Navigation – Plan du site
Chaires

Lauréat du Grand Prix Inserm 2011

Alain PROCHIANTZ
p. 26

Texte intégral

1C’est un grand honneur pour notre équipe d’être distinguée cette année par le grand prix de l’INSERM […]

2Partant d’une observation accidentelle, il aura fallu 20 ans pour convaincre que nous avions bien identifié une nouvelle voie de transduction du signal impliquant quelques 250 protéines. L’avenir précisera l’importance réelle de cette voie. Pour l’heure, nous avons pu lui attribuer un rôle dans le guidage des axones, la migration cellulaire et la plasticité physiologique du cortex.

3Cette découverte du passage intercellulaire de facteurs de transcription, qui bousculait quelques dogmes, n’a peut-être pas été reçue avec enthousiasme par l’ensemble de notre communauté. Il n’y a là rien que de très normal et, au fil des ans, nous nous sommes efforcés de répondre à toutes les interrogations. Certaines demeurent, et des erreurs ont pu se glisser ici ou là qu’il conviendra de rectifier, mais je crois pouvoir dire que la réalité du phénomène, son intérêt fonctionnel aussi, est aujourd’hui très largement reconnue. Même s’il semble encore difficile pour certains d’enclencher gracieusement la marche arrière.

4Nul besoin d’avoir lu Canguilhem pour s’en convaincre, il n’y pas une physiologie pour la santé et une autre pour la maladie. Nos travaux ont conduit à ouvrir le domaine des vecteurs peptidiques capables de traverser les membranes plasmiques, puis à proposer et valider – chez l’animal – des hypothèses originales dans le domaine des maladies neurologiques et psychiatriques. Ouvriront-elles sur des applications thérapeutiques ? On verra bien.

5En attendant, l’étude de cette nouvelle voie de signalisation s’oriente vers des domaines qui semblaient à mille lieux de nos préoccupations, comme le métabolisme énergétique ou la plasticité des génomes. C’est un des grands plaisirs de ce métier que d’offrir, à tous les stades d’une carrière, la possibilité de découvrir des mondes nouveaux.

6Pour revenir sur ces 20 années, il faut dire haut et fort le soutien du CNRS et de l’École normale supérieure et, plus récemment, celui de l’INSERM et du Collège de France. Il me semble qu’on mesure mal le rôle que ces institutions, les EPST tout particulièrement, ont joué et continuent de jouer pour maintenir notre pays dans le club des grandes nations scientifiques.

7Nous savons ce que nous devons aux universités et il faut encourager les efforts accomplis en leur faveur. Mais cela n’est pas contradictoire avec un soutien augmenté et pérenne des EPST. Imaginerait-on nos amis allemands, les premiers à s’être engagés dans une politique de centres d’excellence, désarmer les instituts Max Planck ?

8Des réformes sont nécessaires, parfois combattues par des esprits par trop conservateurs, mais des réformes qui renforcent les EPST, pas qui les affaiblissent. Même s’il faut saluer la mise en place de l’Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé, je ne crois pas que les changements les plus récents en matière de financement et d’évaluation aillent dans le sens du renforcement souhaité, ni qu’on y ait gagné beaucoup. Litote.

9Pour finir, je remercie tous ceux qui, au fil des ans, ont participé à ce travail, malgré les multiples difficultés. Je ne les cite pas de peur d’en oublier. Ils se reconnaîtront.

10Au-delà des structures de recherche, il faut aussi reconnaître la générosité des citoyens qui à travers l’impôt, mais aussi à travers les dons aux associations et fondations soutiennent la recherche. Merci aussi aux laboratoires pharmaceutiques, petits et grands, si utiles quand on a la chance d’avoir pu établir avec eux des contacts respectueux des spécificités de chacun.

11Je n’oublie pas l’ensemble des personnels qui, dans des conditions presque toujours difficiles, permettent de maintenir notre recherche au niveau nécessaire dans une nation qui croit en son avenir. Parmi eux, j’ai une pensée particulière pour nos jeunes collègues, étudiants et post-doctorants.

12Pour la biologie, les programmes ATIP-AVENIR permettent aujourd’hui à un jeune chercheur de démarrer une équipe en toute indépendance et dans des conditions qui auraient fait rêver les chercheurs de ma génération. Mais encore faut-il arriver jusque là à travers un cheminement difficile.

13Plus généralement, comment peut-on penser attirer les meilleurs vers nos métiers avec, à bac plus 15, les conditions d’embauche et perspectives de carrière que chacun connaît ? Sauf pour les moines soldats, mais ils se font rares. Prendre conscience de la nécessité de renouveler nos élites scientifiques est une urgence et la fête annuelle de la science ne constitue peut-être pas une réponse à la hauteur de l’enjeu. Re-litote.

Ce prix créé en 1990, rend hommage à un acteur de la recherche scientifique française dont les travaux ont permis des progrès remarquables dans la connaissance de la physiologie humaine, en thérapeutique, et plus largement, dans le domaine de la santé.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2519/img-1.png
Fichier image/png, 327k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain PROCHIANTZ, « Lauréat du Grand Prix Inserm 2011 », La lettre du Collège de France [En ligne], 33 | octobre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2519

Haut de page

Auteur

Alain PROCHIANTZ

Processus morphogénétiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page