Navigation – Plan du site
Chaires

Hommage à Jacques Thuillier

Roland Recht et Corinne Maisant
p. 18-19

Texte intégral

1Le Collège de France et l’INHA (Institut national d’histoire de l’art) se sont associés pour un hommage à notre éminent collègue, le professeur Jacques Thuillier, décédé le 18 octobre 2011.

Premier rang, de gauche à droite : Michel Laclotte, Claude Pétry, Alain Mérot, Pr Marc Fumaroli, Jean d’Ormesson, Pierre Rosenberg, Pr Roland Recht. Deuxième rang, à gauche : Pr Michel Zink

2La séance a été introduite par le professeur Pierre Corvol, administrateur du Collège de France, et Mme Antoinette Le Normand-Romain, directrice générale de l’INHA. M. Corvol a rappelé que lors de sa leçon inaugurale, en janvier 1978, Jacques Thuillier avait insisté sur le fait que le travail de l’historien de l’art était humble et qu’il fallait à la fois beaucoup de science et de ferveur pour s’occuper du Beau. Mme Le Normand-Romain a souligné le rôle joué par J. Thuillier dans la genèse de l’INHA, ayant su convaincre Georges Pompidou de la nécessité d’une telle institution. La disparition du président a retardé la réalisation de ce vaste projet de trente ans mais Jacques Thuilllier n’a cessé de se battre pour son aboutissement. Il a d’ailleurs confié une grande partie de ses archives personnelles à l’institution de la rue Vivienne.

3Le professeur Roland Recht a accueilli les participants en les remerciant pour l’enthousiasme avec lequel ils ont accepté de témoigner ce jour, dans le cadre d’un hommage que nous lui devons, tout en se souvenant combien Jacques Thuillier était hostile à tout éloge de sa personne.

4Deux présidents-directeurs honoraires du Louvre ont évoqué le grand concepteur d’expositions et de catalogues qu’était Jacques Thuillier. Ils ont rappelé tout ce que notre connaissance actuelle du xviie siècle lui doit. M. Michel Laclotte avait vécu comme une révélation l’exposition Charles Le Brun à Versailles (1963). Il a mis l’accent sur les batailles menées par J. Thuillier pour certaines acquisitions dans le cadre du Conseil artistique des musées mais aussi contre le projet de démolition de la gare d’Orsay, envisagée au début des années 1970. À côté des grandes expositions monographiques parisiennes (de La Tour, 1972, Le Nain, 1978-1979), M. Pierre Rosenberg a insisté sur celles que J. Thuillier a organisées en province : Blanchard, Baugin, Bellange, Bourdon, Boucher de Bourges, etc. M. Jean-Pierre Cuzin, ancien chef du département des peintures du Louvre, a réuni un joli florilège de citations, mettant l’accent sur les remarquables qualités de plume de J. Thuillier. Ainsi, à propos des frères Le Nain, en 1978, il écrivait :

5«Leur secret est dans leur juste intuition des êtres, qui refuse les airs dolents ou rêveurs et les sourires de convention, qui propose les visages tendus dans un instant d’attente ou de surprise, et choisit le moment où le regard vient se poser sur autrui, insistant, mais du même coup se livrant à découvert.»

6Son ancien élève, M. Serge Lemoine, président-directeur honoraire du musée d’Orsay, a parlé de Jacques Thuillier professeur à Dijon de 1962 à 1970 : de son rayonnement mais aussi de son exigence envers ses étudiants. C’est lui qui avait créé la section d’Histoire de l’art de cette université et participé activement à la mise en place de l’Inventaire des monuments et des richesses artistiques de Bourgogne. L’enseignement l’a ensuite appelé à la Sorbonne où il a formé, comme le souligne M. Alain Mérot, professeur d’histoire de l’art moderne dans cette université, deux générations d’étudiants : d’abord, avant la période dijonnaise, en tant qu’assistant d’André Chastel, puis comme successeur de celui-ci. Il savait montrer par son exemple – son culte de l’archive et son souci de la personnalité de l’artiste –, que la « fortune » d’un peintre tenait à des destructions et à des reconstructions incessantes.

7M. Akiya Takahashi, directeur du Mitsubishi Ichikogan Museum de Tokyo, a évoqué les expositions organisées par J. Thuillier au Japon et en particulier celle consacrée à Delacroix et le Romantisme français, qui n’a malheureusement pas pu être montrée en France. C’est d’autant plus regrettable qu’il avait, de concert avec M. Takahashi, sillonné les musées français durant trois années afin de remettre en honneur des tableaux fort injustement oubliés, voire négligés.

8Dès les années 1970, J. Thuillier a défendu l’idée d’une banque de données pour l’histoire des œuvres d’art. Mme Isabelle Balsamo, chef de l’Inspection des patrimoines au ministère de la Culture, a rappelé les grandes étapes de ce nouveau « combat » qui a vu J. Thuillier prendre la responsabilité du projet CATART (catalogue de ventes d’art) ou encore piloter la commission informatique du CIHA. Il avait la conviction que l’outil informatique rendrait plus largement accessible aux savants, mais aussi à un large public, le patrimoine artistique.

9En tant que secrétaire scientifique du CIHA, M. Thierry Dufrêne a rappelé l’action si considérable menée par J. Thuillier au bureau du Comité international d’histoire de l’art entre 1964 et 1983. En 1977, dans un très beau texte, il appelait au développement de la vocation internationale du comité : s’ouvrir à l’Orient et à l’Extrême-Orient, accepter les spécialistes de tous pays et exclure toute notion de race.

10M. Denis Lavalle (sous-direction des monuments historiques et des espaces protégés) a souligné combien J.Thuillier avait marqué de sa présence et de ses conseils les différentes sections des commissions supérieures des monuments historiques dont il avait été membre entre 1974 et 2006, tandis que Mme Claude Pétry (ancienne directrice des musées de Nancy et de Rouen) et Mme Sophie Harent (directrice du musée Bonnat-Helleu de Bayonne) ont évoqué le « foyer lorrain ». La première s’est souvenue de la préparation de l’exposition L’art en Lorraine au temps de Jacques Callot (1992) où J. Thuillier a voulu mettre en lumière « la diversité et la grandeur de l’art lorrain ». Le musée des Beaux-arts de Nancy accueillera six années plus tard la collection qu’il avait réunie avec son frère Guy, de 2 500 dessins et de plus de 12 000 estampes et S. Harent a mis l’accent sur la donation faite au musée Georges de La Tour de Vic-sur-Seille d’œuvres allant du xviie siècle (Stella, Le Brun, Blanchard, etc.) au xixe siècle, réunies autour du tableau de La Tour, Saint Jean-Baptiste dans le désert, dont il avait rendu l’acquisition possible.

11Deux membres de l’Académie française ont pris la parole en conclusion pour tracer un portrait très vivant de l’homme. M. Jean d’Ormesson a révélé que la modestie légendaire de J. Thuillier l’avait incité à décliner une offre de réception dans l’illustre compagnie. Ils se connaissaient depuis la fin des années 1970 dans le cadre du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines auquel le CIHA était rattaché : la grande courtoisie et le sens de la diplomatie de J. Thuillier se sont souvent révélés particulièrement efficaces. Jean d’Ormesson avait obtenu sa collaboration au Figaro, pour quelques articles seulement, mais un seul a sans doute fortement contribué au sauvetage de la gare d’Orsay. M. Marc Fumaroli, proche ami depuis 1962, a raconté sa rencontre avec ce jeune homme qu’« il a vu arriver [à la fondation Thiers] dans une petite voiture rouge décapotable... » Renonçant à passer une agrégation de philosophie à l’École normale supérieure (où enseignait Louis Althusser), J. Thuillier s’est tourné vers l’histoire littéraire avec l’un des maîtres de la Sorbonne, René Pintard, dont Marc Fumaroli sera également l’élève. Il considère que l’action passionnée de J. Thuillier était animée par une sorte de « zèle mystique […] pour la nation, l’État, la France et la science ». Il y avait chez lui une conviction, une logique cartésienne qui s’accommode avec le portrait du parfait honnête homme, élégant et drôle qu’était aussi ce grand historien de l’art.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Premier rang, de gauche à droite : Michel Laclotte, Claude Pétry, Alain Mérot, Pr Marc Fumaroli, Jean d’Ormesson, Pierre Rosenberg, Pr Roland Recht. Deuxième rang, à gauche : Pr Michel Zink
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2467/img-1.png
Fichier image/png, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roland Recht et Corinne Maisant, « Hommage à Jacques Thuillier », La lettre du Collège de France [En ligne], 34 | juillet 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2467

Haut de page

Auteurs

Roland Recht

Articles du même auteur

Corinne Maisant

Maître de conférences

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page