Navigation – Plan du site
Colloque de rentrée 2011

La forme littéraire

Antoine Compagnon
p. 14

Texte intégral

1[...] Me demandant ce qu’il y aurait à dire de nouveau sur les formes, styles et genres littéraires, j’ai eu la bonne surprise de constater que le traitement automatique des textes, par la critique itérative et la méthode algorithmique, suggérait la possibilité d’une reconnaissance statistique des styles et genres littéraires. Les Digital Humanities, ou Humanités numériques, peu développées en France, peuvent contribuer à l’analyse des formes littéraires et au renouvellement de la théorie des genres.

2Comme souvent, c’est en cherchant à résoudre une autre question que les implications de la méthode pour l’observation des genres sont apparues. Au départ, il s’agissait de reprendre par la stylistique statistique le vieux problème du théâtre élisabéthain, de la collaboration entre les auteurs, et de l’attribution des pièces de Shakespeare à Shakespeare en personne ou à un autre dramaturge, par exemple Fletcher. Or, les humanités numériques ont montré non seulement qu’elles étaient en mesure de traiter certaines questions relatives aux attributions, mais aussi qu’elles pouvaient en poser de nouvelles, concernant les genres. En la matière, les travaux précurseurs ont été ceux de Johns Burrows et Hugh Craig, au « Centre for Literary and Linguistic Studies » de l’université de Newcastle, en Australie, appliquant la stylistique statistique aux études d’attribution, c’est-à-dire utilisant les formes linguistiques comme indices pour l’attribution des textes.

3La nouveauté de la démarche a consisté à laisser les variables – indices ou traits distinctifs – se dégager elles-mêmes des textes par une analyse statistique non supervisée. On s’est donc contenté de compter les mots les plus fréquents et d’utiliser ces fréquences comme variables. Or, les mots les plus fréquents dans un texte sont des mots outils, des mots grammaticaux. On utilisera par conséquent la fréquence relative de mots les plus courants pour comparer les textes et mettre à l’épreuve leur attribution. Suivant une hypothèse forte – et largement contre-intuitive –, la signature d’un texte réside non pas dans ses mots lexicaux, pleins, rares, par exemple ses hapax, mais dans ses mots outils, les déterminants (articles, possessifs, démonstratifs) et les pronoms, les coordonnants et les subordonnants. Les mots syntaxiques, par opposition aux mots sémantiques, seraient ceux qui permettraient le mieux d’attribuer un texte, c’est-à-dire d’identifier un auteur, un style individuel. Dans leur banalité, ces mots outils forment la trame insignifiante du texte, un réseau de chevilles auxquelles nous ne prêtons pas garde quand nous lisons pour le sens, mais que la machine compte. Suivant une autre image, le style individuel tient au liant, à l’empois linguistique, que la lecture linéaire traverse sans s’y arrêter quand elle procède en quête du singulier, de l’original, voire de l’unique.

4Hugh Craig (2004), appliquant cette méthode au corpus des pièces attribuées à Shakespeare dans le Premier Folio de 1623, a pu retrouver certaines des différences génériques entre les pièces classées par les éditeurs comme tragédies, comédies, pièces historiques, ou romances tardives, ainsi que les différences chronologiques entre les pièces early, middle, et late. Il a ainsi classé par la stylistique statistique un corpus de vingt-cinq pièces (sur les trente-huit du Premier Folio), en comptant leurs douze mots les plus courants.

5[…] Cette méthode a été poussée plus loin par Jonathan Hope et Michael Witmore (2010). Élargissant l’analyse à toutes les pièces de Shakespeare, il ont confirmé qu’il existait des différences linguistiques nettes et stables entre les comédies et les pièces historiques, suivant la classification des éditeurs du Premier Folio, et donc une corrélation forte entre les résultats de la statistique linguistique et la division des genres proposée par les premiers éditeurs.

6Ces critiques s’intéressent aussi aux observations aberrantes, aux exceptions et aux anomalies, que les statisticiens écarteraient, mais qui font sens pour l’analyse littéraire. Ainsi, la statistique confirme une remarque ancienne, suivant laquelle Othello est construit sur une « matrice comique » qui accroît l’émotion : l’auteur a introduit des schémas verbaux typiques de la comédie dans la tragédie, produisant un effet d’ironie. [...]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Compagnon, « La forme littéraire », La lettre du Collège de France [En ligne], 33 | octobre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2511

Haut de page

Auteur

Antoine Compagnon

Littérature française, moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page