Navigation – Plan du site
Chaires

La fabrique de la peinture

Claudine Tiercelin
p. 30-31

Texte intégral

1Dans le cadre des activités de la chaire de métaphysique et de philosophie de la connaissance, consacrées cette année à “la connaissance pratique”, s’est tenu les 30 et 31 octobre 2014 un colloque international sur “La fabrique de la peinture”.

2À l’invitation de Claudine Tiercelin, assistée des artistes Thomas Lévy-Lasne et Marc Molk, quatorze peintres, dont le choix fut guidé par le souci de représenter au mieux la diversité des pratiques, des esthétiques, mais aussi des arrières et des nationalités, ont témoigné devant le public du Collège de France de leur travail, de ses étapes mais plus encore, du type de savoir pratique que suppose l’acte de peindre. Se sont ainsi exprimés Jules de Balincourt, Hernan Bas, Amélie Bertrand, Glenn Brown, Damien Cadio, Gregory Forstner, Jeff Koons, Thomas Lévy-Lasne, Marc Molk, Anne Neukamp, Eva Nielsen, Chéri Samba, Ida Tursic et Wilfried Mille.

3L’objectif intellectuel du colloque était assez différent de celui qui peut animer philosophes, historiens, critiques ou sociologues de l’art : interroger moins les tableaux achevés, comme le font à merveille ces disciplines, que le processus même et, plus encore, la nature du savoir mis en œuvre, en écoutant – chose trop rare – ce qu’ont à dire de leur pratique les artistes eux-mêmes.

4Vives sont en effet les discussions entourant le concept de “connaissance pratique”. En ce qu’il recourt à du “savoir faire” (capacités, aptitudes, talents), le savoir pratique (savoir faire du vélo, jouer au piano, peindre, maîtriser une langue) s’oppose-t-il, se distingue-t-il ou est-il réductible à du savoir “théorique”, qui repose plus sur des jugements s’exprimant de manière “propositionnelle” (je sais que 2 + 2 = 4, que l’eau est H20, qu’il fait beau aujourd’hui) ? Comme l’ont montré le cours et le séminaire, la question est tout sauf simple, surtout si l’on entend la connaissance comme une enquête, visant certes le vrai et la justification de croyances, mais ces dernières à leur tour, moins comme des états mentaux internes que comme des dispositions à agir, impliquant, en outre, de la part de celui qui cherche à connaître, certaines vertus épistémiques, voire certaines visées, et notamment la mise au jour de propriétés réelles du monde : propriétés physiques, certes, mais aussi mentales, et pourquoi pas esthétiques ?

5Tout travail philosophique se devant d’être à l’écoute des savoirs empiriques, le colloque s’était donné pour objectif d’explorer la pratique artistique, en privilégiant, plutôt que la musique ou d’autres arts plastiques (installations, performances), la pratique picturale, en raison de la complexité qui lui est propre. Peindre, c’est fabriquer un objet concret, le tableau, qui est là, hic et nunc, dans sa matérialité, avec des propriétés réelles – malgré le flou, voulu ou non, de ses contours – que ne sauraient épuiser, du fait de ce choc présentiel, “commentaires”, “discours”, mises en “contexte”, ni même la pure et simple “expérience” esthétique. La peinture, c’est aussi ce qui met en prise directe avec le processus de son exécution autant qu’avec celui qui la fabrique, comme y insistait Etienne Gilson dans Peinture et Réalité.

6Cette enquête, sur le vif, de la pratique picturale, aura permis de mieux cerner les liens entre aspects pratiques et théoriques (conceptuels et symboliques, certes, mais aussi indexicaux, et iconiques) de la connaissance pratique (le traitement de l’image fut souvent au cœur des exposés). On a pu tester l’hypothèse suivante : si savoir “que...”, c’est presque toujours, quel que soit le niveau d’abstraction, savoir “comment...”, la formule vaut, dans certaines conditions, en sens inverse ; mesurer aussi la place que jouent les qualités ou vertus intellectuelles, voire, dans certains cas, les visées (esthétiques et métaphysiques, comme la “connexion à l’universel”), qu’engage, pour la plupart des peintres, leur pratique.

7Outre les objectifs intellectuels, ce colloque avait une autre ambition : faire connaître, dans l’enceinte du Collège de France, répondant ainsi à sa vocation, l’état le plus avancé de la réflexion que mènent sur leur pratique des peintres contemporains de tous pays, pour certains mondialement reconnus, pour d’autres moins, parce qu’ils sont souvent plus jeunes, mais dont le talent est déjà confirmé ; donner accès aux secrets bien gardés de l’atelier ou de la fabrique ; permettre de mieux comprendre ce qui se passe, pour de vrai, dans cette aventure fantastique mais aussi contrôlée et réglée que constitue la fabrique de la peinture. Le public nourri qui a assisté, les deux journées durant, aux divers exposés, n’aura pas été la moindre des récompenses.

Ce colloque a bénéficié du soutien de la Fondation Hugot du Collège de France. La modération des interventions a été assurée par le Professeur Claudine Tiercelin avec l’assistance de Thomas Lévy-Lasne et de Marc Molk, directeurs scientifiques du colloque.

Ouverture du colloque
Claudine Tiercelin
Connecting to the Universal
Jeff Koons
L’image efficace
Anne Neukamp
La raison sentimentale
Marc Molk
L’image fantôme :
atlas, sujet, résistances
Damien Cadio
Touriste accidentel
Jules de Balincourt
Surimpression
Eva Nielsen
How To Make a Painting
Jake & Dinos Chapman
Bright Shadows:
Between Pop and Occultism
Hernan Bas
L’enfant qui ne fait pas mieux
que son père a échoué
Chéri Samba
Le grand jeu : peinture de la réalité, réalité de la peinture
Thomas Lévy-Lasne
Contamination
Ida Tursic & Wilfried Mille
De la haute mer au midi brûlant
Gregory Forstner
Influences and Transformation
Glenn Brown
Fusionner les calques invisibles
de la peinture à l’huile
Amélie Bertrand

Retrouvez les vidéos du colloquesur le site www.college-de-france.fr, à la page du Professeur

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2093/img-1.png
Fichier image/png, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Tiercelin, « La fabrique de la peinture », La lettre du Collège de France [En ligne], 40 | août 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2093

Haut de page

Auteur

Claudine Tiercelin

Métaphysique et philosophie de la connaissance

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page