Navigation – Plan du site
Publications

Publications

p. 34-37

Texte intégral

Serge Abiteboul

Sciences des données : de la logique du premier ordre à la Toile

1Coll. Leçons inaugurales du Collège de France

2Paris, Collège de France / Fayard, 2012

3Conçus à partir d’un langage formel – la logique du premier ordre –, les systèmes de gestion de bases de données relationnels servent de médiateurs entre l’individu et la machine, dispensant ainsi celui-ci de tâches fastidieuses. La Toile, avec les moteurs de recherche, s’est muée en bibliothèque numérique à l’échelle de la planète. Aujourd’hui, de nouveaux systèmes informatiques font émerger des masses de données disponibles une « intelligence collective ». Un des grands défis des années à venir est de développer les technologies qui permettront de trouver, d’évaluer, de valider, de vérifier, de hiérarchiser l’information pour construire la « Toile des connaissances » de demain.

4Serge Abiteboul a coécrit Foundations of Databases (Addison-Wesley, 1995), ouvrage de reference en théorie des bases de données, et plus récemment, Web Data Management (Cambridge University Press, 2011). Actuellement directeur de recherche à l’INRIA et membre du laboratoire LSV de l’ENS Cachan, il est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Informatique et sciences numériques pour l’année 2011-2012.

Carlo Ossola

Introduzione alla Divina Commedia

5Venise, Ed. Marsilio, 2012

6« Sur les quatre plans d’évolution définis par Dante dans son Convivio : le littéral, l’allégorique, le moral et l’anagogique, l’œuvre impérieuse de la Commedia poursuit héroïquement son ascension méthodique, comme celle du héros lui-même, pèlerin d’amour et d’absolu. Elle s’élève, de cercle en cercle, jusqu’à cette abstraction finale d’une effusion de gloire au sein de la divinité : effusion encore toute d’intellect, car le cheminement spirituel du poète est, par sa nature même, étranger aux voies du mysticisme proprement dit » (Saint-John Perse,
Pour Dante, 1965).

7Carlo Ossola est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Littératures modernes de l’Europe néolatine.

John Scheid

Plutarch
Römische Fragen

8Darmstadt, WBG, 2012

9Une nouvelle traduction des Questions romaines de Plutarque est proposée par John Scheid dans une édition bilingue (grec-allemand), suivie d’un long commentaire et d’un apparat critique, publiée chez WBG (Wissenschaftliche Buchgesellschaft). La version française de ce texte (voir ci-dessous) est publiée chez Vuibert, avec un commentaire et des cartes encore plus enrichis.

John Scheid

À Rome sur les pas de Plutarque

10Paris, La Librairie Vuibert, 2012

11Plutarque, historien de la fin du ier siècle de notre ère et auteur des fameuses Vies parallèles, est l’une des principales sources qui nous ont fait connaître l’Antiquité. Citoyen romain d’origine grecque, son œuvre constitue une mine d’informations très précieuses sur la vie quotidienne dans l’Empire romain, ses coutumes et ses institutions. Parmi ses ouvrages qui nous sont parvenus, les Questions romaines sont sans doute le texte le plus énigmatique. Comment interpréter cette étourdissante succession de questions et de réponses contradictoires sur les us, les mythes ou la religion romaine, qui semble ne répondre à aucune logique apparente ? Les historiens se sont longtemps divisés sur le problème.

12Jusqu’à ce que John Scheid en découvre le sens caché, qu’il nous livre ici.

13Les Questions romaines, démontre-t-il, suivent une trame très précise, bien qu’implicite, dictée par la topographie de la Ville éternelle. C’est un livre avec lequel on déambule à travers les rues du Forum romain, sur les places du Forum Boarium, le long de la Voie sacrée, entre les temples du Capitole et le Grand Cirque... Dans cette promenade savante et littéraire, chaque monument suscite un questionnement, chaque point de vue réveille, par association d’idées, une image. Grâce à Plutarque, la Rome qui se déployait sous ses yeux revit. Grâce à John Scheid, qui entraîne le lecteur moderne dans les pas de l’illustre historien, on saisit combien notre histoire recèle de découvertes encore à faire...

14Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Religion, institutions et société de la Rome antique, John Scheid est l’un des plus grands historiens contemporains du monde romain. Directeur de fouilles, spécialiste d’Auguste et des questions religieuses, il a écrit de nombreux ouvrages et articles de référence, notamment La Religion des Romains (Armand Colin, 2010), Quand faire, c’est croire. Les rites sacrificiels romains (Aubier, 2011), Pouvoir et religion à Rome (Pluriel, 2011). Il est l’auteur de la nouvelle traduction des Questions romaines de Plutarque reproduite ici.

Jacques Bouveresse, Sophie Dijo, Bruno Ambroise, Christian Bonnet, Jean-Matthias Fleury, Thierry Discepolo (dir.), Jean-Jacques Rosat, Claudine Tiercelin

La philosophie malgré eux

15Agone n° 48
Marseille, Agone, 2012.

16Orienter ses efforts contre tout ce qu’il peut y avoir de prestigieux et d’ensorcelant dans certaines productions de l’intellect. S’appliquer avec une sorte de génie de la destruction à combattre toute espèce d’enthousiasme théorique et spéculatif. Parce que l’entendement humain est en quelque sorte perpétuellement malade de ses propres succès, il ne connaît le plus souvent que pour méconnaître, il ne produit guère de lumières qui ne finissent par le rendre quelque peu aveugle ni de solutions qui ne constituent en même temps des problèmes...

Jean FROISSART

Melyador
Roman en vers de la fin du xive siècle

17Tome I et II
Édition critique de Nathalie Bragantini-Maillard
Préface de Michel Zink
Genève, Librairie Droz, 2012.

18Œuvre de Jean Froissart, Melyador est le dernier roman arthurien en vers connu du Moyen Âge français. Le manuscrit Paris, BnF, fr. 12557 en donne la seule version quasi complète, probablement remaniée dans les années 1380 avec la collaboration de son commanditaire, Wenceslas de Bohême, auteur présumé des insertions lyriques. En une langue créative, alliant habilement ancien et moderne, et en un style résolument personnel, ce roman complexe mêle histoires amoureuses, aventures armées, fêtes et tournois somptueux dans la grande tradition de la chevalerie courtoise et bretonne, non sans une réflexion amusée sur le genre. Introduite par une présentation philologique, linguistique et littéraire et assortie de nombreuses notes, d’un glossaire et d’index exhaustifs, la nouvelle édition intégrale qui en est proposée vise à livrer un texte respectueux des particularités du manuscrit, à en éclairer la lecture et à rassembler les matériaux utiles à la connaissance du français du xive siècle.

Alphonse de Lamartine

La Question d’Orient
Discours et articles politiques (1834-1861)

19Édition établie, préfacée et annotée par
Sophie Basch et Henry Laurens
Bruxelles, André Versaille Editeur, 2011.

20L’importance des discours et articles d’Alphonse de Lamartine (1790-1869) est capitale pour comprendre non seulement l’enjeu supérieur que constitue la « question d’Orient » au xixe siècle, mais également la politique extérieure de la monarchie de juillet et des débuts de la Deuxième République (et bien sûr aussi pour l’histoire littéraire).

21Le présent volume réunit tous les discours et articles relatifs à la « question d’Orient », qui occupa toute l’Europe du xixe siècle.

22Figure majeure du romantisme, le poète fut aussi un des premiers acteurs de la vie politique française. Son parcours politique est étroitement lié à son voyage en Orient.

23Élu à la Chambre en 1833, alors qu’il chevauchait entre Damas et Beyrouth, Lamartine inaugura sa carrière de député par un retentissant discours sur le démembrement de l’Empire ottoman, qui occupa les grandes puissances de la fin du xviiie au début du xxe siècle. La fameuse « question d’Orient » le mobilisera pendant près de trente ans. Son opinion évolue : lui qui pariait initialement sur un effondrement des Ottomans deviendra leur défenseur. L’ensemble de ces discours et articles réunis dans ce volume révèle non seulement un grand orateur mais aussi un politique avisé, qui n’hésite pas à revenir sur ses erreurs.

24La « question d’Orient » s’est aujourd’hui déplacée. Ses enjeux demeurent cruciaux. Les écrits de Lamartine, par l’éclairage historique qu’ils apportent sur les processus de modernisation des sociétés orientales, continuent d’éclairer le présent.

25Cette édition a été établie par Sophie Basch, professeur de littérature française à la Sorbonne, et par Henry Laurens, professeur d’Histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France.

Carlo Ossola (essais réunis par)

Création, Renaissance, Ordre du Monde

26Collection Europa Restituta
Turin, Ed. Nino Aragno, 2012

27Ce volume réunit les Actes du colloque Création, Renaissance, Ordre du monde, organisé par la chaire de « Littératures modernes de l’Europe néolatine » en collaboration avec l’Institut d’études italiennes (ISI) de l’Université de la Suisse italienne, de Lugano, qui a eu lieu au Collège de France, à Paris, le 10 juin 2008. Les hommes de la Renaissance ont pensé que la Nature travaille encore et toujours à la perfection : « L’eau érode les montagnes et comble les vallées, et si elle en avait le pouvoir, elle réduirait la terre à l’état de sphère parfaite ». Cette pensée de Léonard situe exactement le point autour duquel il faut placer le rapport entre deux concepts qui se chevauchent dans la culture de l’Occident gréco-latin et chrétien : la renaissance et la création, l’une et l’autre à chaque époque suscitées et nourries par la soif, le besoin, l’impératif souvent, de perfection.

28Ce colloque a parcouru les enjeux historiques d’une Weltanschauung qui fut à l’origine du renouveau des arts à l’époque moderne : il suffirait de penser, quant au modèle de la mythologie classique ou bien à l’autorité du récit de la Genèse, à deux chefs-d’œuvre emblématiques qui surgissent à quelques lustres de distance : d’un côté la Naissance de Vénus de Botticelli et de l’autre les fresques de la Création sur la voûte de la Sixtine de Michel-Ange.

Vincent Milliot, Philippe Minard et Michel Porret (dir.)

La Grande Chevauchée
Faire de l’histoire avec Daniel Roche

29Genève, Librairie Droz, 2011.

30Plutôt qu’un hommage académique, La Grande Chevauchée ouvre une perspective sur un atelier collectif, animé avec passion et sens de la fraternité par Daniel Roche, en véritable « républicain des Lettres » qu’il est.

31Issu des travaux du séminaire d’Histoire des Lumières tenu au Collège de France, ce volume entend donner l’image vivante d’une méthode, celle d’un échange égalitaire et libre entre chercheurs d’horizons et de générations différentes, une méthode que Daniel Roche a pratiqué avec chaleur et générosité durant sa carrière.

32On y retrouvera tous les thèmes qui ont été travaillés et renouvelés par Daniel Roche, dans la fidélité au projet émancipateur des Lumières, et avec un double souci : assumer l’héritage historiographique pour mieux innover, et donner à voir un « intellectuel collectif » à l’ouvrage.

Laurent Pernot (dir.)

La rhétorique des arts

33Actes du colloque tenu au Collège de France sous la présidence du Pr Marc Fumaroli.
Paris, Presses universitaires de France, 2012.

34Cet ouvrage collectif, issu d’un colloque présidé par Marc Fumaroli, de l’Académie française, apporte une nouvelle perspective sur l’histoire intellectuelle et artistique de l’Europe, prolongeant en cela l’Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne, publiée aux PUF en 1999.

35Son propos consiste à mettre les beaux-arts en relation avec la rhétorique : d’un côté, la peinture, la sculpture, l’architecture, la musique ; de l’autre, l’art de produire et d’analyser les discours. Rapprochement inattendu, et pourtant... Alors que la rhétorique a parfois la réputation d’être une discipline aride ou spécialisée, on découvre ici que, tout au long de l’histoire européenne, elle a constitué pour les artistes une référence partagée, un répertoire de thèmes et de formes d’expression, une sorte de langue commune. Allant plus loin, la rhétorique a exercé une influence sur les arts. S’est constitué un art de persuader propre à chaque art.

36Tels sont les thèmes sur lesquels porte la réflexion, à propos d’une longue durée qui couvre l’Antiquité gréco-romaine, le Moyen Âge occidental et byzantin, la Renaissance, l’Âge classique et l’époque moderne contemporaine.

37Laurent Pernot, correspondant de l’Institut, est professeur à l’université de Strasbourg et ancien président de la Société internationale d’histoire de la rhétorique.

Samra Azarnouche, Céline Redard (ed.)

Yamá/Yima
Variations indo-iraniennes sur la geste mythique

38Publications de l’Institut de civilisation indienne du Collège de France, fasc. 81
Paris, De Boccard, 2012.

39Le personnage qui a pour nom « Jumeau » présente la particularité exceptionnelle d’être la seule figure de la mythologie humaine incontestablement commune à l’Inde et à l’Iran (sanskrit Yamá, avestique Yima). Mais si leur histoire se situe pareillement aux premiers temps de l’humanité, chacun représente un type différent de héros des origines, de telle sorte que la variation confine à l’inversion. Yamá est le premier homme et le premier mort devenu roi du séjour des âmes, tandis que Yima se donne pour tâche d’assurer et de sauvegarder autant que possible l’immortalité des êtres vivants sur la terre.

40Le séminaire organisé les 9 et 10 juin 2011 au Collège de France par la chaire de Langues et religions indo-iraniennes avait pour but d’envisager le personnage dans toute sa diversité, de l’Inde à la Perse en passant par l’Asie centrale et le Nouristan, du Rigveda au Livre des rois en passant par l’Avesta.

Michael Langlois (Ed.)
Thomas Römer (dir.)

Monde sémitique et Bible hébraïque

41Semitica n° 54

42Cahiers publiés par l’Institut d’études sémitiques du Collège de France

43Paris, Librairie Adrien Maisonneuve, 2012.

44Les cahiers Semitica furent créés en 1948 par l’Institut d’études sémitiques de l’université de Paris, avec un comité composé de R. Blachère, A. Dupont-Sommer, C. F. Jean, J. Nougayrol, et C. Virolleaud, son président. En 1973, l’Institut fut transféré au Collège de France, qui assure désormais la publication de ces cahiers.

45De même que l’Institut d’études sémitiques, Semitica s’étend à toutes les branches des études sémitiques : linguistique, philologie, histoire, archéologie, épigraphie, ainsi qu’à tous les domaines du monde sémitique, ancien et moderne, et aux domaines connexes.

46Cet ouvrage comporte en première partie des documents inédits de Jean-Marie Durand, Michaël Guichard, Michael Langlois, André Lemaire, Marie-Jeanne Roche et François Bron

47En seconde partie des études épigraphiques, philologiques et historiques de Reinhard Achenbach, Matthieu Richelle, Jürg Hutzli, Thomas Römer, Hans-Peter Mathys, Christophe Nihan, Ido Koch et Torleif Elgvin.

Pierre MARSONE

Wang Chongyang (1113-1170) et la fondation du Quanzhen : Ascètes taoïstes et alchimie intérieure

48Mémoires de l’Institut des hautes études chinoises du Collège de France, Volume XL.
Paris, Collège de France, Institut des hautes études chinoises, 2010

49Le mouvement Quanzhen est le grand mouvement du renouveau religieux de la Chine moderne. Selon la tradition, son fondateur, Wang Chongyang (1113-1170), eut la vision de deux immortels, à la suite de quoi il convertit sept disciples : Ma Danyang, Tan Changzhen, Liu Changsheng, Qiu Changchun, Wang Yuyang, Hao Taigu et la femme de Ma Danyang, Sun Buer, qui répandirent le mouvement en Chine du Nord. Cinquante ans plus tard, le Quanzhen était devenu le principal mouvement religieux du pays. De nos jours encore, l’école Quanzhen joue un rôle très important.

50La première partie, historique, commence par l’étude des sources primaires qui permettent d’examiner le processus de transformation de la biographie de Wang Chongyang en hagiographie. Ainsi, les apparitions, jamais clairement affirmées par Wang, furent transmises comme véridiques par son disciple favori Ma Danyang, qui développa la légende du fondateur. Puis, l’auteur étudie les différences entre les personnalités des disciples, réévalue leurs rôles respectifs et montre la diversité interne du mouvement avant la standardisation qui suivit son institutionnalisation. Enfin, il étudie comment le concept des sept disciples fondateurs a été forgé à travers un processus qui a duré plus d’un siècle.

51La seconde partie traite de la nature taoïste du mouvement, des principales caractéristiques de sa vie religieuse, des immortels et des ascètes qui jouèrent un rôle important dans la pensée et la prédication du Quanzhen à ses débuts, ainsi que de la place des notions bouddhistes et confucianistes dans l’enseignement du Quanzhen. Puis, l’auteur tente de donner une nouvelle interprétation des symboles alchimiques constamment utilisés, des nombreux poèmes des moines Quanzhen, ainsi que du processus théorique de l’alchimie intérieure, qui représente l’un de leurs principaux enseignements.

Zhu Xi, Lu Jiuyuan

Une controverse lettrée
Correspondance philosophique sur le Taiji

52Bibliothèque chinoise

53Collection dirigée par Anne Cheng et Marc Kalinowski

54Paris, Les Belles Lettres, 2012

55De toutes les controverses qui jalonnent l’histoire de la pensée chinoise, la « Querelle de Zhu Xi et Lu Jiuyuan » : est sans doute l’une des plus marquantes et assurément la plus célèbre pour ce qui concerne l’époque impériale. L’épisode met aux prises deux penseurs considérables, à la fois lettrés exemplaires et figures majeures du renouveau confucéen des Song (960-1279), dont la rivalité de chefs d’école culmine à la fin des années 1180 au cours de l’échange de lettres présenté dans ce volume. Si l’affrontement se focalise sur la question du « Faîte suprême » (Taiji), notion métaphysique associée au Yin-Yang dont la reformulation par Zhu Xi est contestée par Lu Jiuyuan, le débat touche également à des conceptions divergentes de la lignée confucéenne, tout en révélant des approches sensiblement différentes de l’herméneutique et de la pratique lettrées.

56Diffusé dès son époque dans les cercles de disciples, puis médité par des générations de lettrés, cet ensemble épistolaire nous est donné ici à lire pour la première fois en français, dans une traduction intégrale qui en restitue la dynamique et la teneur, entre estime réciproque et critiques incisives. On y accède de plain-pied à ce que pouvait être un débat philosophique dans la Chine prémoderne : une forme de sociabilité raffinée, où le questionnement sur la réalité ultime est inséparable d’un art de lire les textes, et où l’ascendant intellectuel se conquiert aussi bien dans le jeu de l’argumentation que dans l’affirmation de styles d’étude antagoniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Publications », La lettre du Collège de France [En ligne], 34 | juillet 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2486

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page