Navigation – Plan du site
CHADOCS

Les conceptions du politique des intellectuels chinois au début du xxie siècle

Émilie Frenkiel
p. 50

Texte intégral

1La liberté académique et la liberté d’expression des universitaires chinois nous semblent a priori très limitées. Il est difficile d’imaginer qu’un débat intéressant sur la question de la réforme politique puisse exister en Chine et que les propositions d’universitaires engagés, lorsque certains en formulent malgré tout, aient un impact sur les politiques publiques, comme en témoigne l’absence de réforme politique. Mon expérience des universités pékinoises (principalement l’université de Pékin et l’université Tsinghua) et les entretiens que j’ai pu mener avec une vingtaine d’universitaires de renom engagés dans ce débat m’ont encouragée à aller au-delà de ces réticences et à étudier ce qui se dit et ce qui se passe réellement dans les universités chinoises.

2Il faut d’abord comprendre le contexte dans lequel les chercheurs chinois prennent position : un contexte de réouverture des départements de sciences humaines et sociales à partir de 1978 pour rendre possible et servir la Politique d’ouverture et de réforme, en parallèle de l’accès aux études supérieures d’une génération d’étudiants fortement marqués par la Révolution culturelle et avides de découvrir et d’utiliser les théories et recherches développées dans les universités américaines et européennes. Je commence donc par cerner le statut des chercheurs et des universitaires chinois, les contours de la liberté académique et le rapport au pouvoir des universitaires engagés. Divisés sur le plan idéologique, mais unis par leur patriotisme, certains universitaires sortent de leur domaine d’expertise et prennent position, avec l’espoir d’infléchir l’orientation des politiques gouvernementales. L’impact de leurs interventions politiques est souvent difficile à évaluer, mais le Parti a opté pour une stratégie de maintien par la promotion de sa légitimité, qui passe notamment par une plus grande écoute des besoins de la société et une adaptation à ses mutations, même s’il n’hésite pas à recourir à la répression si cette offensive de charme ne suffit pas à étouffer les oppositions. Il a somme toute besoin de l’expertise des chercheurs et subit à bien des égards leur influence. La liberté académique et de publication est ainsi grande à condition de ne pas remettre explicitement en question la primauté du Parti unique. Ce tabou est une grande contrainte, que la nouvelle flexibilité et la taille du Parti (plus de 80 millions de membres), ainsi que de nombreuses stratégies de contournement, parviennent à dompter quelque peu. Enfin, les sources de financement des recherches sont de plus en plus diversifiées, si bien que les chercheurs gagnent en indépendance vis-à-vis du pouvoir.

3Ce contexte permet d’expliquer l’existence d’un débat riche sur le régime le mieux adapté à la Chine dans et autour des universités chinoises. La démocratie s’est imposée à peu près partout comme l’horizon politique de la Chine, mais la manière dont ce terme est interprété varie considérablement selon la sensibilité politique des chercheurs. Tout d’abord, au sens où le mot « démocratie » en vient souvent à signifier « bon régime », qui, parmi les universitaires chinois, peut s’exprimer contre une transition démocratique ? Rappelons que cela n’est pas propre à la Chine, puisque, comme l’indique W.B. Gallie, la démocratie s’est imposée depuis cent cinquante ans en Europe et aux États-Unis comme le concept politique auquel on attache une valeur positive par excellence. Ainsi, seules certaines voix s’élèvent contre la « démocratie occidentale » pour proposer un régime méritocratique plus en phase avec la « tradition » chinoise et avec le Confucianisme. Plus généralement, c’est le calendrier de la transition démocratique qui fait débat. En dehors de ceux qu’on appelle les libéraux, pour qui la démocratie désigne le « modèle » démocratique américain et surtout l’instauration d’élections compétitives, et son instauration ne saurait attendre, les universitaires chinois, ayant renoncé à toute forme de révolution, recommandent une réforme graduelle et prudente. Par ailleurs, c’est un large spectre d’interprétations de ce qu’est la démocratie et de propositions de réformes institutionnelles qui s’étend, allant d’une défense méritocratique de l’état de droit à une critique de l’« électionnisme » (ou ce qu’on pourrait appeler rapidement la démocratie formelle Schumpeterienne) pour favoriser l’avènement d’une démocratie constitutionnelle et/ou substantielle, plus sociale et plus participative. Les nombreuses références aux travaux étrangers et à l’histoire des démocraties, mais aussi à l’histoire de la Chine, peuvent nous paraître tronquées, simplistes ou manipulatrices, ce que la longue interruption des études secondaires et universitaires durant la Révolution culturelle peut expliquer en partie, le groupe d’universitaires engagés que j’étudie étant donc principalement autodidacte. Ce débat florissant est néanmoins passionnant à étudier car il permet non seulement de comprendre comment on réfléchit à l’avenir politique de la Chine dans les universités chinoises, mais aussi parce qu’on y retrouve de façon simultanée l’éventail large de nos questionnements à la fois pré- et post-démocratiques.

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Lettres et sciences humaines et agrégée d’anglais, Émilie Frenkiel a enseigné et étudié à l’université d’Exeter (Grande-Bretagne) et à l’université de Pékin (Chine). Elle vient de terminer un doctorat en science politique à l’EHESS intitulé « Le débat contemporain sur la réforme politique dans les universités chinoises » sous la direction du Pr Pierre Rosanvallon. Elle est actuellement secrétaire de rédaction de www.laviedesidees.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Frenkiel, « Les conceptions du politique des intellectuels chinois au début du xxie siècle », La lettre du Collège de France [En ligne], 33 | octobre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2574

Haut de page

Auteur

Émilie Frenkiel

ATER, chaire d’Histoire moderne et contemporaine du politique, Pr Pierre Rosanvallon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page