Navigation – Plan du site
Colloque de rentrée 2011

La vie des formes & les formes de la vie, colloque de rentrée, 13-14 octobre 2011

Extraits des interventions de J.-P. Changeux, P. Descola, A. Compagnon, J. Scheid et F.-B. Mâche
Jean-Pierre Changeux
p. 11-12

Texte intégral

1Ce colloque a été consacré à la notion de « forme » dans un contexte multidisciplinaire qui va de sa définition en philosophie chez Platon et Aristote, ses applications mathématiques, ses origines avec la structure de l’atome et la naissance de la vie, son application à la chimie moléculaire et supramoléculaire, à la morphogenèse des organismes vivants et ses conséquences en psychologie et en linguistique, en anthropologie et dans les arts. Ces débats ont été prétexte à un réexamen de la question de l’intelligent design, des lois de Turing, du structuralisme de Lévi-Strauss et des propos de Henri Focillon auxquels est emprunté le titre « La vie des formes » ainsi que de ceux d’André Chastel dans  Fables, formes, figures.

2[...] Le titre « La vie des formes » est emprunté à un livre de Henri Focillon, ouvrage qu’il publie en 1934 et consacre à l’œuvre d’art. « L’œuvre d’art, écrit-il, est une tentative vers l’unique, elle s’affirme comme un tout, comme un absolu et, en même temps, elle appartient à un système de relations complexes.

3L’œuvre d’art est mesure de l’espace, elle est forme, et c’est ce qu’il faut considérer ». Balzac écrit dans un de ses traités politiques : « Tout est forme, et la vie même est une forme ». Focillon poursuit : « Non seulement toute activité se laisse discerner et définir dans la mesure où elle prend forme, où elle inscrit sa courbe dans l’espace et le temps, mais encore la vie agit essentiellement comme créatrice de formes. La vie est forme, et la forme est le mode de la vie. Les relations formelles dans une œuvre et entre les œuvres constituent un ordre, une métaphore de l’univers ».

4Après une première définition en philosophie chez Platon et Aristote, seront abordées :

5• les définitions mathématiques de la forme,

6• les origines physiques de la forme,

7• puis les premières formes de la vie, leur phylogenèse et pour les espèces supérieures leur ontogenèse,

8• enfin l’emboîtement des formes du cerveau, ce qui servira de transition vers les formes mentales et les formes sociales.

9Nous conclurons sur ce qui nous sert de point de départ, l’œuvre d’art avec « Fables, Formes, Figures » d’André Chastel.

1. D’abord, qu’est-ce qu’une « Forme » ?

10L’Encyclopédie pose la question « en quoi consiste la forme ? En quel degré de mouvement, d’arrangement, de situation et de configuration de ses parties les plus petites consiste la forme de chaque corps ? ». La forme se définirait donc comme une organisation dans l’espace et dans le temps d’éléments simples. Mais alors d’où vient-elle ? Quelle est l’origine de ces formes organisées dans le monde qui nous entoure ? Je distinguerai schématiquement deux théories principales :

111- La première échappe aux canons de la démarche scientifique, fait appel à la théologie naturelle de Platon à John Paley ou de l’abbé Pluche : les formes seraient des abstractions non matérielles, non physiques, extra-mentales, des « essences », créées par un « démiurge » ou « grand horloger ». Elles seraient situées, selon Platon, hyperouranios topos, c’est-à-dire au-delà du ciel… Ces idées ressurgissent de nos jours chez les adeptes de l’« intelligent design ».

122- Une autre définition, […] relève de l’explication scientifique et se fonde sur une causalité historique. Elle « consiste à décomposer les systèmes (de quelque niveau que ce soit) en leurs parties et à identifier les régularités qui les caractérisent en les rapportant à des principes théoriques aussi généraux que possibles ».

13Nous sommes de retour aux atomistes de l’Antiquité – Leucippe et Démocrite – et à l’idée d’un « principe de construction » des formes, plutôt qu’à la révélation d’une forme préexistante. En d’autres termes « l’apparition de formes vient – reprend Démocrite – d’essais qui accrochent les atomes les uns aux autres » selon une contingence gratuite. Cela nous conduit à un modèle général (2) :

2. Modèle darwinien de la genèse des formes

14Le modèle darwinien ajoute une dimension de « causalité historique ». Le phénomène se situe dans l’espace et dans le temps au sein d’une série temporelle de causes et d’effets. Il porte sur une stratification en niveaux d’organisation et sur la transition d’un niveau d’organisation à l’autre et cela, quelque soit ce niveau. L’hypothèse est que la transition d’un niveau donné au niveau suivant requiert deux éléments fondamentaux : un générateur de diversité et un système de sélection.

151- Le générateur fonctionne de la manière suivante : les éléments se combinent entre eux de manière stochastique, des « formes transitoires » se construisent qui peuvent relever du niveau d’organisation immédiatement supérieur. Il est important de souligner que ces formes s’engendrent à partir d’éléments déjà structurés (pas nécessairement d’atomes) venant du niveau sous-jacent. Il y a production de « variations darwiniennes ».

16Autre élément fondamental :

172- Un système de sélection stabilise certaines variations, les autres sont éliminées. Puis de nouvelles variations apparaissent avec « télescopage », « emboîtement » de niveaux d’organisation successifs…

18Enfin :

193- Le modèle général de sélection fait intervenir une notion additionnelle : celle de fonction que l’on peut décrire comme l’effet réel de la forme sur le monde extérieur physique, biologique, social et culturel ; celle-ci se manifeste, en particulier, par une rétroaction sur la stabilisation de la forme qui de transitoire devient stable. [...]

20Pour de nouveaux rapports aux savoirs traditionnels

21Ce colloque a été consacré à la notion de « forme » dans un contexte multidisciplinaire qui va de sa définition en philosophie chez Platon et Aristote, ses applications mathématiques, ses origines avec la structure de l’atome et la naissance de la vie, son application à la chimie moléculaire et supramoléculaire, à la morphogenèse des organismes vivants et ses conséquences en psychologie et en linguistique, en anthropologie et dans les arts. Ces débats ont été prétexte à un réexamen de la question de l’intelligent design, des lois de Turing, du structuralisme de Lévi-Strauss et des propos de Henri Focillon auxquels est emprunté le titre « La vie des formes » ainsi que de ceux d’André Chastel dans  Fables, formes, figures.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2506/img-1.png
Fichier image/png, 1012k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Changeux, « La vie des formes & les formes de la vie, colloque de rentrée, 13-14 octobre 2011 », La lettre du Collège de France [En ligne], 33 | octobre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2506

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Changeux

Titulaire de la chaire de Communications cellulaires de 1976 à 2006.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page