Navigation – Plan du site

Le ciel étoilé de Claude Lévi-Strauss

Jean-Claude Pecker
p. 21-25

Texte intégral

« Et, penchés à l’avant des blanches caravelles, Ils regardaient monter dans un ciel ignoré, Du fond de l’Océan des étoiles nouvelles. » (José-Maria de Hérédia)

1Comme les conquistadors de jadis, c’est par la mer que Claude Lévi-Strauss a découvert l’Amérique indienne. D’emblée (Tristes tropiques) le coucher de Soleil l’émerveille. Avant de connaître et d’aimer les Améridiens, il s’enthousiasme pour la beauté du ciel, qui lui inspire des accents lyriques :

Pendant ce temps, derrière les célestes récifs obstruant l’occident, le Soleil évoluait lentement : à chaque progrès de sa chute, quelqu’un de ses rayons crevait la masse opaque ou se frayait un passage […] Avec l’obscurité, tout s’aplatit de nouveau comme un jouet japonais merveilleusement coloré.

2Le vénérable maître se reconnaîtrait-il aujourd’hui dans la vision édénique du jeune professeur ? Je n’en suis pas sûr. Son œil est devenu plus lucide, son sourire s’est accentué d’ironie. Mais dès ses premiers contacts avec les Indiens, l’omniprésence du ciel revient en force :

Un homme n’est pas pour [les Bororo] un individu mais une personne ; il fait partie d’un univers sociologique : le village qui existe de toute éternité côte à côte avec un univers physique, lui-même composé d’autres êtres animés : corps célestes et phénomènes météorologiques […] On devient « bari » (sorcier) à la suite d’une révélation dont le motif central est un pacte conclu avec certains membres d’une collectivité très complexe faite d’esprits […] pour partie célestes (et contrôlant alors tous les phénomènes astronomiques et météorologiques) […] Ces êtres sont responsables de la marche des astres...

L’astre de feu

3On peut sans doute se livrer à une assignation des astres aux divers mythes des peuples amérindiens.

4L’astre par excellence reste le Soleil, des milliards de fois plus brillant que tout le reste du ciel. D’une belle régularité, il se lève tous les matins et se couche tous les soirs. Pour les Indiens du bassin amazonien étudiés par Claude Lévi-Strauss, et qui ne vivent pas trop loin de l’équateur, la différence entre les longues journées d’été et les courtes journées d’hiver n’est pas très sensible, contrairement à ce qui se passe, par exemple pour les Indiens Inuits, beaucoup plus proches du pôle Nord.

5Claude Lévi-Strauss, qui se préoccupe de l’apparition de la cuisine chez les Indiens, rencontre nécessairement le Soleil sur sa route. Comment se pourrait-il que le Soleil n’intervint pas dans des mythes nombreux ? Les hommes étant devenus trop nombreux sur Terre (mythe M3 Bororo), n’est-ce pas le Soleil en personne qui, cherchant comment réduire leur nombre, s’évertue à les noyer, et déclenche le récit mythique ? Dans une large mesure, le Soleil, que l’on voit, lui, tous les jours, est aussi source de civilisation. N’est-ce pas la chaleur du Soleil qui permet de faire sécher les viandes, pour les manger ? Pour cuire les aliments, l’homme imite le Soleil et invente le feu. « Entre le Soleil et l’humanité, la médiation du feu de cuisine permet d’éviter une disjonction ; il unit le Soleil et la Terre et préserve l’homme du monde pourri qui serait son lot si le Soleil disparaissait vraiment. »

  • 1  qui est le centre de gravité de l’ouvrage au titre si significatif : Le Cru et le cuit.

6La Lune est associée au Soleil, comme une sœur ou une épouse, ou une ennemie. Caractérisée par ses phases, elle permet la division du temps en mois. Ses phases mêmes sont un symbole de faiblesse, de corruption… mais aussi de renaissance. Or la Lune éclipe parfois le Soleil – un phénomène terrible qui déclenche souvent des réactions très émotionnelles. Claude Lévi-Strauss évoque les « charivaris » et les « vacarmes » auxquels se livrent en certaines circonstances les sociétés dites primitives. Les éclipses de Lune et de Soleil sont (furent !) l’occasion fréquente de « vacarmes ». Le but du vacarme serait « d’effrayer, pour le mettre en fuite, l’animal ou le monstre prêt à dévorer le corps céleste » – et cela fonctionne ! L’analogie entre le charivari et le vacarme est celle de la rupture d’un ordre établi : le charivari se dresse contre la rupture (d’ordre sociologique) des mariages non conformes aux bonnes règles, le bruit du vacarme contre la rupture d’un ordre cosmologique, l’éclipse. Claude Lévi-Strauss rapproche cette dualité de la dualité ciel-Terre déjà notée des mythes Gê. « Or selon tous les mythes, la découverte de la cuisine1 a profondément affecté les conditions qui prévalaient jusqu’alors entre le ciel et la Terre. Avant de connaître le feu et la cuisson des aliments, les hommes étaient réduits à placer la viande sur une pierre pour l’exposer aux rayons du Soleil (attributs terrestre et céleste par excellence). Par le moyen de la viande, on attestait ainsi la proximité du ciel et de la Terre, du Soleil et de l’humanité. Un mythe le dit expressément : “Jadis les Tenetehara ne connaissaient pas le feu. Ils cuisaient leur viande à la chaleur du Soleil, qui, en ce temps-là, était plus proche de la Terre” ». Autre sujet de fureur notamment de la part des Sherenté : des sécheresses anormales, « dues à la colère du Soleil contre les hommes ». Ces périodes suscitaient un rituel d’abstinence (forcée ?), le « Grand Jeûne ». Comme la presque conjonction entre étoile et Soleil (lever ou coucher héliaque) donnaient à telle étoile un rôle annonciateur, elle assigne aussi à cette étoile le rôle de compagnon (momentané) du Soleil. Asaré (c’est-à-dire κ d’Orion), héros du mythe Sherenté M124 (sur lequel nous reviendrons), est devenu le « héraut » du Soleil, à l’issue d’un Grand Jeûne rituel.

7À ce Soleil et à cette Lune dévoreuse de Soleil, il faut une origine. Curieusement, Claude Lévi-Strauss est obligé de la chercher chez les Eskimos du détroit de Bering (mythe M165). Une sœur cherche à échapper à l’amour de son frère ; réfugiée au ciel, c’est la Lune ; il l’y poursuit, et c’est le Soleil. Dans une autre version eskimo (M168), le mythe s’inverse : la sœur poursuivie prive son frère de nourriture en place de quoi elle lui offre son sein coupé. « Le garçon refuse. La femme monte au ciel et devient le Soleil ; lui se change en Lune et la poursuit sans jamais pouvoir la rejoindre ; privé de nourriture il s’évanouit petit à petit sous l’effet de la faim jusqu’à ce qu’on ne puisse plus le voir ». On peut s’interroger sur la pénurie de références à un mythe amérindien : dans ceux-ci, ce sont les mythes d’origine du feu qui répondent plus ou moins à la question posée.

Les astres errants du ciel de nuit

8Peu de planètes, cinq seulement, sont visibles à l’œil nu. Mais Mercure, trop proche du Soleil, est rarement observable, et Saturne, qui en est trop loin, n’est guère brillant. Restent, pour nourrir les mythes, Vénus, Mars et Jupiter, très brillants, plus brillants même (en moyenne et en ordre de grandeur) que les étoiles les plus brillantes. Ces planètes ne semblent jamais proches des mêmes étoiles, et leurs mouvements apparents sur fond de ciel ne semblent en rien associés au mouvement apparent du Soleil, et ne servent à marquer aucun événement annuellement récurrent. Ces astres si brillants ne peuvent pourtant échapper à l’intérêt des Indiens. Vénus, Mars, et Jupiter, ont évidemment un rôle important et interviennent cependant, comme des divinités célestes, témoins, ou messagers. Au cours du « Grand Jeûne », cérémonie de mortification des Sherenté, on dresse un grand mât, appelé « route du ciel ». Au cours des cérémonies, « une distribution d’eau est faite aux hommes assemblés autour de ce mât, par trois officiants qui représentent respectivement Vénus, Jupiter et Mars. Les deux premiers offrent de l’eau claire. Mais les hommes refusent à Mars l’eau trouble qu’il offre … ». J’aurais tendance à interpréter ce rite à la lumière de l’évidente couleur rouge de Mars…

9Selon le mythe Karaja M110, le héros (ou héroïne) Étoile, semble être identifiable à Jupiter ; le mythe lui attribue l’origine des plantes cultivées, sans doute à la suite d’une extrapolation excessive du rôle de cette planète dans le retour des pluies, qui ne saurait cependant lui être associé, du point de vue de l’astronome.

Bêtes, étoiles, et héros

10Deux mille étoiles au ciel des Indiens, des dieux, des bêtes, des plantes, des héros… Claude Lévi-Strauss se meut avec agilité dans ce considérable muséum, dans cet Olympe amazonien.

11Le mythe Bororo M34 propose une origine aux étoiles ; les femmes d’un village sont punies de leur mauvais cœur par la transformation des enfants en étoiles : « ce sont leurs yeux que l’on voit briller ». Le mythe M28 des Indiens Warrau (de Guyane) va un peu plus loin, et se rapporte à des astérismes précis. Le héros, après avoir tué sa belle-mère, la méchante ogresse, est poursuivi par sa belle-sœur ; il se réfugie sur un arbre élevé avec sa femme. Mais pas assez vite : « sa belle-sœur lui coupe une jambe ; le membre s’anime, devient la Mère des oiseaux. On voit toujours, dans le ciel nocturne, la femme du héros (les Pléiades), plus bas celui-ci (les Hyades), et plus bas encore, la jambe coupée (le baudrier d’Orion) ». Ces astérismes sont en effet, proches de l’équateur ou de l’écliptique, particulièrement reconnaissables à l’œil nu. Ils ont dans les mythes amérindiens une importance particulière.

12Revenons aux études de Claude Lévi-Strauss sur les Bororos. Dans Le Cru et le cuit, Claude Lévi-Strauss analyse les relations triangulaires hommes-Terre-ciel, avec un grand souci de la justesse des considérations astronomiques. Dès l’étude du « mythe de référence » bororo M1, qui sert à Claude Lévi-Strauss de fil d’Ariane dans le labyrinthe des mythes amérindiens, mythe dit du « dénicheur d’oiseaux », le ciel est discrètement présent. Le nom même du héros, Geriguiguiatugo, ne signifie-t-il pas parfois « constellation du Corbeau » ? Et n’est-ce pas une conclusion obligatoire que d’associer en un dialogue conceptuel la mère, le père, les fils, la grand-mère, au ciel aux eaux, à la Terre ? Le fils est tantôt (M2) le ciel (et le père est alors la Terre), tantôt (M5) la Terre (et la mère, est alors l’eau). « Une conception démesurée des rapports familiaux entraîne la disjonction d’éléments fermement liés. La conjonction se rétablit grâce à l’introduction d’un tiers intermédiaire, dont le mythe se propose de retracer l’origine : l’eau (entre ciel et Terre), les parures corporelles (entre nature et culture), les rites funéraires (entre les vivants et les morts), les maladies (entre la vie et la mort). » Les mythes bien sûr décrivent ces rapports. Ils tentent aussi de fournir des réponses. Pourquoi le feu ? Pourquoi les cochons sauvages ? Pourquoi les étoiles ? Pourquoi le tabac ? Pourquoi les jaguars ?... Pourquoi les femmes ? Pourquoi ? Ou plutôt comment ? Tous ces mythes s’entrelacent, s’enchevêtrent. Les histoires racontées restent très humaines, reflets des passions, et des interrogations de la vie de tous les jours. Mais par le moyen d’un grand arbre, les protagonistes montent souvent au ciel, qui certes appartient à l’environnement commun, mais qui domine de sa puissance et de ses humeurs les aléas de l’existence des hommes et des femmes.

13Ouvrant vers les rites agricoles, nombreux sont les mythes évoquant l’eau de pluie, pluies orageuses, ou « pluies douces », étudiés dans le chapitre « L’astronomie bien tempérée » du livre Le Cru et le cuit. L’interprétation des mythes doit donc passer par une connaissance précise du régime des pluies, qui diffère d’une région de l’Amérique australe à une autre, d’une population à une autre. Cela, Claude Lévi-Strauss le sait bien, et il nous offre une carte particulièrement éclairante, montrant continuité et différences entre les régimes des pluies ici et là, ce qui explique la transformation des mythes. Le mythe Sherenté M124 (10° de latitude australe), auquel Claude Lévi-Strauss accorde une grande importance, narre l’histoire du héros Asaré. Ses sept frères, coupables d’avoir violé leur mère, s’enfuient et se baignent dans le jaillissement d’un océan dont ils ont déclenché l’émergence… « Encore aujourd’hui, vers la fin de la saison des pluies, on entend du côté de l’ouest le bruit qu’ils font en s’ébattant dans l’eau. Peu après, on les voit apparaître dans le ciel, tout propres et rénovés, sous l’apparence des sept Pléiades. » Asaré lui-même, selon certaines interprétations, serait, nous l’avons déjà signalé, l’étoile κ d’Orion (Salph, le « genou droit » du chasseur céleste). Le coucher (ouest) des Pléiades se voit donc ici associé à la saison des pluies… Selon Claude Lévi-Strauss, qui associe le mythe M1 et le mythe M124, M1 évoque l’arrivée de la saison des pluies (le héros est identifié à la constellation du Corbeau), et M124 son début (le héros étant identifié à κ d’Orion) ; on notera que le Corbeau et Orion sont séparés de plus de 100°… À propos de ces constellations, Claude Lévi-Strauss se pose le problème des relations, à coup sûr indirectes mais « plausibles », entre les mythes du nouveau Monde, et ceux de l’Ancien Monde, qui a nommé le Corbeau ou Orion…

« Les Grecs et les Latins associaient Orion à la mauvaise saison pour des raisons empiriques. Il suffit de postuler, premièrement, que dans leur hémisphère, les Bororo suivaient une démarche comparable en associant le Corbeau à la saison des pluies, et deuxièmement qu’Orion et le Corbeau dominent le ciel austral pendant des périodes différentes, pour qu’il en résulte que, si deux mythes s’opposent entre eux aussi systématiquement que M1 et M124 tout en recourant au même lexique, et si l’un concerne l’origine de l’eau céleste et l’autre celle de l’eau chtonienne, enfin, si l’un de ces mythes renvoie à la constellation du Corbeau, alors l’autre renverra nécessairement à celle d’Orion, sous la seule condition qu’une opposition entre les deux constellations soit effectivement conçue par la pensée indigène. »

14Nous reviendrons sur le problème posé par les rôles respectifs du Corbeau et d’Orion. Il n’en reste pas moins que les identifications des constellations évoquées dans les mythes amérindiens sont souvent sujettes à caution, et Claude Lévi-Strauss s’en explique longuement, en évoquant les mythes plus clairs de Polynésie. La signification précise des noms attribués aux constellations par les Améridiens est un aspect fascinant de ces études.

15Dans les mythes que nous venons d’évoquer, le lever des Pléiades est associé à la saison des pluies. Plus précisément, il y est question du « lever héliaque », lorsque l’on commence à voir cet astérisme dans le ciel, après des mois où l’on ne le voyait pas, trop proche du Soleil, déjà levé. Or les rites de chasse, de pêche, de culture surtout, sont liés fortement aux conditions climatologiques, liées elles-mêmes à la succession des saisons, marquée par les aspects successifs, et régulièrement récurrents, du ciel des étoiles. Les Bororo, à 15° environ de latitude australe, sous le tropique du Capricorne, y sont sensibilisés. Leurs mythes reflètent cette sensibilité séculaire.

Globe céleste se trouvant dans le bureau de C. Lévi-Strauss au Collège de France.

Les compagnons du Soleil

16Soleil et telle étoile ne sont compagnons que pendant une très courte période dans l’année, toujours la même pour un astre donné, celle du « lever héliaque » ou du « coucher héliaque » de l’astre. Ce compagnonnage peut donc marquer des événements importants dans la vie des hommes et de la nature. Ce sont les étoiles, et singulièrement celles qui sont proches de l’équateur et de l’écliptique qui ont ce rôle. D’où l’importance dans les mythes amérindiens des constellations du Corbeau, d’Orion, du Taureau (et de ses deux astérismes, Pléiades et Hyades, – des amas d’étoiles). On pourrait s’en étonner a priori puisque, contrairement aux habitants des contrées de latitude élevée, les Inuits par exemple, ceux des régions tropicales et équatoriales voient assez peu les saisons se marquer dans le ciel comme sur la Terre. Pour eux, point d’étoile circumpolaire ; presque toutes les étoiles sont visibles pendant six mois environ presque toutes les nuits, pourvu simplement que le ciel soit assez clair, sans brume ni nuage. Mais nous devons nous rappeler que si les Warrau de Guyane par exemple sont en effet sous l’équateur, les Bororos, eux, qui fournissent à Claude Lévi-Strauss ses principaux mythes, tout comme les Indiens de culture Gê, sont nettement plus au Sud, sous le tropique du Capricorne. Pour eux les saisons astronomiques sont évidentes, tout comme leurs manifestations météorologiques.

Petite digression astronomique

17Mais justement, cette durée approximative de six mois, évoquée ci-dessus, est remarquable. Au voisinage de l’équateur, toutes les étoiles sont visibles la nuit pendant six mois, invisibles le jour pendant six mois, ce qui n’est pas le cas aux latitudes moyennes ou élevées. Mais toutes sont visibles en une saison ou bien une autre (sauf celles qui sont trop proches des pôles célestes). La Terre fait chaque année un tour autour du Soleil : en apparence ; de jour en jour, le Soleil se déplace donc par rapport au ciel des étoiles fixes… En une année, le Soleil traverse successivement toutes les constellations du Zodiaque. Un jour donné, une étoile donnée se lève en même temps que le Soleil ; le lendemain, elle se lèvera quelques minutes avant lui (exactement 3 minutes 55, 9 018 secondes – 365 fois cette durée, c’est précisément… un jour), et le jour suivant encore un peu plus tôt... : on la verra pendant six mois, dans le ciel nocturne. Le jour où son lever a lieu en même temps que celui du Soleil (une fois par an) est le jour de son « lever héliaque » ; de même peut-on définir le « coucher héliaque » d’une étoile. Le jour de l’équinoxe (de printemps ou d’automne) est celui où sur toute la Terre, la durée de la nuit et celle du jour sont égales l’une à l’autre. À ce moment-là, le Soleil se trouve en face d’une portion bien déterminée du ciel stellaire zodiacal, très précisément du « point gamma γ » (printemps) ou du « point gamma prime γ’«  (automne). Le point γ entre actuellement dans la constellation du Verseau (symbole  ; dans l’Antiquité, le point γ était dans la constellation du Bélier (dont le symbole, connu des astrologues, est précisément γ).

18La présence du ciel dans les préoccupations quotidiennes des Indiens s’affirme donc évidemment dans les rites agricoles.

Quand les équinoxes précessent

19Les mythes ont une histoire. Ils se sont formés comme par une sorte de cristallisation, il y a des siècles, des millénaires peut-être. Or, d’une année à l’autre, le jour du lever héliaque de telle ou telle étoile est peu à peu modifié, dans une évolution très lente mais constante et régulière. On ne le reverra revenir le même jour qu’après vingt-six mille ans ! Peut-on mieux comprendre les mythes en tenant compte de ce fait ? Il faut bien évidemment prendre en considération le phénomène de la « précession des équinoxes ». Claude Lévi-Strauss en en fut vite conscient, lui qui souhaitait trouver une rationalité commune, on l’a vu, entre les mythes grecs et les mythes Indiens d’Amazonie.

20Ce sont ces considérations qui entraînèrent mes premières rencontres avec Claude Lévi-Strauss, après mon élection (1963) au Collège de France. J’étais soucieux alors des critiques qu’il pourrait faire de mon livre Le Ciel, ou plutôt du chapitre de ce livre consacré aux aspects mythiques des références aux astres chez les civilisations primitives. De son côté, il m’interrogea sur certains aspects de ses recherches (il achevait alors Le Cru et le cuit), car il lui semblait naturel, on a vu pourquoi, que l’astronome eût son mot à dire sur les connotations astronomiques de certains mythes, et rites agricoles.

Seconde digression astronomique

21Notre première digression dérivait du fait que la Terre est animée de deux mouvements principaux, qui entraînent les deux mouvements apparents principaux du ciel. Ce sont sa rotation (autour de l’axe des pôles célestes – en un jour), et sa révolution (autour du Soleil, dans le plan de l’écliptique – c’est la définition même de ce plan –, en un an). Ces deux mouvements apparents du ciel s’effectuent autour de deux axes différents, celui des pôles de l’équateur, et celui des pôles de l’écliptique, situés sur un axe perpendiculaire à l’écliptique, et passant par le centre de la Terre.

22Il y a plus de deux millénaires, Hipparque (le plus novateur des astronomes de l’Antiquité gréco-romaine, au second siècle avant notre ère) qui connaissait les deux mouvements principaux, découvrit un troisième phénomène, qui résulte de la rotation de l’axe de l’écliptique autour de l’axe des pôles de l’équateur (ou vice-versa !), en 26 000 ans : c’est la précession des équinoxes. Les points de l’équateur qui se trouvent dans le plan de l’écliptique (déjà définis dans la première digression) sont les « points γ et γ’« (points équinoxiaux, ou équinoxes ; le point γ est aussi appelé « point vernal ») ; ils se déplacent par rapport aux constellations du Zodiaque.

23La rotation de la Terre a pour conséquence la succession des jours et des nuits. La révolution de la Terre a pour conséquence (en raison de l’inclinaison de l’axe de la Terre sur le plan de l’écliptique) la succession des saisons. Quelle est donc la conséquence majeure, pour l’habitant de la Terre, de la précession des équinoxes ? Le point γ se déplace par rapport aux constellations, et évidemment, les constellations par rapport au point γ ; de même, le lever héliaque et le coucher héliaque de tout astre se déplacent dans le temps, un tour du ciel en 26 000 ans. Savoir que pour tel observateur, le lever héliaque de tel astre avait lieu à telle date de l’année, doit nous permettre de savoir si cet observateur est notre contemporain, ou s’il vivait il y a un, deux, trois, ..., siècles, voire un, deux, trois, ..., millénaires.

24L’observation du ciel de nuit, la visibilité de telles ou telles étoiles, permettent en effet de bien situer dans l’année les phénomènes saisonniers, donc de régler la vie agricole. Revenons donc au problème posé par le Corbeau et Orion. Selon Claude Lévi-Strauss, il résulte de calculs menés en tenant compte de la précession des équinoxes :

1°, que, vers 1000 av J.-C., le lever vespéral d’Orion cessait d’être observé vers la fin du mois d’octobre, période coïncidant avec le début des frimas (ensuite, Orion était déjà levé quand les étoiles devenaient visibles après le crépuscule), 2°, qu’à cette époque, où Orion possédait sa pleine signification météorologique, il était sensiblement en opposition de phase avec le Corbeau, tel qu’on peut l’observer aujourd’hui ; ce qui qualifierait bien cette dernière constellation pour remplir de nos jours dans l’hémisphère sud – mais par son lever matinal – le rôle jadis dévolu à Orion dans l’hémisphère nord.

25En laissant à Claude Lévi-Strauss la responsabilité de ce raisonnement, nous constatons non seulement son intérêt pour les subtilités des mouvements apparents des astres, mais sa maîtrise des concepts astronomiques.

26Nous n’avons ici offert qu’une vision très limitée de l’univers astronomique de Claude Lévi-Strauss. Sa considérable érudition, y compris dans un domaine aussi spécialisé que l’astronomie, lui a permis d’accomplir une œuvre profonde et subtile, admirée et respectée de tous. En ce qui me concerne, je garde de nos entretiens un souvenir admiratif, amical et très ému.

J.-C. Pecker, Collège de France, octobre 2005.

Haut de page

Notes

1  qui est le centre de gravité de l’ouvrage au titre si significatif : Le Cru et le cuit.

Haut de page

Table des illustrations

Légende J.-C. Pecker
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Globe céleste se trouvant dans le bureau de C. Lévi-Strauss au Collège de France.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/216/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende J.-C. Pecker, Collège de France, octobre 2005.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/216/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, hors série no 2 : Claude Lévi-Strauss, centième anniversaire, Collège de France, Paris, novembre 2008, p. 21-25. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Jean-Claude Pecker, « Le ciel étoilé de Claude Lévi-Strauss », La lettre du Collège de France [En ligne], Hors-série 2 | 2008, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/216

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Pecker

Jean-Claude Pecker, professeur honoraire au Collège de France, a été titulaire de la chaire d’Astrophysique théorique de 1964 à 1988

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page