Navigation – Plan du site
Colloque de rentrée 2011

Les métamorphoses dans l’Antiquité gréco-romaine. Autour des Métamorphoses d’Ovide

John SCHEID

Texte intégral

1[...] Matière et forme. On a pu démontrer que le poète s’inspirait clairement des idées du philosophe stoïcien Posidonios d’Apamée (135-51 av. n. è.), même si nous ne connaissons pas de façon détaillée le système qui était celui de Posidonios. Ovide n’est pas philosophe, et son poème n’est pas un exposé doctrinal comme l’est celui de Lucrèce. Tout juste donne-t-il au livre XV la parole à Pythagore pour un exposé de 400 vers sur les raisons du refus du sacrifice animal et de la consommation de viande. Mais le système qui se trouve à l’arrière-plan des Métamorphoses n’est pas celui de Pythagore et de la métempsychose, c’est tout à fait autre chose. On peut le voir sur deux points, mis en évidence par Heinrich Dörrie. Dans la plupart des métamorphoses décrites par Ovide, l’âme ne joue aucun rôle. Le poète ne parle que des mutations qui affectent la forme humaine. Et comme chez Posidonios, l’être ne se fonde pas sur des qualités biologiques communes à tous, la psychè, mais sur sa substance qui existe derrière la forme visible de l’homme, sa personnalité. Et c’est précisément dans la métamorphose que ce noyau essentiel révèle sa permanence alors que seule la forme se modifie. C’est toujours un comportement singulier qui définit le noyau existentiel de l’humain, sans que la conscience de soi joue un rôle quelconque, un comportement qui est soit un désir, soit une imprudente demande ou enfin une faute. Ainsi la plaisante histoire des paysans lyciens. Un jour de grande chaleur Latone, enceinte d’Apollon et de Diane, a soif et veut se désaltérer avec l’eau d’un étang. Les paysans de l’endroit le lui défendent, l’insultent et troublent avec leurs pieds l’eau de l’étang. De querelle lasse, la déesse fait le souhait qu’ils vivent éternellement dans leur étang, et tout de suite ils se transforment en grenouilles : leur nouvelle forme les lie pour toujours à l’eau, qu’ils refusaient aux autres, et les fait s’invectiver incessamment entre eux tout en remuant de leur pattes la vase des cours d’eau. Telle était d’après H. Dörrie leur nature essentielle, leur faute a exprimé cette qualité et elle leur reste attachée au-delà de la métamorphose. Certes, mais on peut aussi dire que la métamorphose a figé leur être dans la dernière forme qui était la leur, celle d’êtres attachés à leur eau au point de la refuser aux autres et d’insulter ceux qui essaient de se désaltérer. En fait, c’est cela leur nature première. La métamorphose reflète leur punition, comme elle traduit dans d’autres cas le chagrin ou le désir de ceux qui y sont soumis. C’est comme si la forme définitive que ces êtres acquièrent traduisait leur véritable nature première. Ainsi Daphnè, qui subit les harcèlement de plus en plus brutaux d’Apollon, pris d’un puissant désir, demande à son père, un dieu fluvial, de la délivrer de sa beauté trop séduisante par une métamorphose. Le dieu l’exauce et elle est transformée en laurier – dáphnê est le nom grec du laurier. Dépité, Apollon se résigne et décide que désormais le feuillage de cet arbre ornera sa chevelure, son carquois et sa cithare. Daphnè sera donc à jamais figée dans cette nouvelle existence qui la relie à son persécuteur à qui elle s’est refusée.

2Le deuxième aspect des métamorphoses dans lequel Ovide rejoint les théories de Posidonios concerne la nouvelle existence des êtres métamorphosés. La métamorphose confère aux humains une durée d’existence qu’ils n’auraient jamais eue sous leur forme précédente. En entrant à travers la transformation dans l’un des trois règnes que distingue le philosophe, les règnes animal, végétal ou minéral, les êtres perdent leur forme, mais non leur substance. Celle-ci détermine désormais la forme en fonction de lois nouvelles. Mais leur nom reste le même, et leur noyau existentiel ne change donc pas. Daphné reste toujours séduisante pour Apollon et attachée au dieu, et celui-ci ne pourra que la porter sans jamais pourvoir assouvir sa passion. [...]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

John SCHEID, « Les métamorphoses dans l’Antiquité gréco-romaine. Autour des Métamorphoses d’Ovide », La lettre du Collège de France [En ligne], 33 | octobre 2012, mis en ligne le 28 octobre 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2512

Haut de page

Auteur

John SCHEID

Religion, institutions et société de la Rome antique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page