Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

Présentation générale de l’œuvre de Renan

Henry LAURENS
p. 8

Texte intégral

1Renan est né le 28 février 1823 à Tréguier. Durant cette décennie 1820, le terme d’orientalisme devient d’usage courant pour désigner à la fois une recherche scientifique et un mouvement littéraire et artistique. Scientifiquement, cet orientalisme s’appuie sur la découverte capitale de la parenté des langues indo-européennes entre elles.

2En 1838, Renan est envoyé au petit séminaire de Saint-Nicolas du Chardonnet, puis au grand séminaire d’Issy, dépendant de Saint-Sulpice. Il connaît à partir de 1842 une grande crise religieuse, la formation philosophique qu’il reçoit s’opposant à la théologie scolastique qu’on lui enseigne. Ces temps douloureux sont néanmoins éclairés par la découverte de la philologie biblique. En 1845, il quitte définitivement le séminaire. Dès son premier travail académique, l’Essai historique et théorique sur les langues sémitiques en général, et sur la langue hébraïque en particulier, il est immédiatement considéré dans le milieu orientaliste comme un grand espoir. Son grand projet intellectuel concerne la religion. Il correspond évidemment à son évolution personnelle, mais son originalité est de considérer que la modernité a aussi une forme religieuse.

3En 1848, il rédige L’Avenir de la science. L’ouvrage présente sous forme d’affirmations toute une série d’hypothèses de travail : l’œuvre de la critique moderne est de détruire tout système de croyance entaché de supernaturalisme ; science, critique, rationalisme, civilisation, philosophie sont des termes synonymes ; la philologie, prise au sens de polymathie, est la science des produits de l’esprit humain. On trouve déjà dans ce texte l’opposition fondamentale entre les races indo-germaniques, porteuses de la mythologie et de la philosophie, et les races sémitiques porteuses de l’esprit religieux. Mais il lui faut d’abord faire ses preuves dans le domaine scientifique pour pouvoir accéder à une chaire au Collège de France.

4Les années 1850 sont ainsi consacrées à l’édification de son œuvre philologique. Tout en prônant les vertus de l’esprit indo-européen, il se consacre essentiellement à dresser la carte de l’esprit sémitique. Ce travail philologique constitue à la fois les prolégomènes à une histoire des origines du christianisme annoncée dans L’Avenir de la science et l’aboutissement de la synthèse opérée entre l’orientalisme et la pensée historique du xixe siècle. Parallèlement, Renan commence à être conscient du danger d’accorder trop d’importance au fait racial, surtout si on lui donne un caractère biologique.

  • 1 . Œuvres Complètes, Paris, 1948, T. II, pp. 317-335.

5Renan est élu au Collège de France le 2 décembre 1861. Sa leçon inaugurale, De la part des peuples sémitiques dans l’histoire de la civilisation1, est une véritable provocation. Les contemporains ont retenu la formule : Jésus est « un homme incomparable » ; aujourd’hui, on retient surtout sa condamnation de l’Islam. Devant le scandale, le régime impérial suspend le cours.

6Durant sa mission de Phénicie en 1860, Renan avait conçu la rédaction d’une vie de Jésus. Tout en faisant de Jésus une haute personnalité morale, il rejette toute intervention du surnaturel. Publiée le 24 juillet 1863, la Vie de Jésus est un nouveau scandale, mais aussi un immense succès de librairie. Faute d’une conciliation, Renan est destitué de sa chaire du Collège de France.

7L’un des premiers gestes de la IIIe République est de le rétablir dans sa chaire du Collège de France en décembre 1870. Dans ses interventions publiques, Renan plaide à la fois pour une harmonie des peuples européens et pour une supériorité des races européennes sur le reste du monde, justifiant ainsi la domination coloniale. Le 13 juin 1878, il est élu triomphalement à l’Académie française, et en 1883, il devient aussi administrateur du Collège de France. Il meurt le 2 octobre 1892.

8L’immense succès de Renan repose sur ses qualités d’écrivain et sur sa capacité à répondre aux interrogations de son temps. Son œuvre a pourtant été remise en cause immédiatement après sa mort. Sur un point, la responsabilité de Renan est importante. Son succès de librairie dans l’Europe entière a popularisé les termes d’Aryens et de Sémites qui, avec les déformations que cela implique, sont entrés dans l’usage courant dans les dernières années de sa vie. Mais il serait absurde de traiter Renan d’antisémite. Son apologie du miracle grec ne doit pas cacher qu’il a consacré toute sa vie à la chose sémitique.

Haut de page

Notes

1 . Œuvres Complètes, Paris, 1948, T. II, pp. 317-335.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henry LAURENS, « Présentation générale de l’œuvre de Renan », La lettre du Collège de France [En ligne], 35 | décembre 2013, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2374

Haut de page

Auteur

Henry LAURENS

Titulaire de la chaire d’Histoire contemporaine du monde arabe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page