Navigation – Plan du site
Chaires

Philippe Sansonetti, lauréat du Grand Prix Inserm 2012

Extraits du discours du Pr Sansonetti prononcé lors de la remise du Grand Prix Inserm.
Philippe Sansonetti
p. 20

Texte intégral

1« Je voudrais adresser des remerciements tout particuliers à mes collaboratrices et collaborateurs. Au fil de toutes ces années, ils ont fait l’Unité de Pathogénie Microbienne Moléculaire, je leur dédie ce Grand Prix INSERM.

2La carrière des jeunes chercheurs me tient particulièrement à cœur. Leur rôle dans la société est insuffisamment reconnu – et rémunéré – et pourtant, ils y représentent des valeurs exemplaires : passion, curiosité, rigueur, honnêteté, esprit critique, désintéressement, universalité et modernité, confiance dans l’avenir car la science ne s’accommode pas du court terme. L’éducation et la recherche sont les seuls vrais garants de notre avenir.

3J’aimerais aussi remercier la microbiologie et en dire quelques mots. Plus précisément de l’interface homme-microbe qui sied à l’INSERM. La microbiologie reste plus que jamais un modèle incontournable en biologie fondamentale et en sa capacité d’interfacer avec d’autres disciplines : biologie cellulaire, immunologie, maintenant biologie du développement. C’est à ces interfaces que sont nées beaucoup des découvertes récentes car elles sont totalement pertinentes. « Rien n’a de sens en biologie si ce n’est à la lumière de l’évolution » disait Theodosius Dobzansky. En tant qu’eucaryotes multicellulaires, nous sommes nés des bactéries et avons évolué avec elles. Tous les phyla, des protozoaires aux mammifères supérieurs, hébergent un microbiote. À la lumière de la co-évolution, le maintien de ces flores a du sens. Les modèles de symbiose chez des organismes primitifs en attestent et il y a peu de risque à penser que ce qui est vrai pour le calamar, la mouche ou le ver de terre l’est aussi pour l’homme. Des travaux récents montrent chez la souris le rôle essentiel du microbiote dans la nutrition, la maturation du système immunitaire, mais qui eut cru à son implication dans les phases tardives de maturation du cerveau, ou comme nous venons de le démontrer au laboratoire, dans la protection des cellules souches adultes assurant la régénération de mon épithélium de prédilection, noble entre tous, l’épithélium intestinal ?

4Une nouvelle page de la microbiologie s’ouvre qui va révéler l’étendue et la profondeur de cette symbiose qui fait de nous un hybride eucaryote-procaryote. Une nouvelle page de la médecine aussi car dans les dysfonctionnements de l’homéostasie de cette symbiose semble se nicher l’étiologie de maladies variées : résistance à l’insuline, obésité, diabète, maladies inflammatoires de l’intestin, allergie/atopie, voire certains cancers coliques. Autant de nouvelles opportunités d’interface pour la recherche microbiologique.

5Les microbes pathogènes nous mobilisent aussi, en ces temps d’émergence infectieuse. Ils sont une infime minorité en regard des microbiotes, mais une minorité agissante.

6J’essaie d’établir un pont entre la symbiose et la pathogénicité, réécrivant Guerre et Paix, mais aux surfaces muqueuses, afin de mieux comprendre comment notre système immunitaire discrimine les pathogènes des symbiontes. Comment l’hôte sent le danger microbien et ajuste sa réponse en conséquence. Ceci a un corollaire : la manipulation par les pathogènes de cette perception du danger et de la réponse immunitaire par des stratégies moléculaires que nous déchiffrons et qui ne cessent de nous émerveiller.

7Shigella est un superbe modèle d’étude par la gamme des effecteurs dédiés à la subversion des défenses de l’hôte qu’elle exprime pour assurer l’invasion du tube digestif. Blocage de la sécrétion d’ATP, signal majeur de danger, par fermeture des hémicanaux à connexines des cellules épithéliales infectées ; modifications post-traductionnelles de protéines clés des voies de la réponse inflammatoire, dans le cytoplasme comme dans le noyau, prenant le contrôle de la régulation des gènes proinflammatoires au niveau transcriptionnel et épigénétique, immobilisation des lymphocytes T en route vers la zone T des ganglions lymphatiques, voici quelques exemples récents de ces stratégies révélées par mon groupe.

8Les pathogènes nous connaissent parfaitement, surtout notre système immunitaire. Mieux que nous en fait. Laissons-les donc nous éduquer grâce à l’analyse de leurs stratégies subversives. Servons nous de la connaissance de ces stratégies pour développer de nouveaux traitements, de nouveaux vaccins, c’est ce que nous faisons, fidèles en cela à la tradition pasteurienne.

9Je voudrais terminer en remerciant mes amis, ma famille ici présents, ma mère, mon frère, mes enfants, mon épouse Nicole, et surtout les rassurer, contrairement aux apparences, je n’aime pas que les microbes.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2387/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Sansonetti, « Philippe Sansonetti, lauréat du Grand Prix Inserm 2012 », La lettre du Collège de France [En ligne], 35 | décembre 2013, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2387

Haut de page

Auteur

Philippe Sansonetti

Microbiologie et maladies infectieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page