Navigation – Plan du site
Partenariats media

Les peurs, hier, aujourd’hui, demain

Émission Croisements
Extraits choisis
Mireille Delmas‑Marty et Jean Delumeau
p. 35

Texte intégral

Faut-il nommer les peurs ?

Mireille Delmas-Marty – Le Droit est supposé protéger contre la peur dans la mesure où il nomme la peur ; le Droit Pénal joue un rôle important par le biais de l’incrimination, qui consiste à délimiter un comportement comme étant criminel, c’est-à-dire à le nommer. On a vu, par exemple, apparaitre la peur de la pollution – et par conséquent une réponse à cette peur – à partir du moment où le Droit Pénal a introduit le concept de pollution. La dénomination est supposée, en nommant la peur, la canaliser. Le problème, c’est qu’il y a des dérives ; on le sent bien à partir du moment où l’on stigmatise telle ou telle partie de la population. Le Droit protège, mais en même temps il crée d’autres peurs. Il peut se retourner contre ceux qui sont stigmatisés.

Jean Delumeau – Toutes les peurs partielles que nous nommons sont des parties ou des manifestations de la peur fondamentale de la mort. Tant que durera notre pèlerinage terrestre, la mort, et donc la peur, ne disparaitra pas. Je crois qu’il est bon de nommer les peurs, de savoir de quoi on a peur ; ceci dit, on peut se tromper en les nommant, et cela est arrivé plusieurs fois dans l’Histoire.

MDM – La dénomination peut aussi faire peur. Il y a eu au cours de l’Histoire des murs de la peur (la Grande Muraille de Chine, par exemple), quand bien même ils n’ont pas servi. À l’époque actuelle, on continue à construire des murs alors que l’on ouvre les frontières aux marchandises. Les marchandises circulent, les hommes doivent s’arrêter à la frontière. Mais l’on n’emploie plus le mot de « mu » ; la dénomination fait peur. On parle de la « grande barrière » entre le Mexique et les États-Unis, on parle de « clôture de sécurité » entre Israël et la Cisjordanie, on essaie de trouver des mots qui atténuent le choc du mot « mur », mais on n’a jamais construit autant de murs, ce qui est un signe d’impuissance autant qu’un signe de défiance.

Vivons-nous aujourd’hui dans un monde plus dangereux qu’avant ?

JD – Il n’existait pas avant d’Histoire de la peur, sinon des peurs ponctuelles comme celle de 1789. Cela tenait au discours culturel des classes dirigeantes, spécialement des chevaliers. Le chevalier sans peur et sans reproche n’a pas peur. On trouve chez Virgile, repris par Descartes et par La Bruyère, l’idée que la peur est caractéristique d’une naissance de basse extraction. Le peuple a peur, le chevalier n’a pas peur. C’est un tabou qui commence à tomber à la Révolution française, où l’on a magnifié le courage du peuple. Enfin, nous nous sommes dégagés de cette idée toute faite, et nous avons découvert que l’homme est, de manière générale, l’être qui a peur.

MDM – Je ne crois pas que le monde soit plus dangereux, mais ce qui est nouveau, c’est le degré d’interdépendance, accru à l’échelle planétaire, qui fait que nous sommes plus conscients que nous ne l’étions des risques à l’échelle globale. Il y a la peur de l’autre homme, mais il y a aussi la peur, qui a toujours existé, de la nature, et maintenant la peur des risques globaux qui sont la conjonction des catastrophes naturelles et des catastrophes artificielles créées par l’homme – ou accentuées par lui. Cette peur-là n’est pas forcément négative, c’est une peur que j’appellerais peur « solidarité », parce qu’elle crée un sentiment d’appartenance à la même communauté, d’abord locale, puis nationale, et maintenant, aujourd’hui ou demain, une communauté mondiale, parce que nous avons peur ensemble, parce que nous serons sauvés ou perdus ensemble.

JD – La peur est inévitable, mais elle peut être bonne conseillère. Longtemps, l’humanité a surtout eu peur des dangers naturels. Maintenant, dans la civilisation actuelle et à l’échelle mondiale, le danger numéro un est devenu l’homme. On peut le voir à travers l’histoire de la guerre : il y a eu l’invention des armes à feu à la fin du Moyen Âge, puis, avec la Révolution française, les mobilisations en masse. Après cela, les armées napoléoniennes, qui mobilisent des centaines de milliers de soldats mobilisés, puis la guerre de 1914, qui fait des millions de morts, et enfin, la guerre de 1939‑1945 : était-ce quarante ou cinquante millions de morts ? On ne le sait même plus. Mais nous savons maintenant que l’homme a la possibilité de faire sauter la planète, et de cette conclusion il nous faut tenir compte pour essayer de vivre le présent et d’organiser le futur.

L’intégralité des émissions peut-être écoutée sur le site internet de France Culture (http://www.franceculture.fr/​emission-croisements).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mireille Delmas‑Marty et Jean Delumeau, « Les peurs, hier, aujourd’hui, demain », La lettre du Collège de France [En ligne], 35 | décembre 2013, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2441

Haut de page

Auteurs

Mireille Delmas‑Marty

Études juridiques comparatives et internationalisation du droit

Jean Delumeau

Histoire des mentalités religieuses

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page