° 9, sept. 2008, p. 1643-1650.

10Ainsi, cette industrie a choisi soit de minimiser, soit de nier les risques plutôt que de les combattre – en toute connaissance de cause quant à leur réalité. Cette attitude choquante a valu aux cigarettiers, de la part des observateurs informés, de nombreux acteurs étatiques et d’organismes internationaux et des tribunaux un grand nombre de condamnations morales, idéologiques et judiciaires. Sans ajouter aux critiques, il est intéressant d’essayer de comprendre comment on en est arrivé là.

Edward Bernays et les « relations publiques » : la cigarette à la conquête de la femme américaine

11Un épisode illustrant l’utilisation de la publicité par l’industrie du tabac, bien avant 1950, donne le ton. Au cœur des années 1920, en pleine époque du jazz, les États-Unis vivaient une révolution sociale. Après des décennies de lutte, les femmes avaient enfin obtenu le droit de vote, certaines succédaient à leur mari au poste de gouverneur à la tête d’États tels que le Wyoming et le Texas, beaucoup d’entre elles travaillaient ou entraient à l’université. Pourtant, à beaucoup d’égards, la discrimination restait forte. Dans certains États, le droit jugeait contraire aux bonnes mœurs que les femmes fument en public. En 1908, Katie Mulcahey avait été emprisonnée à New York pour avoir allumé une cigarette dans la rue. Cette situation était devenue un symbole de l’inégalité entre les sexes et soulevait les protestations des étudiantes et des féministes.

  • 9 Cf. Richard W. Pollay, « Propaganda, Puffing and the Public Interest », Public Relations Review, vo (...)

12À cette époque, American Tobacco engageait des chanteuses d’opéra pour affirmer que les Lucky Strike adoucissaient la voix et purifiaient la gorge, et des médecins pour certifier qu’elles étaient moins irritantes. Engagé par Chesterfield, une firme concurrente, Edward Bernays, pionnier des méthodes modernes du marketing et de la communication, recruta des médecins pour soutenir qu’aucune preuve scientifique ne permettait d’affirmer que les Lucky Strike sont meilleures pour la santé que leurs concurrentes. Le message était qu’en fait, toutes les cigarettes – pas seulement les Lucky Strike – sont également bénéfiques pour la santé. Au nom de la science, Bernays ridiculisait des publicités fallacieusement scientifiques. Mais la science de Bernays était elle aussi une science d’opérette9.

13George Washington Hill, président de American Tobacco Company, débaucha aussitôt Bernays et le prit à son service. Les cigarettiers avaient conquis le marché contre le cigare, la pipe ou la chique, en faisant acheter par l’armée des milliards de cigarettes qu’elle distribuait aux soldats, offrant aux industriels des générations de jeunes hommes rendus dépendants. C’est ainsi que la cigarette, qui avait une connotation peu virile, a largement éclipsé tous les autres modes de consommation de tabac auprès des jeunes hommes américains. Les industriels avaient façonné les usages et fait fumer les hommes. Restaient les femmes. Hill était peu féministe, mais très conscient de ses intérêts : il fallait lever le tabou qui pesait sur les femmes en matière de cigarettes – et qui neutralisait la moitié du marché potentiel. Bernays s’adressa à Abraham Brill, un des premiers psychanalystes installés à New York, pour confirmer ses idées concernant les motivations qui pouvaient amener les femmes à fumer. Brill affirma que la cigarette était un symbole phallique représentant le pouvoir sexuel des hommes, et suggéra qu’en associant la cigarette avec une contestation de la domination masculine, on inciterait les femmes à fumer.

14C’est ainsi que le 31 mars 1939, lors la parade de Pâques, un moment de fête et de liberté d’esprit, sur la cinquième avenue, promenade prestigieuse à New York, on vit un groupe de jeunes femmes élégantes menées par Bertha Hunt allumer ostensiblement leurs cigarettes et se donner en spectacle. Miss Hunt expliqua aux journalistes qui se pressaient autour d’elle qu’on lui avait trop souvent demandé d’éteindre sa cigarette, qu’elle avait décidé avec ses amies d’organiser cette manifestation de protestation et d’allumer au cours de la parade ces cigarettes qui étaient « les flambeaux de la liberté » (torches of freedom), une étape dans la marche vers l’égalité des sexes. Belle accumulation de symboles, non loin de la statue de la liberté et dans un contexte de sympathie pour les suffragettes et les féministes. Belle accumulation de fausse spontanéité : l’affaire avait été soigneusement planifiée et Bertha Hunt était en réalité la secrétaire de Bernays, qui avait lui-même prévenu les journalistes, sous couvert d’anonymat. Son message précisait que ce happening visait à combattre le préjugé selon lequel les femmes ne devaient fumer qu’au foyer ou dans des lieux privés.

15Le lendemain, l’événement faisait les gros titres dans toute l’Amérique. Bertha Hunt déclara dans un communiqué : « j’espère que nous avons amorcé quelque chose, que ces flambeaux de la liberté – sans distinction de marque – briseront le tabou qui frappe les femmes vis-à-vis de la cigarette, et que notre sexe continuera à faire tomber toutes les discriminations ». Fumer devenait socialement acceptable : c’était un acte moderne, un acte honorable de militantisme féministe et égalitaire. Le marché des femmes était ouvert.

16Bernays avait su percevoir la tendance et pousser le bon levier au bon moment pour frapper les esprits. Alors que pour beaucoup de femmes, aux États-Unis, fumer était un acte machiste qu’elles rejetaient, il avait modifié cette connotation : fumer devenait un acte d’affirmation de soi et d’émancipation. Plutôt que de rejeter la cigarette et de se plaindre de la domination masculine, les femmes se posaient en rivales en s’appropriant ce symbole.

  • 10 Éric Godeau, Le tabac en France de 1940 à nos jours : Histoire d’un marché, Paris, Presses universi (...)
  • 11 Depuis, les femmes ont rattrapé les hommes. En 1950, elles étaient 1/4 à fumer, contre 3/4 des homm (...)

17Cette connotation féministe est toujours attachée à la cigarette. En France, dans les périodes de pénurie, pendant et après la Deuxième Guerre mondiale, les conventions sociales interdisaient d’ouvrir le rationnement à des jeunes filles n’ayant pas atteint l’âge de la majorité, comme le rappelle Éric Godeau. Dans son livre10, il rapporte le mécontentement des fumeuses, tel qu’il est exprimé par Simone Tery dans L’Humanité du 27 juin 1946 : « Comment ! […] les hommes ont droit à huit paquets de cigarettes par mois, et nous à deux seulement ! Et encore, pour ces deux paquets on nous oblige à payer 20 francs de redevance, autant que les hommes pour leurs huit paquets ! Où est « l’égalité des sexes » dans tout ça ?11 ».

18D’autres campagnes, en Amérique comme en Europe, mirent en avant des arguments de santé, en s’appuyant souvent sur des « avis médicaux ». Certaines préconisaient, pour éviter de céder au goût des sucreries et à l’embonpoint redouté, de « prendre une cigarette à la place d’un bonbon » (reach for a Lucky instead of a sweet). Avec ce slogan, Bernays tripla les ventes de Lucky Strike en moins de douze mois. En utilisant et en renforçant l’idéal de la femme svelte, élégante, libre et en bonne santé, la cigarette fit un triomphe.

19C’est également à cette époque, sous l’inspiration de Bernays, que les cowboys d’Hollywood se mirent à fumer à l’écran, au mépris de la vraisemblance historique, pour faire croire à une tradition associant la cigarette à la virilité, à la conquête de l’Ouest, aux grands espaces et à la wilderness, qui tenaient une grande place dans l’imaginaire collectif américain depuis la fin du xixe siècle.

L’ingéniérie du consentement

Edward Bernays (1891-1995).

Edward Bernays (1891-1995).

dr

  • 12 En particulier Ivy Ledbetter Lee, qui a notamment façonné l’image philanthropique et humaniste d’un (...)
  • 13 Cf. Larry Tye, The Father of Spin: Edward L. Bernays and The Birth of Public Relations, Holt Paperb (...)

20En réalité, cet épisode américain n’est pas anecdotique, en raison de la personnalité d’Edward Bernays. Avec quelques autres12, Edward Bernays est l’inventeur des « relations publiques », le terme qu’il a imposé pour remplacer « propagande », trop mal connoté. Il est l’homme qui a introduit en politique le conseil en relations publiques, ce qui lui a valu le surnom de Father of spin : père de la désinformation13. Rappelons que Bernays, neveu de Sigmund Freud, a renouvelé les techniques de la publicité en s’appuyant sur les désirs inconscients des gens pour manipuler l’opinion et les comportements : modifier l’image d’un homme politique, susciter l’adhésion à une idée ou à une mode, etc. Dans le monde de la production de masse, il a développé la consommation de masse, façonnant le consommateur dont l’économie avait besoin pour écouler ses produits dans les supermarchés qu’elle avait construits. La surproduction menaçait, on ne pouvait plus se contenter de présenter à des gens qui les achèteraient par nécessité des informations sur les qualités fonctionnelles des marchandises dont ils avaient besoin : il fallait susciter l’achat en associant un produit à une émotion, à un désir, à des pulsions. Il fallait faire acheter par envie, et non par besoin. Telle était la tâche de Bernays. Après ses succès dans la commission Creel mise en place par le président Wilson pour faire accepter aux Américains, majoritairement pacifistes, l’entrée en guerre des États-Unis en 1917, puis pour promouvoir sa politique en Europe, il avait conclu que si l’on pouvait utiliser la propagande pour la guerre, on devait pouvoir l’utiliser aussi pour la paix. Il en résulta une théorie politique des « relations sociales », du « gouvernement invisible » des foules et de l’ingénierie du consentement (engineering consent), dont Goebbels déclarera s’être s’inspiré – les professions de foi démocratique en moins.

21L’idée que fumer rendrait les femmes plus libres est parfaitement irrationnelle et serait irrecevable sous cette forme. C’est en l’associant à des symboles, à des émotions et à des désirs inconscients qu’on parvient à l’imposer et à changer les mentalités. L’industrie du tabac a été parmi les premières à comprendre et à exploiter ces ressorts. C’est ce qui lui a permis d’ancrer très profondément dans les esprits une culture et une normalité du tabac que les campagnes de lutte contre le tabagisme s’efforcent aujourd’hui de combattre.

La science : production de connaissances vraies ou enjeu de communication ?

  • 14 Cf. R. Pollay, loc. cit.

22La question du tabac, on le voit, est très étroitement liée aux développements de la civilisation industrielle occidentale. On peut en juger aussi à la place occupée par la science et les arguments scientifiques dans le débat. Avec Bernays, les industriels et les publicitaires se préoccupent peu de la véracité des arguments scientifiques : la question de la vérité est hors de propos, ce qui compte, c’est l’effet produit. L’important, c’est l’efficacité du message qu’on veut adresser au consommateur dans le but qu’on s’est assigné. La science et la médecine, en l’occurrence, ne sont que des moyens permettant d’obtenir le résultat visé. En guise d’étude scientifique, d’ailleurs, il ne s’agit généralement que de faire signer à des médecins, moyennant finances, des documents rédigés à l’avance par les agences de communication14.

  • 15 Dr Robert Gibb, Imperial Tobacco, lettre au Dr Sydney Green, British American Tobacco, 1975.
  • 16 En 1998, par exemple, les fabricants ont accepté de payer 206 milliards de dollars sur 25 ans pour (...)
  • 17 En France, la Cour d’Appel de Rennes a confirmé en décembre 2006 le jugement de première instance d (...)

23De même, dans les années 1970, lorsqu’ils proposent aux fumeurs des cigarettes light en suggérant qu’elles seraient moins nocives, les industriels le font pour répondre à une demande du marché, mais le Dr Gibb, par exemple, un responsable d’Imperial Tobacco, reconnaît sans ambages que « la question de savoir si de telles cigarettes sont vraiment moins dommageables pour la santé est sans importance, même si, en privé, nos propres spécialistes des questions de santé se demandent si c’est vraiment une bonne idée de faire de cigarettes à faible teneur en goudrons et en nicotine15. » On sait aujourd’hui que c’était une mauvaise idée, et que ces cigarettes sont au moins aussi nocives que les autres. Les procès ont révélé que l’industrie le savait aussi, mais qu’elle a tout fait pour persuader les fumeurs du contraire. C’est pourquoi les condamnations se multiplient. En décembre 2008, la Cour suprême américaine a autorisé les fumeurs à poursuivre les fabricants de tabac pour tromperie au motif que les cigarettes light étaient présentées comme moins nocives. À Pensacola, un dédommagement de 30 millions de dollars a été accordé en juin 2009 à Hilda Martin, veuve d’un fumeur. En mars 2009, Philip Morris a été condamné à une amende de 79,5 millions de dollars dans l’affaire Williams, son appel ayant été rejeté. Très souvent, ces batailles juridiques se poursuivent d’appels en recours et l’issue, maintes fois reportée, reste incertaine. Il n’est pas rare que l’industrie soit condamnée, mais de façon souvent plus légère. Néanmoins, les accords effectivement passés par certains États américains avec les cigarettiers depuis les années 1990 se chiffrent en centaines de milliards de dollars16. Ces montants donnent une idée de l’enjeu. En outre, les actions collectives (class actions) sont de plus en plus menaçantes, du moins aux États-Unis17. C’est la raison pour laquelle, dans les tractations juridiques et politiques qui se poursuivent, les connaissances scientifiques ne sont qu’un des éléments d’une bataille où la vérité importe peu : les industriels ont montré qu’ils étaient prêts à toutes les manipulations pour défendre avant tout leurs intérêts. Habitués à se servir de l’autorité de la science pour la mettre au service de leur image à travers la publicité, ils n’ont pas changé d’attitude lorsque la science a commencé à produire des résultats qui risquaient de nuire à l’image de leurs produits. Leur survie était en jeu. C’est pourquoi, dans les années 1950, lorsque la nocivité de la cigarette a été mise en évidence, ils se sont tournés vers des agences de conseil en relations publiques, comme la société Hill & Knowlton, spécialisée dans la défense des produits (product defence), qui leur a suggéré de s’organiser pour faire face à la menace. Cette fois, il ne s’agissait pas d’une science de publicitaire, mais de vraie science : il allait être moins aisé de la contredire.

La communication des multinationales du tabac : un cas d’école de l’instrumentalisation des sciences

24C’est ainsi que pendant près d’un demi-siècle, les industriels du tabac, les grandes compagnies souvent multinationales qui se partagent le marché mondial, ont loué les services de consultants et de scientifiques en grand nombre et mené de vastes campagnes de communication et de lobbying pour nier dans un premier temps le fait que les fumeurs sont exposés à un risque accru de mourir d’un cancer du poumon ou de problèmes cardiovasculaires, jusqu’à ce que l’évidence s’impose trop nettement pour qu’on puisse la combattre de façon crédible. Dans un second temps, en réponse aux résultats scientifiques concernant le tabagisme passif, ils ont combattu l’idée que le tabagisme passif constitue un danger pour les non-fumeurs. En effet, si la décision de fumer ou non n’est plus un simple choix individuel, si au contraire les fumeurs mettent en danger non seulement leur propre santé, mais aussi celle d’autrui, la situation est très différente : pour le fumeur, imposer sa fumée à autrui n’est plus simplement une question de courtoisie ou de respect mutuel, cela devient une question de santé. La stratégie est de nier et de décrédibiliser, de faire valoir des incertitudes, de relativiser, d’ouvrir d’autres pistes pour détourner l’attention, etc., de manière à écarter, limiter ou retarder toute décision réglementaire nuisible aux intérêts de la cigarette.

  • 18 Op. cit. p. 4.
  • 19 Cf. McGarity, Wagner, Bending science, op. cit., p. 22.

25Les ouvrages récemment parus décrivent ces procédés en détail. Selon David Michaels18, « parmi les industries qui ont employé cette stratégie consistant à créer du doute et de l’incertitude, aucune ne l’a fait avec autant d’efficacité, aussi longtemps et avec des conséquences aussi graves que l’industrie du tabac ». D’autres grandes industries (amiante, pesticides, produits chimiques ou pharmaceutiques) ont tenté d’occulter ou de contrôler les mauvaises nouvelles scientifiques concernant les effets nocifs de leurs produits sur la santé, pour prévenir les effets néfastes sur le marché et éviter que leur responsabilité soit mise en cause. « Cesser de financer les recherches, harceler les scientifiques indépendants et à l’occasion les poursuivre en justice – ne serait-ce que pour avoir l’opportunité d’accéder aux médias de masse et d’y diffuser des messages choisis – telles ont été les méthodes principales employées, dans un premier temps, par ces entreprises encore peu sophistiquées de distorsion de la science.19 » Pour le tabac, on a développé des stratégies très élaborées qui ont ensuite servi de modèle.

  • 20 Cf. Pollay, op. cit.; Michaels, op. cit.

26Les industriels ont d’abord cherché à discréditer la recherche indépendante, par des campagnes de presse et de lobbying à très grande échelle. Pour rassurer les consommateurs et prouver leur bonne foi, ils ont fait mine de collaborer en favorisant la « bonne » recherche au lieu de travaux qu’ils s’efforçaient de contester ou de déprécier. Ils ont ainsi créé un centre de recherche, le Tobacco Industry Research Council (TIRC, qui a connu plusieurs avatars et des financements spectaculaires20), qui leur permettait de se donner une autorité scientifique et de contrôler l’impact des résultats scientifiques, de détourner au besoin l’attention des informations potentiellement nuisibles, tout en paraissant se plier aux normes de l’activité scientifique. À première vue, en effet, il n’y avait rien à redire : mettre en doute les résultats publiés, contrôler, critiquer, chercher des alternatives, tout cela fait partie du fonctionnement normal de la communauté scientifique. Mais en l’occurrence, il s’agissait d’une manipulation concertée : l’analyse des documents internes de l’industrie ne laisse pas de doute à ce sujet. La stratégie explicite était de combattre des résultats dont les responsables scientifiques de l’industrie reconnaissaient formellement en interne qu’ils étaient exacts. Il ne s’agit donc pas d’une réprobation rétrospective vis-à-vis d’une attitude qu’à l’époque on aurait pu trouver justifiable en l’absence d’une véritable connaissance de la nocivité : l’industrie du tabac a nié les risques en toute connaissance de cause, dissimulé les résultats de recherches menées à sa demande dans ses propres laboratoires, mené des actions juridiques et médiatiques contre des scientifiques dont elle savait que les conclusions étaient justes, etc.

  • 21 Cf. Takeshi Hirayama, « Non-smoking wifes of heavy smokers have a higher risk of lung cancer: a stu (...)
  • 22 Cf. E. Ong & S.A. Glantz, « Hirayama’s work has stood the test of time », Bulletin of the World Hea (...)
  • 23 Cf. McGarity, Wagner, Bending science, op. cit., p. 130-132.

27Les exemples sont nombreux. Prenons en un. Dans le cas du tabagisme passif, un chercheur japonais, le Dr Takeshi Hirayama, montra au terme d’une étude21 menée de 1966 à 1979 sur plus de 90 000 épouses non-fumeuses de fumeurs japonais que ces femmes avaient environ deux fois plus de risques de mourir d’un cancer que les femmes vivant dans un environnement non-fumeur, et que le risque relatif de mortalité par cancer du poumon pour les non-fumeuses exposées à la fumée se situaient entre 1/2 et 1/3 de ceux des fumeuses. Aussitôt, le Tobacco Institute, émanation de l’industrie du tabac, attaqua Hirayama dans une campagne de communication de plusieurs millions de dollars couvrant 80 % de la population américaine. Elle mandata un épidémiologiste, Nathan Mantel, pour dénoncer de graves « erreurs statistiques » supposées invalider ses travaux – alors que les documents internes montrent que les responsables scientifiques de l’industrie du tabac étaient convaincus de la justesse des résultats de l’étude japonaise22 –, et laisser entendre qu’il y avait en réalité controverse, d’autres recherches donnant des résultats présentés comme divergents. Hirayama fut attaqué personnellement, accusé de manipuler les données et présenté comme un « anti-fumeur fanatique », selon un procédé récurrent visant à déplacer le problème du terrain scientifique vers le terrain idéologique – il est plus facile et plus séduisant aux yeux du public de mener une croisade contre un moralisme hygiéniste que de réfuter un travail scientifique rigoureux. Malgré la faiblesse scientifique des critiques, les accusations furent reprises dans de grands quotidiens nationaux. L’essentiel était fait : les responsables du TIRC savaient que les protestations de l’auteur, réfutant preuves à l’appui les accusations portées contre lui, n’auraient aucun écho23.

  • 24 La situation est d’autant plus confuse que des chercheurs connus pour leur activisme anti-tabac et (...)

28Depuis, les publications confirmant les résultats de Hirayama se sont multipliées, mais la controverse continue d’être alimentée de manière suffisamment efficace pour que la question du tabagisme passif reste brouillée. La confusion est telle que l’OMS et les mouvements anti-tabac sont accusés d’utiliser des méthodes de désinformation : ils diffuseraient des informations abusivement alarmistes sur les risques du tabagisme passif pour culpabiliser les fumeurs, mais la réalité serait controversée et incertaine24. Le plus souvent, ces controverses reposent sur des conflits d’interprétation, et non sur des données alternatives et incompatibles avec les études mises en cause. Aux États-Unis, le Surgeon general, médecin chef des services de santé publique, a déclaré, dans son rapport de 2006, que le débat était clos : les données scientifiques indiquent sans conteste que le tabagisme passif n’est pas une simple nuisance, mais un problème de santé grave. En France, le rapport Dautzenberg de 2001 et le rapport Tubiana de 2009 parviennent aux mêmes conclusions.

Science du vrai vs industrie du doute

  • 25 Robert K. Merton, « The Normative Structure of Science », 1942, republié dans Merton, The Sociology (...)

29Selon Robert K. Merton25, le fondateur de la sociologie des sciences, l’activité scientifique répond à un ensemble de normes et de valeurs qui constituent un éthos de la science : elles garantissent sa cohésion et son autonomie en tant que système social. Ses quatre principes de base sont l’universalisme (les connaissances scientifiques doivent être considérées indépendamment de leurs producteurs), le communalisme (les connaissances scientifiques sont des biens publics, leur appropriation privée doit être réduite au minimum), le désintéressement (les scientifiques ne doivent pas se détourner de la quête de la vérité en obéissant à d’autres intérêts) et le scepticisme organisé (le travail des chercheurs doit être inséré dans un dispositif institutionnel encourageant le doute et la critique par les pairs). Ces normes, intériorisées par les scientifiques, sont à la fois des règles de fonctionnement internes et une protection permettant à la communauté scientifique de résister à l’influence et aux pressions des acteurs politiques et économiques. Merton définit ainsi une sorte d’idéal de fonctionnement de la science : elle appartient à l’ordre social en tant que communauté et institution, mais elle est autonome du point de vue de la production des connaissances, qui est sa raison d’être.

30Dès l’époque de leur formulation, les principes de Merton étaient sérieusement malmenés dans le cas du tabac. C’est l’exemple typique d’une tentative de manipulation et d’instrumentalisation de la science qui, si elle n’a pas réussi à étouffer la vérité – les faits, même supposés « construits », sont têtus – a néanmoins créé une grande confusion et contribué à développer un climat de méfiance vis-à-vis de la science institutionnelle, et en fin de compte à affaiblir sa légitimité.

  • 26 D. Michaels, op. cit. p. 11.

31« Notre produit, c’est le doute, parce que c’est le meilleur moyen de concurrencer le “corps de faits” (body of fact) qui existe dans l’esprit du grand public. C’est aussi le moyen d’établir une controverse », écrivait dans un mémo de 1969 un responsable de Brown et Williamson, cité par David Michaels26, qui rapporte également les propos d’un responsable du Tobacco Institute, en 1972, expliquant que les campagnes fondées sur le litige, l’action politique et l’opinion publique participaient d’une stratégie visant à créer le doute et à gagner du temps sur la mise en place de réglementations contraignantes. Il s’agissait uniquement de temporiser en « créant le doute au sujet des risques pour la santé sans les nier réellement, en défendant le droit des gens à fumer, sans les encourager directement à le faire, en prenant parti pour une recherche scientifique objective comme seul moyen de résoudre la question des risques pour la santé ».

  • 27 Les industries des énergies fossiles et certains États producteurs ont été régulièrement mises en c (...)

32Qu’il s’agisse de l’amiante, du plomb, des pesticides ou encore du changement climatique27, chaque fois que les intérêts de grandes entreprises ont été menacées au cours du siècle dernier, elles ont adopté une stratégie calquée sur celle du tabac. Créer du doute, susciter des controverses ou à tout le moins diffuser dans le public l’idée qu’il y a incertitude et controverse et qu’il faut approfondir les recherches, créer des centres d’information sur le produit et se donner une image d’expertise et de responsabilité, proposer de l’aide aux médias, encourager la « bonne » science, susciter des recherches alternatives, montrer que les risques sont multifactoriels (en montrant que d’autres facteurs sont responsables du cancer du poumon, on détourne l’attention de la cigarette – qui reste pourtant responsable de 80 % de ces pathologies). Les techniques plus classiques du lobbying et des public relations ont également été utilisées, ainsi que des méthodes moins avouables : manipulation et corruption de scientifiques et de politiques, mais aussi intimidation, harcèlement, diffamation, poursuites en justice contre des chercheurs isolés, rétention d’information, et toutes sortes d’autres moyens d’action assez éloignés de l’éthique de la recherche et de la « collaboration franche » revendiquée par l’industrie.

« Bonne » et « mauvaise » science

33En 2007, Philip Morris, anticipant le risque d’une régulation des produits du tabac par la Food and Drug Administration américaine (qui est en train de prendre corps avec la loi de 2009 - cf. infra p. 14), a ouvert au Virginia BioTechnology Research Park un centre de recherche de 350 millions de dollars destiné à résoudre le problème de la nocivité des cigarettes. Ce n’est pas un coup d’essai. En 1954, avec 14 représentants de l’industrie et de la distribution de cigarettes, Philip Morris avait participé à une campagne massive dans les journaux américains, où avait été publiée « Une déclaration franche aux fumeurs » (A frank statement to cigarette smokers, reproduit en facsimilé dans A. Blum, « Alchemy, the safer cigarette, and Philip Morris », The Lancet, vol. 371, 17 mai 2008), répondant à « des rapports sur des expérimentations menées sur des souris [qui] ont fait une large publicité à la théorie selon laquelle fumer la cigarette serait lié de quelque manière avec le cancer du poumon chez les êtres humains. » « Bien que menées par des médecins professionnels, poursuivait la déclaration, ces expérimentations ne sont pas considérées comme concluantes dans le domaine de la recherche contre le cancer. Pour autant, nous ne croyons pas qu’ils soient non concluants, ou qu’ils ne doivent pas être pris en considération ni rejetés à la légère. Cependant, nous pensons qu’il est dans l’intérêt du public d’attirer l’attention sur le fait que des médecins éminents et des chercheurs scientifiques ont publiquement mis en question la portée qu’on accorde à ces expérimentations. » Suivent des remarques sur le caractère multifactoriel du cancer, le désaccord au sujet de ses causes, l’absence de preuve du caractère causal de la cigarette, le caractère non-probant des statistiques, avec en point d’orgue une profession de foi où les industriels reconnaissent dans la santé des consommateurs « une responsabilité fondamentale », d’une importance « qui surpasse toute autre considération dans [leur] activité » et répètent leur conviction que leurs produits ne sont pas nocifs pour la santé.

  • 28 Sur ces questions, cf. par exemple J. Stauber et Sh. Rampton, Trust Us, We’re Experts, New York, Ta (...)

34Ce communiqué publié par le Comité de recherche de l’industrie du tabac (TIRC), fraîchement constitué, donnait le ton de ce que serait la « bonne » science promue par les industriels : le cœur de ce qu’on peut proprement qualifier de négationnisme. Par la suite, les tribunaux et le parlement américains ont condamné l’activité du TIRC comme une entreprise de désinformation et de manipulation de l’opinion préjudiciable aux consommateurs puisqu’elle les incitait à continuer à fumer. Mais les agissements du TIRC et des cigarettiers ont eu des effets plus profonds sur la science elle-même et ses rapports avec les politiques publiques. Sans entrer dans les détails, il suffira de rappeler qu’il est établi que l’industrie du tabac et celle du pétrole ont massivement financé des campagnes visant à attaquer la validité des résultats scientifiques sur le trou d’ozone, le changement climatique, le tabagisme passif et divers autres sujets où des produits industriels étaient mis en cause pour des raisons sanitaires ou environnementales. Surtout, ces campagnes ont eu une incidence sur le fonctionnement de la science, en introduisant la notion de junk science28 pour désigner des résultats considérés comme biaisés par des motifs non scientifiques, qu’ils soient politiques, idéologiques, financiers ou autres. Le terme a été employés dans des contextes juridiques impliquant des témoignages d’experts, et dans des campagnes médiatiques menées, aux États-Unis par exemple, par Steven Milloy et le Centre pour la science saine (Advancement of sound science center), dont les liens avec les industriels ont été révélés. L’industrie du tabac a lancé dans les années 1980 le Whitecoat project, recourant à des « consultants scientifiques » indépendants pour jeter le doute sur les données scientifiques en usant de termes tels que junk science. Ainsi, l’industrie du tabac a inventé le mouvement pour la bonne science (sound science) dans le cadre de sa campagne contre la réglementation visant le tabagisme passif. Sa tactique de désinformation : se faire le héraut de la « bonne » science. Ce mouvement a été repris par les scientifiques, qui ont créé en 1995 une Union of Concerned Scientists, réseau américain de scientifiques cherchant à débusquer la mauvaise science et à promouvoir la « bonne » science, alimentant un débat sur la nature même de la recherche scientifique.

  • 29 D. Michaels, « Scientific evidence and public policy », Am. Journal of Public Health, Supplément 1, (...)

35Par ailleurs, la jurisprudence américaine ayant instauré, par l’arrêt dit Daubert, le juge comme garant de la qualité de l’expertise scientifique produite dans un tribunal – dans des conditions qui favorisent les grands industriels capables de mobiliser des armées d’experts contre des plaignants isolés –, cette question est entrée dans les prétoires, où la « bonne » science des avocats de l’industrie a souvent raison des chercheurs donneurs d’alerte, même quand ceux-ci s’appuient sur des travaux reconnus par la communauté scientifique. D. Michaels29 rappelle ainsi que l’incertitude dans les sciences est la norme et non l’exception – le présent ouvrage en est l’illustration. Cela n’implique pas que la science est défectueuse, ni que les désaccords entre scientifiques signifient que l’une des parties est dans l’erreur ou représente une « mauvaise » science. On est renvoyé ici au véritable statut social de la science et à la difficulté de juger et de décider en situation d’incertitude, un thème très débattu dans le monde de la sociologie des sciences et des science studies.

  • 30 R. Proctor, « Should medical historians be working for the tobacco industry? », The Lancet, vol. 36 (...)

36Le mouvement de manipulation de la science lancé par l’industrie du tabac a donc eu des répercussions non seulement sur les représentations de la science par le public, mais aussi sur la réflexion des scientifiques à propos de leur propre discipline et sur leur rôle dans l’expertise juridique et dans la prise de décision publique. Ce mouvement est très large, et s’étend même à l’histoire des sciences : Robert Proctor, historien de la médecine, s’est par exemple interrogé sur l’instrumentalisation des historiens des sciences par l’industrie du tabac(30), qui les utilise quelquefois comme experts dans les prétoires, en leur faisant signer à l’occasion des rapports rédigés par d’autres, au service, dans certains cas, d’un processus de réécriture de l’histoire qui s’apparente à bien des égards à une forme de falsification, en ce qui concerne l’histoire des connaissances scientifiques, la connaissance des risques par les industriels et leur véritable responsabilité en matière de santé.

37Comme on peut en juger, les questions soulevées par le tabac ont joué un rôle majeur dans l’état actuel de la réflexion sur les sciences et leur rôle dans la société.

Un conflit de valeurs

  • 31 Cf. par exemple Mekemson & Glantz, « How the tobacco industry built its relationship with Hollywood (...)

38Dans le cas du tabac, le marketing devait préserver l’idée que fumer est un plaisir relevant essentiellement de l’individu et de sa liberté de choix. On a associé la cigarette au sport et au sport extrême, à l’aventure, à la virilité, en développant un marketing de la rébellion. Elle symbolise le rejet des normes et des conventions, l’individu contre tous les carcans qui l’étouffent. Le cinéma, dont on sait qu’il joue un rôle important dans le tabagisme des jeunes, en particulier, a été un support essentiel pour façonner cette image, en associant à la cigarette des figures de stars de la contre-culture et des rôles de héros rebelle défendant leurs valeurs contre les conventions de façade d’un monde perverti par l’argent, le vice et le crime31. Il était cohérent que l’industrie du tabac s’affiche aussi avec éclat dans une guerre contre l’autorité abusive des experts de la science académique et montre qu’elle ne s’en laisse pas compter, qu’elle ne laissera pas une science « douteuse » et une politique intrusivement normative entraver la liberté de l’individu. Dans la même veine, Philip Morris a financé secrètement en 1995 la création du Guest choice network (aujourd’hui Centre pour la liberté du consommateur), réseau né d’une association apparemment spontanée visant à défendre la liberté de choix du consommateur, qui a animé un mouvement d’opinion opposé à la réglementation antitabac dans les restaurants, bars et hôtels, en jouant sur la défense des droits individuels.

39L’industrie a choisi de défendre son produit et ses bénéfices contre l’intérêt du public, de préférer son image à la réalité, alors même qu’il ne s’agissait plus simplement de concurrence économique sur des marchés, mais de la santé et de la vie des gens. Le xxe siècle s’est illustré par sa capacité à exterminer massivement au nom d’idéologies et de représentations du monde, souvent combinés à d’autres intérêts. L’industrie des public relations est une émanation de ce siècle, et elle a contribué à façonner ses valeurs et ses comportements. Le cas du tabac en est une illustration exemplaire, qui conduit à ce constat tiré du Rapport du Comité d’experts de l’OMS sur les documents de l’industrie du tabac, Les stratégies utilisées par l’industrie du tabac pour contrer les activités de lutte antitabac à l’Organisation mondiale de la Santé (2000) :

« Le tabac est différent des autres menaces globales de santé publique. Il n’existe pas de groupe d’activiste qui promeuve l’expansion du choléra, pas de lobby défendant les moustiques. Les faits et les preuves présentées ici montrent que le tabac est un cas à part, et que pour combattre le fardeau qu’il représente en termes de santé publique, il ne sera pas suffisant de comprendre l’addiction et de soigner des maladies, mais il faudra de façon tout aussi cruciale venir à bout d’une industrie déterminée et puissante. »

  • 32 McGarity et Wagner, op. cit. p. 21.

40Comment expliquer cette dérive qui a fini par devenir un système, un modèle de stratégie de défense pour des entreprises ou des produits soupçonnés de poser un problème de santé ou d’environnement ? La raison, selon McGarity et Wagner, est liée au conflit des intérêts32 : « les différentes parties susceptibles d’être affectées par les décisions politiques s’efforcent de détourner les résultats scientifiques qui les concernent dans le but de promouvoir leurs propres intérêts économiques ou idéologiques, et elles ne sont pas tenues par les normes scientifiques ou les principes professionnels auxquels la communauté scientifique est soumise. Même lorsque la recherche à portée politique (policy-relevant) est conduite par des scientifiques indépendants et sort du processus de production scientifique sans être contaminée, il est très possible qu’elle reçoive dans le monde chaotique de la politique publique un accueil fort peu chaleureux : on n’est pas devant un aréopage discipliné de congressistes impatients de mettre en pratique les avancées qu’on leur présente, mais devant une horde sauvage de groupes d’intérêts cherchant à contrôler ce que révèle la recherche et à manipuler la manière dont elle est perçue et utilisée dans les processus politiques. »

41Dans ce contexte, face à une alerte de santé publique, l’industrie réagit par la dénégation, de crainte de se voir accuser d’avoir sciemment fait courir des risques aux consommateurs. Il faut pouvoir plaider au minimum l’incertitude. La vérité, les faits, l’intérêt des gens, leur santé, leur vie même, ne sont plus que des pièces parmi d’autres dans le jeu des arguments et la rhétorique de la communication. Ce qui compte, c’est de préserver l’image, les apparences. Ce qui compte, ce ne sont pas les faits, mais la manière dont ils sont perçus par le public et par les décideurs. L’art des relations publiques et de la communication, lorsqu’on ne peut pas changer le réel, est de changer la perception du réel. À bien des égards, il serait naïf de s’en scandaliser ; il serait immoral de l’accepter.

Tabac, pouvoir de l’État et manipulation sociale

  • 33 Pierre Grimanelli, « Les raisons d’être du monopole », Flammes et fumées, n° 39, été 1963, p. 15-18
  • 34 Cf. Éric Godeau, « La publicité pour les tabacs en France, du monopole à la concurrence (1925-2005) (...)
  • 35 Gérard Dubois, Le rideau de fumée. Les méthodes secrètes de l’industrie du tabac, Paris, Seuil, 200 (...)

42Mais l’industrie n’est pas seule en cause. Les États sont également concernés. Dans un pays à régie, comme la France, le tabac a longtemps été une affaire d’État. Au cours des années 1960, Pierre Grimanelli, directeur général du Seita entre 1954 et 1967, insistait, comme le rappelle Éric Godeau, sur ce qui représentait à ses yeux l’essentiel de la politique commerciale du monopole : « inciter les consommateurs à se porter vers les produits les plus chers » afin de « vendre de l’impôt en même temps que l’on vend des produits manufacturés qui plaisent aux consommateurs ». Vendre du tabac revenait donc à « commercialiser l’impôt » auprès des « consommateurs contribuables33 ». « Le Seita, dit Éric Godeau, agissait bel et bien comme un service du ministère de l’Économie et des Finances, sa vocation commerciale restant subordonnée à une priorité fiscale34. » On trouve dans le livre de Gérard Dubois, Le rideau de fumée35, un chapitre consacré à la situation française mettant en lumière l’ambigüité et l’embarras croissant de l’État à mesure que se confirmait la nocivité du tabac dont il était le pourvoyeur national par l’intermédiaire de la Régie.

43Mais avec la question du tabac, le problème de l’implication de l’État se pose encore à un niveau plus général : celui du rôle de l’État dans les questions de santé publique. Cette question nous plonge à nouveau au cœur de l’histoire du xxe siècle.

  • 36 Robert N. Proctor, La Guerre des nazis contre le cancer, Paris, Les Belles-Lettres, 2001 (The Nazi (...)

44Parlant de la guerre menée par les médecins allemands contre le cancer – et le tabac –, dans un livre qui occupe une place singulière au sein d’un ensemble d’ouvrages sur la médecine nazie souvent consacrés davantage à l’eugénisme et à la question raciale, Robert Proctor36 soulève des questions dérangeantes.

  • 37 Fritz Lickint, médecin à Dresde, fut l’un des premiers à publier des données scientifiques montrant (...)

45Il montre que le régime nazi et ses responsables médicaux considéraient le cancer comme une grave menace sanitaire et avaient entrepris de le combattre. Proctor affirme que les médecins allemands ont été les premiers à établir un lien entre certains facteurs environnementaux et l’incidence du cancer, en démontrant, par exemple, que l’amiante cause des cancers du poumon. Ils ont cherché activement à protéger la population exposée, en particulier sur les lieux de travail, au moyen d’une réglementation contraignante. En ce qui concerne le tabac, les médecins allemands étaient convaincus que fumer entraînait une dépendance et était une cause majeure de cancer du poumon et d’atteintes cardiaques. Selon Proctor, établir ces risques liés à l’usage du tabac à partir de l’analyse des tissus et cellules et de données épidémiologiques fut l’une des réalisations les plus remarquables de la médecine nazie au cours des années 193037, plus de dix ans avant les travaux de Richard Doll. La campagne de prévention n’eut pas le résultat escompté, mais fut sans doute la mesure la plus radicale de cette guerre contre le cancer.

46Le rejet du cancer – et de la cigarette – était lié à l’idée qu’il s’agissait de maladies de civilisation, et qu’il fallait revenir à un mode de vie plus « naturel » et plus sain proscrivant l’alcool et le tabac, sur le modèle du Führer lui-même, avec un régime alimentaire moins riche et le recours à une médecine elle aussi « naturelle », comme l’homéopathie. Le cancer était devenu une métaphore sociale importante qui permettait de stigmatiser l’ennemi intérieur – juifs et autres ennemis du peuple allemand – comme une tumeur immonde rongeant de l’intérieur le corps social, qu’il fallait donc épurer. Proctor souligne que le souci de la santé publique était clairement une conséquence de l’idéologie nazie, qui voulait promouvoir la « race supérieure » et la protéger des pathologies et des dégénérescences. Il met en évidence la complexité du lien entre la science allemande et l’idéologie nazie, remettant en question l’idée reçue selon laquelle un régime où l’on s’accorde à voir une incarnation du mal ne pouvait produire qu’une science mauvaise, scientifiquement déficiente parce que moralement douteuse et idéologiquement contaminée. On peut sans doute y voir une invitation à remettre en usage la distinction entre contexte de découverte et contexte de justification des connaissances scientifiques, proposée par Hans Reichenbach qui séparait les conditions dans lesquelles est élaborée une connaissance scientifique et le contexte dans lequel on cherche à la vérifier indépendamment de la façon dont elle a été obtenue.

  • 38 Cf. Proctor, p. 193.
  • 39 Sur les sites internet les plus extrêmistes, ces opposants ne manquent pas de céder à un amalgame f (...)

47L’ouvrage de Proctor conduit à s’interroger sur l’intervention de l’État dans les questions de santé publique. Beaucoup de sociétés contemporaines ont en effet adopté des mesures de santé publique comparables à celles du régime nazi, en particulier l’interdiction de fumer dans les lieux publics et la lutte contre le tabagisme passif, les contraintes en matière de publicité pour le tabac et l’alcool, les taxes, les campagnes de prévention38, etc. Ces mesures ont été incontestablement utiles pour la santé des populations, et elles sont généralement perçues comme un progrès et une avancée de la prise en compte par l’État de sa responsabilité sociale. Néanmoins, la promotion de la santé et la prévention des maladies a conduit, dans une certaine mesure, à restreindre l’importance accordée à d’autres valeurs, telles que la liberté et le respect de la vie privée. C’est une critique formulée régulièrement par les opposants à la lutte anti-tabac, avec des arguments parfois extrémistes39. Par ailleurs, des questions très semblables se posent aujourd’hui, avec une acuité renforcée depuis les attentats du 11 septembre, dans le domaine de la lutte anti-terroriste : jusqu’où un État démocratique peut-il légitimement restreindre les libertés individuelles au nom de la sécurité et du bien collectif ?

48À l’évidence, nos sociétés sont très éloignées de ce qu’était l’Allemagne nazie. Pourtant elles doivent résoudre des problèmes similaires. À l’heure où il faut sacrifier – ou refuser de sacrifier – certains droits individuels au profit du bien commun, quelle décision est légitime et compatible avec la vie de sociétés démocratiques et libérales ? Bien sûr, les 65 à 70 000 morts par an attribuables au tabac, pour la France à elle seule, sont un argument de poids. Mais la question de principe n’en est pas moins posée.

49Pour le tabac, un quasi-consensus favorable à la lutte contre la cigarette s’est mis en place dans les pays développés – poussant l’industrie du tabac se replier vers des zones en développement où les politiques de santé publique sont moins contraignantes. Le problème reste posé dans le cas d’autres substances psychoactives dont certaines sont interdites parce qu’inscrites sur les listes officielles comme « stupéfiants », tandis que pour d’autres, comme l’alcool – culturellement enraciné et disposant de relais politiques puissants dans notre pays, par exemple –, on se contente de signaler que l’abus est dangereux pour la santé. Le critère de tolérance ou d’interdiction n’est pas la nocivité : le rapport Roques, tout comme l’avis du CCNE évoqué par Anne Fagot-Largeault et Jean-Pierre Changeux dans le présent volume, montrent qu’à bien des égards, la nocivité et le caractère addictif du tabac et de l’alcool sont supérieurs à ceux de certains produits interdits. Il s’agit en réalité d’un choix social et politique, qui prend en compte un héritage historique, des traditions culturelles, des éléments économiques et géopolitiques, en plus des questions de santé et d’ordre public.

Bio-pouvoir ?

  • 40 Robert Proctor, The nazi war on Cancer, chap. 5., p. 120.
  • 41 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, 1. La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, chapitr (...)
  • 42 Idem p. 180-183.

50Les slogans de l’époque nazie, cités par Robert Proctor, « Ton corps appartient à la nation ! Ton corps appartient au Führer ! Tu as le devoir d’être en bonne santé ! Manger n’est pas une affaire privée40 ! » , renvoient à la réflexion sur le statut du corps et sur le pouvoir de l’État sur les corps, et notamment aux propos de Michel Foucault sur ce thème. Dans La Volonté de savoir41, Foucault souligne que, du droit de vie et de mort exercé par le pouvoir souverain comme son privilège caractéristique, on est passé aujourd’hui à un pouvoir sur la vie dont les modalités sont beaucoup plus variées : « un pouvoir qui s’exerce positivement sur la vie, qui entreprend de la gérer, de la majorer, de la multiplier, d’exercer sur elle des contrôles précis et des régulations d’ensemble ». « Les disciplines du corps et les régulations de la population constituent les deux pôles autour desquels s’est déployée l’organisation du pouvoir sur la vie », écrit Michel Foucault. La plus haute manifestation du pouvoir, désormais, n’est plus de tuer mais « d’investir la vie de part en part42 ».

  • 43 Ibid. p. 183-184.

« La vieille puissance de la mort où se symbolisait le pouvoir souverain est maintenant recouverte soigneusement par l’administration des corps et la gestion calculatrice de la vie. Développement rapide au cours de l’âge classique des disciplines diverses – écoles, collèges, casernes, ateliers ; apparition aussi, dans le champ des pratiques politiques et des observations économiques, des problèmes de natalité, de longévité, de santé publique, d’habitat, de migration ; explosion, donc, de techniques diverses et nombreuses pour obtenir l’assujettissement des corps et le contrôle des populations. S’ouvre ainsi l’ère d’un “bio-pouvoir”43. »

  • 44 Ibid. p. 189.
  • 45 Sur ces questions, cf. Didier Nourrisson, Éducation à la santé, xixe- xxe siècles, Rennes, École na (...)

51C’est le point de départ d’une prolifération de « technologies politiques qui, à partir de là, vont investir le corps, la santé, les façons de se nourrir et de se loger, les conditions de vie, l’espace tout entier de l’existence44 ». Ce qui vaut pour la sexualité, objet de l’enquête de Michel Foucault dans cet ouvrage, vaut aussi pour les mesures de santé publique, qui peuvent elles aussi avoir un caractère contraignant et normatif. Il paraît raisonnable de justifier les politiques visant à limiter l’usage du tabac par le coût humain et économique du tabac. Mais ces mesures qui nous semblent le plus souvent aller de soi n’ont ce caractère d’évidence que dans des sociétés où il est devenu normal que le pouvoir de l’État s’étende à la santé des corps. Ainsi, alors que la santé a été longtemps perçue comme un bien individuel, sa représentation s’est modifiée à mesure que la médecine commençait à acquérir une véritable efficacité. La notion de santé publique n’apparaît qu’en 190245, avec une dimension collective, orientée vers la prévention et l’organisation du système de soin. Mais le lien entre la santé individuelle et la santé publique s’était mis en place bien avant, sous le patronage de l’État, ce qui semble illustrer le propos de Michel Foucault. Ainsi, l’éducation civique instaurée par les lois scolaires de 1881-1882 traduisait le projet d’un État pédagogue qui assimilait valeurs républicaines et hygiénisme dans un combat contre la menace de la monarchie, inspiré également par la crainte de la dégénérescence liée par exemple aux fléaux de l’alcool et du tabac.

52Il faudrait probablement ajouter qu’en réalité les résistances au tabagisme, au nom de l’hygiène, de la santé, de la morale et de l’ordre public sont aussi anciennes en Europe que l’introduction du tabac lui-même, à l’époque de Christophe Colomb. À la vérité, la volonté de contrôler la consommation du tabac est plus ancienne encore : en Amérique du Sud, les Aztèques réservaient certains usages du tabac à une élite et les interdisaient aux peuples conquis, marquant ainsi des différences sociales et religieuses. Et une fois rapporté en Europe, les États qui avaient parfois commencé par l’interdire ont vite compris le bénéfice qu’ils pouvaient tirer du contrôle du tabac et des comportements sociaux qui lui sont liés. Seule l’Église a fini par interdire à ses dignitaires l’usage du tabac à priser, qui resta longtemps associé au clergé et à l’aristocratie.

Jean Nicot offrant du tabac à Catherine de Médicis.

Jean Nicot offrant du tabac à Catherine de Médicis.

Almanach du fumeur et du priseur, 1859.

dr

53On peut noter également, comme le rappelle Claude Évin dans son interview, que la position de l’État sur la question du tabac n’est pas univoque : d’une part, un groupe de parlementaires a introduit un recours constitutionnel à l’encontre de la loi Évin, et d’autre part, la législation sur le tabac est née sur fond de dissension entre les ministères de la santé et du budget, aux intérêts divergents.

54Il reste que les ambiguïtés de l’État, d’abord hésitant, puis promoteur du tabac pour des raisons économiques, et enfin pourfendeur du tabagisme pour des raisons sanitaires – dont les aspects économiques ne sont d’ailleurs pas absents – fournissent matière à réflexion sur l’étendue des pouvoirs de l’État sur les corps et les comportements. On ne peut pas dire que l’État a créé le tabagisme, à proprement parler, mais il l’a propagé en assurant ou en encourageant la production et la distribution du tabac, qui lui assuraient des revenus importants.

55Dans un registre différent, mais connexe, on peut s’inspirer des réflexions de Ian Hacking sur les manières de façonner les gens au travers des classifications dans lesquelles on les range, et qui sont susceptibles de produire des effets de boucle, les personnes classées se modifiant en fonction de la classification qu’on leur impose. Fumeurs et non-fumeurs sont plus que des descriptions objectives : ce sont des types de gens, qui n’existaient pas avant 1492. Paradoxalement, les politiques de lutte contre le tabagisme ont fait disparaître les non-fumeurs. Le mot désignait autrefois une catégorie de gens qui se singularisaient par leur ascétisme ou leurs poumons fragiles, des gêneurs auxquels on prêtait assez peu d’attention – on leur réservait quelquefois, non sans courtoisie, des espaces minoritaires dans les transports, les cafés et autres lieux à usage public. Désormais, la catégorie « fumeur » ayant été rayée de ces lieux, tout le monde est en principe non-fumeur. Du coup, c’est cette même catégorie « fumeur » qui est devenue l’objet d’une certaine stigmatisation, le fumeur étant soit une victime impuissante à se libérer de la cigarette, soit un hédoniste impénitent, inconscient ou irresponsable, quelquefois libertaire vindicatif, maugréant contre les lois, les taxes et l’hygiénisme ambiant, et protestant plus ou moins vivement contre son éviction des lieux publics, au nom de la défense de sa liberté et de son droit au plaisir. L’image du fumeur élégant, raffiné, connaisseur, celle de la femme fatale à la voix grave, le fume-cigarette à la main, celle plus martiale, du soldat à qui l’on distribue sa ration de tabac – patriotique quand il s’agit de Gauloises – celle de l’intellectuel inséparable de son mégot ou celle encore qui est associée au cow-boy Marlboro, icône virile affrontant la solitude des grands espaces, ont cédé la place à des représentations moins glorieuses, tout aussi soigneusement construites par des campagnes de communication au service, cette fois, de la santé, qui répondent habilement à l’inventivité des publicitaires à la solde des industriels du tabac, désormais privés d’une partie de leurs armes par la loi Évin.

56Il est de plus en plus clair que fumer n’est pas une affaire privée, et ne l’a sans doute jamais été.

Haut de page

Notes

1 Dans le cas de la syphilis, des études récentes conduisent néanmoins à reconsidérer ou à modifier la thèse selon laquelle elle aurait été rapportée d’Amérique dans les caravelles de Christophe Colomb. Pour une synthèse concernant l’existence de tréponématoses en Europe avant 1492, cf. J.-P. Brun, O. Dutour, G. Pálfi, « L’Antiquité des tréponématoses dans l’ancien monde : évidences historiques, archéologiques et paléopathologiques », Bull. et Mém. de la Société d’anthropologie de Paris, n.s.t. 10, 1998, p. 3-4. Cette recherche montre que l’Afrique est le réservoir des tréponématoses humaines et que l’Europe a connu des infections à tréponèmes, vénériennes et non-vénériennes, avant le xve siècle. Pour un état récent, cf. K.N. Harper, P.S. Ocampo, B.M. Steiner, R.W. George, M.S. Silverman et al. « On the Origin of the Treponematoses: A Phylogenetic Approach », PLoS Negl Trop Dis, 2(1), 2008, e148; doi:10.1371/journal.pntd.0000148.

2 Selon un communiqué de la Food and Agriculture Organization des Nations unies (FAO) du 8 janvier 2004, au niveau mondial, la demande de tabac devrait augmenter jusqu’en 2010 du fait de la croissance démographique, mais à un rythme moins soutenu que par le passé. Dans les pays développés, le tabagisme est en déclin, mais la consommation devrait augmenter dans les pays en développement. La production mondiale de feuilles de tabac devrait dépasser, selon les projections, 7,1 millions de tonnes en 2010, contre 5,9 millions de tonnes en 1997-99. On reste néanmoins en deçà du record de 1992 (7,5 millions de tonnes). Entre 1998 et 2010, le nombre de fumeurs est appelé à passer de 1,1 à 1,3 milliards, soit un accroissement annuel de 1,5 %, indique le rapport. En dépit d’une utilisation générale accrue du tabac, la consommation par adulte devrait baisser d’environ 10 % d’ici à 2010 et la consommation individuelle devrait se situer autour de 1,4 kg par an (contre 1,6 kg en 2000), Projections relatives à la production, à la consommation et au commerce du tabac d’ici à 2010. http://www.fao.org/.

3 Rapport de l’OMS sur l’épidémie mondiale de tabagisme, 2009. Résumé d’orientation : http://www.who.int/tobacco/mpower/2009/gtcrII_executive_summary_fr_final.pdf. En 2008, au niveau mondial, les gouvernements ont récolté plus de 167 milliards de dollars de taxes et dépensé environ 965 millions pour la lutte contre le tabagisme. En France, plus de 13 milliards d’euros entrent annuellement dans les caisses de l’État via la fiscalité sur le tabac.

4 Les références sont nombreuses, du Misocapnos de Jacques Ier d’Angleterre aux ouvrages publiés par la Société contre l’abus du tabac, comme la Physiologie Sociale du Dr Dr Hyppolyte Adéon Depierris, qui a pour sous-titre : Le Tabac, qui contient le plus violent des poisons, la nicotine, abrège-t-il l’existence ? Est-il cause de la dégénérescence physique et morale des sociétés modernes ? (Paris, Dentu, 1876).

5 Cf. infra le texte de P. Corvol et N. Postel-Vinay.

6 R. Doll et A.B. Hill, « Smoking and carcinoma of the lung. Preliminary report », British Medical Journal, 1950, p. 739-48; E.L. Wynder, « Tobacco smoking as a possible etiologic factor in bronchogenic carcinoma », JAMA, 143, 1950, p. 329-36; M.L. Levin, P.R. Gerhardt, « Cancer and tobacco smoking », JAMA, 143, 1950, p. 336-8; C.A. Mills, « Tobacco smoking habits and cancer of the mouth and respiratory system », Cancer Res, 10, 1950, p. 539-42; R. Schrek, G.P. Ballard, S. Dolgoff, « Tobacco smoking as an etiologic factor in disease », Cancer Res, 10, 1950, p. 49-58.

7 Rappelons pour mémoire quelques titres récents : Gérard Dubois, Le rideau de fumée. Les méthodes secrètes de l’industrie du tabac, Paris, Seuil, 2003 ; Thomas O. McGarity, Wendy E. Wagner, Bending science. How special interests corrupt public health research, Harvard University Press, 2008; David Michaels, Doubt Is Their Product: How industry’s assault on science threatens your health, Oxford University Press, 2008.

8 Ces documents consultables sur internet (www.tobaccoarchive.com ; http://tobaccodocuments.org) ont donné lieu à des centaines d’articles dans des revues à comité de lecture, et à de nombreux livres. Cf. S.A. Glantz et al., « The Cigarette Papers », 1998, University of California Press; S.A. Glantz, « The truth about big tobacco in its own words », BMJ, 321(7257), 5 août 2000, p. 313-4. Cf. également R.D. Hurt et al., » Open Doorway to Truth: Legacy of the Minnesota Tobacco Trial », Mayo Clinic Proceedings, vol. 84, n° 5, 2009.

9 Cf. Richard W. Pollay, « Propaganda, Puffing and the Public Interest », Public Relations Review, vol. XVI, n° 3, automne 1990 ; http://legacy.library.ucsf.edu/tid/zkh84c00/pdf.

10 Éric Godeau, Le tabac en France de 1940 à nos jours : Histoire d’un marché, Paris, Presses universitaires Paris-Sorbonne, 2008, p. 37.

11 Depuis, les femmes ont rattrapé les hommes. En 1950, elles étaient 1/4 à fumer, contre 3/4 des hommes. Mai 68 a changé la donne (cf. infra, entretien avec M. Tubiana). Aujourd’hui, un peu moins de 30 % des hommes fument et un peu plus de 25 % des femmes. Le rattrapage s’opère particulièrement chez les jeunes : les filles fument autant que les garçons.

12 En particulier Ivy Ledbetter Lee, qui a notamment façonné l’image philanthropique et humaniste d’un John D. Rockefeller, l’un des robber barons, désireux de faire oublier ses brutalités et ses pratiques mafieuses révélées par la presse. Cf. la préface de N. Baillargeon au livre de E. Bernays, Propaganda : comment manipuler l’opinion en démocratie, éditions Zones, 2007.

13 Cf. Larry Tye, The Father of Spin: Edward L. Bernays and The Birth of Public Relations, Holt Paperbacks, 2002. Parmi les œuvres de E. Bernays, cf. Propaganda, op. cit. Cf. également le documentaire d’Adam Curtis The Century of the Self (BBC – disponible en ligne).

14 Cf. R. Pollay, loc. cit.

15 Dr Robert Gibb, Imperial Tobacco, lettre au Dr Sydney Green, British American Tobacco, 1975.

16 En 1998, par exemple, les fabricants ont accepté de payer 206 milliards de dollars sur 25 ans pour couvrir les coûts engagés dans 46 États pour soigner les anciens fumeurs (Multistate master settlement agreement).Cf. Hurt et al., « Open Doorway to Truth : Legacy of the Minnesota Tobacco Trial », Mayo Clinic Proceedings, vol. 84 n° 5, mai 2009, doi : 10.4065/84.5.446.

17 En France, la Cour d’Appel de Rennes a confirmé en décembre 2006 le jugement de première instance du Tribunal de Grande Instance de Saint-Nazaire rendu en 2003 dans le litige qui opposait la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de Saint-Nazaire et la CNAM à Altadis et trois autres fabricants de cigarettes, marquant un coup d’arrêt des tentatives de lancer des actions collectives en matière de santé publique en France. Cf. aussi Bruno Deffains et Pierre Kopp, « Les actions collectives et l’industrie du tabac : une évaluation économique de l’expérience nord-américaine et des perspectives françaises », Centre d’Économie de la Sorbonne (C.E.S), Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2006.

18 Op. cit. p. 4.

19 Cf. McGarity, Wagner, Bending science, op. cit., p. 22.

20 Cf. Pollay, op. cit.; Michaels, op. cit.

21 Cf. Takeshi Hirayama, « Non-smoking wifes of heavy smokers have a higher risk of lung cancer: a study from Japan », British Medical Journal, 282, p. 183, 1981.

22 Cf. E. Ong & S.A. Glantz, « Hirayama’s work has stood the test of time », Bulletin of the World Health Organization, 78(7), 2000. Cet article, disponible en ligne, reproduit également un fac-similé de l’article de Hirayama.

23 Cf. McGarity, Wagner, Bending science, op. cit., p. 130-132.

24 La situation est d’autant plus confuse que des chercheurs connus pour leur activisme anti-tabac et non susceptibles de collusion avec l’industrie du tabac ont pris des positions critiques vis-à-vis de l’activisme concernant le tabagisme passif. En France par exemple, Robert Molimard a critiqué – mais sans apporter de données nouvelles – la méthodologie et l’interprétation du rapport européen Lifting the SmokeScreen publié en 2006 par l’European Cancer Society, Cancer Research UK, l’European Heart Network et l’Institut national du cancer. Cf. R. Molimard, « Le rapport européen Lifting the SmokeScreen : étude épidémiologique ou manipulation ? », Revue d’épidémiologie et de santé publique, 56, 2008.

25 Robert K. Merton, « The Normative Structure of Science », 1942, republié dans Merton, The Sociology of Science: Theoretical and Empirical Investigations. Chicago, IL, University of Chicago Press, 1979.

26 D. Michaels, op. cit. p. 11.

27 Les industries des énergies fossiles et certains États producteurs ont été régulièrement mises en cause dans la presse pour leur rôle dans les campagnes climato-sceptiques, et leur participation supposée aux tentatives de déstabilisation du GIEC, comme le récent climate-gate lié à la diffusion de courriers électroniques échangés entre chercheurs.

28 Sur ces questions, cf. par exemple J. Stauber et Sh. Rampton, Trust Us, We’re Experts, New York, Tarcher/Putnam, 2001; D. Michaels & C. Monforton, « Manufacturing Uncertainty: Contested Science and the Protection of the Public’s Health and Environment », American Journal of Public Health, S39-S48, juillet 2005, vol 95, n° S1, Doi: 10.2105/AJPH.2004.043059; Yach & Bialous, « Junking Science to Promote Tobacco », American Journal of Public Health, vol 91, n° 11, nov. 2001.

29 D. Michaels, « Scientific evidence and public policy », Am. Journal of Public Health, Supplément 1, vol. 95, 2005.

30 R. Proctor, « Should medical historians be working for the tobacco industry? », The Lancet, vol. 363, 10 avril 2004.

31 Cf. par exemple Mekemson & Glantz, « How the tobacco industry built its relationship with Hollywood », Tobacco Control, 11(Suppl I), 2002, i81–i91. Le même processus se retrouve en Europe, où des figures de la rébellion ou de la contestation sulfureuse, comme celles de Serge Gainsbourg, servent admirablement l’image du tabac. Sur la forte influence du cinéma sur le tabagisme des adolescents, et particulièrement ceux qui ont peu de comportements à risque, cf. les rapports du National Cancer Institute américain (J.D. Sargent , M.L. Beach et al. « Exposure to Movie Smoking: Its Relation to Smoking Initiation among U.S. Adolescents. », Pediatrics, 116, 2005, p. 1183-1191; J.D. Sargent, M. Stoolmiller, K.A. Worth,S.D. Cin, T.A. Wills, F.X. Gibbons, M. Gerrard, S. Tanski, « Exposure to Smoking Depictions in Movies: Its Association With Established Adolescent Smoking », Arch Pediatr Adolesc Med, 161, 2007, p. 849-856.

32 McGarity et Wagner, op. cit. p. 21.

33 Pierre Grimanelli, « Les raisons d’être du monopole », Flammes et fumées, n° 39, été 1963, p. 15-18.

34 Cf. Éric Godeau, « La publicité pour les tabacs en France, du monopole à la concurrence (1925-2005) », in Le Temps des Médias, n° 2, 2004/1, p. 115-126.

35 Gérard Dubois, Le rideau de fumée. Les méthodes secrètes de l’industrie du tabac, Paris, Seuil, 2003.

36 Robert N. Proctor, La Guerre des nazis contre le cancer, Paris, Les Belles-Lettres, 2001 (The Nazi War on Cancer, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1999.)

37 Fritz Lickint, médecin à Dresde, fut l’un des premiers à publier des données scientifiques montrant le lien entre le cancer du poumon et la cigarette, en 1935. Il s’appuyait notamment sur la différence entre hommes et femmes dans les régions où le tabagisme féminin était faible, et sur l’absence de cette différence dans les populations où les femmes fument comme les hommes. Cf. George Davey Smith, Matthias Egger, « The first reports on smoking and lung cancer – why are they consistently ignored? », Bulletin of the World Health Organization, vol. 83, n° 10, Genebra, oct. 2005; doi: 10.1590/S0042-96862005001000020.

38 Cf. Proctor, p. 193.

39 Sur les sites internet les plus extrêmistes, ces opposants ne manquent pas de céder à un amalgame facile et de dénoncer ces politiques comme « totalitaires » voire « nazies ». Ainsi, le site américain, http://www.smokershistory.com, présente l’histoire d’une « conspiration contre le tabac » qui viserait à contrôler la vie privée sur la base d’une science frelatée, et qualifie à longueur de page les mesures de santé contre le tabagisme de politiques nazies. Dans un registre différent, sur son site internet, le sociologue canadien Pierre Lemieux a intitulé « Heil Health » sa critique du livre de R. Proctor (également publiée sous le titre « Fascism and the Campaign to End Smoking » dans le National Post/Financial Post, 2 octobre 1999). (http://www.pierrelemieux.org/artproctor.html - suivi d’une réponse de Proctor http://www.pierrelemieux.org/proctor-lemieux.html). Le même Pierre Lemieux a publié une dénonciation militante du pouvoir de l’État dans ces domaines dans Tabac et liberté. L’État comme problème de santé publique, Varia Quebec, 2005.

40 Robert Proctor, The nazi war on Cancer, chap. 5., p. 120.

41 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, 1. La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, chapitre V, « Droit de mort et pouvoir sur la vie ».

42 Idem p. 180-183.

43 Ibid. p. 183-184.

44 Ibid. p. 189.

45 Sur ces questions, cf. Didier Nourrisson, Éducation à la santé, xixe- xxe siècles, Rennes, École nationale de santé publique, 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Marc KirschMaître de conférences en philosophie des sciences, Collège de France
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Crédits dr
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/305/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Crédits dr
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/305/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Crédits dr
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Edward Bernays (1891-1995).
Crédits dr
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/305/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Crédits dr
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/305/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Crédits dr
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/305/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Jean Nicot offrant du tabac à Catherine de Médicis.
Légende Almanach du fumeur et du priseur, 1859.
Crédits dr
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/305/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, hors série no 3 : Le tabac, Collège de France, Paris, février 2010, p. 111-129. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Marc Kirsch, « La lutte contre le tabagisme : un cas d’école de la relation entre l’industrie, la science et l’État », La lettre du Collège de France [En ligne], Hors-série 3 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 28 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/305

Haut de page

Auteur

Marc Kirsch

Maître de conférences en philosophie des sciences, assistant du Pr Ian Hacking, chaire de Philosophie et histoire des concepts scientifiques, chercheur associé à l’équipe AIDDA de l’INRA, membre du projet ANR EBP-BIOSOC (pour l’étude de l’utilisation des sciences dans la décision publique en matière agro-environnementale).
Co-directeur éditorial de la Lettre du Collège de France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page