Navigation – Plan du site

Claude Lévi-Strauss vu par Françoise Héritier

Interview
Françoise Héritier et Marc Kirsch
p. 9-15

Texte intégral

F. Héritier et C. Lévi-Strauss, Collège de France, 29 mars 2001, lors de la leçon inaugurale de Ph. Descola.

En arrivant au Collège de France au moment où Claude Lévi-Strauss en partait, vous avez pris en quelque sorte sa succession. Comment s’est déroulée cette succession ? Quels rapports aviez-vous avec lui ?

Il faut parler plutôt d’une succession intellectuelle, puisque d’une part, du point de vue institutionnel, les chaires du Collège de France n’ont pas de succession et que, d’autre part, lorsque j’ai été élue au Collège en 1981, Lévi-Strauss y était encore titulaire de la sienne.

L’enchaînement s’est bien passé, d’abord parce que, d’une certaine façon, Lévi-Strauss m’avait lui-même choisie : parmi les prétendant(e)s possibles, j’étais sans doute celle qui correspondait le mieux à ses préoccupations théoriques, notamment dans le domaine de la parenté, qui avait été son grand sujet de recherche. En outre, j’ai beaucoup de respect et d’admiration pour l’œuvre, et pour l’homme une grande affection et un attachement qui n’ont jamais varié depuis que je le connais.

Je ne veux pas dire pour autant que nous entretenions des rapports privilégiés ou une communication très étroite : Claude Lévi-Strauss est un personnage très peu familier, et même assez distant, austère – du moins est-ce l’image qu’il donne, et à laquelle il a correspondu de plus en plus en avançant en âge. Je sais qu’il appréciait certains de mes travaux, je ne suis pas sûre qu’il approuve de la même manière certains des plus récents, en particulier sur le rapport de genre et le rapport de sexe.

En effet, Lévi-Strauss savait qu’il existe une inégalité dans les rapports entre les sexes, et il l’analyse dans le rapport frère/sœur, mais il n’en a pas fait un moteur essentiel des modèles qu’il a établis pour comprendre le fait social. Il a montré comment la création du social est issue de la nécessité pour les groupes humains de survivre, et pour cela de trouver des modes de coexistence pacifique à long terme, ce qui est la condition essentielle des accords d’échange matrimonial avec les autres groupes. La mise en œuvre de ces échanges a requis la prohibition de l’inceste, qui exige pour un homme de ne plus prendre ses épouses dans son propre groupe, mais d’échanger ses sœurs ou ses filles contre des femmes provenant d’autres groupes. Prohibition de l’inceste et exogamie subséquente induisent d’autres obligations. Il est nécessaire en particulier de stabiliser les échanges, ce qui impose l’union institutionnelle entre groupes – que nous appelons traditionnellement le mariage – et la répartition sexuelle des tâches entre les conjoints. Ces quatre éléments représentent le modèle lévi-straussien de la création du lien social. Pour Lévi-Strauss, cette répartition sexuelle des tâches, au sein du mariage qui lie des groupes, est la manière de consolider le rapport de dépendance entre un homme et une femme qui sont unis par ces liens du fait de la volonté de leur groupe. En les rendant dépendants l’un de l’autre, pour la matérialité de la vie domestique, par la répartition sexuelle des tâches, on rend durable de fait le mariage entre groupes, qui est la marque officielle de l’exogamie, laquelle découle de la prohibition de l’inceste et de l’absolue nécessité d’établir la paix.

  • 1  Question de parenté, L’Homme, n° 154-155, 2000.

Ce modèle a une grande vraisemblance au regard de la multiplicité des sociétés humaines. On lui a objecté cependant bien des choses : par exemple, que le mariage n’est pas une conséquence absolue de l’exogamie, que l’échange n’est peut-être pas la base du social, mais les exemples fournis à l’appui de ces critiques ne sont jamais suffisamment convaincants. Je pense à celui d’une tribu en Chine, dont Lévi-Strauss lui-même a montré, dans un numéro spécial de L’Homme1 consacré aux questions de parenté, qu’elle représente simplement une des butées extrêmes d’un vecteur qui mène de la matrilinéarité la plus extrême à la patrilinéarité la plus extrême. Théoriquement, le mariage n’y existe pas et la paternité n’est pas reconnue. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’y a pas d’union stable entre un homme et une femme, ni même de paternité sensible et affichée entre un homme et des enfants. Sur la population en question, les Na, j’ai trouvé récemment une notation intéressante dans un ouvrage qu’on m’a envoyé. Ce n’est pas un ouvrage scientifique, mais l’autobiographie d’une chanteuse d’opéra originaire de cette ethnie Na. La narratrice relate son enfance et sa jeunesse dans cette société de femmes, où les hommes partaient faire du commerce et des voyages au long cours, et revenaient de temps en temps. Elle raconte sa joie de courir à la rencontre de « son père » lors de ses retours de voyage et le bonheur partagé des retrouvailles. Il est évident qu’elle savait parfaitement qui était son père même s’il n’y avait pas eu de cérémonie « officielle » au cours de laquelle une femme aurait été donnée en mariage à un homme et même s’il n’y avait pas de résidence commune permanente. Samère affichait les mêmes sentiments. Il s’agissait de liens moins formels, mais il y avait bien quelque chose qui correspondait au résultat de l’union entre un homme et une femme avec leur descendance.

Un abri précaire chez les Nambikwara, © C. Lévi-Strauss, Saudades do Brasil, Plon, p. 122.

  • 2  Concept que j’ai mis sur le marché.

Malgré cela, les explications de Lévi-Strauss sur la répartition sexuelle des tâches ne me paraissaient pas entièrement satisfaisantes. Il m’est apparu progressivement qu’il manquait à cette argumentation une pièce fondamentale. Si effectivement les groupes étaient obligés de s’entendre pour survivre et de contracter des alliances matrimoniales plutôt que de s’entretuer, et si cela s’est traduit partout par le fait que ce soient des hommes qui échangent des femmes et non pas l’inverse, c’est qu’il y avait déjà, dès le départ, une inégalité et un droit reconnu à ces pères et à ces frères de disposer du corps de leurs filles et de leurs sœurs. J’y vois le quatrième pilier des sociétés humaines – les trois autres étant, dans le schéma de Lévi-Strauss, la prohibition de l’inceste, l’exogamie et l’instauration d’une loi officielle qui lie entre eux des familles et des lignages, et la répartition sexuelle des tâches. Ce quatrième pilier est à l’origine de la répartition sexuelle des tâches et donne à la « valence différentielle des sexes »2une importance beaucoup plus grande que celle que lui reconnaissait Lévi-Strauss. Pour ma part, je donne même à la valence différentielle des sexes le rôle décisif. Sur ce point, il est probable que nous aurions été en désaccord. Donc je ne m’interdis pas d’avoir un regard critique mais constructif sur l’œuvre de Lévi-Strauss. Je considère que son œuvre est essentielle, et je me suis appuyée sur elle pour mon propre travail. On peut débattre à l’infini sur le caractère structuraliste, positiviste ou humaniste de l’œuvre, mais on ne peut pas nier la fécondité de cette pensée.

Cette différence de sensibilité aux questions liées à la différence des sexes est-elle due à un effet de génération ?

Certainement. Lévi-Strauss est un homme de son temps. D’une certaine manière, il considère que cette répartition des tâches est bonne, que dans la mesure où les femmes enfantent, il est normal qu’elles aient à s’occuper des enfants et du domestique, etc. Cela ne lui pose pas de problème. Ce n’est pas de l’aveuglement – s’il y a un homme qu’on ne peut pas suspecter d’aveuglement, c’est bien lui. C’est plutôt qu’il entérine une situation qu’il considère comme allant de soi. Sur ce point, il n’a pas été poussé intellectuellement à poursuivre l’analyse comme je l’ai fait. On peut dire que c’est parce que je suis une femme, mais je crois qu’il est plus raisonnable de penser que c’est parce que je suis d’une autre époque et sensible à des situations nouvellement perçues. En outre, j’avais besoin d’une cohérence globale : or je n’étais pas satisfaite de cette idée de la répartition sexuelle des tâches comme adjuvant nécessaire pour rendre les époux dépendants l’un de l’autre, obligeant ainsi les couples à rester ensemble et donc à ne pas mettre dans l’embarras les lignages qui avaient organisé l’union sur laquelle reposait la paix intertribale. Je suis donc allée voir un peu plus loin.

Quel homme est Claude Lévi-Strauss ?

C’est un homme d’abord extrêmement courtois. Misanthrope en général, sans doute, et bienveillant dans ses rapports avec les gens, très sensible, malgré l’image d’homme froid et lointain qui lui est souvent attachée. Dans son ancien bureau du Collège de France, place Marcelin-Berthelot, il avait une manière très particulière d’accueillir ses visiteurs et de les conduire en les tenant par la main jusqu’à des fauteuils de cuir assez profonds et un peu défoncés dont on avait le plus grand mal à s’extraire. C’est aussi un homme qui garde toujours une certaine réserve. Au Laboratoire d’anthropologie sociale, il était plus facile de communiquer avec lui dans le cadre d’un séminaire que dans des conversations en tête à tête. Il préférait de beaucoup s’exprimer en public. Il attendait de ses chercheurs qu’ils viennent exposer leurs travaux à son séminaire. Là, il prenait le temps d’écouter et faisait ensuite une synthèse de ce qu’il avait entendu et posait des questions très pertinentes. Ses commentaires étaient toujours éclairants.

Mais c’est surtout un homme d’écrit. Lorsque vous lui écriviez du terrain, pour lui faire part d’un désarroi, d’une difficulté, d’une curiosité, il vous répondait toujours par des lettres manuscrites assez longues qui reprenaient la question posée ou l’éludaient, mais de manière constructive. Je me souviens d’une lettre qu’il m’a écrite lors d’une de mes premières missions en Afrique, chez les Samo. Je lui disais mon étonnement d’avoir trouvé une société où chaque village était divisé en deux moitiés : moitié de la terre et moitié de la pluie. Lévi-Strauss avait théorisé les sociétés à moitiés, qu’on trouve surtout en Amérique latine, et je lui demandais s’il pensait qu’il pouvait s’agir du même type d’organisation. Il en doutait – à juste titre. Mais sa réponse contenait une remarque qui m’est restée en mémoire. Il disait en substance : « ma chère Françoise, ce qu’il convient de faire sur le terrain, ce n’est pas d’essayer de retrouver ce qu’on a pu vous apprendre ou ce que vous avez pu lire, mais il faut vous laisser porter par ce qui s’étale devant vos yeux ». Il faut d’abord observer, et interpréter ensuite. Il faut se laisser porter par le terrain. Ce n’étaient que quelques mots, et c’était fondamental. J’ai repris la remarque à mon compte et j’en ai fait bénéficier mes étudiants.

C’est assez frappant pour quelqu’un dont on a dit qu’il n’était pas un grand homme de terrain. Il écrit, dans De près et de loin, qu’il en a fait plus que ce que pensent ses critiques, mais probablement moins qu’il aurait pu, simplement parce qu’il n’avait guère de goût pour cela et qu’il s’était trouvé davantage un homme de cabinet.

  • 3  Voir annexes.

C’est la raison pour laquelle il s’est lancé dans des entreprises – Les Structures élémentaires de la parenté ou les Mythologiques –qui nécessitaient plutôt des travaux de bibliothèque. Cela ne veut pas dire qu’il n’ait pas aimé les Indiens dont il a partagé la vie. Dans Tristes tropiques, en plus du désenchantement et du regard terrible et prémonitoire qu’il porte sur le monde contemporain, on trouve aussi quelque chose qui n’est ni de l’attendrissement, ni de la compassion, mais qui ressemble à une sorte de communion immédiate, d’empathie, avec ce qu’il y a d’essentiel dans l’espèce humaine. J’aime beaucoup un récit où il accompagne un petit groupe de Nambikwara en forêt. C’est la nuit, il fait froid, il pleut, ils sont nus. Ils se serrent frileusement autour d’un feu, avec pour seule protection un abri de branchages et de feuilles, et pour ces pauvres gens qui sont là, pelotonnés les uns contre les autres, il a une phrase merveilleuse où il dit que ce petit groupe incarne la forme la plus touchante qu’il ait jamais vue de la fragilité humaine et de l’affection qui peut unir les membres d’une société3.

« Dans la savane obscure, les feux de campement brillent. Autour du foyer, seule protection contre le froid qui descend, derrière le frêle paravent de palmes et de branchages hâtivement plantés dans le sol du côté d’où on redoute le vent ou la pluie ; auprès des hottes emplies des pauvres objets qui constituent toute une richesse terrestre ; couchés à même la terre qui s’étend alentour, hantée par d’autres bandes également hostiles et craintives, les époux, étroitement enlacés, se perçoivent comme étant l’un pour l’autre le soutien, le réconfort, l’unique secours contre les difficultés quotidiennes et la mélancolie rêveuse qui, de temps à autre, envahit l’âme nambikwara. Le visiteur qui, pour la première fois, campe dans la brousse avec les Indiens, se sent pris d’angoisse et de pitié devant le spectacle de cette humanité si totalement démunie ; écrasée, semble-t-il, contre le sol d’une terre hostile par quelque implacable cataclysme ; nue, grelottante auprès des feux vacillants. Il circule à tâtons parmi les broussailles, évitant de heurter une main, un bras, un torse, dont on devine les chauds reflets à la lueur des feux. Mais cette misère est animée de chuchotements et de rires. Les couples s’étreignent comme dans la nostalgie d’une unité perdue ; les caresses ne s’interrompent pas au passage de l’étranger. On devine chez tous une immense gentillesse, une profonde insouciance, une naïve et charmante satisfaction animale, et, rassemblant ces sentiments divers, quelque chose comme l’expression la plus émouvante et la plus véridique de la tendresse humaine. »
C. Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Plon, 1955, p. 345.

Visages peints de femmes Caduveo (détails), © C. Lévi-Strauss, Saudades do Brasil, Plon, p. 72-73.

Il y a une grande pudeur dans son expression de l’amour de l’humanité ou peut-être plus justement des humains, qui est peut-être la face cachée de sa misanthropie.

La misanthropie a pour objet l’espèce humaine et surtout le côté destructeur de nos civilisations, elle ne vise pas les individus.

On le ressent dans les photographies. Il a souvent saisi des moments de joie, de fraîcheur, de grâce qui sont touchants. On a l’impression qu’elles parlent immédiatement, bien que Lévi-Strauss pense qu’en réalité, chacun y met ce qu’il veut y voir. Il se méfie de l’usage qu’on fait de la photographie.

  • 4  Faria, Luiz de Castro, Um Outro Olhar. Diário da expedição à Serra do Norte. Rio de Janeiro, Ouro (...)

Il faut mentionner aussi son goût esthétique. Il y a quelques années est paru un ouvrage de photographies4 réalisées par Luiz de Castro Faria, un des accompagnateurs brésiliens de Lévi-Strauss lors de l’expédition de 1938 dans la Serra do Norte. Le livre présente, comme l’indique son titre, Un autre regard. En comparant les clichés, on a le sentiment que, photographiant la même scène, bien souvent Lévi-Strauss avait tendance à évacuer du champ – à la prise de vue ou en recadrant l’image publiée –, ce qui pouvait paraître laid, ce qui pouvait évoquer le monde contemporain et l’invasion, jusque dans la forêt amazonienne, des déchets du monde industriel. Ce n’est pas pour camoufler la réalité, qu’il connaissait parfai-tement, mais probablement par souci esthétique. Il avait envie que ses photographies soient belles et rendent ainsi hommage à leurs sujets.

Il s’est beaucoup intéressé à l’esthétique du corps, aux tatouages et aux peintures corporelles.

Il en fait l’inventaire, avec cet intérêt esthétique qui est toujours présent chez lui. La Voie des masques témoigne du même intérêt, bien qu’il s’agisse d’une analyse structurale. Lévi-Strauss est très sensible à la beauté des objets, il a un goût pour les décorations, pour les tatouages, les peintures, les masques, etc. Dans sa jeunesse, il aurait aimé, dit-il, faire de la mise en scène. Il a rapporté de ses missions des objets magnifiques que l’on peut voir au Musée du quai Branly. C’est une rencontre entre son goût personnel et la passion des Indiens pour l’esthétique – une esthétique baroque qui n’est pas la nôtre, qui se montre d’une recherche chatoyante, avec des coiffures et des manteaux de plumes, des sacs tressés, des peintures corporelles et beaucoup d’objets remarquables. Ce souci décoratif lui a paru primordial, plus essentiel peut-être que de savoir comment ils voyaient l’organisation et le fonc-tionnement du corps humain ou les dysfonctionnements de la maladie.

C’est aussi une manière de rendre hommage à ces peuples, d’obliger l’Occident à se rendre compte que ces gens qui vivent dans des univers dénués de toute technicité, que l’on tient pour arriérés, incultes, et même féroces et sanguinaires, ont en fait dans les usages corporels un raffinement qui n’a rien à envier à toutes nos parures.

A-t-il réussi à modifier ce statut du sauvage que l’on considère avec curiosité et dédain ?

Il a réussi dans les cercles intellectuels. En dehors d’eux, je ne pense pas qu’il ait touché un public assez nombreux pour peser sur les représentations populaires de notre époque, où l’on continue largement à considérer que les peuples qui ont des usages différents de ceux de notre monde occidental moderne sont des sauvages. De ce point de vue, nous partageons tous ce constat d’échec relatif puisque nous n’arrivons pas à faire entendre, même à nos gouvernants, ces vérités simples : que ces gens sont des personnes humaines au fonctionnement intellectuel et affectif identique au nôtre, qui méritent le respect autant que l’homme « civilisé », avec ses costumes, postures, cigares et grosses voitures.

  • 5  Il s’agit de l’émission Personnalités de notre temps, 1965 (réalisateur : Y. Butler). Claude Lévi- (...)
  • 6  Cf. également « Les trois humanismes » (1956), Anthropologie structurale deux, Plon, 1973, p. 319, (...)

On l’a parfois accusé d’antihumanisme. Une interview à la télévision suisse TSR5 donne un bon aperçu de l’ambivalence apparente qui a pu lui valoir ces critiques. Parlant de l’ethnologie, il déclare en substance : « Si ce n’était pas offenser la dignité de l’homme, je comparerais volontiers nos études dans ce domaine à celles du spécialiste des mollusques ou des coquillages. Dans le coquillage, il y a deux choses, un animal informe et gluant qui secrète un objet admirable par ses proportions mathématiques, sa dureté, sa stabilité, ses couleurs, et qui est la coquille elle-même. Les institutions humaines, les croyances, les rites sont bien plus fugaces que la coquille du mollusque, mais ils ont néanmoins une rigueur comparable. L’ethnologue, à la différence peut-être du psychologue ou du sociologue, s’intéresse moins à la limace et davantage au coquillage. » Ces propos pourraient prêter le flanc aux accusations d’anti-humanisme, mais Lévi-Strauss ajoute aussitôt une définition de l’anthropologie qui en fait la continuation du grand élan de l’humanisme occidental, chargée de compléter le tableau de la totalité de l’expérience humaine dans l’espace et dans le temps. « C’est à la Renaissance, dit-il, que les hommes ont appris pour la première fois à réfléchir sur l’homme à partir de l’expérience de sociétés très différentes à la fois dans le temps et dans l’espace. Les seules sociétés connues furent d’abord celles de l’antiquité classique. Peu à peu l’horizon s’est élargi jusqu’à comprendre l’Inde, la Chine, et l’ethnographie ne fait que pousser jusqu’à son dernier stade cette intégration de la totalité de l’expérience humaine à la réflexion humaniste ». Lévi-Strauss relie l’exploration du passé par l’histoire et l’exploration contemporaine de la diversité humaine par l’anthropologie en une entreprise humaniste commune6. D’un côté, donc, l’anthropologue-entomologiste, de l’autre l’humaniste : s’agit-il de deux attitudes contradictoires ?

Elles ne sont pas contradictoires. Lévi-Strauss a été très sensible à certaines critiques qu’il récuse en disant que la plupart de ceux qui le critiquent l’ont mal lu. Et il est vrai que dans une œuvre aussi riche, il est inévitable que les points de vue et les formulations évoluent, qu’il y ait des discordances entre les textes de jeunesse et de la maturité. On lui a reproché d’être abstrait, anti-humaniste, d’avoir une vision totalement découplée du réel et de ne garder que la structure des choses. On a retourné le structuralisme contre lui pour en faire une accusation. Il s’est défendu en expliquant qu’il s’agissait d’un instrument, une procédure pour mieux comprendre le monde. Il a utilisé des métaphores, comme celle du microscope. Il y a différentes méthodes, différents niveaux pour appréhender le réel. L’eau, par exemple : on peut la voir comme une goutte qui tombe d’un robinet. Mais si on la regarde au microscope, on peut descendre jusqu’au niveau de la structure moléculaire – c’est cela, le travail du scientifique. C’est toujours de l’eau, mais on ne la voit plus du tout de la même façon. La métaphore sert simplement à faire comprendre qu’il peut y avoir différents niveaux de regard.

« L’ensemble des coutumes d’un peuple est toujours marqué par un style ; elles forment des systèmes. Je suis persuadé que ces systèmes n’existent pas en nombre illimité, et que les sociétés humaines comme les individus – dans leurs jeux, leurs rêves ou leurs délires – ne créent jamais de façon absolue, mais se bornent à choisir certaines combinaisons dans un répertoire idéal qu’il serait possible de reconstituer. En faisant l’inventaire de toutes les coutumes observées, de toutes celles imaginées dans les mythes, celles aussi évoquées dans les jeux des enfants et des adultes, les rêves des individus sains ou malades et les conduites psychopathologiques, on parviendrait à dresser une sorte de tableau périodique comme celui des éléments chimiques, où toutes les coutumes réelles ou simplement possibles apparaîtraient groupées en familles, et où nous n’aurions plus qu’à reconnaître celles que les sociétés ont effectivement adoptées. »
C. Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Plon, 1955, p. 205.

  • 7  Voir annexes.

1De la même manière, le mollusque et son coquillage ont un rôle métaphorique. Le mollusque produit sa coquille et ce faisant, crée un objet fascinant par ses propriétés mathématiques et physiques. Dans une espèce donnée, on relève des constantes remarquables. Lévi-Strauss veut montrer que dans les sciences humaines, on peut aussi trouver des constantes – des lois ou des invariants – qui nous permettent de faire des comparaisons comme entre les coquilles de différents mollusques – escargot ou huître – et de mieux connaître les mécanismes de fabrication propres à ces mollusques qui se trouvent à l’intérieur de la coquille. Il veut montrer que la structure est déjà dans les choses apparemment informes et aléatoires de la diversité individuelle (toutes les huîtres sont semblables dans leur organisation corporelle mais aucune n’est semblable à une autre). Pour lui, l’ethnologie peut se comparer au travail de Mendeleïev : on peut comprendre la totalité des cultures humaines comme ayant une place précise dans un classement systématique, une sorte de tableau périodique des éléments culturels7. À long terme et avec beaucoup d’ambition, on peut espérer parvenir à comprendre les sociétés – les formes et structures de nos coquilles – et les classer dans un tableau progressif, à la manière de Mendeleïev ou de la physique actuelle dont la cohérence requiert l’existence du boson de Higgs, même si on ne l’a jamais observé.

F. Héritier, 4 mai 2006.

L’entreprise est plausible à la condition d’admettre que certaines possibilités logiques n’ont jamais été réalisées et ne peuvent pas l’être (au moins dans l’état actuel de l’évolution de l’humanité, ce qui n’est pas préjuger de l’avenir), parce qu’elles contreviendraient à des contraintes fondamentales qui sont de l’ordre des paramètres conceptuels initiaux dont l’humanité s’est dotée. À mes yeux, la valence différentielle des sexes représente le paramètre central, structurant. Tout un ensemble de possibilités dans le domaine de la parenté, des terminologies, de la résidence, de la filiation et de l’alliance, de l’organisation sociale et du jeu du pouvoir, qui sont des formules logiquement possibles, sont néanmoins irréalisables à cet instant de notre histoire parce qu’elles impliqueraient une manière de supériorité du genre féminin sur le genre masculin, ce qui irait à l’encontre de la valence différentielle des sexes. Dans notre tableau de Mendeleïev, certaines cases resteraient donc vides, sans doute encore pour longtemps.

La métaphore du mollusque et de la coquille secrétée ouvre sur une autre piste extrêmement féconde qui oblige à associer structuralisme et humanisme et non à les dissocier. Il apparaît en effet que le jeu individuel (de tel mollusque, de telle personne), pour évident qu’il soit, se coule dans les structures auxquelles il croit échapper.

Sur la question du naturalisme et du rapport nature-culture, la pensée de Lévi-Strauss a varié au cours de son œuvre. Les débats sur ce point ont évolué notamment avec les apports de l’éthologie.

Oui. On ne voit plus vraiment la nécessité d’établir des lignes de rupture, de définir un point de césure. Pour Lévi-Strauss, c’était fondamental parce qu’il faisait de la prohibition de l’inceste ce point nodal où tout d’un coup, l’homme entre dans la culture par la nécessité du sens. Il a ressenti le besoin de justifier la distinction entre un avant et un après par ce passage obligé, ce seuil à franchir. Je crois qu’il s’est rendu compte lui-même qu’en réalité la frontière n’était pas aussi nettement marquée et je ne suis pas sûre qu’il tiendrait aujourd’hui le même discours qu’à l’époque où il écrivait Les Structures élémentaires de la parenté, c’est-à-dire avant-guerre. Pour ma part, ces questions ne sont pas au centre de mes préoccupations, mais j’ai tendance à penser qu’il n’y a pas entre nature et culture une barrière aussi nette, manifeste exclusivement dans la prohibition de l’inceste. Il s’agit peut-être plutôt d’une sorte de zone tampon, ou d’un passage assez sinueux et complexe. En outre, c’est probablement un passage progressif, dont il est difficile de retracer une chronologie précise.

L’éthologie nous montre de plus en plus de sociétés animales capables d’acquisition de techniques, d’apprentissage, de transmission aux générations suivantes, et même capables d’anticipation. Des affects qu’on croyait proprement humains peuvent être repérés dans des espèces animales, comme un certain sens de l’équité ou un calcul des bénéfices comparés de l’égoïsme et de l’altruisme. Tout cela fait vaciller la notion d’une frontière nette entre nature et culture.

Mais il est vrai qu’il y a un avant et un après. Avant, les gens vivaient en petites communautés où se nouaient des rapports sexuels, avec vraisemblablement un mâle dominant qui se réservait l’accès aux partenaires féminins avant d’être renversé par d’autres ou avant que se nouent à son insu des relations clandestines, etc. Cet avant, ce n’était pas du social lévi-straussien, ou plus exactement, c’était un autre type de social. Je pense que la valence différentielle des sexes était déjà présente, parce qu’elle est le produit d’une réflexion que font les humains des deux sexes, à partir de l’observation d’un certain nombre de caractéristiques biophysiologiques constantes qu’ils connaissent (la chaleur du corps, le sang qui se présente sous différentes formes, qui ne sort pas de la même manière du corps des femmes et du corps des hommes, le fait que ce sont toujours les femmes qui enfantent et qu’elles mettent au monde les enfants des deux sexes). Le questionnement sur la différence sexuée ne peut pas être daté avec précision. Cependant, la valence différentielle des sexes préexistait à, ou du moins coexistait avec, la prohibition de l’inceste. Ce sont d’autres nécessités que la création du lien social qui ont fait apparaître la prohibition de l’inceste, dont l’émergence a été facilitée par l’existence de la valence différentielle des sexes et par le fait que les humains se sont abstenus de se reproduire au sein de leur groupe et ont pris des conjointes dans d’autres groupes. Dès lors, le passage de la nature à la culture se dilue, tant dans ses manifestations et ses causes que dans le temps et dans l’espace et il est vain d’essayer de le situer.

Pensez-vous que Lévi-Strauss avait l’impression de faire un voyage dans le temps en voyageant dans l’espace ?

Je ne pense pas qu’il ait voulu faire œuvre d’historien. Il fait un travail intemporel, c’est-à-dire qu’il ne cherche pas du tout à dater. Comment aurions-nous la prétention de dater des faits qui sont des faits mentaux ? Nous faisons des hypothèses, vraisemblables, qui peuvent s’accommoder de la réalité que nous connaissons et du passé que nous découvrons, mais ce n’est rien de plus qu’un scénario. Lévi-Strauss dégage la logique d’une évolution qui prend place dans une histoire qu’il ne cherche pas à situer chronologiquement. Mais le regard esquivé sur le rapport entre les sexes l’a certainement induit à percevoir la prohibition de l’inceste comme un fait social isolé, qui semblait s’imposer comme le lieu du passage d’un statut d’obscurité quasiment animal au statut éclairé du social réglé par la loi. S’il s’était penché sur les autres aspects de cette réflexion des hommes sur leur univers biologique, sur leur corps etc., peut-être n’aurait-il pas postulé de cette façon qu’il y avait entre nature et culture une ligne de démarcation nette et due à une seule cause.

Quelle est la place du corps chez Lévi-Strauss ?

Lévi-Strauss est un ethnologue d’une culture encyclopédique. Si dans les mythes apparaît un papillon, un lémurien, un animal ou une plante quelconques, il sait tout de ce que disent les Indiens sur ce papillon, cet animal, cette plante etc., mais il sait tout également de ce qu’en disent les botanistes et les zoologistes. Il est donc capable d’utiliser cette connaissance intime pour comprendre comment les Indiens ont pu, par un travail de réflexion sur les couleurs des papillons ou les capacités de la langue du tamanoir, etc., créer leur univers mythique. Il fait un lien entre la connaissance scientifique et ces connaissances locales rapportées par les ethnosciences qu’il connaît très bien, et qui portent sur des corps, végétaux ou animaux. Il s’intéresse aux corps surtout dans la mesure où il y a une représentation mentale des caractéristiques de ces corps, qui fait partie de l’univers des Indiens. Cette représentation mentale leur permet d’établir des catégories abstraites qui servent d’armature conceptuelle aux mythes. C’est un cheminement très complexe. Mais l’anthropologie du corps n’était pas en elle-même son objet, comme c’est devenu le mien dans mon enseignement.

Quelle importance Lévi-Strauss donnait-il à la structure du cerveau ?

On ne savait pas grand-chose du fonctionnement cérébral à l’époque où Lévi-Strauss écrivait ses grandes œuvres. C’était le début des ordinateurs et du modèle informatique du cerveau. Il a écrit que le cerveau humain procède comme un ordinateur, sur un mode d’encodage binaire, et considérait que cette structure fondamentale du fonctionnement du cerveau, qui nous était donnée en partage dès la naissance, influait sur la création de catégories dualistes. Il y voyait une capacité universellement partagée par toute l’humanité. Pour ma part, j’accorde ce rôle à l’observation par les humains de certaines caractéristiques naturelles comme le fait qu’il y a deux sexes seulement.

2On pensait à l’époque que l’enfant naissait avec la totalité de son organisation synaptique. On sait maintenant que nous fabriquons des synapses toute notre vie, ce qui permet par exemple au cerveau de récupérer même après des lésions graves. On sait aussi que les apprentissages précoces permettent de créer des circuits qui se consolident par l’habitude. Il est donc légitime de penser que ces opinions courantes selon lesquelles, par exemple, les hommes seraient plus doués pour les mathématiques et les femmes pour la littérature dépendent beaucoup de l’apprentissage et de ses effets sur l’organisation du cerveau. Si les enfants partageaient le même type d’éducation, il est probable que ces inégalités s’estomperaient. L’enfance est en effet une période déterminante pour le développement cérébral. C’est une chose qu’on ignorait à l’époque où Lévi-Strauss s’est référé à une organisation cérébrale constante et donnée dès la naissance.

C. Lévi-Strauss et F. Héritier, 6 novembre 1991 (en arrière-plan, B. Frank).

Pour conclure, que vous inspire le destin singulier de cet homme qui a donné à l’anthropologie une dimension nouvelle ? Un jeune homme de formation classique, enseignant deux ans au lycée et qui brutalement se trouve projeté dans un monde inconnu qu’il s’est mis à explorer avec passion ?

Lévi-Strauss a eu sa part des malheurs du siècle – la guerre, le départ forcé aux États-Unis, la persécution des Juifs, etc. C’est aussi un homme qui a eu une chance exceptionnelle et qui a su en tirer un parti exemplaire : il a eu la chance d’être formé pour un métier – il a été un très bon professeur – et il a saisi l’opportunité qui lui était offerte de partir au Brésil. En changeant radicalement de vie et de perspective tout en restant fidèle à sa vocation intellectuelle de départ très philosophique, il a su, non pas créer une discipline – elle existait avant lui – mais lui donner une solidité, une réalité, une vérité qu’elle n’avait pas avant lui, bien qu’il y ait eu de grands anthropologues en France et en Europe. Lévi-Strauss a réussi une vie intellectuelle magnifique et il a su théoriser une discipline et lui donner ses lettres de noblesse.

J’ai dit qu’il avait eu de la chance : il a eu de la chance et du courage. Avec sa belle intelligence, il a su construire, avec ces ingrédients, un destin exceptionnel.

Haut de page

Notes

1  Question de parenté, L’Homme, n° 154-155, 2000.

2  Concept que j’ai mis sur le marché.

3  Voir annexes.

4  Faria, Luiz de Castro, Um Outro Olhar. Diário da expedição à Serra do Norte. Rio de Janeiro, Ouro Sobre Azul, 2001 (Édition anglaise : Another Look. A Diary of the Serra do Norte Expedition).

5  Il s’agit de l’émission Personnalités de notre temps, 1965 (réalisateur : Y. Butler). Claude Lévi-Strauss répond à H. Stierlin. © Archives TSR.

6  Cf. également « Les trois humanismes » (1956), Anthropologie structurale deux, Plon, 1973, p. 319, et la conclusion de la leçon inaugurale au Collège de France (1960), op. cit., p. 44 et pp. 56-57 du présent numéro.

7  Voir annexes.

Haut de page

Table des illustrations

Légende F. Héritier et C. Lévi-Strauss, Collège de France, 29 mars 2001, lors de la leçon inaugurale de Ph. Descola.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Un abri précaire chez les Nambikwara, © C. Lévi-Strauss, Saudades do Brasil, Plon, p. 122.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/212/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Visages peints de femmes Caduveo (détails), © C. Lévi-Strauss, Saudades do Brasil, Plon, p. 72-73.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/212/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende F. Héritier, 4 mai 2006.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/212/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende C. Lévi-Strauss et F. Héritier, 6 novembre 1991 (en arrière-plan, B. Frank).
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/212/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, hors série no 2 : Claude Lévi-Strauss, centième anniversaire, Collège de France, Paris, novembre 2008, p. 9-15. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Françoise Héritier et Marc Kirsch, « Claude Lévi-Strauss vu par Françoise Héritier », La lettre du Collège de France [En ligne], Hors-série 2 | 2008, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/212

Haut de page

Auteurs

Françoise Héritier

Françoise Héritier, professeur honoraire au Collège de France, a été titulaire de la chaire d’Étude comparée des sociétés africaines de 1982 à 1998.

Marc Kirsch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page