Navigation – Plan du site
Publications

Publications

p. 39-43

Texte intégral

Jean-Pierre BRUN

Techniques et économies de la Méditerranée antique

1Coll. Leçons inaugurales du Collège de France

2Paris, Collège de France / Fayard, 2012.

3Chaque époque invente une nouvelle façon d’écrire l’histoire ou, du moins, cherche à éclairer le présent en interrogeant différemment le passé. Depuis une trentaine d’années, les données produites par l’archéologie, notamment par les fouilles préventives, ont crû de façon exponentielle, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives de recherche sur l’histoire des techniques et de l’économie antiques. Face à l’indigence des sources écrites, l’archéologie livre aujourd’hui des séries de documents permettant d’étudier l’état réel des techniques et du développement économique au cours de l’Antiquité.

4Jean-Pierre Brun est archéologue. Après avoir consacré sa thèse à l’huile et au vin dans la Méditerranée antique, il s’est spécialisé dans l’étude des vestiges d’activités économiques grecques et romaines. En 1978 lui est confiée la direction du Centre archéologique du Var, qu’il quitte en 2000 pour celle du Centre Jean Bérard (CNRS / École française de Rome) à Naples. Depuis 2012, il est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Techniques et économies de la Méditerranée antique.

Manuela Carneiro da Cunha

Savoirs autochtones : quelle nature, quels apports ?

5Coll. Leçons inaugurales du Collège de France

6Paris, Collège de France / Fayard, 2012.

7Alors que Claude Lévi-Strauss, dès 1962, célébrait les savoirs autochtones, il aura fallu attendre trente ans pour que, en 1992, la Convention sur la diversité biologique de Rio reconnaisse officiellement, pour la première fois, l’importance des savoirs autochtones face aux grands défis écologiques. Quelle est la nature, quels sont les multiples régimes des savoirs traditionnels ? Quels mondes peuvent-ils ouvrir, de par leur existence même, aux savoirs académiques ? Telles sont les questions qu’il faut à présent se poser.

8Manuela Carneiro da Cunha a été élevée au Brésil. Après des études de mathématiques, elle découvre sa vocation pour l’anthropologie au séminaire de Claude Lévi-Strauss. Elle a enseigné à l’Université de Campinas, à l’Université de São Paulo et à l’Université de Chicago. Membre de l’Académie brésilienne des sciences et de la Third World Academy of Science, elle a reçu le prix de la francophonie de l’Académie française et la Légion d’honneur. Elle a été titulaire de la chaire Savoirs contre pauvreté du Collège de France pour l’année 2011-2012.

Paul Colonna

Le carbone renouvelable dans les systèmes alimentaires, énergétiques et chimiques

9Coll. Leçons inaugurales du Collège de France Paris, Collège de France/Fayard, 2012

10En 2050, la population mondiale atteindra 9 milliards de personnes. Comment s’adapter à des besoins alimentaires et énergétiques croissants tout en préservant notre environnement ? Un des défis majeurs du xxie siècle est de développer une « bio-économie » c’est-à-dire de créer de nouveaux systèmes de production durables permettant d’articuler les filières alimentaires, énergétiques et chimiques. La « chimie verte » consiste ainsi à remplacer une partie du carbone d’origine fossile par du carbone d’origine biologique produit à partir des composants de la biomasse, des plantes aux micro-algues.

11Après une formation Agro et une thèse d’État ès sciences physiques à Paris VI, Paul Colonna entre à l’INRA. Spécialiste de la biochimie des végétaux, il est actuellement directeur scientifique adjoint du secteur « Bio-économie » à l’INRA et président du comité scientifique du projet Futurol. Il a été titulaire de la chaire de Développement durable - Environnement, énergie et société pour l’année 2011-2012.

Jean-Noël Robert

La hiéroglossie japonaise

12Coll. Leçons inaugurales du Collège de France

13Paris, Collège de France / Fayard, 2012.

14La civilisation japonaise s’est très tôt affirmée dans un rapport de « concurrence linguistique » avec le chinois, tant dans la sphère religieuse que littéraire et intellectuelle. Cette symbiose culturelle articulée sur le façonnage de la langue, que Jean-Noël Robert propose d’appeler hiéroglossie, est la source ultime du discours que prononça Yasunari Kawabata à la réception du prix Nobel de littérature en 1968 : en puisant ses sources dans la poésie bouddhique japonaise, Kawabata s’inscrit dans la tradition zen et la mystique du langage de l’école Shingon, selon laquelle il existe un lien direct entre les signes linguistiques et la substance des choses.

15Diplômé de l’École nationale des langues orientales vivantes (l’actuel INALCO) et de l’Université Paris-7, docteur ès lettres, Jean-Noël Robert est spécialisé dans l’histoire du bouddhisme au Japon. Directeur d’études à l’École pratique des hautes études (EPHE) et membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il est depuis 2011 professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Philologie de la civilisation japonaise.

Pierre BRIANT

Alexandre des Lumières

16Fragments d’histoire européenne

17Paris, Gallimard, 2012

18Que nous raconte ce livre qui jamais n’ennuie ? Simplement l’histoire des Lumières et des débuts de l’âge moderne à travers les tribulations d’Alexandre le Grand sous les plumes européennes des moralistes, antiquaires et autres honnêtes hommes qui se piquent de l’Histoire ancienne, philosophes, romanciers, historiens, et bientôt philologues.

19Car, tirée à hue et à dia, la figure du Macédonien sert toutes les causes. Tour à tour, il incarne, pour l’éducation du Prince, la supériorité des héros antiques, figures de moralité et de grandeur inspiratrice ; pour les tenants de « l’histoire philosophique », il pose le problème de la démesure d’une conquête qui échoue en Asie ; pour d’autres, intéressés par le mercantilisme, il inaugure l’histoire du développement des échanges qui assoie la domination européenne, voire, pour certains, anglais notamment, la fondation d’une politique d’établissement de comptoirs destinés à devenir des têtes de pont d’une colonisation à entreprendre ; pour d’autres encore, tout cela n’est que fariboles, nées des récits partisans d’historiens de l’Antiquité, et discourir sur Alexandre ne peut se faire qu’à partir de connaissances assurées par l’archéologie et la philologie, ces disciplines dont l’efflorescence marquera les deux siècles à venir.

20À toutes ces préoccupations s’ajoute enfin la montée des nationalismes : alors que l’Angleterre et la France se livrent la bataille du déchiffrement des hiéroglyphes en Égypte, tandis que Winckelmann définit les codes de la beauté par les sources grecques du continent, un jeune historien, en Allemagne, blessé par les invasions napoléoniennes, s’attache, inspiré par Montesquieu, à donner d’Alexandre l’image d’un conquérant résolu à créer une communauté de destin entre Grecs et Perses. Il publie en 1833 une Histoire d’Alexandre qui passe désormais jusqu’à nos jours pour le tournant fondateur de l’historiographie de l’Antiquité. Il s’appelle Droysen, mais ses contemporains se souviendront de lui comme l’auteur de la première grande histoire nationale... de la Prusse.

21Alexandre le Grand voulait traverser l’Orient; avec Pierre Briant lancé sur les traces de l’Alexandre des Lumières, le lecteur traverse l’Europe au tournant de sa modernité.

22Pierre Briant est professeur honoraire au Collège de France, chaire d’Histoire et civilisation du monde achéménide et de l’empire d’Alexandre

Jean-Pierre Brun, Jean-Claude Golvin, Frédéric Lontcho

Les sites archéologiques de la Baie de Naples
Pompéi, Herculanum, Oplontis, Misène, Baia, Cumes, Pouzzoles, Capoue, Capri…

23Lacapelle-Marival, Éditions Archéologie nouvelle, 2012.

24La Baie de Naples possède une concentration unique de sites archéologiques. Un lieu de villégiature pour les empereurs et les riches Romains, un des ports les plus importants de l’Empire, une ville tirant sa prospérité de ses exportations agricoles. Un lieu de légende où s’ouvrait une porte donnant sur les Enfers et où résonnaient les oracles de la Sibylle. Et aussi Pompéi et les sites ensevelis par les cendres et la lave du Vésuve, livrant un témoignage unique sur la vie quotidienne dans l’Antiquité.

25L’extraordinaire richesse archéologique de la Baie de Naples offre une vue d’ensemble de tous les aspects de la vie dans l’Antiquité. De l’esclave à l’empereur, du boulanger au riche commerçant, du prêtre au militaire, tous s’incarnent à travers les vestiges qui se découvrent à chaque détour d’un chemin ou d’une route.

26Jean-Pierre Brun, Professeur au Collège de France, a dirigé durant plus de 10 ans le Centre Jean Bérard de Naples, un organisme de recherche du CNRS et de l’École française de Rome. Il a conduit plusieurs chantiers de fouilles à Pompéi et à Cumes. Jean-Claude Golvin, architecte DPLG, est Directeur de recherches émérite au CNRS. Célèbre pour ses restitutions graphiques des sites antiques qui ont illustré des centaines de publications, il est spécialiste des monuments de spectacle et a déjà publié chez le même éditeur L’Amphithéâtre romain.

27Frédéric Lontcho est rédacteur en chef de la revue L’Archéologue.

Jean-Marie Durand, Thomas Römer et Jürg Hutzli (éds)

Les vivants et leurs morts

28Orbis Biblicus et Orientalis 257
Academic Press Fribourg, 2012

29Les chaires d’Assyriologie et des Milieux bibliques du Collège de France ont organisé un colloque en 2010, afin d’examiner les informations archéologiques et documentaires sur la conduite des vivants envers leurs morts dans les sociétés du Proche-Orient Ancien. Comment ces dernières ont-elles compris la réalité de l’« après-vie » et comment ont-elles entendu avoir des rapports avec ceux qui les avaient précédées ?

30La relation entre les vivants et leurs morts posait pour la documentation cunéiforme la question de la commémoration de leurs défunts par ceux qui constituaient le groupe des vivants, et cela notamment via le rite du kispum dont la pratique et la signification exacte sont encore à élucider.

31La distance entre les deux documentations les plus représentées à ce colloque, l’akkadienne et la biblique, est montrée par la répugnance qu’affiche la tradition hébraïque normative vis-à-vis de la dépouille mortelle. Pour la pensée hébraïque la mort et les morts sont associés au concept de l’impureté, alors que d’autres textes attestent bien la réalité de tentatives d’entrer en contact avec le monde des morts. Les textes bibliques offrent d’ailleurs un discours biaisé concernant les traditions au sujet de la mort et de l’ensevelissement de leurs rois.

32Certaines traditions, autant cunéiformes que bibliques, attestent l’idée que les restes humains pouvaient garder après la mort des rémanences de l’être vivant.

33Le sujet fascinant de la nécromancie, la possibilité de s’adresser aux morts pour les faire parler, est représenté ici par les documentations biblique et ougaritique qui attestent également la pratique de l’ensevelissement des morts dans la maison d’habitation.

34Le Pr Jean-Marie Durand est professeur honoraire au Collège de France, chaire d’Assyriologie. Le Pr Thomas Römer est titulaire de la chaire Milieux bibliques.

Jean-Marie Durand, Thomas Römer et Jean-Paul Mahé (éds)

La faute et sa punition dans les sociétés orientales

35Publications de l’Institut du Proche-Orient ancien du Collège de France
Leuven, Ed. Peeters, 2012

36Les quatrièmes Rencontres ont réuni les membres du Collège de France, de la Société Asiatique et du CNRS sur le thème de La Faute et sa punition, les civilisations orientales, dès l’origine, n’étant pas tendres pour ceux qu’elles considéraient contrevenir à leurs commandements.

37Les contributions n’ont pas masqué cette rudesse, tout en prenant soin d’institutionnaliser les façons d’amener lentement à la mort les contrevenants. La tonte dans les textes bibliques sert de marqueur pour le récit de moments où la vengeance s’accomplit. Si les Assyriens n’ont pas aujourd’hui bonne réputation, ils le doivent à la façon dont ils ont poursuivi ceux qui leur résistaient. Les récits des sévices ottomans envers leurs coupables ou chez les peuples qu’ils ont conquis, ainsi que les façons qu’ont eues les empereurs chinois d’exercer leur justice, montrent que d’autres civilisations ont eu autant d’imagination qu’eux.

38Les textes administratifs font rentrer dans la quotidienneté des punitions et, tant qu’il n’était pas fautif, l’esclave pouvait passer pour un membre normal de la communauté. La punition consiste le plus souvent à infliger au coupable ce qu’il redoute le plus dans cette vie, ou dans l’autre, comme les supplices infernaux, le refus d’inhumer le coupable étant la pérennisation de la punition, thème récurrent dans beaucoup de documentations mais étudié systématiquement à propos de la Bible.

39Des récits caucasiques montrent la préhistoire du mythe de Prométhée, puni par les Dieux pour avoir instauré sa propre justice. Ces textes, loin du récit classique et très empreints d’idéologie chrétienne, s’en tiennent encore à la brutalité d’une démesure assurément condamnable.

40Du Japon proviennent des récits humoristiques se moquant du maître de la punition qu’est censé être le chef des enfers ou comment l’on distribue de façon inopinée des coups de bâton pour inciter au mieux. L’horrible fait divers qui clôt ces contributions montre jusqu’à l’époque contemporaine la relativité des sanctions selon les points de vue.

Michael Edwards

Le Rire de Molière

41Paris, Éditions de Fallois, 2012.

42Nous applaudissons toujours Molière avec ferveur, mais sommes-nous bien certains de le comprendre ? Les mises en scène les plus marquantes et les plus novatrices d’aujourd’hui font valoir sa profondeur psychologique ou l’audace de ses idées morales, mais parfois au détriment du rire joyeux et profond qui est la marque propre de son génie et qui donne le sens de son théâtre.

43Un constat s’impose : on a tiré Molière du côté du drame, on l’a joué comme Ibsen ou Tchekhov, dans l’idée que la gravité, la tristesse et la mélancolie constituaient un label suprême de qualité.

44Le malentendu n’est pas neuf. Il date au moins du Romantisme, mais il s’est accentué. Il est donc urgent de le dissiper pour réapprendre à lire Molière et surtout pour retrouver les plaisirs dont nous avons été privés.

45Il faut tout d’abord oublier la distinction factice entre hautes et basses comédies, car l’esprit de la farce, que l’on fait profession de dédaigner, est omniprésent dans son œuvre. La farce nous conduit dans l’étrange, dans un domaine à la fois hilarant et tout à fait sérieux où l’on triomphe, en riant, de la violence et de la mort.

46Et il y a plus. Certaines comédies-ballets sont jouées sans leurs parties lyriques, réduites au texte seul. C’est méconnaître gravement l’intention de Molière, baladin aux multiples talents, émerveillé dès les débuts de sa carrière parisienne et jusqu’à son dernier souffle par une forme neuve de spectacle et une vision plus large de la vie qui répondait pleinement à son génie.

47Le Rire de Molière offre une interprétation originale de son théâtre et de ses pièces principales.

48Michael Edwards est professeur honoraire au Collège de France, chaire d’Étude de la création littéraire en langue anglaise.

Michael Edwards

Paris aubaine

49Poèmes

50Clichy, Éd. De Corlevour, 2012.

51Paris est l’occasion d’une centaine de poèmes aux sujets très divers, unifiés par le souci constant de sonder le monde alentour dans le temps qui passe, selon la conviction que la plénitude de vie se trouve dans un ici ouvert à tout moment à son possible. Dans le plus infime événement un autre monde paraît. Les poèmes s’efforcent de recréer le visible en approfondissant toutes les formes de l’invisible, en mettant en œuvre l’intuition inquiète d’une grande vérité, d’une dynamique ternaire dans la condition humaine : création-chute-recréation, vie-mort-nouvelle naissance, bonheur-malheur-joie. Les poèmes cherchent surtout à être nouveaux, sans cesse inventifs, en sujets, formes, pensées, images. Ils essaient de bénéficier, selon le génie de la poésie française, de certaines ressources de la poésie anglaise : une pluralité de perspectives et de tons, le sérieux paraissant sous le léger, sous l’apparemment simple, le comique – l’humour – prenant tout en charge. L’anglais intervient même dans quelques poèmes, avec sa lecture autre du monde.

Jean Guilaine (dir.)

Les débuts du Néolithique en Europe

52Dossiers d’Archéologie n° 353,

53Dijon, Editions Faton, septembre-octobre 2012.

54Ce numéro spécial des Dossiers d’Archéologie a été dirigé par le professeur Jean Guilaine. Il aborde un certain nombre de questions essentielles sur l’émergence, au Proche-Orient, de l’économie agricole et sur sa diffusion à travers un continent où vivaient d’ultimes sociétés de chasseurs-cueilleurs. Cette propagation s’effectue dans des contextes culturels différents : aire égéenne, Balkans et steppes, zone « danubienne » de la Roumanie au Bassin parisien, Méditerranée centrale et occidentale. Les processus de pénétration des plantes cultivées dans des milieux physiques distincts de leur pôle d’origine sont analysés. Sont également évoquées la part des contraintes climatiques dans le déploiement de ces premiers fermiers et les stratégies d’adaptation qui en ont découlé. La place respective des migrants et des populations autochtones impliquées dans le processus de néolithisation commence à être entrevue grâce au développement des études génétiques. Une dernière contribution porte sur l’évolution des sociétés néolithiques européennes au cours des 4e et 3e millénaires avant notre ère.

55Jean Guilaine est professeur honoraire au Collège de France, chaire de Civilisations de l’Europe au néolithique et à l’âge du bronze.

André Miquel

Les entretiens de Bagdad

56Paris, Bayard, 2012

57L’histoire se passe dans les années 830 de notre ère. Quelque deux siècles après l’apparition de l’islam. Régnait alors à Bagdad un calife exceptionnel, Ma’mûn, qui consacrait son temps aux affaires de l’État, mais tout autant à celles du savoir et de l’esprit au sens le plus large. Avec lui, l’histoire de l’islam nous a proposé quelques-uns de ses plus beaux espoirs.

58S’inspirant d’une pratique littéraire arabe, André Miquel imagine dix entretiens éblouissants dans lesquels le calife Ma’mûn débat avec des théologiens musulmans et chrétiens, des rabbins, des femmes, des fonctionnaires... On y parle foi et raison, mœurs, statut de la femme, guerre et commerce, droit, arts et sciences, mais aussi des peuples étrangers, des différentes religions. Autant de débats et de questions qui font encore aujourd’hui, plus de mille ans après, notre actualité.

59André Miquel, professeur honoraire au Collège de France, chaire de Langue et littérature arabes classiques, dont il a été l’administrateur après avoir été celui de la Bibliothèque nationale, est historien et géographe, spécialiste de la langue et de la littérature arabes, traducteur des Mille et une nuits.

Michel Butor, Carlo Ossola

Conversation sur le temps

60collection Littérature
Paris, Éditions de la Différence, 2012

61Qu’en est-il du temps dans l’œuvre de Michel Butor ? Carlo Ossola le questionne à partir de quatre axes : le premier, la forme d’écriture qu’il a choisie dans L’Emploi du temps qui prend en compte le « croisement », la « superposition », les « glissements temporels » que chacun expérimente dans sa propre vie ; le deuxième, l’héritage de Fourier, à savoir comment peut-on penser l’univers sans l’humanité qui compte le temps ; le troisième, peut-on pallier l’insuffisance de temps par l’espace et comment. Butor crée une véritable philosophie du « chronotope », c’est-à-dire de l’alliance du temps-espace. Enfin, le quatrième, les instants de jaillissement que constituent les Improvisations, terme emprunté au langage musical.

62Carlo Ossola est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Littératures modernes de l’Europe néolatine.

Aby Warburg

L’Atlas Mnémosyne
avec un essai de Roland Recht

63Coll. Écrits II
Paris, L’écarquillé, 2012.

64Si Aby Warburg a été le premier à définir une méthode d’interprétation iconologique, s’il a créé une bibliothèque des sciences de la culture unique au monde, l’innovation décisive qu’il a introduite dans le champ épistémologique de l’histoire de l’art est bien Mnémosyne : œuvre absolument originale et unique, dont l’ambition n’est rien moins que de poser les fondements d’une grammaire figurative générale, et qui ouvre des perspectives dont la portée n’a pas encore été totalement mesurée. Par la complexité des problèmes auxquels s’est confronté Warburg face à cet immense corpus d’images, c’est l’attention de l’ensemble des sciences humaines qu’il a attirée sur son œuvre.

65Resté inachevé à la mort de l’auteur, ayant mobilisé l’énergie intellectuelle et physique de ses dernières années, Mnémosyne peut être considéré comme l’aboutissement de toutes ses recherches. Il constitue le plus ambitieux corpus d’images jamais réuni, dont la genèse et l’évolution sont liées à une pratique discursive et à un mode de transmission du savoir que préconisait Warburg, mais qu’il convient aussi d’examiner sous l’angle de ses relations avec le problème de la mémoire et avec sa bibliothèque. L’essai de Roland Recht se propose de replacer ce work in progress dans son contexte intellectuel.

66Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Histoire de l’art européen médiéval et moderne, membre de l’Institut, Roland Recht a donné une impulsion décisive à l’historiographie de l’art par ses publications mais aussi par son enseignement. Il est sans doute l’un des meilleurs connaisseurs des méthodes et des théories de l’histoire de l’art : dès le début des années 1980, il donnait à l’université de Bourgogne un séminaire sur Aby Warburg en un temps où aucun de ses écrits n’avait été traduit en français.

Philippe Sénac (éd.)
Pierre Toubert (avec la part.)

Villa 3 - Histoire et archéologie des sociétés de la vallée de l’Èbre
(viie-xie siècles)

67Coll. Méridiennes, série Études médiévales ibériques
Toulouse, CNRS, 2010

68Après avoir étudié les habitats ruraux (Villa 1) puis la transition entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge au travers du rapport ville-campagne (Villa 2), le troisième volet de cette série était destiné à mettre en valeur l’apport de l’archéologie à l’étude des sociétés de la vallée de l’Èbre depuis la fin de l’époque wisigothique jusqu’au temps des reyes de taifas. De nouvelles recherches entreprises en Aragon, en Catalogne et en Navarre justifiaient en effet de reprendre le dossier des siècles dits « obscurs » en étudiant de plus près les formes d’organisation sociale que connut cette région depuis la fin de la monarchie de Tolède jusqu’aux premiers temps de la reconquista, à commencer par le rôle tenu par les élites urbaines. Conformément aux pratiques employées lors des réunions précédentes, des chercheurs travaillant sur d’autres espaces péninsulaires furent associés à l’enquête pour permettre de précieuses comparaisons. Des exemples empruntés aux Asturies, à l’Andalousie et au Gharb al-Andalus ont ainsi été proposés et une attention particulière a également été accordée aux données fournies par la numismatique. Les actes de cette réunion organisée à Saragosse en octobre 2009 attestent bien de la vitalité de la recherche dans la vallée de l’Èbre et confirment l’importance de la frontière comme lieu d’étude privilégié des sociétés chrétiennes et musulmanes aux alentours de l’an mil.

69Pierre Toubert est professeur honoraire au Collège de France, chaire d’Histoire de l’occident méditerranéen au Moyen-Âge

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Publications », La lettre du Collège de France [En ligne], 35 | décembre 2013, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2447

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page