Navigation – Plan du site
Chaires

Accueil de jeunes chercheurs étrangers

Manuela Carneiro Da Cunha
p. 22

Texte intégral

1L’ambition du Collège de France, de l’Agence française de développement et de l’Agence universitaire de la francophonie est de favoriser la constitution à terme d’un réseau international de jeunes chercheurs sur les problématiques abordées par la chaire « Savoirs contre pauvreté ».

2L’enseignement de Manuela Carneiro da Cunha portait sur les savoirs autochtones, et sur leurs liens avec les savoirs académiques, la biodiversité et la propriété intellectuelle.

De la théorie…

3Le stage s’est déroulé du 2 au 18 mai 2012. Sept jeunes chercheurs du Cameroun, de République centrafricaine, de Madagascar, du Vietnam et du Brésil sont venus assister à deux cours du Professeur.

4Le premier cours a rappelé l’importance historique de ces savoirs et leurs apports précieux en termes de connaissances botaniques et écologiques à travers quelques champs d’application comme l’utilisation de substances ayant une activité biologique ou la prédiction et l’adaptation aux changements climatiques ; le second était centré sur l’agrobiodiversité. Le professeur a brossé l’évolution des grands organismes internationaux en charge de l’agriculture et de l’alimentation dans le monde – non sans lien avec l’évolution des concepts. Elle a rappelé que le Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture (TIRPGAA) est un accord international qui vise à assurer la sécurité alimentaire par le biais de la conservation de la biodiversité, de l’échange et de l’utilisation durable des ressources phytogénétiques et ce, tout en garantissant le partage des avantages dans la lignée des principes de la Convention sur la diversité biologique. Le cours s’est achevé sur les nouvelles thématiques de recherche en cours, qui, à travers des programmes de sélection participative, replace le paysan au cœur de l’amélioration des plantes et de la conservation in situ des variétés.

…à la pratique

5Les chercheurs ont ensuite pu participer à une journée d’étude intitulée : « Conserver l’agrobiodiversité à la ferme : quels savoirs pour des projets en partenariat ? » et organisée dans le but de développer des échanges entre chercheurs juniors et seniors. Plusieurs chercheurs des sciences humaines et de sciences dites dures sont ainsi venus partager leur expérience de terrain (France, Vietnam et Sénégal) dans le cadre de leurs travaux de recherches en partenariat avec des paysans.

6Toujours dans la perspective d’échange et de transmission de l’expérience et des connaissances, les jeunes chercheurs ont participé à la journée scientifique « Les petites paysanneries, questions de générations » au LADYSS - Université de Nanterre.

7Le colloque « Hommage à la pensée sauvage. Nature, rapports et apports des savoirs autochtones » a clôturé leur séjour. Ce colloque « doublement anniversaire », des 50 ans de La Pensée sauvage et des 20 ans de Rio, a rassemblé d’éminents professeurs d’anthropologie, des praticiens du développement et de la conservation, des organisations non gouvernementales, soit l’ensemble des acteurs en lien avec les savoirs autochtones et la conservation de la diversité agricole.

…pour enrichir leur réflexion

8Ces différents événements scientifiques, couplés à des phases de recherches bibliographiques et de réflexion personnelle, auront donc contribué à la maturation des projets de recherche des jeunes chercheurs sélectionnés. À l’issue de ce séjour de formation, ces derniers devaient alors remettre une ultime version de leur projet afin d’obtenir une bourse de recherche.

9Si au départ, la chaire ne devait soutenir que des projets individuels, la dynamique de groupe a été la plus forte. En plus de leur projet individuel, les chercheurs ont proposé un projet commun. Les savoirs autochtones et l’agrobiodiversité ont été fédérateurs et ce, non seulement malgré la diversité des continents et des nationalités mais aussi au-delà des thématiques de recherche de chacun (anthropologie, géographie, écologie, agronomie). Un véritable groupe de jeunes chercheurs international et pluridisciplinaire est né. Cette expérience scientifique et humaine devrait se poursuivre par la création de « Résaas », Réseau savoirs autochtones sur l’agrobiodiversité au sud.

La chaire reçoit le soutien de l’AFD.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2392/img-1.png
Fichier image/png, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuela Carneiro Da Cunha, « Accueil de jeunes chercheurs étrangers », La lettre du Collège de France [En ligne], 35 | décembre 2013, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2392

Haut de page

Auteur

Manuela Carneiro Da Cunha

Titulaire de la chaire Savoirs contre pauvreté, année académique 2011-2012
Anthropologue

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page