Navigation – Plan du site
CHADOCS

La religion en Sicile au tournant de la conquête romaine (iiie-ier siècle av. J. C.)

Béatrice Lietz 
p. 32

Texte intégral

1Le travail de recherche que je mène actuellement n’est en réalité que l’ultime étape d’un long parcours, que j’ai entamé, il y a cinq ans, à l’École normale supérieure de Pise. Dans ce contexte dynamique, auquel je dois toute ma formation, j’ai soutenu un mémoire de Master (maintenant publié comme monographie) qui portait déjà sur un culte sicilien : celui de la déesse (Astarté/ Aphrodite/ Vénus) du mont Eryx, dans la partie ouest de l’île.

2Au cours de mon enquête sur cette déesse, qui a été vénérée du ve siècle av. J.‑C. au iiie siècle apr. J.‑C. par les Grecs, les Phéniciens et les Romains, et dont le culte s’est répandu des deux côtés de la Méditerranée dans autant de milieux culturels différents, j’ai rapidement pris la mesure que l’époque romaine républicaine était la période la plus riche de son histoire. Des nombreuses sources permettaient de déceler la manière dont les Romains ont abordé le culte de la déesse et sont parvenus à en faire un véritable pôle symbolique de leur présence sur l’île. Ces faits n’avaient cependant retenu jusqu’alors qu’une attention très limitée de la part de la tradition historiographique, cherchant davantage à reconstruire une prétendue essence originaire et immuable de ce culte, qu’à en parcourir les vicissitudes historiques.

3Dès lors que l’on prend en compte la Sicile dans sa totalité, on peut rapidement remarquer qu’il en va sensiblement de même. Si l’on dispose, en effet, d’excellentes synthèses sur la religion à l’époque impériale, la période républicaine, quant à elle, semble avoir été plutôt oubliée. En outre, l’idée la plus communément admise fait de la Sicile une région si profondément hellénisée, que celle-ci n’aurait été influencée que marginalement par les nouveaux conquérants. Pourtant, le dossier de la déesse de l’Eryx invite, de toute évidence, à questionner cet acquis.

4J’ai donc décidé de reprendre la question des témoignages concernant la religion en Sicile au tournant de la conquête romaine, pour essayer de dégager les transformations qui touchent, à cette époque, la vie religieuse de l’île.

5Comme souvent en histoire ancienne, le matériel qui nous est offert pour approcher cette question s’avère immédiatement très hétéroclite, du point de vue de sa nature et des problèmes qu’il peut poser, mais également du point de vue de sa représentativité, au regard notamment des aléas inhérents au processus de la transmission. On est ainsi confrontés à des passages d’ouvrages littéraires grecs et latins, souvent très élaborés mais aussi très partiels, aux résultats de l’archéologie, a priori moins parlants mais qui peuvent livrer, selon la date et la précision des fouilles, des renseignements surprenants, ainsi qu’à des images et des inscriptions, qui présentent l’avantage, tout en étant hermétiques pour un lecteur peu accoutumé à leur langage, de nous livrer la voix des pratiquants de l’époque.

6Seule une analyse très circonstanciée de chacun de ces témoignages permet d’envisager, en un seul tenant, tous les renseignements que le matériel est à même de nous livrer et de les structurer, aux fins d’éclaircir ce qui constituent les trois enjeux fondamentaux de notre sujet. Tout d’abord, il faut éclaircir le degré et la nature de l’intervention romaine dans l’île en matière de religion, dont les moyens et les objectifs sont à élucider à l’aide de nos connaissances générales sur l’approche de Rome aux cultes étrangers. Deuxièmement, il est nécessaire de considérer la situation des cités siciliennes, à évaluer au regard de leur statut et de leurs relations avec Rome. Enfin, il est important de s’interroger sur les transformations que tout cela a pu induire dans la vie religieuse des individus. Sur ce dernier point, qui n’est pas des moindres, l’écueil principal tient au manque récurrent — et inhérent à notre discipline — de sources concernant la vie quotidienne et privée. Il s’agit là, cependant, d’un défi que l’on ne peut pas manquer de relever, étant donné que l’on a souvent reproché, ces dernières années, à la tradition historiographique sur la religion romaine, de trop se concentrer sur les données institutionnelles.

Une fois ce cadre tracé, j’espère poser une idée plus affinée de ce qui s’est passé, au niveau de la religion, dans la première des provinces de l’empire romain. Il va de soi que la réponse à cette question intéresse aussi bien l’histoire de la Sicile que celle de la religion romaine ; on s’interroge, en effet, de plus en plus sur la manière dont il faudrait aborder cette religion, dès lors que l’on sort des limites de la cité de Rome. Ancienne éleve et doctorante en 5e année de la « Scuola Normale Superiore » de Pise, Beatrice Lietz prépare actuellement une thèse d’Histoire ancienne sur la religion en Sicile au tournant de la conquête romaine, sous la direction de M. Carmine Ampolo et de M. John Scheid. Elle fait partie de l’équipe de rédaction du projet franco-italien d’« Inventaire des lieux de culte de l’Italie antique » et collabore avec le laboratoire LSA de la « Scuola Normale Superiore » de Pise au projet « GEI : Greek Economic Inscriptions ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Lietz , « La religion en Sicile au tournant de la conquête romaine (iiie-ier siècle av. J. C.) », La lettre du Collège de France [En ligne], 35 | décembre 2013, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2433

Haut de page

Auteur

Béatrice Lietz 

ATER, chaire Religion, institutions et société de la Rome antique, Pr John Scheid

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page