Navigation – Plan du site
Tabac et addiction

Entretien avec Jean-Pierre Changeux

Jean-Pierre Changeux et Marc Kirsch
p. 18-27

Texte intégral

Jean-Pierre Changeux
Professeur honoraire au Collège de France, chaire de Communications cellulaires

© P. Imbert, Collège de France

Pourquoi la question du tabagisme est-elle si importante à la fois du point de vue de la recherche et du point de vue médical ?

Le tabagisme est une question majeure de santé publique parce que le tabac est la principale cause de cancer évitable. Il est la cause d’une mortalité très élevée qui n’est pas due immédiatement à une prédisposition génétique à un cancer particulier, comme le cancer du sein ou d’autres cancers. On sait aujourd’hui qu’il y a certaines prédispositions au cancer du poumon, mais il reste que le tabagisme est en principe évitable en tant que toxicomanie, or c’est un fait avéré que le cancer du poumon est directement lié à l’usage du tabac. Par conséquent, il suffirait que les gens arrêtent de fumer pour que la prévalence de ce cancer se trouve totalement transformée.

Le tabagisme n’est « en principe évitable » que si les gens ne commencent pas à fumer et ne s’exposent pas au risque de l’addiction. Cela implique une action de prévention. Pour les fumeurs qui sont déjà dépendants du tabac, cette dépendance est-elle réversible ou non ? Dispose-t-on de produits de substitution efficaces ?

S’agissant du succès ou de l’échec des tentatives de s’arrêter de fumer, des cliniciens tels que Gilbert Lagrue sont sans doute mieux placés pour en parler. Il me semble que la proportion des personnes qui, souhaitant arrêter de fumer, parviennent à le faire doit être de l’ordre de 20 à 30 %. Manifestement, il y a d’énormes difficultés pour arriver à se débarrasser du tabagisme une fois qu’il s’est mis en place. Et il n’est pas exclu qu’il y ait des prédispositions génétiques au tabagisme et à la toxicomanie en général. Les grands tabagiques peuvent être aussi dépendants de l’alcool et également prédisposés à l’usage des drogues dures. Contrairement à ce qu’on entend dire souvent, il n’existe probablement pas de processus d’entraînement progressif où la consommation de tabac entraînerait vers la consommation de cannabis, qui conduirait aux opiacés et à la cocaïne. Il semble qu’il y ait plutôt une sorte de prédisposition générale à la toxicomanie, qui est multi-drogue. Il y a donc une sorte de sensibilité à la dépendance toxicomaniaque.

Pour l’instant, la question de l’arrêt reste non résolue, et il y a une fraction importante de fumeurs qui souhaitent réellement décrocher et qui n’y arrivent pas.

Je pense que le soutien pharmacologique est très important et on ne connait pas actuellement de drogue qui soit meilleure que la nicotine elle-même qu’on utilise dans des patchs. On dispose de quelques molécules, le Zyban, la Varénicline, une drogue mise récemment sur le marché, mais qui présente des effets secondaires assez rédhibitoires, comme des tendances suicidaires, etc., et n’a pas les effets attendus. Jusqu’à présent, la nicotine en patch est sans doute la méthode la plus efficace, avec sans doute le Zyban, qui a en outre un petit effet antidépresseur. C’est donc une pharmacologie qui reste essentiellement à découvrir.

Quel est l’état de la recherche sur ces questions ? Le Collège de France a-t-il joué un rôle dans la recherche sur le tabac ?

En matière de recherche sur ces questions, il y a au Collège de France une tradition qui remonte au moins à Claude Bernard et à ses Leçons sur les effets des substances toxiques et médicamenteuses, publiées en 1857. Dans ces leçons il traite notamment du cas du curare et de la nicotine. Claude Bernard s’intéressait à la localisation de l’effet des drogues et à l’utilisation des poisons comme bistouri chimique. Il a montré que l’action paralysante du curare n’est due ni à un effet sur le nerf, ni à un effet sur le muscle : le curare agit à la jonction entre nerf moteur et fibre musculaire squelettique et bloque la transmission de l’influx nerveux. C’est là sa grande découverte. Claude Bernard, dans ce travail précurseur, s’est trompé sur un point : il pensait que le curare avait un effet présynaptique, alors qu’il s’agit d’un effet postsynaptique, comme l’a montré plus tard John Newport Langley. Bien entendu on ne savait rien à l’époque de la transmission cholinergique.

C’est en 1905 que John Langley et Sir Henry Dale proposent le concept de récepteur. Langley applique la nicotine localement à la surface du muscle, provoque sa contraction et montre que l’effet est bloqué par le curare. Il observe ensuite que la surface du muscle qui répond à la nicotine est exclusivement localisée sous la terminaison nerveuse et note que cette sensibilité persiste après dénervation. Il appelle « substance réceptrice » ou récepteur, la « substance du muscle qui se combine avec la nicotine et le curare » et qu’il distingue de « la substance qui se contracte ». À la même époque, le physiologiste Thomas R. Elliott avance l’idée d’une transmission chimique avec le système cholinergique. Il suggère que c’est une « sécrétion stimulatrice » libérée par le nerf qui entraîne la contraction du muscle. Elle sera appelée neurotransmetteur et sera identifiée plus tard : c’est l’acétylcholine. La nicotine simule l’effet de l’acétylcholine et le récepteur commun à la nicotine et au curare qui est présent à la surface du muscle est le récepteur de l’acétylcholine. On doit à Langley, avec Ehrlich, cette notion de « récepteur musculaire », qui est en fait un récepteur nicotinique. Langley a montré qu’il y a un effet agoniste de la nicotine et antagoniste du curare sur le récepteur de l’acétylcholine (la nicotine à l’époque). D’une manière générale, il existe une palette chimique de plusieurs dizaines de neurotransmetteurs dans notre système nerveux.

Extrait de la vingt-septième leçon de Claude Bernard, 18 juin 1856.

Extrait de la vingt-septième leçon de Claude Bernard, 18 juin 1856.

© Bibliothèque générale du Collège de France.

Avait-on établi à l’époque un lien avec le tabac ?

Il y a eu, je pense, au départ, une relation entre le tabac et l’intoxication au curare et surtout l’intoxication par les toxines de venin, avec l’idée que les feuilles de tabac pourraient avoir une sorte d’effet antagoniste – un peu comme dans les médecines traditionnelles – mais cela n’a pas été étudié de manière systématique. C’est Sir Henry Dale qui a mis en évidence la transmission nicotinique. Il a montré les effets de l’acétylcholine sur les récepteurs muscariniques (avec protéine g) et nicotiniques (avec un canal ionique). Ces avancées ont eu lieu au début du xxe siècle. Le concept de récepteur nicotinique remonte aux années 1905, mais il est resté théorique pendant des décennies. Beaucoup pensaient même qu’il était présent dans les tissus en quantités si infimes qu’il ne pourrait jamais être caractérisé chimiquement. Il a fallu attendre 1970 pour qu’il soit isolé, dans mon laboratoire, à l’Institut Pasteur. Les autres récepteurs ont été isolés et étudiés ensuite.

Récepteurs nicotiniques de l’acétylcholine.

Récepteurs nicotiniques de l’acétylcholine.

© Ataly

Sir Henry H. Dale (1875-1968), neuroscientifique britannique, prix Nobel de physiologie ou médecine avec Otto Loewi en 1936 pour leurs travaux sur le rôle de l’acétylcholine dans la transmission chimique des impulsions nerveuses.

Sir Henry H. Dale (1875-1968), neuroscientifique britannique, prix Nobel de physiologie ou médecine avec Otto Loewi en 1936 pour leurs travaux sur le rôle de l’acétylcholine dans la transmission chimique des impulsions nerveuses.

dr

Le récepteur que vous avez isolé est donc en quelque sorte le modèle. Ces travaux avaient-ils un lien avec une recherche sur le tabac ?

Pas du tout. Il s’agissait d’une recherche sur les grands principes de la transmission synaptique chimique et sur la notion très large de récepteur pharmacologique, qui est liée à la transmission chimique par les neurotransmetteurs, et qui est beaucoup plus générale : il y a non seulement le transmetteur, mais il y a aussi d’autres récepteurs, qui peuvent avoir des modes d’action assez différents.

C’est néanmoins cette découverte qui a permis de faire la jonction avec les recherches sur le tabac, dans la mesure où elle permettait de comprendre les mécanismes neurophysiologiques sous-jacents.

Auparavant, on ne connaissait pas le mécanisme d’action. On faisait des hypothèses sur les récepteurs, qui restaient des entités non identifiées. Désormais, elles sont identifiées sur le plan moléculaire. Le point de départ, c’est la jonction neuromusculaire identifiée par Claude Bernard. De notre côté, nous avons étudié l’organe électrique du poisson torpille et de l’anguille électrique. Cet organe est très riche en synapses toutes du même type : c’est une sorte de jonction ou de collection de jonctions neuromusculaires qui pèserait un kilo, du fait d’une répétition de jonctions identiques. C’est un organe de choix en raison de cette énorme amplification : les électroplaques sont comme des mini-jonctions neuromusculaires qui sont répétées 105 milliards de fois.

Nous avons bénéficié des travaux de Chen Yuan Lee, à Taiwan, qui a identifié les toxines de venin de serpent Bungare. Il s’agit de protéines toxiques qui agissent à la jonction neuromusculaire. Elles ont une action paralysante très semblable à celle du curare, mais avec des effets beaucoup plus spécifiques et irréversibles. Ces toxines ont constitué un outil exceptionnel pour identifier le récepteur du neurotransmetteur. Il s’agit d’une protéine membranaire qui, au microscope électronique, donnait l’image de rosettes d’environ 90 Å de diamètre tapissant la membrane sous synaptique. Ce récepteur de neurotransmetteur était également le premier canal ionique identifié chimiquement. D’une masse moléculaire d’environ 300 000, la protéine réceptrice forme une sorte de faisceau compact de cinq sous-unités qui traverse la membrane sous-synaptique. Elle porte les sites récepteurs de l’acétylcholine et de la nicotine sur sa face exposée à l’espace synaptique et contient un canal ionique sélectif pour les ions Na+ et K+ dans sa partie membranaire.

Grâce aux progrès de la biologie moléculaire, on sait aujourd’hui qu’il y a toute une famille de récepteurs nicotinique. On a donc plusieurs cibles, et la principale se trouve au niveau du récepteur α4 β2. Il y a une autre unité réceptrice nommée α7, qui est également engagée dans la dépendance à la nicotine. Mais il n’est pas certain que ce soient les seuls récepteurs. Il peut y avoir d’autres sous-unités engagées : c’est un point de débat actuellement.

Pour démontrer que c’est la cible, nous nous sommes tournés vers un modèle animal et nous avons étudié un paradigme d’auto-administration chez la souris. Les souris qui n’ont pas ce gène ne s’auto-administrent plus la nicotine. Mais nous ne sommes pas sûrs que l’auto-administration aiguë de nicotine soit un bon modèle des effets à long terme de la nicotine et du fait que la dépendance soit si irrémédiable. Ces travaux ont été menés dans les années 1990 : 1995 pour la première souris knockout dans notre laboratoire, démonstration sur le blocage de l’auto-administration en 1998 (Picciotto et al.). Les travaux se poursuivent sur le modèle souris.

Ces travaux permettent-ils de comprendre l’addiction ?

Ils permettent de l’approcher. On est loin de comprendre l’ensemble du phénomène. Il y a une phase de relation immédiate avec la drogue, qui conduit à ce comportement d’auto-administration qu’on appelle parfois sensibilisation. Ensuite, il y a une phase dite d’accoutumance, où il faut augmenter les doses de drogue pour que le sujet soit satisfait, puis une phase de dépendance qui se caractérise par la perte de contrôle du sujet qui ne peut plus se passer de tabac, ou d’autres drogues addictives. Il y a un débat avec Jean-Paul Tassin sur la question de savoir si la nicotine est le seul produit addictif, étant donné que la fumée de cigarette contient un grand nombre de produits. Ce n’est pas du tout certain.

Un autre élément très important dans l’addiction est une sorte de conditionnement quasiment « pavlovien ». Par exemple, il y a des cas de fumeurs invétérés qui ont des habitudes très précises : ils vont fumer toujours au même endroit. Le fumeur dépendant qui passe à cet endroit ressent immédiatement une sensation de manque du simple fait de l’environnement dans lequel il se trouve, et qui est associé à la cigarette. C’est une sorte d’empreinte de l’environnement. Certains tests sur la souris sont fondés sur ce principe : une souris qui reçoit une drogue dans un compartiment donné retournera dans le même compartiment. Il y a un aspect pavlovien dans la dépendance.

Par ailleurs, le passage du tabagisme occasionnel au tabagisme chronique et à la dépendance tabagique n’est pas très bien connu. On pense comprendre assez bien certains mécanismes associés à cette première phase d’auto-administration : on connaît les récepteurs, on sait que le processus fait intervenir les systèmes dopaminergiques et l’activation des systèmes dopaminergiques ascendants par l’acétylcholine endogène et la nicotine qui prend la place de cette acétylcholine endogène. En revanche, le problème qui reste mal connu et que nous explorons actuellement est la mise en place d’une trace très peu réversible – ou fortement irréversible. On a exploré certaines pistes, avec par exemple l’idée qu’il y a au cours de la mise en place de la dépendance un remplacement du récepteur α 4 β 2, qui intervient dans l’auto-administration aiguë, par α 7, qui est en quelque sorte une compensation.

Le phénomène intéressant, c’est que la personne qui ressent le manque et qui fume aura, une fois qu’elle a pris de la nicotine, un comportement semblable à celui du sujet normal. C’est valable également pour la souris. Cela pose le problème du remplacement d’un récepteur qui se désensibiliserait par un autre récepteur, qui lui ne se désensibiliserait pas.

Ces recherches ne concernent pas seulement le tabac, mais l’addiction en général ?

Il s’agit d’une recherche fondamentale, qui a des points communs avec les recherches sur l’effet de la cocaïne, dans la mesure où là aussi, il semble que les systèmes dopaminergiques ascendants soient en cause. Pour Jean-Pol Tassin, la nicotine n’est pas le seul système à intervenir dans le système dopaminergique. Il n’en reste pas moins vrai qu’elle joue un rôle important.

Il y a eu un débat très intéressant récemment à partir d’une enquête épidémiologique sur les gènes de prédisposition au cancer du poumon. Ces gènes sont α 3 α 5 β 4. Ils ont été peu étudiés. Ce ne sont pas ceux que j’ai mentionnés tout à l’heure, α 4 β 2, et β7. La question qui se pose est la suivante : est-ce que ce sont des gènes qui interviennent dans la dépendance à long terme, alors que les autres ont été étudiés dans le tabagisme à court terme, ou est-ce que ce sont des gènes propres aux cellules pulmonaires – concernées par le cancer du poumon –, qui seraient porteuses de récepteurs nicotiniques et seraient stimulées par la nicotine dans leur croissance cancéreuse, comme on l’a établi.

De fait, le tabagisme est lié au cancer du poumon pour deux raisons : parce que la cigarette est cancérogène, d’une part, et parce que de surcroit les cellules cancéreuses pulmonaires sont stimulées par la nicotine de façon indépendante. Ainsi, une fois qu’il est déclaré, le cancer du fumeur se trouve encore aggravé par le tabagisme du fait de l’activation de ce second processus. Il y a donc une double action du tabac, qui est par conséquent excessivement dangereux dans ce cas. Un des points actuellement à l’ordre du jour est de savoir si ces gènes qui ont été identifiés comme prédisposant au cancer du poumon interviennent ou non dans la dépendance tabagique. Sur cette question, la recherche est très active.

Ces recherches sont un enjeu important pour la santé publique. Avez-vous des liens avec le ministère de la santé ?

Nous relevons du CNRS et du Collège de France. À l’INSERM, il y a des recherches sur le tabagisme, mais il n’y a pas de travaux de ce type, sur les récepteurs nicotinique, à ma connaissance. Le CNRS a toujours financé ces recherches et les agences nationales nous ont constamment aidés, de même que la recherche sur le cancer et le Plan cancer. C’est tout à fait légitime, puisque le tabagisme est la principale cause de cancer évitable.

Y a-t-il une mobilisation de la recherche sur ces questions ?

Il y a une société de recherche sur la nicotine. En pharmacologie, le récepteur nicotinique reste le modèle de référence de récepteur de neurotransmetteur. Ce n’est pas le seul : un autre modèle a été isolé après le nôtre. C’est un modèle de récepteur-canal, qui intéresse également les électrophysiologistes, parce que l’on fait aujourd’hui des enregistrements électriques de la réponse à la nicotine. L’intérêt à la fois pharmacologique et physiologique explique le très grand nombre de publications de recherche sur les récepteurs nicotiniques. Il s’agit d’un domaine majeur de la pharmacologie.

Un aspect qui intéresse beaucoup les chercheurs concerne la perte de contrôle que l’on constate chez les fumeurs et les personnes se trouvant dans un état de manque. Les études réalisées montrent qu’il y a une certaine contraction des réseaux à longue distance du cortex préfrontal chez les adolescents tabagiques.

Peut-il s’agir d’une inhibition spécifique ?

Apparemment, on considère aujourd’hui que lorsqu’on devient dépendant aux drogues et qu’on est en état de manque, beaucoup de fonctions sont impliquées, et pas simplement celles de la nicotine, contrairement à ce que je pensais initialement.

Les fumeurs dépendants seraient dans un mode de conscience altéré ?

Oui, et c’est valable aussi pour la cocaïne et d’autres substances. Les symptômes sont assez semblables, même s’ils ne sont pas exactement identiques. Ce phénomène de manque et de perte de contrôle a des conséquences cognitives.

Mais le manque est cyclique, il n’est pas constant ?

C’est valable pour les toxicomanies en général : quand on a la drogue, tout est normal. Le morphinomane ou l’héroïnomane, quand il a consommé la drogue, ne présente pas de trouble cognitif.

Et l’alcool ?

L’alcool a des effets collatéraux très importants. Il atteint beaucoup de cibles différentes, et engendre des lésions intrinsèques. C’est peut-être aussi le cas de la cocaïne, mais pas de la nicotine. Beaucoup de ces composés, en plus de l’action sur les systèmes de dépendance, ont des effets toxiques sur d’autres organes : le foie, les poumons, le cerveau, etc.

À partir de l’avis du Comité consultatif national d’éthique de 1994, en particulier, la définition même de ce qu’est une drogue a été mise en question. Le comité s’est interrogé sur la distinction entre drogues licites et illicites : pourquoi peut-on fumer, boire et jouer dans un cadre légal, tandis que d’autres substances ou comportements sont interdits ? En outre, ces distinctions et interdits sont très liés à une culture : autres pays, autres mœurs, et autres interdits.

Le comité a considéré que la distinction entre drogue licite et illicite est purement juridique et ne correspond pas à une distinction pertinente sur le plan médical et scientifique. Ce qui nous importait, c’était la toxicité des drogues, leur usage à court et à long terme. Le comité était très soucieux de marquer la distinction entre usage et abus. L’usage désigne la situation où le sujet peut utiliser la drogue et s’arrêter sans difficulté, tandis que l’abus est une situation où l’on consomme le produit de manière systématique et compulsive, sans pouvoir s’arrêter.

Le problème des drogues addictives, c’est que l’usage induit l’abus : il est par lui-même porteur d’un caractère addictif.

Il l’est en effet. Mais il est évident qu’un usage occasionnel, non répétitif, peut être éventuellement accepté ou toléré, alors que l’usage répétitif qui conduit à la dépendance et à ce qu’on appelle donc l’abus, place le sujet dans une situation où il perd en quelque sorte le contrôle de sa volonté.

La limite est difficile à tracer. C’est au fond une question culturelle : il existe des usages culturellement normés, rituels chamaniques ou religieux, par exemple, qui encadrent l’usage de substances hallucinogènes ou psychoactives.

En réalité, il n’y a pas véritablement une limite : c’est un continuum. Il y a en effet des usages rituels de telles substances : le peyotl en Amérique du Sud, chez les Huicholes du Mexique en particulier, l’alcool dans le judéo-christianisme et d’autres drogues hallucinogènes dans d’autres traditions. Il s’agit d’un usage extrêmement ritualisé et contrôlé, alors que l’usage des agents toxiques créant une dépendance, en Europe et dans les pays occidentaux, est totalement non contrôlé, si l’on fait abstraction d’une législation très globale. Il n’y a pas de ritualisation sociale qui définisse les conditions de l’usage de la drogue.

Il y a sans doute un usage récréatif socialisé, mais sans contrôle. En revanche, on pourrait dire qu’il y a dans l’usage médical de ces drogues, qui est extrêmement contrôlé, une forme de ritualisation sociale d’un genre particulier. Dans le cas des cérémonies chamaniques, l’aspect médical est également présent, mais il s’accompagne d’une dimension spirituelle intimement liée à une représentation du monde.

On peut éventuellement considérer qu’il y a une ritualisation dans l’usage médical, mais elle a lieu au sein d’un encadrement social extrêmement clair, vérifié et validé par les capacités thérapeutiques des substances employées, et notamment de leur capacité à supprimer la douleur. L’analgésie est le principal usage médical de la morphine et de l’héroïne : parmi tous les analgésiques connus, ce sont les plus efficaces, et de loin. Cet aspect doit être accepté, dans le contexte d’un encadrement médical rigoureux. Le cannabis peut également avoir des usages médicaux, dans des contextes bien définis.

C’est ce contexte qu’avait décrit le CCNE en 1994. Notre principale problématique était de sortir de la classification juridique des drogues et d’essayer d’évaluer la toxicité des substances en question ainsi que leurs effets secondaires, dans les situations d’usage et d’abus. De mon point de vue, on n’a pas intérêt à classer le tabac et l’alcool parmi les drogues « licites », comme s’il y avait des drogues dépourvues d’effets secondaires et qui ne créent pas de dépendance. L’alcool et le tabac sont des agents pharmacologiques qui créent de la dépendance, au même titre que la morphine et la cocaïne. Pas exactement de la même manière, mais ils ont aussi des effets toxiques dangereux.

« Il n’existe pas en droit positif français de définition juridique de la drogue ou de la toxicomanie. Il n’existe pas non plus de corrélation entre les classifications scientifiques des drogues en fonction de leurs effets sur le système nerveux central, de leur capacité de provoquer une dépendance physique ou psychique et un phénomène de tolérance, et le régime juridique auquel sont soumises ces substances.
Parmi les substances qui peuvent induire des comportements toxicomaniaques, certaines comme le tabac ou l’alcool sont licites, bien que plus ou moins réglementées, d’autres figurent sur la liste des stupéfiants, fixée par arrêté ministériel, ce qui les rend illicites : leur usage est interdit, leur production, commerce et propagande sont réprimés. »
« La distinction juridique entre drogues licites et drogues illicites ne correspond pas aux critères scientifiques de classification des produits considérés, que ce soit en fonction de leur mode d’action, de leurs effets sur le système nerveux central, ou des risques qu’ils présentent. Les produits licites peuvent produire des effets aussi dévastateurs que les produits illicites. La dépendance physique à la nicotine est aussi sévère que la dépendance physique aux opiacés. Les produits licites sont utilisés comme moyen de suicide beaucoup plus souvent que les produits illicites (mélange d’alcool et de benzodiazépines, par exemple). » (extrait de l’avis n° 48 du CCNE, 23 novembre 1994).

Et d’autant plus dramatiques, en termes de santé publique, qu’étant licites, ils sont largement accessibles et consommés à grande échelle.

C’est pourquoi il faut abandonner cette classification juridique et la remplacer par une classification en termes de toxicité.

Comment cet avis a-t-il été reçu ?

Il y a eu au sein du comité d’éthique des débats sur plusieurs points. Par exemple, est-ce que l’usage est acceptable, dans le cas de drogues qui sont réputées créer de la dépendance ? Peut-on accepter l’usage de la cocaïne ou de la morphine, par exemple dans des conditions où cet usage est très ponctuel et ne conduit pas à la dépendance ? C’est une des questions que nous avons traitées. Une autre question très débattue était celle de la légitimité de cette distinction entre licite et illicite. L’appartenance religieuse de certains membres du comité les conduisait à refuser par exemple que la consommation d’alcool puisse être comparée à l’usage d’une drogue illicite. La symbolique du vin est très présente dans la tradition judéo-chrétienne : il y a dans la Bible de nombreuses références au vin, la transsubstantiation fait du vin le sang du Christ, etc. De ce fait, l’idée que l’usage, même symbolique, du vin, puisse être assimilé à une consommation de drogue illicite apparaît comme une atteinte à une tradition religieuse et est inacceptable aux yeux de ceux qui lui sont très littéralement attachés. Il y a un usage symbolique du vin également dans la Grèce antique, avec les rituels de Bacchus, par exemple. L’usage du vin et de l’alcool est généralement considéré comme accepté sur le plan symbolique. Pour s’en démarquer, le Coran l’interdit. Ce qui montre bien l’importance symbolique du vin dans certaines traditions religieuses.

Quant à l’abus, comment le sanctionner ? Faut-il considérer le toxicomane comme un délinquant ou comme un malade ? C’est actuellement un grand débat partout dans le monde.

Les positions sont souvent tranchées : pour les médecins, c’est un malade, pour les politiques, plutôt un délinquant ou un délinquant en puissance.

Le pouvoir politique a de grandes difficultés à gérer ce problème. Il est sans doute plus facile d’introduire une sanction juridique que de demander un traitement médical et de s’assurer du suivi de ce traitement – par exemple dans le cas des cures de désintoxication.

Il est vrai également que les traitements sont souvent peu efficaces.

Sans doute, mais la sanction juridique ne fera pas sortir le toxicomane de sa dépendance. Elle peut le faire hésiter, mais elle risque aussi de rendre clandestines certaines pratiques. On le voit actuellement aux États-Unis, où la situation devient dramatique parce que certaines drogues – essentiellement la cocaïne et le haschisch – sont interdites. De ce fait, il se crée un marché noir, qui entretient une criminalité importante. La situation à la frontière du Mexique prend ainsi les dimensions d’une véritable guerre. Le Mexique a mobilisé une armée. Le président Obama a été saisi de cette affaire ; il a procédé à la mise en place de gardes nationaux à la frontière, etc. On a posé publiquement la question de savoir s’il ne serait pas préférable de légaliser l’usage pour mieux le contrôler.

Nous avions discuté de cette problématique au comité d’éthique, et dans le contexte français, cela n’avait pas du tout été pris en considération. Il serait hasardeux de préjuger de la décision que prendra le gouvernement américain, mais actuellement, le débat est lancé.

L’idée repose essentiellement sur des considérations économiques et policières : il serait moins couteux de légaliser et cela permettrait de mieux contrôler la situation ?

C’est peut-être préférable aussi sur le plan de la santé publique, mais c’est un débat difficile et il est malaisé de trancher. En France, il y a eu tout un débat au sujet de la légalisation éventuelle du cannabis. Puisque l’alcool est une drogue légale, pourquoi ne pas tolérer également le cannabis ? Il est évidemment très difficile d’apprécier les conséquences qu’aurait un tel acte juridique. Il peut y avoir d’une part un effet d’incitation, et d’autre part, un effet de protection. Il est difficile de savoir ce qui va l’emporter.

Le problème de la drogue a une dimension économique considérable, puisque certaines économies de pays en développement dépendent pour une large part de ces produits : le pavot en Afghanistan, la cocaïne en Colombie, au Maroc, dans une certaine mesure, le cannabis. Mais ces aspects ne sont pas pris en considération de manière suffisamment ouverte parce que les aspects politiques sont très difficiles à gérer.

Du côté des pays consommateurs, on s’inquiète de la criminalité qui se développe autour des trafics de drogue. Au Mexique ou en Colombie, on peut presque parler d’une criminalité d’État qui crée une situation de quasi guerre civile entre les trafiquants de drogue et l’État mexicain. Le grand consommateur, ce sont les États-Unis. Et les usagers sont si nombreux que le montant des échanges financiers engendrés est considérable, même en restant à des niveaux de prix relativement peu élevés. Il y a donc une véritable économie parallèle liée à la drogue. Pourquoi y a-t-il tant de consommateurs de drogue ? Sans doute est-ce la principale question à poser à la société américaine et à la société occidentale en général.

Faut-il invoquer le malaise social ?

Il est certain que cela intervient dans le fait d’avoir besoin d’une compensation pharmacologique pour rééquilibrer le fonctionnement cérébral. Mais il serait intéressant d’avoir une idée de la consommation de toxiques en fonction du niveau de vie : je ne suis pas certain que la corrélation soit très marquée.

Il y a sans doute des différences selon le type de drogue.

La différence provient aussi du fait que les milieux modestes ont par définition moins de moyens pour acheter de la drogue tandis que les milieux plus aisés ont la possibilité de le faire. Il y a certainement des différences entre les classes sociales dans l’usage des drogues et dans le type de drogues utilisées. Il y a probablement un alcoolisme très développé dans la bourgeoisie, et la vision de l’alcoolisme donnée par Zola dans L’Assommoir n’est pas forcément la seule. Les classes très modestes ont du mal à se procurer de la drogue, alors que dans les classes plus aisées, la toxicomanie n’entraîne pas forcément une délinquance apparente. La question est difficile à analyser. Reste qu’il y a une consommation considérable qui nourrit tout un marché et une délinquance internationale. Elle se situe davantage au niveau des intermédiaires. Entre le producteur, généralement pauvre, et le consommateur, situé généralement dans les pays occidentaux riches s’est mise en place une espèce de chaîne criminelle.

Le recours aux drogues ne dépend pas forcément d’un malaise social. Par exemple, le fait de commencer à fumer chez les adolescents peut être de l’ordre du rite de passage vers l’âge adulte et n’est pas forcément lié à un malaise ou un mal-être. Mais une fois qu’on a goûté au tabac et qu’on y a pris plaisir, la dépendance peut s’installer, quelle que soit la raison initiale.

L’usage de ces substances peut être liée à l’affirmation d’une image de soi. Mais la situation est variable selon les substances : certaines sont davantage liées à un malaise et à une difficulté sociale, qui peut conduit à des comportements marginaux ou déviants, etc. Certaines substances sont plus hédoniques, elles sont liées à un plaisir, à une récompense immédiate, comme la cocaïne ou la morphine, alors que le tabac n’a pas cet effet. En tout état de cause, dans ce cas, on ne devient dépendant qu’à la suite d’un usage. On peut dire qu’on apprend à fumer : ce n’est pas forcément agréable au départ.

La problématique du comité d’éthique était avant tout d’insister sur les aspects médico-sociaux et sur un état du savoir scientifique qu’il faut continuellement remettre à jour puisque les connaissances ne cessent d’évoluer et de se renouveler. Nous avons formulé le vœu que le politique y soit plus sensible, que le pouvoir législatif prenne sur ces questions des décisions éclairées.

Avez-vous été écoutés ? On a l’impression que les représentations ont quelque peu évolué. Si la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies a choisi d’étendre son champ de compétence au tabac et à l’alcool, et de considérer les choses plutôt du point de vue du comportement addictif que des produits, c’est aussi à la suite de cet avis.

Il a sans doute créé un débat et contribué à sensibiliser l’opinion. À l’époque, il a été assez bien reçu. Pourtant, même au sein du comité, il y avait débat. Il a fallu une année pour parvenir à une position commune et surmonter des oppositions qui, au départ, étaient fortes. Le problème a été reposé dans des conditions nouvelles et la réflexion a pris en compte des éléments sur lesquels la plupart d’entre nous n’avions pas porté notre attention. C’est de cette façon que les débats éthiques sont susceptibles d’évoluer et de conduire à une entente à partir de positions parfois tranchées. C’est la force d’une entité telle que le CCNE, qui réunit des gens d’horizon très divers, avec des positions très marquées et des compétences forcément limitées. En intégrant des questions et des éléments nouveaux, le débat permet de construire une position commune acceptable par tous et de prendre en compte un avenir qui n’était pas nécessairement celui qu’on envisageait il y a 20 ou 50 ans.

Les représentations ont changé, mais on a tout de même l’impression que les pratiques ont peu évolué sur ces questions.

Mon opinion est que le système est largement paralysé par la notion de loi de bioéthique. J’y étais très favorable à l’origine. Je pensais qu’il fallait traduire dans la loi les régulations établies au niveau des chercheurs, des sociétés pharmaceutiques, du corps médical, etc. Je reste fidèle à cette idée que la loi est importante. Le problème est lié à la lourdeur et à la lenteur du système. Au comité d’éthique, nous avions fait un très beau travail tous ensemble. Il a fallu de longues années pour qu’il soit inscrit dans la législation, que les décrets d’application soient promulgués et que la loi entre en vigueur. À la fin du processus, une fois les choses gravées dans le marbre, le monde avait changé au point que certains aspects de la loi n’étaient plus adaptés. C’est le cas, par exemple, pour les cellules souche, ce qui a bloqué la recherche en France de manière dramatique. Il serait bon d’avoir un ensemble de dispositions légales assez générales qui puissent être réexaminées chaque année sur les points sensibles par le Parlement. Il ne s’agit pas de revoir toute la loi, mais chaque année, certains points d’actualité apparaissent, sur lesquels on devrait pouvoir saisir le législateur à la suite de la réflexion du comité, de manière à revoir le texte de loi de façon dynamique et ouverte. Dans ce domaine, il est bon d’avoir des textes de loi susceptibles d’être révisés non pas forcément à date fixe, mais en fonction des besoins, de sorte que le moment venu, ils puissent être réexaminés immédiatement et mis en application très rapidement. Une telle procédure éviterait de revoir systématiquement la totalité du corpus – avec la lourdeur solennelle que cela suppose – et apporterait une plus grande réactivité.

Les mœurs évoluent très rapidement aujourd’hui. Prenons le cas des mères porteuses, de l’euthanasie, peut-être même de la toxicomanie. Les textes de loi doivent s’adapter à l’évolution des mœurs. Ils ne peuvent pas prendre trop de retard, sous peine de devenir obsolètes et inadaptés. Paul Ricœur mettait l’accent sur l’idée d’acceptabilité. C’était pour le comité d’éthique un critère fondamental : il fallait des avis qui soient bien pensés – c’est le but d’une norme éthique – mais qui soient aussi susceptibles d’être mis en application de manière efficace, et qui ne soient pas rejetés parce qu’inadaptés à l’état du monde.

Dans le cas du tabac et de l’alcool, socialement très intégrés en Occident, il est difficile de faire changer les mentalités et les représentations. Pour le tabac, il a fallu plusieurs décennies de lutte. Il ne reste plus guère que des défenses d’arrière-garde qui défendent le droit des fumeurs au nom de revendications libertaires.

On ne peut pas nécessairement défendre la liberté de s’intoxiquer. À cet égard, la liberté de nos concitoyens se trouve limitée par la dépense sociale : c’est une responsabilité civique que de s’engager dans une spirale médicalement dangereuse, qui présente un coût social élevé. Dans le système français, où l’assurance sociale allège les dépenses médicales individuelles, le citoyen doit néanmoins se montrer lui-même plus responsable. Bien sûr, la charge doit porter aussi sur l’État qui représente le citoyen et le contribuable. La seule solution passe par une politique de prévention et une discussion ouverte avec débat public...

La nicotine a la propriété de se fixer sur les récepteurs nicotiniques cholinergiques à la place de l’acétylcholine, qui est l’un des principaux neurotransmetteur, c’est-à-dire un des éléments qui permettent la transmission chimique des informations au niveau des synapses, points de contact entre les neurones. Le mécanisme conduit à une libération de dopamine dans le noyau accumbens, ce qui provoque la sensation de plaisir. Selon le modèle classique, l’exposition prolongée réduit l’efficacité de la nicotine en inactivant les récepteurs : cela entraîne une tolérance et la réduction du plaisir ressenti, induisant un cercle vicieux qui conduit le fumeur à renouveler l’apport de nicotine.
La nicotine ainsi que d’autres alcaloïdes (atropine, muscarine, curare) ont joué un rôle clé dans le développement des connaissances et la compréhension de l’organisation fonctionnelle du système nerveux autonome.


Gravure de François-Jacques Dequevauviller, xixe siècle.

En 1809, après onze années de labeur, Nicolas Louis Vauquelin (1763-1829) parvient à isoler à partir de l’huile de tabac extraite de Nicotiana tabacum et de Nicotiana angustifolia, « un principe âcre et volatil, soluble dans l’eau et dans l’alcool, différent de ceux déjà connus et donnant au Tabac le caractère particulier qui le fait distinguer de toute autre préparation végétale » (Jean Chaze, « Contribution à l’étude biologique des alcaloïdes du tabac », Ann. Des Sc. Bot., 10e série, XIV, 1932, p. 6). Il s’agit d’un alcaloïde aux propriétés mortelles, qui sera retrouvé et purifié en 1828 par Posselt et Reimann, qui la nommeront « nicotine », d’après la plante classée par Linné dans la famille Nicotiana.
Nicolas Vauquelin avait été titulaire de la chaire de Chimie au Collège de France de 1801 à 1804. Il a notamment découvert le chrome. Intrigué par l’expérience célèbre de Brogiani, il s’attaqua à la chimie du tabac. En 1752, le florentin Domenico Brogiani, informé des travaux de Fracastaro et de Santorio de Bologne, qui avaient signalé la fréquence anormale des hémorragies cérébrales chez les grands fumeurs, avait soupçonné que le poison se trouvait dans l’huile de tabac, oleum tabaci, le liquide visqueux et noirâtre qui suinte des vieilles pipes. En 1755, pour démontrer sa toxicité, il instilla dans l’œil d’un chien une goutte d’huile de tabac. L’animal, pris de convulsions, mourut au bout d’une dizaine de minutes. De fait, la nicotine est toxique en cas d’ingestion, très toxique par contact avec la peau. La dose létale est de 50 ou 60 mg : une ou deux gouttes (60 mg) suffisent pour tuer un homme.
En 1843, le belge Melsens établit sa formule : C10H14N2 (Melsens, Annales de Chimie et de physique, déc. 1843). En 1847, Schloesing, chimiste français détermine sa masse molaire : 162,23 g.mol-1.


Claude Bernard (1813-1878), titulaire de 1855 à 1878 de la chaire de Médecine au Collège de France, établit expérimentalement la preuve de la toxicité de la nicotine. Ses premières expériences sur l’empoisonnement nicotinique remontent à 1844 et 1845, mais il les publiera seulement en 1856, dans la leçon 27 des Leçons sur les effets des substances toxiques et médicamenteuses (Claude Bernard, Leçons sur les effets des substances toxiques et médicamenteuses, Paris, Baillière, 1857. Cf. aussi M. D. Grmek, Raisonnement expérimental et recherches toxicologiques chez Claude Bernard, Paris, Droz, 1973 p. 286), consacrée à l’étude de la nicotine qu’il qualifie ainsi : « cet alcaloïde est un des poisons les plus violents que l’on connaisse ; quelques gouttes tombant sur la cornée d’un animal le tuent presqu’instantanément [...] Par quelque voie qu’on administre la nicotine, qu’on l’introduise dans le canal intestinal, sous la peau, dans une plaie, qu’on l’instille sous la conjonctive, l’animal est foudroyé. Il meurt avec des convulsions excessivement violentes ».
En 1893, A. Pictet et Crepieux réalisent la première synthèse de la nicotine. Adolf Pinner établit en 1895 la structure développée connue aujourd’hui.
Haut de page

Table des illustrations

Légende Jean-Pierre ChangeuxProfesseur honoraire au Collège de France, chaire de Communications cellulaires
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Extrait de la vingt-septième leçon de Claude Bernard, 18 juin 1856.
Crédits © Bibliothèque générale du Collège de France.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/282/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Récepteurs nicotiniques de l’acétylcholine.
Crédits © Ataly
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/282/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Sir Henry H. Dale (1875-1968), neuroscientifique britannique, prix Nobel de physiologie ou médecine avec Otto Loewi en 1936 pour leurs travaux sur le rôle de l’acétylcholine dans la transmission chimique des impulsions nerveuses.
Crédits dr
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/282/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/282/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/282/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, hors série no 3 : Le tabac, Collège de France, Paris, février 2010, p. 18-27. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Jean-Pierre Changeux et Marc Kirsch, « Entretien avec Jean-Pierre Changeux », La lettre du Collège de France [En ligne], Hors-série 3 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/282

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Changeux

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Communications cellulaires de 1975 à 2006, professeur à l’Institut Pasteur de 1975 à 2006, président du Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé de 1992 à 1998, président du Comité de vigilance scientifique de l’Institut Pasteur depuis 2007. Dernières publications Du vrai, du beau, du bien, une nouvelle approche neuronale. Paris, Odile Jacob, 2008 ; L’Homme de vérité, Paris, Odile Jacob, 2004.

Articles du même auteur

Marc Kirsch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page