Navigation – Plan du site
International

La « grande révolte arabe » du xxie siècle : considérations sur le bouleversement en cours dans l’espace arabophone

Gilbert Achcar
p. 24

Texte intégral

1Une question se pose d’emblée lorsque l’on tente d’analyser les événements en cours dans la région arabe, celle de la façon de les désigner.

2La formule la plus satisfaisante est « processus révolutionnaire » : elle permet de mettre l’accent sur le potentiel du soulèvement sans donner un jugement définitif sur ses résultats, en soulignant le fait que ce qui a été mis en branle par les manifestations de décembre 2010 en Tunisie et s’est progressivement étendu à l’ensemble de la région est encore loin d’être achevé. Les soulèvements qu’a connus la région ne se limitent pas à la dimension politique démocratique qui a été la leur face à des régimes tous « autoritaires », à des degrés divers. Le moteur profond des événements est le blocage du développement dont pâtissent les économies et les sociétés du monde arabe. Ce blocage est illustré tant au niveau de la croissance particulièrement faible du PIB par habitant en moyenne régionale au cours des dernières décennies qu’au niveau des taux de chômage record qui caractérisent l’ensemble arabe, en particulier le chômage des femmes et des jeunes, avec une surreprésentation des diplômés parmi les chômeurs.

3Ces facteurs socioéconomiques sont à l’origine du mécontentement social que les pratiques antidémocratiques ou despotiques des régimes en place ont considérablement exacerbé, jusqu’à l’explosion. La raison du blocage est à chercher dans la nature spécifique du mode de production dominant dans la région. La crise arabe répond à un enlisement qui est bien plus ancien que la crise économique mondiale actuelle, même si celle-ci l’a aggravé. Ce qui bloque le développement dans la région, c’est d’abord et avant tout la prédominance d’Etats rentiers, patrimoniaux ou néo-patrimoniaux, dans un climat général d’arbitraire et d’insécurité qui inhibe l’investissement privé productif de long terme et favorise la recherche du profit à court terme dans des opérations spéculatives. Cette réalité du secteur privé combinée avec la résorption de l’investissement étatique dans le cadre de la domination mondiale du paradigme néolibéral depuis trente ans explique la crise régionale.

4Des facteurs politiques régionaux et internationaux se sont ajoutés à ce tableau socioéconomique. La richesse pétrolière de la région a déterminé le fait qu’elle se soit trouvée au centre d’une attention particulière des puissances qui ont eu le privilège d’accéder à ces ressources avant les autres. La Grande-Bretagne dans les petites monarchies du Golfe comme les Etats-Unis dans le Royaume saoudien ont consolidé des systèmes sociopolitiques ultra-archaïques afin de pérenniser leur contrôle. Toutefois, l’administration de George W. Bush a rompu avec cette tradition de stabilisation des régimes archaïques croyant tirer ainsi les leçons des attentats du 11 septembre 2001. L’invasion de l’Irak en 2003, suivie de la campagne de « promotion de la démocratie » lancée par l’administration dans la région, ont contribué à la déstabiliser.

5Ce tournant de Washington est allé de pair avec une nouvelle ouverture aux Frères musulmans, principal courant organisé de l’opposition politique régionale. Jusqu’à la fin de la guerre froide, les Etats-Unis collaboraient avec les Frères musulmans dans le cadre de leur combat commun anticommuniste et contre le nationalisme arabe. La première guerre menée par Washington contre l’Irak en 1991 avait abouti à une rupture entre les deux parties. Toutefois, l’entremise du Qatar, devenu principal sponsor des Frères musulmans après leur rupture avec le Royaume saoudien, a facilité un dégel qui a préludé à la nouvelle entente entre les Etats-Unis et les Frères musulmans à l’occasion du soulèvement arabe. Le rôle de la confrérie dans la région a été renforcé par la chaîne de télévision satellitaire Al-Jazeera, propriété de Qatar, dont la contribution à la politisation des opinions publiques régionales et au soulèvement lui-même ne saurait être sous-estimé.

6C’est sur cet arrière-plan général qu’a éclaté le « printemps arabe ». Les différentes dynamiques des soulèvements dans les divers pays sont dues, d’une part, à la nature des acteurs sociaux et politiques dans chaque cas : rôle décisif joué par le mouvement ouvrier en Tunisie, les grèves ouvrières en Egypte ; facteurs tribaux et/ou confessionnels dans les autres pays. D’autre part, à la nature des Etats du point de vue de la composition de leurs forces armées et du degré de leur allégeance au pouvoir en place. Ce sont ces facteurs qui ont déterminé la différence entre des situations où le mouvement a pu écarter les dirigeants par la lutte politique et celles où le soulèvement a débouché sur la guerre civile.

7L’arrivée des Frères musulmans au pouvoir dans certains pays ne saurait mettre un terme au processus révolutionnaire. Ces partis ne disposent pas de programmes comportant des réponses convaincantes à la crise profonde de leurs pays. Ils adhèrent aux mêmes politiques économiques que celles qui inspiraient les gouvernements renversés. L’élection présidentielle en Egypte a révélé le terrain perdu par les Frères musulmans en quelques mois, comme elle a révélé le potentiel de la « troisième force » opposée tant aux anciens dirigeants qu’aux nouveaux. Le moteur de la crise et du soulèvement dans l’espace arabophone continuera à tourner. Il n’est pas près de s’arrêter.

Le Pr Gilbert Achcar a été invité par l’Assemblée des professeurs, sur la proposition du Pr Henry Laurens

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Achcar, « La « grande révolte arabe » du xxie siècle : considérations sur le bouleversement en cours dans l’espace arabophone », La lettre du Collège de France [En ligne], 35 | décembre 2013, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 24 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2394

Haut de page

Auteur

Gilbert Achcar

Professeur à l’École des études orientales et africaines de l’université de Londres (Royaume-Uni)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page