Navigation – Plan du site

Éditorial

Pierre Corvol
p. 3-4

Texte intégral

Pierre Corvol
Administrateur du Collège de France

DR

1À quoi sert une institution scientifique ? Docet omnia, annonce fièrement la devise du Collège de France. Mais il ne s’agit pas seulement d’enseigner : il s’agit aussi de chercher, de produire du savoir. Les professeurs du Collège sont des explorateurs de la science. En diffusant largement leurs enseignements, notamment via internet, le Collège remplit aussi le rôle politique assigné à toute institution scientifique, et qui est devenu de plus en plus important dans la mesure où la science est aujourd’hui au cœur de la gouvernance des états. Des gouvernements aux tribunaux, elle est constamment invoquée à l’appui de décisions publiques, dans des contextes souvent complexes et parfois confus, entre débats d’idées et conflits d’intérêts.

2Le statut institutionnel du Collège de France lui confère autorité et légitimité – ce qui bien sûr ne garantit aucunement qu’il soit infaillible ou incontestable. Il lui donne aussi une responsabilité vis-à-vis du corps social. Pour cette raison, le Collège a vocation à se saisir des grands problèmes qui affectent la société. C’est ainsi qu’il a mis en place des chaires annuelles consacrées à des questions brûlantes : savoirs contre pauvreté, développement durable, innovation technologique, informatique et sciences numériques. Il dispose aussi d’autres moyens de faire entendre sa voix : colloques et conférences, ou publications, telles que la Lettre du Collège de France. Quant au choix des thèmes, en vérité, la palette est large.

3Il en est un qui tient à cœur au médecin que je suis, parce qu’il s’agit de l’une des plus grandes menaces auxquelles le monde ait été confronté en matière de santé publique : c’est le tabagisme. Le tabac est un produit dangereux. Depuis au moins les années 1950, on sait qu’il tue environ la moitié de ses consommateurs réguliers, tantôt brutalement quand il s’attaque au système cardiovasculaire, tantôt insidieusement, par des cancers qui se déclarent plus de quinze ans après la première cigarette. Les preuves scientifiques se sont accumulées. Le tabac est la première cause de mortalité évitable en France (plus de 65 000 morts par an) et dans le monde (plus de 5 millions de morts par an, selon l’OMS). Qu’à cela ne tienne, se dira-t-on avec bon sens : puisque c’est une mortalité évitable, évitons-la. Pour un médecin, c’est une évidence criante. C’est surtout un devoir. Les politiques publiques ont mis longtemps à s’y résoudre, puis elles se sont mises en marche, dans la plupart des pays développés. La France fut aux avant-postes avec la loi Veil de 1976 (tout de même quelques vingt ans après le Royaume Uni), puis la loi Évin de 1991. Elles ont rencontré deux obstacles. Le premier est social : le tabagisme est un comportement culturellement très ancré, qui fut longtemps encouragé avant que sa nocivité ne soit établie. Le second est biologique et explique en partie cet ancrage social : le tabac crée une addiction dont le consommateur devient prisonnier. Les résultats sont toutefois encourageants, même s’ils sont insuffisants, la vente de cigarettes a diminué en France, le pourcentage de fumeurs a baissé chez les hommes de 18 à 75 ans et chez les jeunes tandis qu’il reste élevé chez les femmes.

4La science est concernée à différents titres : l’épidémiologie révèle et mesure les risques, la médecine cherche à soigner les maladies liées au tabac et mieux encore à les prévenir. Pour ce faire, elle doit connaître le tabac et ses effets sur l’organisme, et en particulier comprendre son mode d’action sur le cerveau, et les mécanismes de l’addiction.

5Dans tous ces domaines, la recherche se poursuit. Le Collège de France n’est pas en reste, on s’en apercevra en lisant notamment les propos de Jean-Pierre Changeux et de Jean-Pol Tassin dans ce volume – sans oublier l’ombre tutélaire de Claude Bernard, qui a mené des travaux pionniers sur la nicotine.

6Dans la connaissance et la lutte contre ce fléau, la recherche biologique et médicale est indispensable. Mais elle ne suffit pas. Dans le cas du tabac, il a fallu plus de cinquante ans entre le moment où l’on a eu connaissance des risques et la mise en place de politiques complètes et efficaces de lutte contre le tabagisme. Autant dire que les résistances sont fortes. Si fortes que le discours scientifique a souvent été brouillé, noyé dans une confusion qui entretient le doute et l’incertitude sur la réalité du danger, sur la nocivité du tabagisme passif, sur les aspects sociaux et économiques, etc. Dans ce numéro, nous avons cherché à comprendre les causes de ces lenteurs et de cette confusion. Des chercheurs du Collège de France exposent le défi scientifique, neurobiologique et médical que représentent le tabac et la nicotine. D’autres entretiens présentent des approches anthropologiques et sociétales. Pour les aspects liés à la mise en place des politiques de santé publique en matière de tabagisme, nous avons recueilli le témoignage de plusieurs des pionniers et des grands acteurs de la lutte contre le tabagisme en France. De tous ces témoignages, complétés par quelques éclairages historiques, il ressort un tableau étonnamment riche. De fait, le tabac est étroitement lié à l’histoire de l’Occident moderne. La conquête par le vieux continent du nouveau monde est sans doute le véritable point de départ de ce que nous appelons aujourd’hui la mondialisation. Mondialisation écologique et économique : ces deux mondes s’échangèrent animaux, plantes, maladies et usages culturels qui allaient finir par se répandre sur toute la terre. Le tabac en fait partie. Il avait colonisé l’Amérique, Christophe Colomb lui ouvrit l’Europe, qui lui fit un tremplin pour conquérir le reste du monde. Le développement du tabagisme est lié en effet à l’extraordinaire aventure industrielle et commerciale de l’Europe du xviiie et du xixe siècle. On le retrouve en des étapes décisives de la science occidentale : la mosaïque du tabac est le premier virus identifié ; c’est à partir de ce virus que l’on a découvert la  structure de l’ADN ; le tabac a fait l’objet d’une des premières grandes études épidémiologiques ; c’est à partir du tabac qu’ont été créées les premières plantes transgéniques, et les récepteurs nicotiniques sont les premiers récepteurs neurocérébraux à avoir été clairement identifiés et localisés – dans le laboratoire de Jean-Pierre Changeux. Le tabac est présent aussi au cœur de l’une des grandes transformations sociales du xxe siècle, qui a fait naître le marketing moderne et la société de consommation et qui a conduit, pour ce produit en particulier, à une sorte de cas d’école des tentatives d’instrumentalisation et de manipulation de la science, mise au service d’intérêts particuliers – ceux, essentiellement, de l’industrie du tabac. Cette grande comédie pseudo-scientifique s’achève malheureusement sur le registre de la tragédie, puisque c’est en millions de morts par an que se chiffrent les ravages du tabagisme, sur fond de déséquilibre Nord-Sud, car ce sont les pays en développement qui payeront, à l’avenir, le tribut le plus lourd.

7Des neurosciences à la géopolitique, le tabac invite à de fascinants voyages. Cet ouvrage en est le récit. Si incomplet qu’il soit, en rappelant les faits et en essayant d’expliquer les causes, il contribuera à montrer comment la puissance addictive du tabac, décuplée par le génie et l’industrie humaine, a réussi à donner à un comportement et à des représentations un ancrage culturel très profond et extraordinairement coûteux en souffrances et en vies humaines. Il contribuera ainsi à renforcer la lutte contre le tabagisme, en mobilisant les ressources de la science et en rappelant également, dans la confusion des discours, des représentations et des manipulations, les valeurs portées par une recherche qui se veut indépendante et affranchie des intérêts particuliers , préoccupée avant tout – malgré tout, devrais-je dire, dans un monde postmoderne trop souvent relativiste – de vérité.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pierre CorvolAdministrateur du Collège de France
Crédits DR
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, hors série no 3 : Le tabac, Collège de France, Paris, février 2010, p. 3-4. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Pierre Corvol, « Éditorial », La lettre du Collège de France [En ligne], Hors-série 3 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/275

Haut de page

Auteur

Pierre Corvol

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Médecine expérimentale depuis 1989, administrateur du Collège de France depuis 2006. Directeur de l’équipe INSERM U833 (Angiogenèse Physiologique et Pathologique) et de l’Institut Fédératif de Recherche de Biologie du Collège de France (IFR 52). Grand prix INSERM de la recherche médicale en 2006.
Dernières publications : avec Nicolas Postel-Vinay, L'arbre vasculaire - Les Nouvelles voies de guérison, 2008 et Le Retour du Dr Knock, 2000, aux Éd. O. Jacob, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page