Navigation – Plan du site
Publications

Publications

p. 58-63

Texte intégral

1Une table ronde avec les auteurs, en présence de M. Serge Haroche, a été organisée le 27 mai 2015 pour marquer la parution du livre, Le Collège de France. Cinq siècles de libre recherche.

2La discussion a été précédée par la projection d’un court film du discours de Joseph Bédier inaugurant les cérémonies du quatrième centenaire du Collège de France le 18 juin 1931 (Pathé). Les auteurs ont rappelé l’origine du projet de partenariat avec les éditions Gallimard, dont l’idée avait été lancée en 1993 par Marc Fumaroli, et les choix difficiles qu’il a fallu faire pour présenter une synthèse qui rende compte de toute la richesse de cet établissement pluriséculaire. Le public, parmi lequel se trouvaient de nombreux professeurs,
a ensuite été invité à dialoguer avec les auteurs sur divers sujets abordés dans le livre (la “légende fondatrice”, le rôle des auditeurs, les fonds d’archives conservés au Collège, le Collège pendant la Seconde Guerre mondiale, parmi d’autres questions).

Antoine Compagnon, Pierre Corvol, John Scheid

Le Collège de France

Cinq siècles de libre recherche

3Editions Gallimard, Collège de France, mai 2015

4Espace de la discussion et du libre examen par excellence, le Collège de France occupe une place singulière dans le monde académique et international. Tout en s’adaptant sans cesse à l’évolution de la connaissance, l’institution a su rester fidèle à l’esprit de liberté et d’indépendance qui la caractérise depuis sa création en 1530. Au fil du temps, les professeurs ont dessiné les contours de ce monument du savoir, et c’est aujourd’hui trois d’entre eux qui en retracent l’histoire et en montrent l’actualité.

5Antoine Compagnon, Pierre Corvol et John Scheid nous invitent à un voyage dans les coulisses de cet établissement unique au monde et qui continue, aujourd’hui encore, d’allier tradition et modernité.

6L’ouvrage est également disponible en anglais.

Nicholas Ayache

Des images médicales au patient numérique

7éditions Fayard, collection “Leçons inaugurales du Collège de France”, Paris, 2015

8L’imagerie médicale computationnelle conçoit des logiciels d’analyse et de simulation des images qui permettent
de construire un modèle numérique du patient pour assister le diagnostic, le pronostic et la pratique thérapeutique. Les images médicales, les organes virtuels personnalisés, la réalité virtuelle et augmentée, la simulation d’interventions, la thérapie guidée par l’image et assistée par la robotique font partie des outils informatisés qui préfigurent la médecine computationnelle de demain, au service du médecin et du patient.

9Nicholas Ayache est directeur de recherche à l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) à Sophia Antipolis, où il anime l’équipe de recherche Asclepios, spécialisée dans l’analyse et la simulation des images biomédicales. Il est également directeur scientifique à l’Institut hospitalo-universitaire de Strasbourg et membre de l’Académie des sciences. Il a été professeur invité au Collège de France sur la chaire annuelle d’Informatique et sciences numériques pour l’année académique 2013-2014.

François Bourguignon

Pauvreté et développement dans un monde globalisé

10éditions Fayard, collection “Leçons inaugurales du Collège de France”, Paris, 2015

11Depuis les années 1960, l’essor de certains pays, notamment en Asie, a contribué à masquer le faible développement de l’Amérique latine, voire le retard d’autres pays, comme l’Afrique subsaharienne. Aujourd’hui, plus d’un milliard d’habitants dans le monde vivent encore dans la pauvreté.

12Les acteurs politiques privilégient actuellement la mise en œuvre d’interventions au niveau des populations pauvres plutôt que des politiques macro-économiques et structurelles adaptées. François Bourguignon entreprend d’interroger le bien-fondé de ce choix, d’évaluer les savoirs acquis et d’identifier la nature des contraintes politiques dans le contexte de la mondialisation.

13Chercheur au Centre national pour la recherche scientifique et directeur d’étude à l’École des hautes études en sciences sociales, François Bourguignon a également été économiste en chef puis vice-président de la Banque mondiale, et directeur de l’École d’économie de Paris. Il a été professeur invité au Collège de France sur la chaire annuelle Savoirs contre pauvreté pour l’année académique 2013-2014.

Dominique Charpin

Comment peut-on être assyriologue ?

14éditions Fayard, collection “Leçons inaugurales du Collège de France”, Paris, 2015

15Contrairement aux œuvres héritées de l’Antiquité grecque ou romaine, les écrits de la civilisation mésopotamienne sont tous issus de fouilles. L’assyriologue travaille à partir de tablettes d’argile inscrites en caractères cunéiformes. Il doit reconstituer les textes à partir de fragments, les mettre en ordre chronologique et géographique pour élaborer peu à peu une histoire non seulement politique, mais aussi sociale, économique et culturelle de la Mésopotamie. La tâche est immense et implique une approche pluridisciplinaire combinant avant tout archéologie, épigraphie, philologie et histoire.

16Après des études d’histoire, d’archéologie et de philologie à la Sorbonne, Dominique Charpin a travaillé en Irak, sur le site de Larsa, et en Syrie, sur les sites de Mari et Mohammed Diyab. Il dirige la Revue d’assyriologie et la Société pour l’étude du Proche-Orient ancien (SEPOA) ; il est responsable du projet Archibab, consacré aux archives babyloniennes. Il est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Civilisation mésopotamienne, depuis janvier 2014.

Alain Supiot

Bossuet. De l’éminente dignité des pauvres

17Éditions Mille et une nuits, 2015

18En 1659, dans son fameux sermon sur l’éminente dignité des pauvres, Bossuet (1627-1704) exprime avec vigueur une conception subversive de “l’étrange inégalité” qui règne en ce monde. Les riches “s’imaginent que tout leur est dû” et “foulent aux pieds les pauvres.” Mais qu’ils prennent garde : “Si vous ne portez le fardeau des pauvres, le poids de vos richesses mal dispensées vous fera tomber dans l’abîme”. Sans égalisation des charges, il n’y a pas de communauté entre les hommes. À rebours de ceux qui prêchent aujourd’hui l’abolition de l’État providence, la lecture de Bossuet nous incite à le repenser.

19Alain Supiot est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire “état social et mondialisation : analyse juridique des solidarités”. Il a créé en 2008 l'Institut d’études avancées de Nantes, dont il préside aujourd'hui le comité stratégique. Situés au carrefour du droit, de l’anthropologie et de la philosophie, ses travaux sont connus du grand public au travers de quelques livres majeurs, traduits en de nombreuses langues étrangères : Critique du droit du travail (PUF, 1994), Au-delà de l’emploi (Flammarion, 1999), Homo juridicus. Essai sur la fonction anthropologique du Droit (Seuil, 2005) et L’Esprit de Philadelphie. La justice sociale face au Marché total (Seuil, 2010).

Alain Supiot (dir.)

L’entreprise dans un monde sans frontières. Perspectives économiques et juridiques

20Paris, Dalloz, 2015, coll. « Les sens du droit », 344 p.

21Objet de débats politiques aussi passionnés que réducteurs,« l’entreprise », ou plus exactement les entreprises saisies dans leur diversité, sont le laboratoire des formes juridiques de la globalisation. Issu d’un séminaire organisé par Alain Supiot au Collège de France en juin 2014, ce livre donne accès à ce laboratoire, en même temps qu’il fournit les bases d’une réflexion sérieuse et informée sur l’état de l’entreprise dans un monde sans frontières. L’entreprise y est appréhendée comme liberté d’agir ensemble, dont la mise en œuvre diffère selon les buts qu’elle poursuit et les cultures nationales où elle s’inscrit. Après avoir tracé ses cadres conceptuels,tant du point de vue de l’histoire et de la théorie du droit que des théories économiques et du management, l’ouvrage étudie les divers aspects de l’impact de la globalisation sur le droit de l’entreprise. La doctrine de la « Corporate governance » conduit à une redéfinition des pouvoirs et des responsabilités au sein des grandes entreprises. Celles-ci tendent à se constituer en ordres juridiques autonomes sur la scène internationale, mais doivent faire face aux programmes de conformité que leur imposent les États-Unis. Cette émancipation relative donne une actualité nouvelle à la question de la contribution des entreprises à l'intérêt général.

22Contributions de : Monique Chemillier-Gendreau, Martin Collet, Simon Deakin, Olivier Favereau, Jacques Fournier, Marie-Anne Frison-Roche, Frédéric Géa, Roger Guesnerie, David Hiez, Renate Hornung-Draus, Samuel Jube, Romain Laufer, Stefano Manacorda, Jacques Mestre, Marie-Ange Moreau, Jean-Philippe Robe, Mathias Schmöckel, Gunther Teubner, Jorge E. Viñuales.

Alain Supiot

La solidarité. Enquête sur un principe juridique

23Éditions Odile Jacob, 2015

24La solidarité n’est ni assurance ni assistance. Elle ne divise pas le monde entre ceux qui donneraient sans recevoir et ceux qui recevraient sans avoir rien à donner : tous contribuent selon leurs capacités et reçoivent selon leurs besoins. Le droit européen a récemment hissé la solidarité au rang de principe fondamental, à l’instar de la liberté, de l’égalité et de la justice. Dans le même temps, l’idéologie libérale en promeut le démantèlement méthodique, considérant qu’une « grande société » fondée sur l’ordre du Marché « n’a que faire de la “solidarité” » (F. Hayek).

25La question se pose donc de savoir si la solidarité est le témoin provisoire d’un ordre juridique condamné à disparaître ou bien l’un des ferments de sa recomposition. L’enquête conduite dans ce livre vise à y répondre. Elle commence par retracer l’histoire du concept de « solidarité », depuis son apparition en droit romain jusqu’à sa moderne diffusion en biologie, en sociologie et en droit social. Elle se poursuit en examinant cette notion d’origine européenne au prisme d’autres civilisations. Explorant les évolutions politiques et législatives les plus récentes, elle met enfin en évidence l’extrême actualité du principe de solidarité dans toutes les grandes régions du monde.

26Contributions de Gilbert Achcar, Mohammad Ali Amir-Moezzi,
Anne Cheng, Roberto Fragale Filho, Xiang Feng, Jean-Pierre Laborde, Danouta Liberski-Bagnoud, Charles Malamoud, Mohamed Mahmoud Mohamed Salah, Pierre Musso,
André Pichot, Michael J. Piore, Alain Rauwel, Jean-Noël Robert, Supriya Routh, Pierre Rodière et Alain Wijffels. 

Alain Supiot

La gouvernance par les nombres Cours au Collège de France 2012-2014

27Éditions Fayard, 2015

28Le sentiment de “malaise dans la civilisation” n’est pas nouveau, mais il a retrouvé aujourd’hui en Europe une intensité sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. La saturation de l’espace public par des discours économiques et identitaires est le symptôme d’une crise dont les causes profondes sont institutionnelles. La Loi, la démocratie, l’État, et tous les cadres juridiques auxquels nous continuons de nous référer, sont bousculés par la résurgence du vieux rêve occidental d’une harmonie fondée sur le calcul. Réactivé d’abord par le taylorisme et la planification soviétique, ce projet scientiste prend aujourd’hui la forme d’une gouvernance par les nombres, qui se déploie sous l’égide de la “globalisation”. La raison du pouvoir n’est plus recherchée dans une instance souveraine transcendant la société, mais dans des normes inhérentes à son bon fonctionnement. Prospère sur ces bases un nouvel idéal normatif, qui vise la réalisation efficace d’objectifs mesurables plutôt que l’obéissance à des lois justes. Porté par la révolution numérique, ce nouvel imaginaire institutionnel est celui d’une société où la loi cède la place au programme et la réglementation à la régulation. Mais dès lors que leur sécurité n’est pas garantie par une loi s’appliquant également à tous, les hommes n’ont plus d’autre issue que de faire allégeance à plus fort qu’eux. Radicalisant l’aspiration à un pouvoir impersonnel, qui caractérisait déjà l’affirmation du règne de la loi, la gouvernance par les nombres donne ainsi paradoxalement le jour à un monde dominé par les liens d’allégeance.

Walter Dietrich, Hans-Peter Mathys, Thomas Römer, Rudolf Smend

Die Entstehung des Alten Testaments

29Kohlhammer, 2014

30Dieses Lehr- und Studienbuch beschreibt die biblischen Schriften zunächst nach Inhalt und Aufbau und verfolgt dann ihren Werdeprozess zurück bis zum jeweiligen Entstehungsgrund. Den Rahmen gibt der Kanon der hebräischen Bibel vor, der im Einleitungsteil von der griechischen bzw. christlichen Bibel und den sog. Apokryphen abgegrenzt wird. Die vier Kanonteile werden durch Überblickskapitel eröffnet: der Pentateuch als ganzer, das deuteronomistische Geschichtswerk, das Phänomen der Prophetie, die hebräische Poesie. Gang und Stand der Forschung kommen angemessen zur Geltung. Umfassende Bibliographien durchziehen das Werk. Wer sich intensiv mit dem Alten Testament und seiner Entstehung befassen will, erhält hier fundierte Information.

31Professeur au Collège de France et à l'université de Lausanne, Thomas Römer est un exégète réputé en Ancien Testament. à signaler parmi ses nombreuses publications, L'invention de Dieu (Seuil, 2014), Moïse (Gallimard, 2002), Les Cornes de Moïse (Fayard, 2009) et, en collaboration, Clés pour le Pentateuque (Labor et Fides, 2013).

Jean-Pierre Drège (dir.), avec la collaboration de Costantino Moretti

La fabrique du lisible. La mise en texte des manuscrits de la Chine ancienne et médiévale

32Institut des hautes études chinoises, 2015

33La grotte 17 de Mogao près de Dunhuang, dans la province du Gansu, a livré plusieurs dizaines de milliers de manuscrits datant du Ve au Xe siècle. Ces matériaux ont totalement transformé la pratique de l’histoire médiévale de la Chine dans ses différents aspects. Ce renouvellement s’est étalé sur une longue période tout au long du XXe siècle. L’un des champs qui est resté inexploré jusqu’à récemment est celui de l’histoire du livre et de l’écrit, c’est-à-dire la prise en compte des manuscrits eux-mêmes comme objets porteurs de significations. Les découvertes nombreuses de manuscrits plus anciens, remontant aux premiers siècles avant l’ère chrétienne, ont ouvert depuis quelques dizaines d’années de nouvelles perspectives et engendré leur lot de questionnements parallèles. L’émergence de la codicologie et le développement des recherches d’histoire des textes appliquées aux manuscrits occidentaux ont servi d’exemple pour entreprendre un nouveau chapitre de l’histoire du livre chinois manuscrit qui concerne sa production autant que son utilisation, son maniement autant que sa conservation, sa conception comme sa destination, son écriture comme sa lecture. C’est une première tentative d’histoire des textes dans leur contexte qui est ici proposée.

34Jean-Pierre Drège, directeur d’études émérite de l’école pratique des hautes études. Ancien responsable de l’équipe de recherches sur les manuscrits de Dunhuang (CNRS-EPHE), il a œuvré pour appliquer les enseignements de l’histoire du livre occidental dans le domaine du livre chinois, manuscrit aussi bien qu’imprimé, et a permis que s’ouvre ainsi un nouveau champ disciplinaire.

Michel Zink

Bienvenue au Moyen âge

35France inter - Équateurs, 2014

36Le Moyen Âge ? C’est si vieux ! C’est si loin ! Nous sommes si contents d’en être sortis ! « Nous ne sommes plus au Moyen Âge », répétons-nous, ravis. Si nous sommes si ravis de n’être plus au Moyen Âge, pourquoi nos enfants et nous-mêmes nous ruons-nous sur l’heroic fantasy, sur les séries et les films médiévaux, sur Kaamelot, sur Star Wars (armures, épées laser et ordres de chevalerie), sur le Seigneur des anneaux et même sur Harry Potter, avec son Dumbledore qui ressemble à l’enchanteur Merlin et son monde de magie préscientifique sous des ogives gothiques ? Heureuse Angleterre où les écoles ressemblent à des cloîtres ou à des châteaux forts ! La vérité de l’enfance, de ses émerveillements et de ses peurs s’y transpose sans peine en rêve médiéval.

37Alors, pourquoi ne pas nous tourner parfois vers les vraies histoires, les vrais romans, les vrais poèmes du Moyen Âge ? Ils sont un peu plus difficiles ? Ils nous sont devenus étrangers ? Ils sont écrits dans une langue vieillie ? Et alors ? Ne vaut-il pas la peine de comprendre ce qui nous est d’abord étranger ? N’est-ce pas un plaisir et un enrichissement que de nous le rendre proche ?

38Ce petit livre reprend les textes de quarante brèves chroniques données sur France inter durant l’été 2014.

Gérard Fussman

Choix d’articles

39école Française d’Extrême-Orient, 2015

40Les treize articles de Gérard Fussman rassemblés dans ce livre, initialement parus entre 1974 et 2011, sont représentatifs des domaines de recherche, des méthodes et de la manière de ce savant.

41Ils traitent pour la plupart de l’histoire de l’Inde à l’époque des Maurya, des Indo-Grecs, des Indo-Scythes et des Kouchans, mobilisant l’épigraphie, la numismatique, l’histoire et la sociologie des religions, la science politique, l’histoire des écritures, l’histoire de l’art ou encore l’épistémologie.

Marc Fumaroli

La République des Lettres

42Gallimard, collection “Bibliothèque des Histoires”, 2015

43“Extérieurement j’ai vécu à l’époque où l’expression République des Lettres désigne, plus ou moins ironiquement, le petit échiquier étroitement parisien ou festivalier, plus que jamais agité, dont les pièces du jeu annuel sont des centaines de romans, et la récompense des parties gagnées, des dizaines de prix littéraires. Intérieurement, pendant plus d’un demi-siècle, j’ai malgré tout vécu, privément avec quelques amis et, depuis moins longtemps, dans l’actuelle Académie des Inscriptions, au sein d’une République européenne des Lettres d’un tout autre genre et d’une tout autre époque. Tel aura été mon “engagement”. Me dégageant de l’actualité présente sans pour autant l’ignorer, j’ai cherché à comprendre l’actualité disparue d’une société de savants lettrés solidaires où je me plaisais et qui évoluait étrangement avec une jalouse liberté de mouvement et d’esprit dans des régimes politiques et religieux qui, selon nos critères actuels, passent pour despotiques. Cette étrangeté ou, si l’on préfère, ce paradoxe continue à me fasciner, bien que peu à peu j’aie mieux compris le secret avantage dont jouissaient, en pleine connaissance de cause, mes amis (et objets d’étude) : celui de savoir vivre sur deux étages du temps, l’un se réfléchissant dans l’autre, l’un hors du temps parce que fruit mûr du temps, l’Antiquité gréco-romaine, et l’autre dans un tout autre temps historique, en voie à son tour de mûrissement, mais cette fois sans le réflecteur des “humanités”, et de plus en plus déboussolé depuis que ce miroir lui a été ôté.» Marc Fumaroli

Harald Weinrich

Linguistique du mensonge

44éditions Lambert-Lucas, 2014

Il y a exactement cinquante ans, en 1964, à Darmstadt, l’Académie allemande de langue et de littérature mit au concours la question suivante : “La parole peut-elle dissimuler la pensée ?” Harald Weinrich se vit attribuer le premier prix pour sa réponse, parue en 1966 sous le titre Linguistik der Lüge [Linguistique du mensonge]. C’est la sixième édition allemande (Munich, Verlag C.H. Beck, 2000) de cette étude, “brillante et originale” selon l’appréciation du jury, agrémentée d’une postface écrite trente-cinq ans plus tard, que traduit cette édition française.

Carlos Fausto et Carlo Severi (dir.)

L’image rituelle

45Cahiers d’anthropologie sociale, n°10, éditions de l’Herne

46Les arts non-occidentaux sont des traditions iconographiques peuplées d’images intenses et fragmentaires dont la forme mobilise un travail du regard qui en suscite les aspects latents. Un certain nombre de recherches, dont ce volume rend compte, permettent aujourd’hui d’approfondir et de généraliser cette approche, qui conduit à considérer les images, ou les artefacts, non pas uniquement comme des systèmes de signes, mais aussi et surtout comme des systèmes d’actions et de relations. Lorsqu’ils apparaissent au sein de l’action rituelle, les objets ne fonctionnent plus comme de simples supports d’un symbolisme, mais constituent de véritables moyens d’agir sur autrui, des dispositifs complexes de médiations investis de sens, de valeurs, d’intentionnalités spécifiques. Dans la perspective adoptée ici par un groupe de chercheurs français et brésiliens, ce n’est pas seulement l’interprétation de l’objet en tant que personne, qu’il s’agit d’explorer. L’artefact n’apparaît plus comme la simple « incarnation » d’un être individuel, mais devient l’image complexe d’un ensemble de relations.

47Les cahiers d’anthropologie sociale publient, sous le haut patronage de Claude Lévi-Strauss, Philippe Descola et Françoise Héritier, les travaux menés au Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, et offrent une vue précise de l’approche anthropologique sur quelques grands thèmes d’actualité.

Simone Dumont et Jean-Claude Pecker

Jérôme Lalande

Mission à Berlin. Lettres à Jean III Bernoulli et à Elert Bode

Lalandiana II

48éditions Vrin, 2014

49Jérôme Lalande fut par excellence l’astronome du siècle des Lumières.

50Son voyage, très jeune homme, à Berlin, lui ouvrit les contacts utiles à sa vie d’astronome. Il conte avec un humour sérieux les aléas de son voyage, et ses contacts avec la cour de Frédéric II, ses premières véritables expériences comme astronome. Il y rencontra Leonhard Euler dont le fils Albrecht devint son grand ami. Plus tard, avec notamment le savant suisse Jean III Bernoulli, qui avait été appelé à l’Académie de Berlin après le départ d’Euler, Lalande entretient une correspondance amicale et studieuse. Enfin, avec Elert Bode, nommé Directeur de l’Observatoire de Berlin, il poursuit cet échange plaisant, animé de l’invention des constellations nouvelles que Lalande suggère au cartographe du Ciel qu’était son collègue.

51Cette correspondance est complétée par trois articles substantiels couvrant les préoccupations principales de Lalande au cours des trois périodes de cette correspondance. Ils concernent la détermination de la distance de la Lune à la Terre (1751-1752), puis de celle du Soleil (passages de Vénus en 1761 et 1769), enfin la construction des catalogues et des cartes du Ciel.

52Simone Dumont, auteur de l’ouvrage Un astronome des Lumières, Jérôme Lalande, est astronome honoraire à l’Observatoire de Paris.

53Jean-Claude Pecker est professeur honoraire au Collège de France et membre de l’Institut (Académie des sciences).

Adrian Robu

Mégare et les établissements mégariens de Sicile, de la Propontide et du Pont-Euxin. Histoire et institutions

54Peter Lang, 2014

55Mégare est la seule cité de Grèce antique à avoir essaimé des colonies aussi bien en Sicile que sur les rives de la Propontide et dans le Pont-Euxin. À partir des récits antiques, des inscriptions et des documents archéologiques, l’auteur se propose d’offrir une nouvelle interprétation d’un mouvement colonial unique en son genre. Étudiant les causes du départ des Mégariens, il révèle le rôle déterminant joué par les conflits qui opposaient les familles aristocratiques. Il montre aussi que les fondations mégariennes furent le résultat d’une sorte de synœcisme primitif, d’un rassemblement de plusieurs groupes de colons le plus souvent hétérogènes du point de vue ethnique. Les institutions restaient en revanche calquées sur celles de la métropole : les subdivisions civiques et plusieurs magistratures mégariennes furent ainsi reproduites à l’identique. En outre, l’étude des institutions permet de mettre en évidence le rapport étroit qui existe entre l’émergence de la cité et le début de la colonisation grecque, deux phénomènes simultanés du haut archaïsme, qui ont profondément et durablement marqué l’histoire des communautés helléniques.

56Adrian Robu est docteur des universités de Neuchâtel et du Maine. Il a poursuivi ses recherches au Collège de France et à l’institut d’archéologie « Vasile Pârvan » de l’Académie roumaine. Il est actuellement rattaché en tant que chercheur post-doctorant au centre ANHIMA de Paris (UMR 8210).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Publications », La lettre du Collège de France [En ligne], 40 | août 2015, mis en ligne le 01 août 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2125

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page