Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

La robotique : une récidive d’Héphaïstos

Extraits de la leçon inaugurale du 19 janvier 2012
Jean-Paul Laumond
p. 8

Texte intégral

1Le millénaire passé s’est terminé sur la spectaculaire percée de l’informatique. Le deuxième naît avec la révolution robotique. Il ne s’agit plus seulement de manipuler des informations, les « choses » se mettent à bouger. […]

2Le déploiement des robots humanoïdes dans les laboratoires de recherche date d’une dizaine d’années. On compte aujourd’hui une bonne vingtaine de prototypes différents.

3Héphaïstos recommence donc avec de nouvelles Pandore. Elles ne sont plus d’argile mais mécatroniques. Et elles sont animées. Le roboticien pose la question de l’autonomie : de quelle capacité d’adaptation peut-on espérer doter ces nouvelles machines ? L’analogie entre l’homme et la machine ne peut être esquivée. Héphaïstos détiendrait-il, finalement, les clés du savoir ? Avec ses machines qui s’adaptent, qui « décident » de leurs actions, que peut-il nous dire sur notre propre « fonctionnement » ? La question est dangereuse et belle.

4Le danger est épistémique. La robotique ne peut servir d’alibi à la biologie. Un modèle biologique ne peut pas être validé sur une plateforme robotique. Ce n’est pas parce qu’un roboticien utilise avec succès un modèle bio-inspiré que ce succès dit quoi que ce soit sur la validité du modèle biologique. Et inversement, ce n’est pas parce que le roboticien est capable de faire naviguer un robot mobile dans un environnement encombré d’obstacles que nous savons comment l’homme ou l’animal résout le même problème.

5Si le roboticien peut s’identifier à Héphaïstos, s’il peut façonner Pandore dans l’argile, il n’est ni Athéna, ni Gepetto : il ne donnera jamais une quelconque humanité à l’argile ou au bois. Un robot est une machine commandée par un ordinateur, il n’est que cela. Pour animé qu’il soit, il reste et restera un objet sans âme qui s’attache à notre âme [, ni] force d’aimer. Laissons parler les démiurges, régalons-nous des œuvres de Fritz Lang et de Mary Shelley, et n’ayons pas peur. Pour tout dire, sommes-nous vraiment angoissés ? Ce n’est pas si certain. En tout cas, nos amis japonais ne le sont pas, eux si différents de nous, eux pour qui l’union est possible.

6La question de l’analogie entre l’homme et le robot humanoïde est dangereuse. Elle est aussi belle et passionnante, à partir du moment qu’on lui donne quelque rigoureuse substance.

7Prenons l’exemple de la locomotion. L’homme se déplace en faisant varier les articulations internes de son squelette. Comment coordonner tous les moteurs d’un robot humanoïde pour réaliser la même tâche ? La question est précise. Elle interroge la relation entre l’espace moteur et l’espace physique. Cette relation est centrale pour comprendre notre rapport au monde. Henri Poincaré en a posé les termes. C’est bien là, la puissance des mathématiques que de proposer une formulation commune aux sciences et aux techniques, et c’est cette base qui contribue aujourd’hui à l’émergence de nouveaux champs comme la neuro-robotique.

8Le défi de la locomotion bipède est le maintien de l’équilibre. Les robots humanoïdes actuels ont les pieds plats. Des capteurs d’effort placés sous les pieds permettent de connaître à tout instant la position du centre de pression ; c’est à partir d’eux que se fait le contrôle de la marche. Ce principe de conception conduit à un manque de souplesse.

9Le neurophysiologiste oppose au roboticien une approche différente : la nature montre que le référentiel à l’origine du contrôle de la locomotion se trouve dans la tête, dans une combinaison subtile d’informations vestibulaires et visuelles.

10La souplesse de la marche humaine est la conséquence d’un contrôle par la tête, pas par les pieds. Le message est clair. Le principe a été découvert, il reste au roboticien à l’inventer. Il ne suffit pas de dire, il faut faire. D’ailleurs, l’enfant lui-même doit l’« inventer » dans une longue période d’apprentissage. Quels sont les mécanismes qui conduisent cet apprentissage ? Voilà des questions autour desquelles neurophysiologistes et roboticiens se retrouvent. Le dialogue est possible : les modèles probabilistes, par exemple, sont là pour décrire les processus. Il reste que, si la corrélation entre deux variables permet au roboticien de stabiliser son robot, elle ne dit rien sur les relations de causalité. De toute façon, il n’en a cure, condamné qu’il est à faire. Et s’il peut inventer une méthode qui s’affranchisse de cette phase d’apprentissage, c’est tant mieux. Je force sciemment le trait : on ne se protège jamais assez des « dangereuses analogies ».

Leçon inaugurale parue aux Éditions Fayard et en ligne sur : http://lecons-cdf.revues.org/​
Vidéos
des cours : www.college-de-france.fr

La chaire reçoit le soutien de la Fondation Bettencourt-Schueller.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2500/img-1.png
Fichier image/png, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Laumond, « La robotique : une récidive d’Héphaïstos », La lettre du Collège de France [En ligne], 33 | octobre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2500

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Laumond

Directeur de recherche au LAAS-CNRS à Toulouse. Fondateur du groupe de recherche Gepetto dont les travaux portent sur les fondements calculatoires du mouvement anthropomorphe (chez l’homme et pour les systèmes artificiels).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page