Navigation – Plan du site
International

Le livre d’Esther : réflexions sur une littérature de diaspora dans le judaïsme de l’époque du deuxième Temple

Jean-Daniel Macchi
p. 48

Texte intégral

1Le livre d’Esther constitue une pièce de littérature émanant de communautés juives de l’Antiquité qui raconte l’histoire, largement fictive, d’une jeune juive vivant à la cour du roi perse Xerxès et parvenant à sauver son peuple d’un pogrom. L’analyse de ce texte biblique permet de mieux comprendre les problématiques et les défis auxquels furent confrontés les groupes qui, entre le iiie et le ier siècle avant notre ère, le produisirent dans un monde largement dominé par la culture hellénistique.

Introduction générale au livre d’Esther. Histoire de la transmission d’une œuvre : le texte hébreu d’Esther et les deux textes grecs.

2Le livre d’Esther peut être qualifié de « roman de diaspora » dans la mesure où des techniques littéraires caractéristiques des œuvres romanesques (situation de départ, intrigue, dénouement, rebondissement etc.) y sont utilisées pour rapporter un épisode mettant en scène des Juifs vivant hors de leur terre. Le thème de l’anti-judaïsme joue un rôle important dans ce récit et est accompagné de réflexions sur la pertinence du dévoilement identitaire dans un contexte où prédomine un empire étranger dont le fonctionnement est difficilement maîtrisable. Quant aux thématiques religieuses elles restent généralement implicites.

3L’histoire textuelle du livre d’Esther est relativement complexe. En effet, ce livre ne nous est pas parvenu sous une forme unique mais sous trois formes textuelles fort différentes ; l’une est rédigée en hébreu et les deux autres sont en grec. Ces différentes formes textuelles permettent de comprendre le processus rédactionnel de l’œuvre. Il s’avère que le texte hébreu constitue, en réalité, la réécriture d’un texte plus ancien, le proto-Esther, qu’il est possible de reconstituer à partir d’une des deux formes grecques du livre.

Le livre d’Esther dans le contexte de la littérature hellénistique concernant la Perse achéménide.

4Les auteurs du livre d’Esther partagent avec le monde antique d’expression grecque une façon de se représenter le fonctionnement de la Perse achéménide et de sa cour impériale. Dans le livre d’Esther, figurent notamment de nombreux parallèles avec les représentations de la Perse qu’on retrouve chez des auteurs grecs comme Hérodote, Thucydide, Ctésias de Cnide ou Aelien ainsi qu’avec des épisodes qu’ils décrivent. Au travers d’exemples comme ceux de l’ascension de la reine perse Aspasie ou celui de l’action salvatrice de Phaidymé, on se rend compte que le livre d’Esther reprend à son compte des clichés à propos de la Perse tirés de la littérature grecque. Ces observations permettent de mieux comprendre les défis intellectuels et identitaires auxquels furent confrontées les communautés juives installées dans un monde antique pétri de culture grecque.

Résister ou taire son identité juive selon le livre d’Esther. Esther face au discours de Mardochée (Esther 4).

5Le chapitre 4 du livre d’Esther, constitue un passage clé pour comprendre la signification et les enjeux socio-historiques de l’œuvre. C’est à ce moment du récit que la juive Esther devenue reine perse est invitée, par son père adoptif, à dévoiler son identité et risquer sa vie afin de sauver les Juifs de l’extermination. Or, la question d’une identité, affirmée en dépit des difficultés rencontrées, est au cœur non seulement du récit mais aussi des préoccupations des milieux juifs vivants dans le monde antique. En effet, alors que certains groupes juifs semblent avoir eu tendance à assimiler le mode de vie de la culture hellénistique dominante, d’autres considéraient que la pratique des rites et des règles ancestrales restait essentielle.

6La lecture attentive du chapitre ainsi que la comparaison entre sa version hébraïque et une de ses deux versions grecques, montre que les rédacteurs hébraïques d’Esther ont cherché à promouvoir l’affirmation d’une identité forte.

Instituer une fête nationaliste de diaspora. La lettre d’Esther et de Mardochée en finale de l’œuvre.

7Le livre d’Esther se termine par l’envoi de lettres invitant à célébrer une fête commémorant la victoire des Juifs sur leurs ennemis. L’analyse du passage d’Esther 9,20-28 permet de montrer comment un tel envoi de lettres officielles constitue un moyen de légitimer une pratique festive et qu’une telle légitimation s’avère nécessaire dans la mesure où les rites festifs constituent des actes sociaux d’une grande portée identitaire.

8La pratique visant à promouvoir des fêtes nationalistes par l’envoi de lettres faisant autorité est courante dans les textes Juifs d’époque hellénistique tardive, ce qui permet de préciser le contexte de production de la partie finale du livre d’Esther.

Le Pr Jean-Daniel Macchi, de l’université de Genève (Suisse), a été invité par l’Assemblée des professeurs, sur la proposition du Pr Thomas Römer

Conférences en ligne : www.college-de-france.fr

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2541/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Daniel Macchi, « Le livre d’Esther : réflexions sur une littérature de diaspora dans le judaïsme de l’époque du deuxième Temple », La lettre du Collège de France [En ligne], 33 | octobre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2541

Haut de page

Auteur

Jean-Daniel Macchi

Professeur ordinaire à la Faculté autonome de théologie protestante de l’Université de Genève depuis 2005.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page