Navigation – Plan du site
Chaires

Autour de l’art turc

Gilles Veinstein
p. 38

Texte intégral

1Pour la première fois depuis sa création à Ankara en 1959, le 14e Congrès International d’Art Turc s’est tenu à Paris.

Coffret de scribe ottoman, Turquie, fin xviie siècle.

© Alexis Renard, Laure Soustiel

2En décidant de l’organiser dans notre capitale, le comité d’organisation, réuni à Budapest en septembre 2007, souhaitait faire honneur à la France. Ce fut un grand événement touchant l’histoire de l’art et l’archéologie dans le monde turco-ottoman. C’est le dynamisme de la recherche française, aux plans national et international, que le comité a voulu saluer au moment où le nouveau département des arts de l’Islam va ouvrir ses portes au musée du Louvre.

3Organisé tous les quatre ans, ce congrès a réuni des universitaires, chercheurs et conservateurs de musée du monde entier autour des thématiques suivantes :

4I. Les arts turcs dans les empires du passé : arts du livre (calligraphie, miniatures, enluminures), arts du feu / céramiques et verres, art du métal, tapis et textiles, architecture.

5II. Les arts turcs et les esthétismes de la modernité : chercheurs, collectionneurs et collectionnisme ; l’orientalisme dans les arts ; peintres, peintures et arts décoratifs ; les débuts de la photographie dans l’Empire ottoman ; les collections turques en Europe.

6III. Les sciences auxiliaires : archéologie, épigraphie, numismatique.

7Le Pr H. Laurens qui accueillit les congressistes, rappela la place occupée par les langues orientales au Collège de France, en insistant sur la personnalité de Guillaume Postel, un des premiers « lecteurs royaux » au Collège Royal fondé par François Ier. Postel se rendit à deux reprises dans les États du Grand Turc, la première fois en 1535, dans la suite du premier ambassadeur de François Ier, Jean de la Forêt, et en 1549. Il rapporta de ses « très longs déplacements », au prix , comme il l’écrira, de « combien de peines, combien d’ennuis, combien d’épreuves, combien de dangers », les observations qui seront consignées dans son ouvrage, De la République des Turcs, publié en 1560. Ses successeurs seront des secrétaires-interprètes du roi, comme D.-D. Cardonne, P. Ruffin, D. Kieffer, puis des interprètes comme A. Desgranges, J.-M. Cor, J.-B. Pavet de Courteille. Ces orientalistes, titulaires de la chaire de langue turque, ne doivent pas faire oublier que d’autres professeurs furent chargés de l’arabe ou du persan.

8M. Ö. Bozoglu, directeur du département des Beaux-Arts du ministère de la culture et du tourisme de Turquie, rappela ensuite les circonstances de la création de ce congrès et l’historique de son développement, au moment où ses derniers représentants, les Prs O. Grabar (1929-2011) et E. J. Grube (1932-2011), venaient de disparaître. Mme N. Clayer, directrice du Centre des études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques de l’EHESS, insista sur la place occupée par les études ottomanes en France. Les Prs F. Déroche et Z. Tanindi soulignèrent l’importance d’un tel congrès à une époque où les arts de l’Islam occupent une place notable sur la scène muséale mondiale.

9Ainsi, le 14e congrès international d’art turc fut une réussite : 180 intervenants répartis dans 26 ateliers. Parmi eux, on nota la présence de représentants d’institutions prestigieuses comme le palais de Topkapi, le musée des Arts Turcs et islamiques, le palais de Dolmabahçe, les universités d’Istanbul (université Mimar Sinan, de Marmara, du Bosphore, Sabanci, Koç), d’Ankara (université Gazi, Hacettepe), des universitaires d’Izmir, de Konya, d’Edirne, de Mardin. Des institutions étrangères telles que le Museum für Islamische Kunst de Berlin, le Textile Museum de Washington, le Metropolitan Museum of Art de New York, le Rijksmuseum d’Amsterdam, The Wallace Collection de Londres, le musée de l’Hermitage de Saint-Pétersbourg, le musée du Louvre et le musée Albert Kahn, avaient de leur côté dépêché leurs représentants (universitaires, conservateurs et chercheurs).

10Ce congrès a permis aux historiens d’art de se retrouver, de présenter et de confronter leurs recherches en cours, d’échanger leurs points de vue et de faire un point sur les avancées récentes. Pendant les débats, on a noté une forte prise de conscience du patrimoine, notamment dans les domaines de l’architecture et de l’urbanisme et de nombreux ateliers ont eu pour thème le patrimoine industriel. Autre temps fort de ces journées : la photographie ancienne, dont on découvre depuis peu le potentiel. La photographie en Orient revêt deux aspects : une pratique individuelle d’amateurs (peintres, archéologues, hommes de lettres ou simples curieux) et un produit de grande diffusion, commercialisé sur place. Or, inévitablement, les vues commerciales ont été largement représentées au détriment des travaux d’archéologues ou d’artistes souvent oubliés.

11L’objectif de cette rencontre était de renforcer les liens entre institutions, au moment où les arts turcs et ceux de l’Islam suscitent un intérêt croissant. Ce congrès a attiré de nombreux jeunes chercheurs, dont certains ont pu bénéficier d’un soutien de la fondation genevoise Max van Berchem. On constate un renouvellement de générations et un renforcement de la communauté scientifique, au moment où les arts ottomans sont des sujets d’étude, non seulement de spécialistes mais d’un public éclairé, comme en témoigne le nombre croissant d’expositions organisées ces dernières années.

Congrès international organisé du 19 au 21 septembre 2011

Haut de page

Table des illustrations

Légende Coffret de scribe ottoman, Turquie, fin xviie siècle.
Crédits © Alexis Renard, Laure Soustiel
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2529/img-1.png
Fichier image/png, 4,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Veinstein, « Autour de l’art turc », La lettre du Collège de France [En ligne], 33 | octobre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2529

Haut de page

Auteur

Gilles Veinstein

Histoire turque et ottomane

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page