Navigation – Plan du site
Chaires

Hommage à Anatole Abragam à l’occasion du centenaire de sa naissance

Texte intégral

1Un symposium d’une journée s’est tenu le 28 novembre 2014 au Collège de France, à la mémoire d’Anatole Abragam, disparu en 2011, qui fut professeur dans notre institution de 1960 à 1985. Ce fut l’occasion pour ses collègues, élèves et collaborateurs de rappeler le souvenir d’une personnalité forte et attachante et celle d’un grand scientifique qui a joué un rôle éminent dans le renouveau et le développement de la science française après la seconde guerre mondiale et durant les trente glorieuses. Les dernières avancées de la résonance magnétique nucléaire (RMN), le domaine de recherche de prédilection d’Anatole Abragam, ont également été présentées au cours de cette journée, à laquelle Nina, son épouse et Julia, sa belle-fille, ont assisté.

2Serge Haroche, administrateur du Collège de France, a introduit le symposium en évoquant le souvenir de l’homme et du physicien, reprenant largement les termes de l’hommage qui a été publié dans la Lettre n° 33. Se sont ensuite succédé dans la matinée les communications d’André Miquel, administrateur honoraire du Collège de France, de Maurice Goldman et Ionel Solomon, membres de l’Académie des sciences, qui ont été les proches collaborateurs d’Abragam au CEA, d’édouard Brézin qui fut président de l’Académie des sciences et a rappelé l’attachement d’Anatole Abragam à cette institution et d’André Syrota, ancien président de l’INSERM qui a rappelé l’importance d’Abragam dans l’essor de la RMN en France. Dans l’après-midi, Kurt Wüthrich de l’ETH à Zurich et Daniel Kleppner du MIT (états-Unis) ont témoigné de la renommée d’Anatole Abragam à l’étranger et Jean-Marie Lehn, professeur honoraire au Collège de France a insisté sur l’importance de la RMN comme outil d’investigation de la dynamique moléculaire. La journée s’est conclue par d’autres interventions plus personnelles. Robert Dautrey, qui fut Haut Commissaire au Commissariat à l’énergie atomique, qui a connu Abragam au CEA dès les années 1950 et qui avait auparavant vécu, comme Abragam, l’expérience douloureuse de la clandestinité pendant la guerre, a évoqué ses souvenirs ; Claude Cohen-Tannoudji, professeur honoraire au Collège de France, pour qui Abragam fut un maître avant de devenir dans notre institution un collègue très proche, a dit ce que l’homme et le scientifique avaient représenté pour lui. Jean-Claude Pecker, professeur honoraire au Collège de France, a refermé cet hommage en racontant comment le hasard lui avait fait rencontrer le jeune Anatole Abragam, bien avant que leurs chemins ne se recroisent au Collège de France. Nous publions ici le texte émouvant de cette dernière intervention.

– Le programme et les interventions sont consultables en ligne à la page du Professeur. Le colloque a reçu le soutien de la Fondation Hugot du Collège de France.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Hommage à Anatole Abragam à l’occasion du centenaire de sa naissance », La lettre du Collège de France [En ligne], 40 | août 2015, mis en ligne le 03 septembre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2095

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page