Navigation – Plan du site
International

Le feu dans la littérature vieil-avestique

Antonio Panaino
p. 26

Texte intégral

1Le feu a joué un rôle fondamental dans la tradition rituelle avestique et l’importance de sa centralité dans la liturgie ancienne est indiscutable.

2Cependant, il conviendrait de clarifier le rôle du feu dans les sources vieil-avestiques à partir d’une analyse comparative. Surtout, il est important de faire ressortir une série d’évidences étonnantes qui ne sont jamais soulignées comme il le faudrait :

31) Les āθā ne comptent que huit attestations du nom du « feu » (ātar, m.), auxquelles nous ajoutons les quatre attestations du ch. 36 du Yasna ŋā (= YH). En proportion, le YH (Y 36.1-3) a dédié une plus grande importance au feu que les cinq āθā réunies.

42) Le feu n’est jamais appelé « fils d’Ahura ā  », désignation exclusivement récente. Cependant, il est vrai qu’il est plusieurs fois appelé « ton » avec référence à Ahura ā, détermination qui pourrait être considérée comme une allusion à la paternité de ā.

53) Le nom du feu n’est attesté qu’au singulier.

6Certaines autres caractéristiques du feu méritent une attention plus particulière. Le Y 34.4 atteste une référence ambivalente au feu, dans sa double qualité d’être « d’une faveur remarquable » pour le secourable, mais « d’une malveillance visible » pour l’hostile. La mention du caractère violent, brûlant, du feu est importante, puisque Ahura ā lui-même, peut être « mauvais » contre celui qui s’oppose à sa volonté. De plus, le feu est qualifié par θβa- « ton » à cinq reprises, c’est-à-dire qu’il appartient à Ahura āā, et au Y 34.4 nous trouvonstōi ātrə̄m. Cette appartenance se retrouve au Y 31.3 de manière indiscutable, mais également dans le YH où le feu est « d’Ahura ā ». Cette relation démontre que le feu du rituel est d’Ahura ā. Je ne crois pas que l’on puisse faire une distinction entre le feu divin et le feu matériel. À travers le rituel, le monde d’Ahura ā et de son collège d’assistants se matérialise dans la liturgie. Par ailleurs, dans la liturgie récente, le collège de sept assistants, avec le zaotar-, correspondait fonctionnellement à celui d’Ahura ā avec ses əṣ̌əṇ.

7L’analyse des attestations du feu a permis de mettre en avant un point important : la consécration du feu. Narten avait interprété le début du Y 36.3 comme la formule officielle de consécration du feu. C’est une solution plausible, mais il faut s’accorder sur le signifié que nous attribuons à cette consécration. Dans le Yasna qui nous est parvenu, le feu avait déjà été consacré, ou était déjà prêt pour être utilisé pendant le sacrifice. Deux points m’amènent à penser cela : d’une part, le rituel du Yasna, dans sa forme solennelle, ne comportait aucune interruption, et d’autre part, le feu n’était jamais allumé immédiatement avant le rituel, mais il était et restait en permanence allumé, inépuisé et inépuisable. Malheureusement, une description du rituel ancien pratiqué avant la disposition des āθā et du YH au centre du Yasna ne peut être établie de manière définitive. Si nous supposons que le Y 34 annonçait un acte sacrificiel très important et que le Y 36 confirmait l’efficacité de l’immolation qui avait été déjà faite, cette séquence démontre que le feu avait déjà été consacré au moment de la récitation du Y 34. En effet, on ne peut pas faire une immolation en présence d’un feu non consacré. Kellens a bien démontré qu’on peut vraisemblablement constater au Y 58 la fin de la crémation de l’offrande, déposée dans le feu au Y 36. Cette reconstruction n’empêche pas de considérer que la combustion de l’offrande carnée soit forcément en opposition à une sorte d’intériorisation du sacrifice. Cuire la viande sacrificielle n’est pas seulement un acte matériel mais également une action sacrée, réalisée par le feu, dans un contexte spéculatif. Cependant, une chose est certaine : les āθā et le YH ont été placés dans une position de centralité, privée d’actions rituelles à l’exception de la combustion de l’offrande. Il faudra encore réfléchir à ce sujet.

8Le YH contient un autre point digne d’intérêt : la dénomination du feu au Y 36.2 comme nąmišta-. Selon Baunack, repris par Humbach, cette dénomination s’explique dans le cadre d’une doctrine indo-iranienne où le feu, appelé agni- yájiṣṭha-, comme dans le RV, assumait le rôle de grand prêtre (hótr̥- puróhita-). La constatation que le feu assumait une fonction sacerdotale et divine s’insère dans un schéma conceptuel où le rituel humain est ou devient une liturgie où les dieux sont activement présents.

9Le feu du sacrifice est le feu d’Ahura ā, il est physique, mais il est aussi le mainiiu- spə̄ništa- du dieu, sa forme visible dans le rituel ; la réalité vivante s’est ainsi unie à celle mentale active, et la distinction entre ces différents plans n’existe pas non plus. Le rituel a atteint son but. Alors, on peut affirmer que le feu dans ce procès d’identification avec le mainiiu- spə̄ništa-, mais aussi dans sa relation étroite avec le manah- qui est vohu-, confirme la particularité de la vision spéculative de l’espace sacré et de la fonction rituelle dans la tradition mazdéenne, un espace dans lequel la réalité donne accès à une dimension différente, quand les dieux viennent au sacrifice, et les hommes deviennent les dieux qu’ils représentent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonio Panaino, « Le feu dans la littérature vieil-avestique », La lettre du Collège de France [En ligne], 34 | juillet 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2479

Haut de page

Auteur

Antonio Panaino

Professeur à l’université de Bologne (Italie) et président de l’ASIAC (Asssociation pour l’étude de l’Asie centrale et du Caucase en Italie). Il est docteur honoris causa de la Nouvelle université bulgare de Sofia

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page