Navigation – Plan du site
Chaires

Le principe de raison chez Leibniz
Enjeux théoriques et pratiques

Jean-Marie Chevalier
p. 20

Texte intégral

1Le principe de raison suffisante, explicitement formulé pour la première fois par Leibniz, postule que tous les faits ont une explication.

Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716). © DR

2À ce titre, il peut passer pour un principe d’intelligibilité de bonne méthode, constituant selon Leibniz l’un des deux fondements du raisonnement avec la non-contradiction. Mais son interprétation radicale, qui y voit une vérité nécessaire et illimitée dans son extension (incluant non seulement le monde actuel mais les possibles), est à la fois la plus intéressante et la plus controversée, à cause d’exigences peut-être excessives. Car ses conséquences sont lourdes, du principe d’identité des indiscernables à l’existence d’un être auto-nécessité, au principe de plénitude et au principe du meilleur. D’où l’enjeu de circonscrire le principe de raison suffisante : se limite-t-il aux vérités contingentes ou demande-t-il aussi des raisons aux propositions nécessaires ? Si ces dernières ont une raison suffisante, leur vérité repose-t-elle pour autant sur de telles raisons ? Et comment distinguer, dans l’ordre de l’explication, entre raisons et causes ?

  • 1 1. http://philosophie-cdf.revues.org/​345

3Loin de tout rationalisme exagérément optimiste, il est apparu au cours de cette journée que la reprise contemporaine du principe de raison suffisante en dégage surtout la fécondité, tant en métaphysique qu’en épistémologie. À cet égard, Jean-Baptiste Rauzy (Paris-IV) a pris parti pour une lecture ontologique de ce principe, en montrant que la nature de l’idée doit se comprendre à partir du concept d’expression, ce qui induit une dangereuse circularité entre expression et connaissance. Jean-Pascal Anfray (ENS) venait ensuite montrer comment le principe de raison suffisante est au fondement du relationnisme spatial leibnizien : si l’espace était absolu, ses points matériels seraient indiscernables, mais occuperaient chacun une position différente selon une répartition arbitraire, dépourvue de raison. Jean-Matthias Fleury (Collège de France, 2009-2011), a souligné que le principe de raison suffisante soulève aussi, et peut-être d’abord, des questions relatives au libre arbitre et aux possibles qu’ouvrent les actions humaines, et qu’il joue un rôle nodal dans l’analyse contrefactuelle de l’histoire. Jean-Marie Chevalier (Collège de France) a présenté la critique du principe de raison suffisante par un Charles S. Peirce très leibnizien qui, dans une lignée kantienne, oppose toutefois à la possibilité d’une intelligibilité totale la résistance des faits bruts. Enfin, une série de distinctions essentielles a été tracée par Jacques Bouveresse. Celui-ci avait consacré au philosophe de Hanovre ses deux dernières années de cours au Collège de France (2009 et 2010), dont le texte intégral est désormais publié en édition numérique dans la collection « La philosophie de la connaissance au Collège de France », sous le titre Dans le labyrinthe : nécessité, contingence et liberté chez Leibniz1. Après avoir montré combien la critique du principe de raison suffisante par Popper est insatisfaisante, Bouveresse a notamment rappelé que ce principe énonce bien que tous les faits ont une explication, mais non que cette explication est accessible, autrement dit que du principium rationis au principium reddendae rationis la conséquence n’est pas bonne – inférence erronée qui en invalide l’interprétation heideggérienne. La raison gagne du terrain !

Sont intervenus

Jean-Matthias FLEURY (lycée Louis-Armand à Nogent-sur-Marne & Collège de France).
César aurait-il pu ne pas franchir le Rubicon? Leibniz et la raison dans l’histoire

Jean-Baptiste RAUZY (Université Paris IV).
Leibniz et Armstrong: avoir une bonne raison

Jean-Pascal ANFRAY (ENS Ulm).
L’espace pourrait-il être absolu? Raison suffisante et identité des indiscernables dans la controverse avec Clarke

Jean-Marie CHEVALIER (Collège de France).
Leibniz, lecteur de Peirce: les raisons de l’a priori

Jacques BOUVERESSE (Collège de France).
Quelques remarques sur les relations entre le «principe de contradiction», «le principe de raison» et le «principe du meilleur» chez Leibniz

Journée d’études organisée le 23 mai 2012

Haut de page

Notes

1 1. http://philosophie-cdf.revues.org/345

Haut de page

Table des illustrations

Légende Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716). © DR
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2470/img-1.png
Fichier image/png, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Chevalier, « Le principe de raison chez Leibniz
Enjeux théoriques et pratiques
 », La lettre du Collège de France [En ligne], 34 | juillet 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2470

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Chevalier

Maître de conférences

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page