Navigation – Plan du site

Le Laboratoire d’anthropologie sociale

Nicole Belmont
p. 62-65

Texte intégral

« Certains se sont étonnés que le terme de laboratoire puisse s’appliquer à un centre de sciences humaines. En l’adoptant, on n’a pourtant pas cédé à la mode ou au goût du faux-semblant. Selon l’étymologie, un laboratoire est d’abord un lieu où l’on travaille. Et il suffit de pénétrer dans le nôtre pour constater que les méthodes de la recherche ethnologique prennent aujourd’hui un style qui les rapproche de celles des secteurs plus avancés. »

  • 1  « L’anthropologie sociale », Sciences, numéro spécial consacré au Collège de France, 47, janv.-fév (...)

1C’est par ces mots que Claude Lévi-Strauss présentait en 1967 le Centre qu’il avait fondé sept ans plus tôt, en même temps qu’il était élu professeur au Collège de France1. Ce « lieu de travail » a connu trois localisations successives, qui ont donné, chacune à leur tour, une tonalité particulière au regroupement des chercheurs et des moyens documentaires qu’il avait voulu.

Le 19 avenue d’Iéna

  • 2  Cette annexe était l’hôtel particulier de Henri Guimet. La dernière pièce, petite et obscure, étai (...)

2Faute de locaux disponibles au Collège de France même, le Laboratoire est abrité, à ses débuts, dans une annexe du Musée Guimet, grâce à l’aide de la Ve Section de l’École pratique des hautes études (EPHE), qui venait de créer un Centre documentaire d’histoire des religions. Quiconque a fréquenté les quatre pièces qui avaient été octroyées au Laboratoire ne peut manquer de s’en souvenir. La plus vaste abritait les Human Relations Area Files (cf. p. 73) ; une pièce commune était occupée par les secrétariats du directeur et des deux revues alors en préparation, L’Homme et Études rurales. Une longue table permettait aux chercheurs de s’installer pour quelques instants ou quelques heures. Dans la plus petite des pièces, étaient disposés les bureaux de Claude Lévi-Strauss, de Isac Chiva, sous-directeur du Laboratoire et de Jean Pouillon, rédacteur en chef de L’Homme. Ce lieu était autrefois une salle de bains, restée ornée de mosaïques murales de style 1900, dont les tuyaux d’arrivée et d’évacuation d’eau avaient été coupés à ras du sol2.

Place Marcelin-Berthelot

3C. Lévi-Strauss ne cesse de solliciter des locaux plus vastes, en envisageant successivement plusieurs solutions. La meilleure, l’accueil dans les lieux mêmes du Collège de France, obtient l’assentiment de l’Assemblée des professeurs en 1962. Une visite du Laboratoire de minéralogie méditerranéenne, dont l’espace venait donc d’être attribué à celui de C. Lévi-Strauss, se déroule en septembre, mais la prise de possession des lieux ne se fera qu’à la rentrée 1965. À l’époque, ceux-ci répondaient exactement à l’impression qu’en 1959, il avait ressenti lors d’une visite de candidature. Il le rappelle à Didier Eribon lors des entretiens réalisés par celui-ci (cf. p. 60 du présent numéro).

4L’établissement dans la maison mère modifia profondément le mode de vie du Laboratoire, qui devint une véritable communauté scientifique et amicale. Alors qu’ils ne pouvaient faire que de brèves apparitions avenue d’Iéna, les chercheurs rattachés se virent attribuer des bureaux, parfois partagés, dont la plupart étaient situés au dernier étage, sous les combles, aussi exigus que pleins de charme. Les séminaires se tenaient à l’étage noble, dans une grande salle où avait été installée la bibliothèque, éclairée des deux côtés et dont les tables étaient alors diposées en carré. Le fichier du Centre documentaire d’ethnologie comparée occupait la plus vaste des pièces, celle par laquelle on entrait dans le laboratoire et qui donnait l’impression de pénétrer dans une forêt dense de fichiers gris vert. C. Lévi-Strauss occupait la pièce d’angle, ayant conservé le bureau de son prédécesseur, impressionnant par ses dimensions hors normes.

  • 3  Il faut croire que cette idée n’était pas encore entrée dans les mentalités, puisque, durant les é (...)
  • 4  Cette section obtint ensuite son autonomie au sein de l’École des hautes études en sciences social (...)

5Il exigea dès lors que ces locaux prestigieux devinssent véritablement un « lieu où l’on travaille », où seraient présents non seulement le personnel technique et administratif, mais les chercheurs, afin de montrer que la recherche en sciences humaines ne se faisait pas seulement dans la solitude3. Le Centre documentaire d’ethnologie comparée disposa d’un espace suffisant pour intégrer au fur et à mesure les apports provenant de l’Université Yale. On put y recevoir sans restriction les personnes désirant y mener une recherche. Et enrichir la bibliothèque, en privilégiant les ouvrages nécessaires aux travaux des chercheurs. C. Lévi-Strauss accueillit, à partir de 1966, une Section de sémio-linguistique, dirigée par Algirdas J. Greimas et Christian Metz, rejoints ensuite par Roland Barthes. Il mettait ainsi en pratique sa conviction profonde, selon laquelle l’anthropologie structurale procède de la linguistique et de la « science des signes »4.

Recherches

6Dans le premier programme d’activité du laboratoire (12 décembre 1961), C. Lévi-Strauss en définit le projet :

  • 5  On remarquera le souci de ne pas enfermer l’anthropologie dans les limites de l’exotisme, du loint (...)

[Il] se consacre […] aux coutumes, aux croyances et aux institutions, en mettant l’accent, par le moyen de l’analyse comparative, sur les éléments stables et permanents des créations de la pensée humaine, telles qu’on peut les appréhender de façon concrète, à travers la diversité des sociétés dont l’ethnographie fait son objet, et avec le souci d’introduire dans cette étude des méthodes rigoureuses permettant de déterminer des constantes et des corrélations5.

  • 6  Devenue ensuite l’EHESS.
  • 7  « L’anthropologie sociale », Sciences, numéro spécial consacré au Collège de France, n° 47, 1967, (...)
  • 8  Ibidem, p. 116.

7Trois plans d’action : l’enseignement, la recherche (au Laboratoire et sur le terrain), les publications. Le premier est largement couvert par les cours et séminaires que C. Lévi-Strauss assure au Collège de France, à l’EPHE, Ve Section (« Religions comparées des peuples sans écriture ») et VIe Section (« Anthropologie sociale »6). En ce qui concerne la recherche, l’anthropologue dispose de deux « terrains ». En premier, les missions en terre lointaine constituent pour les ethnologues l’équivalent des expériences de laboratoire dans les sciences physiques et naturelles7. Ensuite, mais parfois préalablement, il dispose en particulier d’un outil de comparatisme avec le fichier des Human Relation Area Files, qui permet, d’une part, de trouver une documentation de base sur certaines populations, et d’autre part, de « vérifier la présence ou l’absence de corrélation entre certains traits cuturels »8.

C. Lévi-Strauss dirigeant son séminaire hebdomadaire de recherche, 1972.

Des masques et des mythes

  • 9  Le Masque, Exposition, Paris, Musée Guimet, éd. des Musées nationaux, 1960.
  • 10  La Voie des masques, Paris, Albert Skira, 1975.

8Une des toutes premières tâches que m’avait confiée C. Lévi-Strauss fut de faire photographier dans son entier l’exposition sur le masque organisée, dans la même annexe du Musée Guimet, par la Ve Section de l’EPHE et la Direction des Musées nationaux. Il avait d’ailleurs donné un texte pour le catalogue, à propos des masques des deux Amériques9. Son projet était de constituer une photothèque importante en acquérant des documents disponibles à l’étranger et en archivant les dépôts obligatoirement faits par les chercheurs au retour de leurs terrains. Pour ce qui est des masques, déjà se profilait la superbe publication qu’il leur consacra en 197510. Bien évidemment, je n’en savais rien ; de la même façon que, chargée de réunir une partie de la documentation nécessaire aux quatre volumes des Mythologiques, je voyais ensuite, émerveillée, dans ses cours puis dans les ouvrages, s’organiser ce qui avait été pour moi des bribes et des morceaux, à la manière d’un gigantesque puzzle, dont j’ignorais, au départ, l’image même partielle.

9Un autre chantier lui tenait donc à cœur durant ces premières années : la mythologie. Le thème était loin d’être nouveau, puisque son enseignement à la Ve Section de l’EPHE, dans la décennie 50, lui était largement consacré, et, particulièrement de 1951 à 1954, à celle des Indiens Pueblo.

  • 11  Préface à : Lucien Sebag, L’Invention du monde chez les Indiens Pueblo, Paris, François Maspero, 1 (...)

Il me fallait, en effet, pour mettre à l’épreuve les hypothèses de travail et la méthode que je commençais à élaborer, disposer d’un ensemble très dense et très compact, comprenant de nombreuses variantes des mêmes mythes, et qu’en raison de ses traits originaux, on puisse provisoirement isoler du reste de la mythologie américaine11.

10Le chantier repris en 1960 fut confié à un jeune philosophe attiré par l’anthropologie, Lucien Sebag, assisté d’une petite équipe. Les résultats de son travail firent l’objet du séminaire de l’année 1960-1961.

  • 12  Ibidem, p. III.

[…] Je n’ai jamais connu une entreprise poursuivie avec régularité, semaine après semaine, qui offrît l’occasion d’une collaboration aussi fervente, et je crois pouvoir dire aussi féconde, entre l’équipe de travail, les auditeurs et leur professeur12.

  • 13  L’ouvrage paraîtra en 1971, sous la forme du dernier manuscrit laissé par L. Sebag (op. cit.).

11Si bien qu’il put annoncer la publication prochaine d’un gros volume consacré à la mythologie des Pueblo orientaux. Ce ne fut malheureusement pas le cas dans l’immédiat, à cause de la disparition prématurée de Lucien Sebag en 196513. On mesure l’importance accordée par C. Lévi-Strauss à cette recherche, sachant que le tout premier projet des Mythologiques devait concerner ces mythes pueblo, mais qu’il porta ensuite son choix définitif sur ceux des Bororo.

  • 14  La succession était assurée grâce à la personne de Françoise Héritier, puis de Nathan Wachtel et, (...)

12Les années passant, le laboratoire devint une institution toujours plus considérable, grâce aux nombreuses et retentissantes publications de son Directeur, à la reconnaissance internationale dont il était toujours plus l’objet, au nombre croissant des enseignants et des chercheurs rattachés et à leurs travaux, à l’expansion des deux revues, L’Homme et Études rurales, à l’accroissement de la bibliothèque, devenue un lieu de consultation pour les étudiants et les anthropologues, et de celui du fichier des Files. Les locaux devinrent insuffisants, l’installation dans l’annexe de la rue du Cardinal-Lemoine en 1985 coïncida avec la retraite de celui qui avait créé l’institution, nous menant jusqu’au seuil de la « Terre promise »14.

  • 15  En dépit de quelques chaires universitaires dispersées occupées par d’éminents anthropologues, qui (...)

13Ce ne sont pas seulement les membres du laboratoire qui doivent une grande gratitude à C. Lévi-Strauss, autant pour son accueil, son écoute, sa disponibilité, son souci permanent des conditions difficiles rencontrées par les chercheurs sur le terrain, que pour la liberté laissée dans la conduite de leurs travaux, même s’ils n’étaient pas strictement d’inspiration structuraliste. Ce sont également tous les anthropologues qui lui sont redevables. C. Lévi-Strauss aurait pu, une fois élu au Collège de France, se consacrer, « dans cet endroit spacieux, silencieux et secret », à la seule préparation de ses cours et de ses publications. Il a voulu fonder cette institution pour affirmer le statut scientifique de l’anthropologie sociale, qui, jusque là, représentait pour un auditoire large le domaine quasi littéraire de l’auteur de Tristes tropiques, ou, au mieux, pour un regroupement informel d’auditeurs fervents à la Ve Section de l’EPHE, un lieu où s’élaborait une façon de penser inédite15.

14Assurément, le meilleur hommage qu’on puisse lui rendre serait de ne pas brader la discipline dont il a entériné l’existence et démontré la nécessité, et de ne pas pousser à la ruine les sciences humaines, dont l’anthropologie fait partie au premier chef, alors que l’humanité en a plus que jamais besoin.

Les membres du Laboratoire d’anthropologie sociale rassemblés autour de Claude Lévi-Strauss lors de son dernier cours au Collège de France (1982).

Les membres du Laboratoire d’anthropologie sociale rassemblés autour de Claude Lévi-Strauss lors de son dernier cours au Collège de France (1982).

Au premier rang (en partant de la droite) :
Nicole-Claude Mathieu (appuyée sur le bureau), puis debout derrière : Jacqueline Angelopoulos, Eva Kempinski, Evelyne Guedj, Marie-Claire Beauregardt, Marion Abélès, Françoise Héritier, Michel Izard (derrière Claude Lévi-Strauss), puis Isac Chiva, Marie-Elisabeth Handman, Yasmina Hamzoui, Nicole Belmont, Danièle Daho, Françoise Zonabend et Florence Decaudaveine (appuyée au bureau).
Au deuxième rang, en partant de la droite :
Marc Abélès, Gérard Lenclud, Jacqueline Duvernay, Patrice Bidou, Monique Lévi-Strauss, Jean-Marie Benoist, Marion Laurière, Jean Pouillon, Claude Tardits, Sydney Mintz, Maurice Godelier.

Haut de page

Notes

1  « L’anthropologie sociale », Sciences, numéro spécial consacré au Collège de France, 47, janv.-fév. 1967, p. 115-128.
Voir également l’article de Isac Chiva, « Une communauté de solitaires : le Laboratoire d’anthropologie sociale », « Lévi-Strauss », Cahiers de l’Herne, n° 82, Paris, 2004, p. 68-75.

2  Cette annexe était l’hôtel particulier de Henri Guimet. La dernière pièce, petite et obscure, était réservée aux machines, essentiellement une photocopieuse.

3  Il faut croire que cette idée n’était pas encore entrée dans les mentalités, puisque, durant les événements de 1968, certains bons esprits – rares, il est vrai – relevant des sciences « dures » nous stigmatisaient en nous appelant les « anthropophages », montrant également la difficulté à accepter la réalité de notre discipline.

4  Cette section obtint ensuite son autonomie au sein de l’École des hautes études en sciences sociales.

5  On remarquera le souci de ne pas enfermer l’anthropologie dans les limites de l’exotisme, du lointain, du primitif, de l’archaïque.

6  Devenue ensuite l’EHESS.

7  « L’anthropologie sociale », Sciences, numéro spécial consacré au Collège de France, n° 47, 1967, p. 117.

8  Ibidem, p. 116.

9  Le Masque, Exposition, Paris, Musée Guimet, éd. des Musées nationaux, 1960.

10  La Voie des masques, Paris, Albert Skira, 1975.

11  Préface à : Lucien Sebag, L’Invention du monde chez les Indiens Pueblo, Paris, François Maspero, 1971, p. II.

12  Ibidem, p. III.

13  L’ouvrage paraîtra en 1971, sous la forme du dernier manuscrit laissé par L. Sebag (op. cit.).

14  La succession était assurée grâce à la personne de Françoise Héritier, puis de Nathan Wachtel et, enfin, de Philippe Descola, tous professeurs au Collège de France.

15  En dépit de quelques chaires universitaires dispersées occupées par d’éminents anthropologues, qui offraient difficilement une formation complète aux étudiants.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Nicole Belmont
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/237/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende C. Lévi-Strauss dirigeant son séminaire hebdomadaire de recherche, 1972.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/237/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Les membres du Laboratoire d’anthropologie sociale rassemblés autour de Claude Lévi-Strauss lors de son dernier cours au Collège de France (1982).
Légende Au premier rang (en partant de la droite) : Nicole-Claude Mathieu (appuyée sur le bureau), puis debout derrière : Jacqueline Angelopoulos, Eva Kempinski, Evelyne Guedj, Marie-Claire Beauregardt, Marion Abélès, Françoise Héritier, Michel Izard (derrière Claude Lévi-Strauss), puis Isac Chiva, Marie-Elisabeth Handman, Yasmina Hamzoui, Nicole Belmont, Danièle Daho, Françoise Zonabend et Florence Decaudaveine (appuyée au bureau). Au deuxième rang, en partant de la droite : Marc Abélès, Gérard Lenclud, Jacqueline Duvernay, Patrice Bidou, Monique Lévi-Strauss, Jean-Marie Benoist, Marion Laurière, Jean Pouillon, Claude Tardits, Sydney Mintz, Maurice Godelier.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/237/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, hors série no 2 : Claude Lévi-Strauss, centième anniversaire, Collège de France, Paris, novembre 2008, p. 62-65. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Nicole Belmont, « Le Laboratoire d’anthropologie sociale », La lettre du Collège de France [En ligne], Hors-série 2 | 2008, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/237

Haut de page

Auteur

Nicole Belmont

Nicole Belmont, anthropologue européaniste, directrice d’études à l’EHESS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page