Navigation – Plan du site
Chaires annuelles

Façonner l’imaginaire

De la création numérique 3D aux mondes virtuels animés
Marie-Paule Cani
p. 10

Texte intégral

De l’imaginaire à un modèle 3D

© Estelle Charleroy, Grenoble INP

1Le numérique est un espace qui nous est purement réservé : l’être humain y règne en maître, créant les contenus ou orchestrant leur génération à partir de données ou d’algorithmes. Mais il est parfois frustrant de ne créer que de l’immatériel – que l’on peut difficilement voir et encore moins toucher... C’est sans doute pour cela que la création numérique 3D fait tant rêver.

2Elle permet d’ébaucher des formes en quelques gestes, puis de les observer sous tous les angles et de les manipuler virtuellement. Elle ouvre la voie vers la fabrication automatique de prototypes physiques à partir de ces formes – par exemple via l’impression 3D, nous offrant ainsi la faculté unique de matérialiser l’immatériel. Enfin, elle permet de donner vie à d’autres mondes – des mondes virtuels peuplés et animés – puis de les explorer en s’y immergeant de tous nos sens grâce à la réalité virtuelle.

3Tout en étant capables, dans une certaine mesure, de reconstruire ou d’imiter le monde réel, les contenus 3D constituent aussi un moyen privilégié pour exprimer notre imaginaire. Au-delà d’une dimension ludique et artistique qui s’exprime largement au travers des jeux vidéo, du cinéma et de l’art numérique, la création graphique 3D offre ainsi un outil formidable aux chercheurs et ingénieurs de tous domaines. Elle permet à l’ingénieur de créer virtuellement son objet d’étude puis de le tester pour l’améliorer avant même qu’il ne soit fabriqué dans le monde physique. Le scientifique (du biologiste à l’archéologue) pourra pour sa part exprimer ses hypothèses sous forme visuelle, puis explorer les contenus ainsi créés pour affiner sa compréhension de son objet d’étude.

4S’ils permettent de “voir” des formes et mouvements imaginés, ces supports de création sont bien plus qu’un simple moyen de communication : l’interaction avec un support visuel permet en effet au créateur de raffiner progressivement sa vision, bien mieux que ne le ferait une simple image mentale. Léonard de Vinci en avait eu l’intuition. Des recherches récentes en psychologie cognitive ont démontré que l’interaction visuelle avec une ébauche permet d’éveiller des parties de la mémoire ignorées par une description analytique, d’imaginer et d’explorer mentalement un espace de solutions possibles, permettant ainsi de compléter progressivement sa création.

5À quand remonte ce goût pour la création 3D ? De tout temps, l’être humain a cherché à maîtriser la création de formes et même de mouvements, qu’ils soient inspirés par le réel ou simplement imaginés. Contrairement au son que nous pouvons produire directement sans l’aide d’instruments, l’être humain ne dispose pas de moyens physiques pour exprimer et communiquer des formes tridimensionnelles : il a besoin d’un support et d’outils pour les représenter. Ce support a pu être le sable, le rocher ou l’argile, et les premiers outils ont probablement été les doigts ou un silex. Se sont développés le dessin et la peinture, qui ne peuvent représenter que des projections planes des formes, mais qui s’avèrent parfois précieux pour évoquer l’incertitude ou pour exprimer une action (pensons à la bande dessinée) ; et la sculpture, qui permet de représenter précisément des formes statiques en 3D mais ne sait évoquer le mouvement qu’à travers des situations de déséquilibre.

6Aujourd’hui, de plus en plus d’êtres humains disposent du média numérique et le manipulent plus quotidiennement qu’une boule de pâte à modeler, ou même, pour certains, qu’un papier et un crayon. L’outil numérique pourrait-il devenir à terme le média ultime, offrant à chacun cette capacité que nous recherchons depuis toujours, à savoir celle d’ébaucher en temps réel puis raffiner progressivement les formes et des mouvements que nous imaginons, grâce à cette interaction visuelle si propice à la création ?

7Comment mettre la création 3D à la portée de tous, permettant à tout un chacun de “façonner l’imaginaire”, au fur et à mesure qu’il lui vient en tête, et plus facilement qu’avec un papier et un crayon ? Une série de recherches récentes ouvrent la voie. Elles seront l’objet de cet enseignement.

– L’intégralité de la leçon inaugurale est consultable sur le site
www.college-de-france.fr, à la page de Marie-Paule Cani.

– Leçon inaugurale parue le 15 juin aux éditions Fayard.

– La chaire reçoit le soutien d'Inria.

Haut de page

Table des illustrations

Légende De l’imaginaire à un modèle 3D
Crédits © Estelle Charleroy, Grenoble INP
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2078/img-1.png
Fichier image/png, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Paule Cani, « Façonner l’imaginaire  », La lettre du Collège de France [En ligne], 40 | août 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2078

Haut de page

Auteur

Marie-Paule Cani

Professeure d’informatique à Grenoble-INP/Ensimag. Elle est responsable scientifique de l’équipe IMAGINE, une équipe commune à l’Inria et au laboratoire Jean Kuntzmann (CNRS, université Grenoble-Alpes).

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page