Navigation – Plan du site
Chaires

Rencontres avec Anatole Abragam

Grenoble, Fontenay, Amsterdam, Paris…
Jean-Claude Pecker

Texte intégral

Professeur honoraire au Collège de France, chaire d’Astrophysique théorique (1964-1988)

1Quelques vieux souvenirs…

21942, 1943… C’est la guerre et l’occupation. à Grenoble, à l’Institut Fourier, René Fortrat enseigne la physique, le doyen René Gosse les mathématiques, comme le nouveau venu Marcel Brelot, chantre du bourbakisme. Nombreux sont les étudiants plus ou moins “réfugiés” qui se mêlent aux grenoblois. Des jeunes venus des beaux quartiers de la capitale, pour la plupart. Et trois ou quatre normaliens à qui le Maréchal n’a pas voulu accorder le droit d’entrer rue d’Ulm… Il y a aussi un homme jeune, mais qui se mêle peu à tous ces jeunes gens. Il descend parfois des montagnes, et porte un étrange couvre-chef… Nous l’appelons, sans le connaître, “l’homme à la casquette norvégienne”. D'ailleurs, il suit certes quelques cours, en amateur ; mais il est clair qu'il en connaît bien plus que nous. Certes, il fréquente un peu les cours les plus ardus, mais on le trouve plus souvent dans le laboratoire d’un autre exilé, de Strasbourg celui-là, Louis Néel, qui accueille dans son laboratoire voué au magnétisme, des physiciens de classe, tels Erwin Lewy-Bertaut, ou Louis Weil, tous deux clandestins… Je bavarde avec l’homme à la casquette norvégienne ; nous échangeons nos enthousiasmes naissants pour l’encore jeune physique quantique… Il me fait lire Eugène Bloch ; je lui passe le petit volume de Gaston Julia. Nous finissons par devenir amis, Anatole Abragam et moi…

3Mais la peur atteint bientôt Grenoble, et fin 1943, c'est le STO pour nombre d’entre nous, l’angoisse pour tous. Et on ne peut non plus rester passif… Abragam prend le maquis avec les FTP, tandis que je retourne à Paris comme ouvrier tourneur, avec une identité toute fraîche. Et le temps passe…

4La paix revenue, je m’oriente vers l’astrophysique… Lui s’orientait vers la physique atomique et le CIA. Mais nous nous étions tout à fait perdus de vue, jusqu’à ce que…. Vous verrez !

5En 1948, je passe six mois à Copenhague, à l’Observatoire, avec Bengt Strömgren. à la même période, Claude Bloch, dont j’avais entendu parler comme un esprit exceptionnellement brillant, passait lui aussi quelques mois à Copenhague, dans le fameux laboratoire de Niels Bohr. Logés tous deux, Claude et moi, à la célèbre pension Hase, nous avons très vite éprouvé l’un pour l’autre une grande sympathie. En déambulant sur le Nyhavn, à la recherche d’un fiskmarket, Claude me faisait partager son admiration pour la physique nucléaire nouvelle, au point de me convaincre d’en faire mon sujet de seconde thèse, – les moments nucléaires.

6De retour à Paris, Claude et moi sommes restés bons amis. Et, bien entendu, j’allais souvent lui rendre visite dans les petits laboratoires du CEA, au Fort de Châtillon à Fontenay-aux-Roses. Là, de jeunes chercheurs travaillaient à l’élaboration de ce que devint plus tard,
en 1952, le Centre de Saclay. Ils étaient quatre : on les appelait donc les Trois Mousquetaires. C'étaient Claude Bloch, Jules Horowitz, Michel Trocheris, et… Anatole Abragam. L’amitié est contagieuse… Tous devinrent mes amis ! Et je leur refis souvent de nouvelles visites, d’autant que Georges Vendryès, pour de mystérieuses raisons, m’avait fait nommer conseiller scientifique du CEA…

7En 1950, mon intérêt pour les moments nucléaires suggéra à Alfred Kastler de m’envoyer au fameux colloque de physique atomique d’Amsterdam. Une réunion prestigieuse de grands bonshommes, Townes, Bardeen, Kusch, Lamb, Weinberg… J’y trouvai encore Abragam, et sa façon sérieuse et souriante à la fois d’aborder les problèmes du magnétisme nucléaire. André Danjon, nouveau directeur de l’Observatoire de Paris, avait financé mon voyage, afin que j’apprenne de Polycarp Kusch les secrets de l’horloge à résonance de césium. Incidemment, notons que le temps atomique, issu des recherches alors poursuivies à l’Observatoire de Paris, se note internationalement TA, en français et non AT, puisque défini par Bernard Guinot qui dirigea le Bureau International de l’Heure.

8Et bien entendu, j’ai continué avec Anatole Abragam nos relations amicales. Je dînais parfois à sa table… et j’en garde un souvenir très ému, auquel j’associe celui de la première Madame Abragam.

9Puis vint le temps du Collège de France. élu quelques années après lui, il aurait pu faire campagne pour moi… Il ne l’a pas fait, car cette année-là (1963), trois propositions concurrentes de chaires s’offraient aux suffrages : une de physique théorique, que soutint naturellement Abragam, une de biologie, une d’astrophysique, la mienne… Et bien entendu, Abragam prit le parti de la physique… Peut-être d’ailleurs avait-il aussi un enthousiasme très modéré pour mes propres domaines de recherche… Mais dès mon élection, nous sommes restés bons amis, et ce furent encore de chaleureuses soirées chez lui, rue Croulebarbe…

10Et puis, les dernières années, celles de la retraite, nous avons partagé le même bureau dans l’annexe du Collège de France sise rue d'Ulm. Il n’y vint malheureusement que très rarement. Suffisamment cependant pour que notre amitié s’y conforte…

11Je garderai d’Abragam le souvenir d’un homme sincère, souvent ironique, parfois jusqu’à la sévérité, d’un physicien à l’intuition féconde, et d’un ancien ami très regretté.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Professeur honoraire au Collège de France, chaire d’Astrophysique théorique (1964-1988)
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2096/img-1.png
Fichier image/png, 20M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Pecker, « Rencontres avec Anatole Abragam », La lettre du Collège de France [En ligne], 40 | août 2015, mis en ligne le 03 septembre 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2096

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Pecker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page