Navigation – Plan du site
Hommage

Quelques mots sur Philippe Gazeilles

Directeur des affaires budgétaires et financières du Collège de France de 2010 à 2014
Marylène MESTON DE REN
p. 64

Texte intégral

1Nous avons l’habitude de dire que le Collège de France est une institution à taille humaine. Cela emporte bien des conséquences et notamment le fait que chacun de ceux qui composent cette communauté est important pour tous les autres.

2C’est cela que nous exprimons dans l’hommage que nous rendons aujourd’hui à Philippe Gazeilles : au-delà des fonctions importantes qu’il a exercées au service de notre institution, nous souhaitons rendre compte, même maladroitement, de l’importance qu’il a pour chacun d’entre nous, de la place qu’il occupe dans nos esprits et dans nos sentiments et exprimer notre tristesse, notre émotion et notre désarroi depuis que nous avons appris sa disparition si brutale.

3Philippe avait pris une grande place au Collège de France par les fonctions qu’il y occupait et par la qualité des relations qu’il a su nouer avec tous ses interlocuteurs et tous ses collègues et collaborateurs.

4Je l’avais recruté en 2010, à la suite d’un processus très sélectif, pour lui confier la tâche délicate de diriger la direction des affaires budgétaires et financières que nous venions de créer. C’était un défi à relever surtout pour lui qui n’avait pas d’expérience dans la sphère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Or, il a su donner à cette direction et à son action une crédibilité et une légitimité qui n’étaient pas gagnées d’avance. En effet, il n’était pas en pays conquis au milieu des professeurs et des chercheurs assez rétifs au formalisme administratif et ce ne fut pas une mince affaire que de les apprivoiser notamment dans le cadre du dialogue budgétaire. Il y a réussi pleinement : les professeurs, les enseignants-chercheurs, les chercheurs présents aujourd’hui et les messages de professeurs que nous avons reçus témoignent du fait qu’il avait su se faire apprécier et mettre la technique budgétaire au service des missions du Collège. Il avait en quelque sorte lui-même acquis au fil du temps ce que nous appelons entre nous « l’esprit Collège ».

5Il arrivait au Collège après un parcours professionnel riche et dense dans l’enseignement scolaire. J’en retrace les principaux jalons car les collègues et amis de Philippe qui se sont joints à ceux du Collège de France l’ont rencontré ou fréquenté lors des différentes étapes de son parcours. à partir de 1999, après sa scolarité à l’IRA de Bastia avec lequel il a toujours conservé des liens très réguliers, il a eu la responsabilité de la gestion et de la comptabilité du lycée Charles de Gaulle de Longperrier en Seine et Marne. Lauréat du concours de conseiller d’administration scolaire et universitaire (il était major de sa promotion), il exerce à sa sortie de l’ESEN en 2004 les fonctions de gestionnaire et agent comptable du lycée Jean Rostand de Chantilly. Sa carrière prend un nouveau tournant en 2006 lorsqu’il rejoint la Direction des affaires financières du ministère de l’éducation nationale en tant qu’adjoint puis chef du bureau de la réglementation comptable et du conseil aux établissements publics locaux d’enseignement. Dans ce cadre, il animait le réseau d’informations professionnelles de l’ensemble de ses collègues dispersés sur le territoire.

6En 2010, il a donc rejoint le Collège de France pour aborder de nouvelles responsabilités et dans un milieu professionnel nouveau pour lui. Il a poursuivi dans cette direction puisqu’il a rejoint, en juillet dernier, l’École normale supérieure avec laquelle le Collège entretient des relations anciennes et fructueuses, et qui, aujourd’hui aussi, se réunit autour de la mémoire de Philippe. On le voit, il a fait preuve d’une belle mobilité professionnelle à l’image je crois de sa grande mobilité d’esprit et de son agilité intellectuelle. Sa capacité d’adaptation à tous les terrains et à tous les interlocuteurs a fait merveille tout au long de son parcours. Partout où il a exercé, son souvenir est très vivace et l’annonce de son décès a suscité une très vive émotion.

7Pour ma part, je souhaite dire combien les qualités professionnelles de Philippe ont été précieuses pour moderniser la gestion du Collège et surtout combien ses qualités humaines ont compté pour mobiliser les collaborateurs de sa Direction et aussi pour constituer l’équipe de direction. De façon plus personnelle, il a été pendant quatre ans, pour moi, un proche collaborateur de très grande valeur avec lequel j’avais noué des relations de confiance, de complicité, et d’amitié. C’est en riant qu’il m’appelait « Le Chef » car nos conversations prenaient souvent un tour extra professionnel : il s’intéressait en effet à de nombreux domaines, culturels, artistiques, touristiques et… gastronomiques. Il a aussi été celui qui a tissé le lien entre tous les directeurs venant d’horizons différents et celui qui donnait à l’équipe sa cohésion et sa convivialité lors de nos réunions mensuelles et de nos séminaires. Sa recherche du consensus, son sens de l’humour et de la dérision avaient toujours raison de nos difficultés et nous aidaient à surmonter nos différents. L’équipe de direction du Collège réunie aujourd’hui pour cet hommage lui doit beaucoup, vous l’avez compris.

8Je crois que ce qui nous réunit aujourd’hui, collègues et amis du Collège de France, d’autres établissements, d’autres institutions, du ministère ainsi que ses proches, c’est le fil lumineux qui nous relie à Philippe et qui nous relie entre nous. Car il avait le don de tisser des liens, de nouer des relations, d’établir des connections et des passerelles entre les personnes les plus diverses, qui toutes se sont manifestées spontanément pour honorer sa mémoire.

9Il me disait souvent qu’il ne fallait pas prendre la vie trop au sérieux et il me donnait des leçons de légèreté, avec son style si vif et son accent si chaleureux qui nous manqueront tant. C’est pourquoi je ne pourrai pas me résoudre à parler de lui avec emphase. Parlons de lui, mes chers collègues et amis comme nous l’avons toujours fait, sans être solennels ; continuons à rire de ce que qui nous faisait tellement rire avec lui. Le fil lumineux que j’évoquais il y a un instant, qui nous unit à lui, ne saurait être rompu.

10Paris, le 18 novembre 2014

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marylène MESTON DE REN, « Quelques mots sur Philippe Gazeilles », La lettre du Collège de France [En ligne], 40 | août 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2127

Haut de page

Auteur

Marylène MESTON DE REN

Directrice générale des services

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page