Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

De la poésie bouddhique médiévale à la pensée japonaise du xxe siècle

Extraits de la leçon inaugurale du 2 février 2012
Jean-Noël ROBERT
p. 4

Texte intégral

1Il faut se demander pourquoi le même lecteur peut se plonger dans le monde du Roman de Genji comme dans l’univers de Mishima en ayant l’impression de pénétrer une même culture, laquelle reflèterait une mentalité qui aurait perduré par-delà les siècles.

2On pourrait sans doute soutenir que cette question s’adresse aux lecteurs occidentaux, non à la culture japonaise elle-même, qui ne saurait être tenue pour responsable des préjugés que l’on aurait à son égard. Il me semble pourtant qu’une telle attitude se fonde sur la juste perception, pas forcément articulée ou exprimée, d’un trait essentiel de cette culture, qui est le sentiment de la continuité historique de la langue. Ici encore, on trouvera que ce sentiment est l’un des mieux partagés qui soit, au moins dans les grandes langues de civilisation qui se sont élaborées dans l’Ancien Monde au long des millénaires, mais il est rare de le voir aussi clairement reflété dans l’histoire même de la langue qu’au Japon. La raison en est que dès sa formation comme langue littéraire, le japonais s’engagea dans un rapport dialogique avec le grand véhicule de la civilisation continentale qu’était la langue chinoise et que ce rapport s’est maintenu jusqu’à nos jours. Il s’agit même du trait le plus marquant et le plus constant de la dynamique de la civilisation japonaise.

3Si l’année 1968 fut fertile en événements, celui qui restera le plus important pour nos études fut sans contestation possible l’attribution du prix Nobel de littérature au romancier japonais Kawabata Yasunari. On vit plusieurs choses dans ce couronnement : tout d’abord la seconde fois dans l’histoire de ce prix qu’il se voyait attribuer à un écrivain « asiatique », terme compris dans le sens le plus vaste, puisque le premier à être ainsi célébré, cinquante-cinq ans auparavant, avait été le poète, penseur, romancier indien, Rabindranath Tagore. Tant d’années avaient passé depuis lors qu’il semble maintenant difficilement compréhensible que l’on ait pu ignorer aussi longtemps les autres littératures asiatiques, particulièrement vivaces dans leurs expressions chinoise et japonaise. L’autre fait remarquable était qu’un Japonais avait l’honneur de succéder à Tagore ; il serait sans doute quelque peu exagéré de s’imaginer qu’il y ait eu au Japon ou en Inde un sentiment répandu de continuité culturelle entre les deux écrivains, mais l’on n’oubliera pas non plus que Tagore avait quelque temps caressé l’idée d’un Japon comme modèle d’un développement culturel original pour l’Asie, même s’il avait été finalement déçu du voyage qu’il y fit.

4L’un des romanciers les plus connus de son époque au Japon était désigné devant les nations comme le représentant éminent des lettres asiatiques. Les biographes s’accordent à souligner l’intense sentiment de gêne que cette décision provoqua chez Kawabata ; il ne s’agissait pas seulement de modestie, il était profondément persuadé qu’il existait au Japon des contemporains qui auraient davantage mérité cette reconnaissance prodigieuse. L’embarrassait probablement plus que tout l’évidence qu’il allait se trouver dès lors considéré dans les cercles intellectuels du monde entier comme le représentant par excellence de la littérature japonaise comprise dans toute son étendue historique. C’est la pleine conscience de cette responsabilité qui se reflète dans le discours de réception qu’il prononça à Stockholm le 10 décembre 1968.

5Rédigé et lu par l’auteur lui-même en japonais, il fut traduit et prononcé en anglais par le japonisant américain Edward Seidensticker, qui représente bien, de son côté, cette perception de continuité de la culture japonaise que je tente de décrire : traducteur des grands écrivains du xxe siècle Nagai Kafû, Mishima Yukio et Kawabata, il consacra la fin de sa carrière de professeur à traduire le Roman de Genji et à ainsi retourner à la source de l’écriture littéraire japonaise. On se doute bien que ce discours n’est pas resté sans écho au Japon ; il eut aussi un certain retentissement en Europe, comme tout ce qui touche, le plus souvent, au prix Nobel de littérature, mais, dans son pays comme à l’étranger, il a souffert d’une certaine incompréhension et l’on a surtout voulu y discerner l’ampleur du fossé qui séparait l’Orient de l’Occident. […] Il est vrai que l’extraordinaire subtilité déployée dans ces pages par Kawabata donnait tout loisir à l’auditeur, puis au lecteur, de s’égarer très loin. Que l’on y ait pourtant vu, au Japon du moins, un texte décisif au-delà des circonstances qui l’ont fait naître se mesure au fait qu’il est toujours disponible en édition de poche indépendante, doublé de sa version anglaise, dont les écarts de l’original mériteraient à eux seuls une petite étude. Il convient donc de se demander ce que l’auteur a voulu nous dire.

Leçon inaugurale à paraître aux Éditions Fayard et en ligne sur : http://lecons-cdf.revues.org/​
Vidéos des cours : www.college-de-france.fr

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2492/img-1.png
Fichier image/png, 4,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Noël ROBERT, « De la poésie bouddhique médiévale à la pensée japonaise du xxe siècle », La lettre du Collège de France [En ligne], 33 | octobre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2492

Haut de page

Auteur

Jean-Noël ROBERT

Directeur d’études à la section des Sciences religieuses de l’École pratique des hautes études, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il poursuit le grand projet de Dictionnaire encyclopédique du bouddhisme d’après les sources chinoises et japonaises (Hôbôgirin).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page