Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

Pour de nouveaux rapports aux savoirs traditionnels

Extraits de la leçon inaugurale de 22 mars 2012
Manuela Carneiro Da Cunha
p. 10

Texte intégral

1Pour une bonne partie du xxe siècle, on a voulu démarquer la science des savoirs traditionnels par la rationalité.

2Celle-ci était le fondement que Hilbert, Carnap et le Cercle de Vienne entendaient démontrer dans la science. Quoique dès 1931, Gödel ait démontré la vanité de ce projet, ce n’est que vers les années 60 que la philosphie de la science en a pris définitivement acte. Quant à l’anthropologie, elle a pendant longtemps confronté les systèmes de savoirs qu’elle décrivait à ce qu’affirmait de la science le positivisme logique.

3Le projet positiviste de la science s’étant effrité, les rapports entre savoirs traditionnels et science ne peuvent plus se poser dans les mêmes termes. Mais je ne prône pas, par ce rappel, d’assimiler tout bonnement la science et les savoirs traditionnels. Il faut, bien au contraire, comprendre et faire ressortir leurs différences conceptuelles, institutionnelles et historiques.

4Pour ce qui est de la science qui est la nôtre, elle a gardé de la Grèce classique une distinction fondamentale : celle qui sépare connaissance théorique, epistemé et techné, le savoir-faire. La science, ainsi que l’a montré Jean-Pierre Vernant, c’est le raisonnement, la discussion, la démonstration ; il est temps, et c’est ce que montre une anthropologie plus contemporaine, de rétablir l’importance de la techné dans la constitution des savoirs en général.

5La catégorie du « savoir » ou quelque chose d’approchant, semble être présente dans toute société. Partout aussi, elle n’est pas uniformément répartie et paraît sujette à des échelles de valeur, à des spécialisations et à des appréciations de degrés. En revanche, les régimes de savoir sont d’une étonnante diversité. Le statut et la nature des savoirs, ce qu’ils sont, quels sont leurs genres et leurs espèces, leur hiérarchie ; leurs formes d’attribution et de validation ; les droits et les devoirs qui les ordonnent ; leurs conditions d’accès, de transmission, de circulation et de mémoire ; tout cela et bien davantage caractérise un régime de savoir particulier et assure son fonctionnement. C’est ce régime, s’il est robuste, qui préside aux emprunts qui ne cessent d’advenir. Mais c’est aussi dans son cadre et grâce à lui que des découvertes et des innovations se produisent.

6Autant dire qu’il est important d’assurer la sauvegarde non seulement des contenus mais des systèmes de savoir traditionnels, les laisser poursuivre leur propre devenir, tout en ne les isolant pas. Et puis il faut innover et trouver formes de collaboration de recherche qui les impliquent en tant que partenaires de plein droit.

7Les ontologies des savoirs autochtones sont pour la plupart incompatibles avec les nôtres. Au fond, est-ce bien important ? Aujourd’hui en physique, on admet simultanément deux ontologies, la relativité générale et la mécanique quantique, qui sont pour le moment incompatibles entre elles.

8Je plaiderais donc pour la diversité des ontologies et des savoirs et je préconiserais de continuer, comme par le passé, à recueillir ces méthodes et ces résultats sans vouloir nous mêler de réformer ces systèmes ; et ce, en mettant en place des réseaux qui en fassent des partenaires et des interlocuteurs de plein droit.

9Mais, il y a plus. C’est en nous frottant à ces formes de pensée autres que nous pouvons prendre conscience de nos hypothèses tacites, de ce qui, pour nous, va sans dire, et qui, par cela même, limite ce qui peut être dit. Georges Canguilhem écrivait : « l’epistemé est l’humus sur lequel ne peuvent pousser que certaines formes de discours ». Prendre conscience de formes de pensée autres permet de, tout d’un coup, inventer, de penser autrement, – de multiplier les epistemai. Ainsi les ethnopharmacologues ne sont pas à la recherche simplement de nouvelles molécules, mais de façon plus ambitieuse, de modèles inédits d’action thérapeutique. Je ne parle donc pas nécessairement d’emprunts, mais du simple effet surprenant, libérateur, de se rendre compte que l’on n’est pas obligé de penser dans les termes déjà donnés : c’est par la levée d’un seul des postulats d’Euclide que Lobatchevski et Bolayi ont pu penser autrement la géométrie. Que la notation binaire de Leibniz, ait été véritablement inspirée par la Chine ou bien qu’elle s’y soit reconnue, importe moins que le fait exemplaire d’un savant qui a su prendre acte d’une pensée différente. Tout d’un coup, d’autres mondes sont possibles.

Leçon inaugurale à paraître aux Éditions Fayard et en ligne sur : http://lecons-cdf.revues.org/​
Vidéos
des cours : www.college-de-france.fr

La chaire reçoit le soutien de l’Agence française de développement.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2504/img-1.png
Fichier image/png, 598k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuela Carneiro Da Cunha, « Pour de nouveaux rapports aux savoirs traditionnels », La lettre du Collège de France [En ligne], 33 | octobre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2504

Haut de page

Auteur

Manuela Carneiro Da Cunha

Anthropologue, a été professeur à l’université de São Paulo et à l’université de Chicago, membre de l’Académie brésilienne des sciences.

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page