Navigation – Plan du site
Chaires

D’autres langues que la mienne

Michel Zink
p. 16

Texte intégral

1Ce colloque s’est tenu dans le cadre du séminaire du professeur Michel Zink, du programme de recherche financé par son prix Balzan 2007 et des activités de l’Institut d’études littéraires du Collège de France.

2Il portait sur les écrivains qui, par choix ou par nécessité, écrivent dans une langue qui n’est pas leur langue maternelle.

3Après avoir souligné que ce colloque entrait en résonance avec celui qui l’avait précédé dans le même programme, expliqué la référence de son titre au roman d’Emmanuel Carrère, D’autres vies que la mienne, et montré comment les communications qui allaient être prononcées couvraient les divers aspects de la question, Michel Zink, dans son exposé d’ouverture, a insisté, en se fondant sur le De vulgari eloquentia de Dante, sur le sens de la liberté dont jouissait l’écrivain médiéval dans le choix de sa langue.

4Pascale Bourgain (École des Chartes), en faisant apparaître que le latin au Moyen Âge, sans être la langue de personne, n’était pas une langue étrangère, et Karlheinz Stierle (université de Constance), en montrant pourquoi le titre de Rerum vulgarium fragmenta convient mieux que celui de Canzoniere au recueil des poèmes vernaculaires de Pétrarque, ont approfondi la réflexion sur le plurilinguisme médiéval.

5Plusieurs communications ont exploré la situation toujours difficile et tragique après la Shoah, des juifs germanophones à l’égard de l’allemand, voire leur sentiment d’être dépossédés de toutes les langues : Jacques Le Rider (EPHE) à propos de Mauthner, Kafka et Canetti ; Claudine Haroche (CNRS) à propos de Aharon Appelfeld, avant de réfléchir sur les novlangues totalitaires (Klemperer, Orwell) ; John E. Jackson (université de Berne) à propos de Paul Celan.

6D’autres communicants ont commenté leur expérience personnelle ou l’ont prise pour point de départ. Michael Edwards (Collège de France) a lu un de ses poèmes qui mêle l’anglais au français, et a expliqué le recours à chaque langue selon ses ressources rythmiques et lexicales. La réflexion de Luciano Rossi (université de Zurich) sur l’avenir de la culture européenne s’enracinait dans son propre parcours de philologue polyglotte, d’Italien de naissance et de romaniste de profession dont la carrière s’est essentiellement déroulée en Suisse alémanique, tout en mêlant la philosophie politique, héritée de l’exemple de son père, à la philologie, autour du Trésor de Brunet Latin. Antoine Compagnon (Collège de France), après avoir rappelé le rôle que l’anglais, à la suite de circonstances familiales et en raison des goûts de sa mère, a joué dans sa formation, a insisté sur l’importance du jargon des fratries et des familles, avec des analyses fondées sur des passages de Proust.

7Jean-Noël Robert (Collège de France et Académie des inscriptions et belles-lettres) a parlé de la situation des lettrés japonais, qui ne parlaient pas le chinois, mais en lisaient et en écrivaient les idéogrammes, et pouvaient ainsi entretenir dans cette langue avec des étrangers un « dialogue au pinceau ». Il a ainsi commenté l’émouvant entretien tenu de cette façon en chinois vers l’an 1600 entre un Japonais et un Coréen, prisonnier de guerre au Japon, dont chacun ignorait la langue de l’autre.

8Se demandant si les mathématiques pouvaient être considérées comme une langue non maternelle que le mathématicien s’approprie, Michel Zink avait convié l’un d’eux, Jean-Paul Allouche (CNRS), qui a abordé et approfondi de nombreuses questions : les mathématiques comme langue étrangère, voire comme langue sacrée ; les mots des mathématiques ; la question de savoir dans quelle langue réelle on écrit les mathématiques et celle de l’influence sur elles de la langue utilisée ; la relation entre le langage mathématique et la poésie ; les mathématiques du langage et les tentatives de la linguistique générative.

9À la fin de la première journée, Marc Fumaroli (Collège de France, Académie française et Académie des inscriptions et belles-lettres) a analysé la rivalité du français et du latin dans la France de l’âge classique. Il a montré que certains esprits pétris de culture classique préféraient à l’imitation des auteurs ou des artistes antiques l’imitation directe et naïve de la nature, qui était précisément ce qu’avaient fait les Anciens eux-mêmes.

10À la fin de la seconde journée, Yves Bonnefoy (Collège de France) a rappelé qu’au delà de la mise en relation des langues entre elles, il y a une autre langue qui, écartant l’artifice du concept, coïncide avec la vérité du monde par une reconquête des mots auxquels elle donne à tous le statut de « nom propre » : la poésie.

Colloque organisé les 10 et 11 mai 2012

Programme et vidéos en ligne : www.college-de-france.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Zink, « D’autres langues que la mienne », La lettre du Collège de France [En ligne], 34 | juillet 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2463

Haut de page

Auteur

Michel Zink

Littératures de la France médiévale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page