Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

Jardins, paysage et « génie naturel »

Extraits de la leçon inaugurale du1er décembre 2011
Gilles CLÉMENT
p. 6

Texte intégral

1« Jardin » échappe aux divisions culturelles. « Jardin » ne se réfère à l’environnement que pour y établir les règles heureuses du jardinage et au paysage pour les seules raisons qu’il ne cesse d’en créer. Le jardin, partout dans le monde, signifie à la fois l’enclos et le paradis.

2L’enclos protège. Au sein de l’enclos se trouve le meilleur: ce que l’on estime être le plus précieux, le plus beau, le plus utile et le plus équilibrant. L’idée du meilleur change avec les temps de l’Histoire. L’architecture du jardin traduisant cette idée change en conséquence. Il s’agit non seulement d’organiser la nature selon une scénographie de l’apaisement mais encore d’y exprimer une pensée aboutie de l’époque à laquelle on vit, un rapport au monde, une vision politique. Quelle que soit la figure stylistique et l’architecture qui en découle au fil du temps, le jardin apparaît comme le seul et unique territoire de rencontre de l’Homme avec la Nature où le rêve est autorisé.

3On ne dira pas qu’en dehors de l’enclos se situe le pire (par opposition au meilleur), mais on y trouve le sauvage inconnu, donc l’inquiétude, la ville à la fois oppressante et commode, le territoire des rencontres inattendues et des échanges nécessaires, le mélange des devoirs et des interdits, le territoire des règles, des obligations et des rapports domestiques, où les triviales questions de survie vident l’espace public de son évidente poésie pour le présenter en un lieu d’esquives et d’affrontements. Hors du jardin on demande à la société humaine de suspendre un rêve pour défendre sa position sociale ou simplement pour exister. À l’intérieur du jardin le harcèlement existentiel s’évanouit, il n’est plus question de savoir où se diriger et selon quel ordre de bienséance orienter ses gestes ou son regard, il n’est pas question de mode d’ajustement à une prétendue modernité ; inutile d’épater les oiseaux par une quelconque performance dans un esprit managérial de compétitivité. Au jardin, il suffit d’être et cela demande un silence.

4Le silence dont je parle ne concerne pas l’espace de l’enclos –par nature soumis au discret vacarme des animaux – mais celui qu’il faut aller puiser au dedans de soi-même en se débarrassant un à un des encombrants savoirs comme on le fait de vêtements inutiles. La présence au jardin suppose l’esprit nu et le corps exposé. Il est alors possible de risquer le rêve.

5Le jardin autorise au désarmement ; quiconque pénètre le jardin bardé de certitudes se trompe de porte car même si le jardin est « botanique », hérissé d’étiquettes savantes, ce n’est pas la science qu’il nous demande d’apprécier avec dévotion mais l’incroyable projet de nous livrer les clefs du vivant par l’approche scientifique immédiatement conjurée par l’éclat des pétales de fleurs, le vol d’un bourdon, le pèlerinage des fourmis, le cri pleuré du pic noir et tout à coup cette lumière sur l’herbe rousse de l’été qui rejette dans l’ombre un sous-bois inconnu, donc nouveau.

6Où se place exactement le mystère ? Dans cet éclairage décalé qui transforme un objet familier en une apparition ou dans le pouvoir inventif de la vie – propre au jardin et à son foisonnement – obligeant chaque jour le jardinier à changer son angle de vue ? Avant de comprendre, soyons assuré de notre étonnement. Dans cette phase fragile de la surprise au jardin – l’esprit nu et le corps exposé – nous mettons à l’épreuve le regard de l’enfant du temps de sa liberté, avant qu’il n’apprenne par cœur ou par force la litanie des règles de vie. Dans ce voyage aventureux, le panneau « Pelouse interdite » nous ferait rire ou nous ferait douter d’être entré dans un véritable jardin, à moins qu’il ne soit posé là simplement pour nous étonner.

7Nous ne savons pas en quoi précisément consiste le « meilleur » puisqu’il varie avec le temps. Ce que l’on maintenait autrefois hors de l’enclos – le sauvage, la mauvaise herbe – pénètre aujourd’hui le jardin. Il peut même en être le sujet principal. Nous pouvons nous demander ce qui a si brutalement changé dans l’Histoire de l’Humanité pour qu’une valeur décriée devienne un trésor apprécié. Quelle est donc cette herbe qui nous dicte sa loi ?

8[…] au cours des dernières décennies le jardin circonscrit à l’espace du jardinier – l’hortus conclusus – change brusquement de statut, il sort de l’enclos. Un apport sociétal considérable, dès la première moitié du xxe siècle, modifie non seulement l’idée du meilleur au sein de l’enclos, mais il bouleverse l’enclos lui-même au point de le faire disparaître. L’écologie est née. […] Science destinée à situer les êtres vivants dans leur habitat et à les comprendre au travers des relations qui les lient les uns aux autres. Mais avant tout choc culturel, constat par lequel l’ensemble des êtres vivants se trouvent enchaînés dans un système complexe incluant l’humanité, l’air, l’eau, les roches et l’invisible champ des énergies, chaque élément ayant une incidence sur tous les autres dans un espace fini : la planète.

Leçon inaugurale parue aux Éditions Fayard et en ligne sur : http://lecons-cdf.revues.org/​
Vidéos
des cours : www.college-de-france.fr

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2496/img-1.png
Fichier image/png, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles CLÉMENT, « Jardins, paysage et « génie naturel » », La lettre du Collège de France [En ligne], 33 | octobre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2496

Haut de page

Auteur

Gilles CLÉMENT

Professeur à l’École nationale supérieure du paysage de Versailles-Marseille (ENSP).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page