Navigation – Plan du site

Au Collège de France

Entretien de Claude Lévi-Strauss avec Didier Éribon
Claude Lévi-Strauss et Didier Éribon
p. 60-61

Notes de la rédaction

Extrait de De près et de loin, Éditions O. Jacob, 1996, p. 109-113.

Texte intégral

Nous remercions les éditions Odile Jacob qui nous ont aimablement autorisés à reproduire ce texte.

Cours de C. Lévi-Strauss, Collège de France, 1982.

Didier Éribon – Le Collège de France est une institution très prestigieuse. Le sommet d’une carrière universitaire. Pourtant, vous m’avez dit un jour que vous aviez fait toute votre carrière en dehors de l’université traditionnelle.

Claude Lévi-Strauss – C’est une institution prestigieuse, mais c’est vrai que depuis sa création par François Ier, elle est et entend rester hors de l’université. Auparavant, j’avais enseigné au Brésil, aux États-Unis ; puis en France à l’École des hautes études. Jamais à l’université.

Quels avantages avez-vous trouvés à travailler en dehors de l’université traditionnelle ?

Une plus grande liberté, et, en un sens, une concession à un esprit indiscipliné. Les obligations précises et régulières me rebutent : suivre un programme, faire passer des examens, participer à des jurys de thèse (je ne peux l’éviter de temps en temps). Un professeur au Collège n’est soumis à d’autre obligation que celle de traiter chaque année un sujet nouveau. Cela m’allait tout à fait.

  • 1  Paroles données, Paris, Plon, 1984.

1Ce fut une liberté féconde, car vos cours se sont souvent transformés en livres, comme vous le rappelez dans la préface de Paroles données1.

Dès mon entrée au Collège, l’enseignement s’est confondu avec les livres. Sous une forme modifiée, j’entends, mais les cours du Collège me servaient de banc d’essai.

Vous y avez enseigné de 1960 à 1982. Quels événements ont ponctué cette longue période ?

Le grand événement a sans doute été l’installation du Laboratoire d’anthropologie sociale dans les bâtiments du Collège.

Je me souviens que, lors de mes visites de candidature, en 1959, j’avais été reçu par le titulaire de la chaire de géologie. Son laboratoire occupait, au dernier étage, une aile du bâtiment édifié à la fin du xviiie siècle par Chalgrin. Outre le bureau du professeur et des greniers, il se composait pour l’essentiel de deux salles majestueuses où quelques rares personnes travaillaient sur de grandes tables en chêne. Le long des murs aux angles ornés de pilastres, on voyait des meubles d’acajou à hauteur d’appui, d’un style dépouillé mais admirables par le dessin et les proportions. Sous la Restauration ils avaient dû représenter le nec plus ultra de ce qu’on appelle aujourd’hui mobilier de bureau. J’appris qu’ils renfermaient les collections minéralogiques du roi Louis XVIII.

Le titulaire de la chaire était, paraît-il, monarchiste. Pour cette raison peut-être, il lui avait plu que son laboratoire gardât un parfum d’ancien temps. Un buste d’Henri IV grandeur nature, en marbre noir, lui faisait face au fond d’un vaste bureau. Les fenêtres donnaient sur les frondaisons d’arbres centenaires.

Je reçus un coup au cœur. Nulle part ailleurs, pensais-je, je n’aimerais mieux passer mes jours qu’en cet endroit spacieux, silencieux et secret, resté tel qu’on pouvait imaginer un lieu de travail collectif au milieu du xixesiècle. Pour moi, c’était cela, le Collège de France où j’aspirais d’entrer : la maison de Claude Bernard, d’Ernest Renan...

Le sort voulut que, peu après, la chaire de géologie méditerranéenne devint vacante. L’Assemblée des professeurs décida de la remplacer par une chaire d’astronomie. Même situé au dernier étage et dans les combles, le laboratoire de géologie n’était pas assez près du ciel pour offrir à celle-ci un local approprié ! Marcel Bataillon, alors administrateur du Collège, conçut l’idée de nous y installer, et l’Assemblée des professeurs donna son accord. Le miracle auquel je n’aurais jamais osé songer quand je pénétrai pour la première fois dans cet endroit de rêve se réalisait donc.

  • 2  Human Relations Area Files ; cf. p. 66 (ndlr).

Lorsque nous quittâmes l’avenue d’Iéna et l’ancien hôtel particulier d’Émile Guimet, où nous nous étions installés provisoirement, pour prendre possession des lieux, les précieux meubles d’acajou, les collections minéralogiques furent transportés à Meudon dans le domaine légué au Collège par Marcelin Berthelot. On mit notre bibliothèque dans une des deux salles, le Centre documentaire d’ethnologie comparée (nom que nous avons donné aux millions de fiches des Files2 venues de Yale) dans l’autre. Il fallut, hélas, un peu cloisonner, surtout à l’étage mansardé pour y pratiquer des cellules individuelles. En salle commune, le travail eût été rendu impossible par le bruit des machines à écrire et des conversations. Mais je voulus au moins que le bureau du professeur restât intact avec ses armoires-bibliothèques d’autrefois et ses boiseries peintes en imitation chêne : travail d’artiste, qui alourdit un peu le devis. La réfection de l’ensemble n’était d’ailleurs pas superflue : on n’avait pas repeint depuis quatre-vingts ans.

Le laboratoire d’anthropologie est resté dans le « vieux » Collège tout le temps où vous avez enseigné.

Oui. Mais nous nous heurtâmes vite à des difficultés. Personnels technique et scientifique réunis, nous dépassions la trentaine. Faute d’un nombre suffisant de bureaux, la moitié des chercheurs attachés au laboratoire devaient travailler chez eux, ou attendre le départ en mission d’un des mieux lotis pour occuper sa table pendant quelques mois. La bibliothèque s’accroissait ; on ne savait plus où mettre les livres. Surtout, en notre qualité d’abonnés, nous continuions à recevoir de Yale des fiches par kilos. Les intégrer aux casiers superposés qui dépassaient déjà la hauteur d’homme eût menacé la résistance des vieux planchers. Les colis non ouverts s’accumulaient dans tous les coins. Or, le fichier des Files, sur lequel certains ont sottement daubé, est avant tout une bibliothèque : des milliers de livres et articles indexés page à page et même ligne à ligne y figurent, photocopiés in extenso. L’accès à ce trésor bibliographique, que nous étions tenus de mettre à la disposition de tous, devenait de plus en plus limité.

C’est alors qu’un autre miracle s’accomplit. En 1977, le Président de la République attribua au Collège une partie des anciens bâtiments de l’École polytechnique, sur la montagne Sainte-Geneviève. Le Collège décida d’y rassembler quelques laboratoires de sciences humaines, dont le nôtre. Nous gagnions au change une superficie doublée. Il fallut sept années d’efforts pour obtenir les crédits et faire les travaux, mais je pus encore, avant de prendre ma retraite en 1982, veiller sur l’aménagement d’un local lui aussi paré d’un prestige historique, avec le souci que fussent respectées l’architecture métallique et la décoration du vénérable amphithéâtre Arago destiné à devenir notre bibliothèque et autour duquel se distribueraient nos bureaux.

Françoise Héritier-Augé, titulaire de la chaire d’Études comparées des sociétés africaines, appelée à me succéder comme directeur du laboratoire, emménagea au printemps de 1985, entourée d’une équipe toujours plus nombreuse dont elle voulut bien que je continuasse à faire partie. Le Laboratoire d’anthropologie sociale, fondé en 1960, commençait sa troisième vie.

Vous n’avez pas gardé de responsabilités au Laboratoire d’anthropologie sociale après votre retraite comme professeur ?

Ah non ! Je fais au contraire très attention à n’être plus qu’un membre parmi les autres, et même – retiré maintenant – plus discret que ses camarades toujours en activité. J’ai connu quand j’étais jeune trop d’anciens acharnés à se survivre, et je me suis promis que ce ne serait jamais mon cas. Mais je ne refuse pas un avis si on me le demande.

Haut de page

Notes

1  Paroles données, Paris, Plon, 1984.

2  Human Relations Area Files ; cf. p. 66 (ndlr).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Cours de C. Lévi-Strauss, Collège de France, 1982.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/235/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, hors série no 2 : Claude Lévi-Strauss, centième anniversaire, Collège de France, Paris, novembre 2008, p. 60-61. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Claude Lévi-Strauss et Didier Éribon, « Au Collège de France », La lettre du Collège de France [En ligne], Hors-série 2 | 2008, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/235

Haut de page

Auteurs

Claude Lévi-Strauss

Articles du même auteur

Didier Éribon

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page