Navigation – Plan du site
CHADOCS

Proust et Baudelaire : genèse, texte et intertexte

Matthieu Vernet
p. 51

Texte intégral

1Mon travail de recherche trouve son origine dans un étonnement, une surprise qui remonte à ma première lecture d’À la recherche du temps perdu, à la sortie de mon adolescence. Comme de nombreux lecteurs de l’œuvre de Proust, j’ai été sensible à la diversité des figures artistiques (qui s’incarnent dans autant de personnages) et à l’étonnante cohérence de la vision qui en découle. Le roman, la musique, la peinture, le théâtre ont chacun une figure de proue, un héraut qui porte haut les couleurs de son art ; cet ensemble disparate ne forme pas moins un tout unifié. Mais il n’y a aucun poète – quand bien même la poésie parait bien présente, si l’on en juge ses sensations de lecteur, au fil des pages, ou bien au gré des nombreuses références et allusions, faites à Baudelaire, Nerval, Vigny ou Leconte de Lisle par exemple.

2Parmi ces figures, celle de Baudelaire semble de loin la plus importante, celle qui innerve la Recherche et qui apparaît dans ses soubassements. L’auteur des Fleurs du Mal revient, non seulement, fréquemment sous la plume de Proust (qu’il s’agisse de ses écrits fictionnels ou de ses écrits critiques), mais il se trouve surtout en filigrane, par le truchement des personnages, dans l’affleurement de certains de ses vers ou de ses thèmes récurrents.

3C’est donc par ce biais et par l’entremise de Baudelaire que j’ai engagé mes recherches pour ma thèse de doctorat. Ma première ambition a donc d’abord été d’ordre philologique puisque la première étape de mon travail consistait à identifier des vers, des hémistiches ou des thèmes que Proust a empruntés à Baudelaire, et – pour l’essentiel – aux Fleurs du Mal. Me fixant comme objectif une recherche la plus exhaustive possible de ces emprunts, j’ai pris la notion d’intertextualité dans son extension la plus large, pour retrouver ce qui non seulement provenait de Baudelaire, mais ce qui ressortissait également du baudelairisme, ou pour le dire autrement, de l’idée que l’on se faisait de Baudelaire. Cette étude intertextuelle s’avère ainsi indissociable d’une étude de la réception, d’une histoire des lecteurs, pour faire la part de ce qui relève d’une lecture personnelle et de l’air du temps.

4Ce travail philologique minutieux trouve une grande partie de son intérêt dans l’important matériau que constituent les brouillons de la Recherche du temps perdu. L’étude des brouillons permet de suivre l’évolution d’une référence ou d’une allusion, à l’échelle même de la phrase ou du paragraphe. Apparaissent ainsi des motifs baudelairiens dans les premiers états d’un texte, clairement identifiés comme des emprunts ; puis ils s’estompent peu à peu au gré des campagnes successives de réécriture, et finissent bien souvent par être assimilés dans la version finale et par n’apparaître qu’à l’état de traces, ou de cicatrices, pour reprendre le mot de Riffaterre.

5Ce procédé se répète fréquemment et m’a permis de mettre au jour une pratique intertextuelle singulière : plus une référence ou une allusion à Baudelaire est diffuse et implicite, plus elle est séminale et nous offre de solides points d’appui pour le commentaire. Mais la réciproque de ce phénomène est tout aussi vérifiée : plus l’allusion à Baudelaire est évidente, plus elle est raillée et doit être prise au second degré. Il y a donc deux Baudelaire qui traversent la Recherche du temps perdu : l’un apparaît sous la forme du cliché, de la citation mondaine que l’on s’échange comme un bon mot, et l’autre inspire en profondeur le narrateur, et modifie son regard sur le monde. L’implication directe de cette distinction n’est pas sans conséquence : faire l’hypothèse de l’existence d’une poésie facile, qui oscille entre le cliché et le stéréotype, nous amène à poser la question de l’ironie potentielle des pages de prose poétique, que l’on trouve essentiellement dans Du côté de chez Swann et À l’ombre des jeunes filles en fleurs : pour le dire autrement, les passages que l’on a souvent considéré comme des pages poétiques, ne seraient ils pas à lire au second degré, comme une forme d’autopastiche du Narrateur qui moquerait l’apprenti poète qu’il a été plus jeune ? Passé ce stade positif, contextuel et érudit, je suis revenu à ma question initiale. Trouver du Baudelaire à toutes les pages ne permet pas pour autant d’en faire le poète oublié. Cette absence s’explique plutôt par ce que Proust entend par poésie.

6La poésie, pour Proust, circule au gré des situations et se vit comme une forme de rapport au monde et aux hommes, et partant, décrit un certain rapport au temps. La poésie se trouve être au centre de la modernité, en ce qu’elle permet de donner accès à un passé perdu, de « tirer l’éternel du transitoire ». Le poète compose avec le présent, en développant une écoute attentive de ce qui lui est contemporain. À défaut d’aimer leur temps, Proust et Baudelaire l’enregistrent, non pas sur le mode de l’archivage, mais dans la saisie du détail et de l’anecdotique. Comme Baudelaire cède à ce qu’il appelle « la tyrannie de la circonstance », Proust renouvelle le roman réaliste tel qu’il se pratique depuis Balzac, en ce qu’il rompt la chaine déterministe et causale qui est habituellement la loi romanesque, pour s’autoriser une écriture par touches, une écriture sensible à l’anodin et au labile.

7C’est peut être là que se situe le poète que l’on ne trouve pas dans la Recherche et qui est partout ; il est à chercher dans l’attention portée à ce qui s’oublie, ce qui se perd et qui disparaît. Le poète doit composer avec la banalité ; c’est en l’acceptant que l’on parvient à l’éviter et qu’on devient original.

Agrégé de Lettres modernes, Matthieu Vernet prépare, à l’université Paris-Sorbonne, une thèse de Lettres modernes sur Proust et Baudelaire sous la direction du Pr Antoine Compagnon. Membre de l’équipe Fabula à l’École normale supérieure, il dirige la revue des parutions Acta fabula et préside l’association des ChADoc (Chercheurs associés et doctorants du Collège de France)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Vernet, « Proust et Baudelaire : genèse, texte et intertexte », La lettre du Collège de France [En ligne], 33 | octobre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2577

Haut de page

Auteur

Matthieu Vernet

ATER, chaire de Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie, Pr Antoine Compagnon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page