Navigation – Plan du site

Leçon inaugurale au Collège de France 5 janvier 1960

Extrait
Claude Lévi-Strauss
p. 56-57

Notes de la rédaction

La leçon inaugurale de Claude Lévi-Strauss, publiée originellement par le Collège de France, a été republiée dans Anthropologie structurale deux, Plon (chapitre premier), 1973.

Texte intégral

Cours de C. Lévi-Strauss au Collège de France, 1982.

1« [...] Pour conclure cette leçon, je voudrais, en effet, Monsieur l’Administrateur, mes chers Collègues, évoquer en quelques mots l’émotion très exceptionnelle que ressent l’anthropologue, quand il entre dans une maison dont la tradition, ininterrompue durant quatre siècles, remonte au règne de François Ier. Surtout s’il est américaniste, tant de liens l’attachent à cette époque, qui fut celle où l’Europe reçut la révélation du Nouveau Monde, et s’ouvrit à la connaissance ethnographique. Il aurait voulu y vivre ; que dis-je, il y vit chaque jour en pensée. Et parce que, très singulièrement, les Indiens du Brésil, où j’ai fait mes premières armes, pourraient avoir adopté comme devise : « je maintiendrai », il se trouve que leur étude affecte une double qualité : celle d’un voyage en terre lointaine, et celle – plus mystérieuse encore – d’une exploration du passé.

Carton d’invitation à la leçon inaugurale.

2Mais, pour cette raison aussi – et nous rappelant que la mission du Collège de France fut toujours d’enseigner la science en train de se faire – la tentation d’un regret nous effleure. Pourquoi cette chaire fut-elle créée si tard ? Comment se peut-il que l’ethnographie n’ait pas reçu sa place, quand elle était encore jeune, et que les faits gardaient leur richesse et leur fraîcheur ? Car c’est en 1558 qu’on se plaît à imaginer cette chaire établie, alors que Jean de Léry, revenant du Brésil, rédigeait son premier ouvrage, et que paraissaient Les Singularités de la France antarctique d’André Thevet.

3Certes, l’anthropologie sociale serait plus respectable et mieux assurée, si la reconnaissance officielle lui était venue, au moment où elle commençait à dégrossir ses projets. Pourtant, à supposer que tout se fut ainsi passé, elle ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui : une recherche inquiète et fervente, qui harcèle l’enquêteur d’interrogations morales autant que scientifiques. Il était, peut-être, de la nature de notre science qu’elle apparût simultanément comme un effort pour combler un retard, et comme une méditation sur un décalage, auquel certains de ses traits fondamentaux doivent être attribués.

4Si la société est dans l’anthropologie, l’anthropologie elle-même est dans la société : car l’anthropologie a pu élargir progressivement son objet d’étude, jusqu’à y inclure la totalité des sociétés humaines ; elle a, cependant, surgi à une période tardive de leur histoire, et dans un petit secteur de la Terre habitée. Bien plus, les circonstances de son apparition ont un sens, compréhensible seulement quand on les replace dans le cadre d’un développement social et économique particulier : on devine alors qu’elles s’accompagnent d’une prise de conscience – presque un remords – de ce que l’humanité ait pu, pendant si longtemps, demeurer aliénée à elle-même ; et, surtout, de ce que cette fraction de l’humanité, qui a produit l’anthropologie, soit celle-là même qui fit, de tant d’autres hommes, un objet d’exécration et de mépris. Séquelle du colonialisme, dit-on parfois de nos enquêtes. Les deux choses sont certainement liées, mais rien ne serait plus faux que tenir l’anthropologie pour le dernier avatar de l’esprit colonial : une idéologie honteuse, qui lui offrirait une chance de survie.

Village Tupi-Kawahib.

© C. Lévi-Strauss, Saudades do Brasil, Plon, p. 189.

5Ce que nous nommons Renaissance fut, pour le colonialisme et pour l’anthropologie, une naissance véritable. Entre l’un et l’autre, affrontés depuis leur commune origine, un dialogue équivoque s’est poursuivi pendant quatre siècles. Si le colonialisme n’avait pas existé, l’essor de l’anthropologie eût été moins tardif ; mais, peut-être aussi, l’anthropologie n’eût-elle pas été incitée, comme c’est devenu son rôle, à remettre l’homme entier en cause, dans chacun de ses exemples particuliers. Notre science est arrivée à la maturité, le jour où l’homme occidental a commencé à comprendre qu’il ne se comprendrait jamais lui-même, tant qu’à la surface de la Terre, une seule race, ou un seul peuple, serait traité par lui comme un objet. Alors seulement, l’anthropologie a pu s’affirmer pour ce qu’elle est : une entreprise, renouvelant et expiant la Renaissance, pour étendre l’humanisme à la mesure de l’humanité.

6Vous permettrez donc, mes chers Collègues, qu’après avoir rendu hommage aux maîtres de l’anthropologie sociale dans le début de cette leçon, mes dernières paroles soient pour ces sauvages, dont l’obscure ténacité nous offre encore le moyen d’assigner aux faits humains leurs vraies dimensions : hommes et femmes qui, à l’instant où je parle, à des milliers de kilomètres d’ici, dans quelque savane rongée par les feux de brousse, ou dans une forêt ruisselante de pluie, retournent au campement pour partager une maigre pitance, et évoquer ensemble leurs dieux ; ces Indiens des tropiques, et leurs semblables de par le monde, qui m’ont enseigné leur pauvre savoir où tient, pourtant, l’essentiel des connaissances que vous m’avez chargé de transmettre à d’autres ; bientôt, hélas, tous voués à l’extinction, sous le choc des maladies et des modes de vie – pour eux, plus horribles encore – que nous leur avons apportés ; et envers qui j’ai contracté une dette dont je ne serais pas libéré, même si, à la place où vous m’avez mis, je pouvais justifier la tendresse qu’ils m’inspirent, et la reconnaissance que je leur porte, en continuant à me montrer, tel que je fus parmi eux, et tel que, parmi vous, je voudrais ne pas cesser d’être : leur élève, et leur témoin. »

La leçon inaugurale de Claude de Lévi-Strauss, publiée originellement par le Collège de France, a été republiée dans Anthropologie structurale deux, Plon (chapitre premier), 1973.

Visage peint d’un enfant Caduveo.

© C. Lévi-Strauss, Saudades do Brasil, Plon, p. 71.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Cours de C. Lévi-Strauss au Collège de France, 1982.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Carton d’invitation à la leçon inaugurale.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/232/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Village Tupi-Kawahib.
Crédits © C. Lévi-Strauss, Saudades do Brasil, Plon, p. 189.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/232/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende La leçon inaugurale de Claude de Lévi-Strauss, publiée originellement par le Collège de France, a été republiée dans Anthropologie structurale deux, Plon (chapitre premier), 1973.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/232/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Visage peint d’un enfant Caduveo.
Crédits © C. Lévi-Strauss, Saudades do Brasil, Plon, p. 71.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/232/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, hors série no 2 : Claude Lévi-Strauss, centième anniversaire, Collège de France, Paris, novembre 2008, p. 56-57. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Claude Lévi-Strauss, « Leçon inaugurale au Collège de France 5 janvier 1960 », La lettre du Collège de France [En ligne], Hors-série 2 | 2008, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/232

Haut de page

Auteur

Claude Lévi-Strauss

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page