Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

Sciences des données : de la Logique du premier ordre à la Toile

Extraits de la leçon inaugurale du 8 mars 2012
Serge ABITEBOUL
p. 9

Texte intégral

1Pour obtenir de l’information, nous pouvons interroger un système de gestion de bases de données.

  • 1 . Nous entendons par langues naturelles des langues élaborées dans le temps par des groupes de locu (...)

2Pour ce faire, nous nous exprimons dans un langage informatique simple, peut-être graphique, peut-être même dans notre langue naturelle1. Le système traduit cette demande dans un langage formel. Par cela, nous entendons une syntaxe qui permet au système de préciser la demande de l’utilisateur, et une sémantique formelle qui donne un sens exact à cette syntaxe. La logique mathématique offre un tel langage formel. Nous évoquerons dans cette leçon les liens profonds entre ce que nous appellerons ici les sciences des données et la logique mathématique et plus précisément la « Logique du premier ordre », le terme technique du titre de cette leçon. Aujourd’hui, c’est sur la Toile que l’utilisateur cherche le plus souvent de l’information.

3[…] Nous considèrerons les systèmes d’information de la Toile qui servent de point d’entrée vers des informations de nature globale. L’exemple le plus répandu d’un tel système est un moteur de recherche, comme celui de Google, qui offre un index sur des milliards de documents de la Toile, et en quelque sorte permet de voir la Toile comme une base de données gigantesque. Un système de réseau social comme Facebook sert lui de point d’entrée vers les données personnelles de ses centaines de millions d’utilisateurs.

4Les systèmes d’information de la Toile comme les systèmes de gestion de données centralisées sont des médiateurs entre des individus intelligents peu soucieux de s’embarrasser de détails de programmation et des objets physiques comme des disques ou des clés USB. Nous nous intéressons donc à des systèmes intelligents qui gèrent de l’information, la comprennent et l’utilisent au service d’utilisateurs humains. Cette dernière phrase tient volontairement d’une vision anthropomorphique des systèmes informatiques.

5Nous interagissons avec des machines chaque jour un peu plus autonomes, des machines chaque jour de moins en moins distinguables des êtres humains. Si l’intelligence d’un système de gestion de bases de données est une étape modeste vers l’intelligence artificielle comme définie par Alan Turing, l’intelligence de la Toile est un questionnement récent, tant philosophique que scientifique. Nous parlerons dans cette leçon de l’apparition d’une connaissance collective nourrie de la mise en commun de grands volumes d’information, et nous imaginerons ce que pourra être la Toile de demain quand des millions, voire des milliards de machines interconnectées, raisonneront collectivement.

6[…] Le World Wide Web, introduit par Tim Berners-Lee et Robert Cailliau vers 1990, s’appuie sur des documents hypermédia. C’est la Toile à laquelle nous nous sommes si rapidement habitués. L’information est en langue naturelle et les textes vaguement structurés avec les balises HTML pour, par exemple, des titres ou des énumérations. Des ancres sur lesquelles l’internaute peut cliquer conduisent à d’autres pages HTML mais aussi à des images, de la musique, des vidéos. Dans cette partie, nous allons parler d’un des plus beaux succès de la Toile, le moteur de recherche. Le moteur de recherche de la Toile nous permet de fuir la navigation fastidieuse sur le graphe des pages et le monde de l’hypertexte pour nous plonger dans une bibliothèque numérique universelle. […]

7Le moteur de recherche s’intéresse à une vision de la Toile comme bibliothèque universelle. L’internaute cherche une information. Même si la Toile n’a sûrement pas de réponses à toutes ses questions, cette information se trouve peut-être dans les masses d’informations et de connaissances véritablement extraordinaires qu’elle rassemble.

8Tels des enfants, nous nous émerveillons devant les dizaines de milliards de documents de la Toile. Mais un enfant apprend, depuis son plus jeune âge, à évaluer, classer, filtrer la masse considérable d’informations qu’il rencontre. Et nous ? Si le moteur de recherche ne nous aidait pas à nous focaliser sur un petit nombre de pages, que ferions-nous ? L’exploit technique c’est de retrouver en un instant, grâce à son index, les pages de la Toile qui hébergent les mots demandés. La magie, c’est de proposer parmi les dizaines, voire centaines de millions de pages possibles, les quelques pages qui contiennent si souvent ce que l’internaute recherche. Nous examinons tour à tour ces deux facettes des moteurs de recherche.

Leçon inaugurale parue aux Éditions Fayard et en ligne sur : http://lecons-cdf.revues.org/​
Vidéos
des cours : www.college-de-france.fr

La chaire reçoit le soutien de l’INRIA.

Haut de page

Notes

1 . Nous entendons par langues naturelles des langues élaborées dans le temps par des groupes de locuteurs, comme le français ou l’anglais. Ceci est moins par opposition avec des langues « construites » comme l’espéranto qu’avec des langages formels comme la Logique du premier ordre, SQL ou Java.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge ABITEBOUL, « Sciences des données : de la Logique du premier ordre à la Toile », La lettre du Collège de France [En ligne], 33 | octobre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2502

Haut de page

Auteur

Serge ABITEBOUL

Chercheur à l’Institut national de recherche en informatique et automatique (INRIA), membre de l’Académie des sciences, membre du Laboratoire Spécification et Vérification (LSV) à l’École normale supérieure de Cachan.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page