Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

Cancers, les premières approches

Extraits de la leçon inaugurale du 8 janvier 2015
Hugues de Thé
p. 6

Texte intégral

Corps nucléaires PML dans une cellule tumorale

1À l’opposé de la diversité des cancers humains sporadiques, le cancer expérimental offre la possibilité d’observations contrôlées et reproductibles des effets d’inducteurs de tumeurs, qu’ils soient physiques, chimiques ou biologiques.

2Cette approche a permis la constitution d’une théorie exogène du cancer. À la suite de la révolution pasteurienne qui recherche des bactéries ou des virus dans toutes les maladies, plusieurs chercheurs ont isolé, dans la première moitié du xxe siècle, des virus capables d’induire des cancers, parfois sur un mode quasi-épidémique. En 1950, Oberling pensait que tous les cancers étaient d’origine infectieuse. On sait aujourd’hui que seuls 15 à 20 % d’entre eux le sont, particulièrement dans les pays du sud. En 1911, Peyton Rous démontre la transmission quasi-immédiate d’une tumeur chez la poule par des extraits acellulaires, ayant des caractères de virus. Cinquante ans plus tard, il démontre que le Rous Sarcoma Virus (RSV) change profondément le comportement des cellules en culture : celles-ci deviennent arrondies et poussent indéfiniment, de manière désordonnée. Les anomalies des cellules cancéreuses (prolifération, immortalité, morphologie, métabolisme, différenciation) seront regroupées sous le terme de « transformation cellulaire ».

3Les dérivés du goudron sont fortement cancérigènes en application cutanée, expliquant ainsi le lien établi au xviiie siècle par Percival Scott, entre suie et cancers du scrotum chez les ramoneurs. Les moutardes azotées, dérivées de gaz de combat, sont de très puissants inducteurs de tumeurs, tout comme les rayons X. Rayonnements ionisants et carcinogènes chimiques sont clairement inducteurs de mutations génétiques. Ces relations étroites, quasi-consubstantielles, entre mutagènes et cancers, ont éclipsé un temps la piste virale.

4Antoine Lacassagne apporta une contribution majeure à l’établissement des protocoles de radiothérapie entre 1920 et 1930. Puis il se détacha de ses activités cliniques, estimant que les médecins manquaient de rigueur scientifique dans l’utilisation des radiations. Lacassagne s’intéressa ensuite aux facteurs endogènes capables de promouvoir le développement des cancers. Il démontra que l’injection de folliculine, un dérivé hormonal œstrogénique, provoque des cancers du sein, même chez les souris mâles. Cette observation constitue un réel changement de paradigme, car elle implique pour la première fois des facteurs internes à l’organisme, les hormones, et non pas les facteurs externes, que sont les rayons et des mutagènes. Il consacra la fin de sa vie à la recherche de l’antidote chimique capable de s’opposer aux effets des hormones. Aujourd’hui, un anti-œstrogène, le tamoxiphène, est utilisé pour la prévention des cancers du sein chez certaines femmes à hauts risques. L’itinéraire scientifique de Lacassagne, ce moine-soldat, pacifiste et scientifique visionnaire, préfigure l’évolution de la discipline.

5L’épidémiologie sera une des premières manières de quitter le cancer expérimental et de s’intéresser aux cancers humains, à travers la comparaison de leurs incidences respectives. Au-delà des tumeurs individuelles, l’épidémiologie considère le monde comme un ensemble dont il faut décrypter la variance, et connaîtra d’immenses succès à partir de 1950. L’incidence globale des cancers augmente très fortement avec l’âge. Pourtant, certains cancers gardent la même incidence durant toute la vie ou même présentent un pic de fréquence chez l’enfant. Sir Richard Doll démontra que la consommation de cigarettes précède de 30 ans l’apparition des cancers pulmonaires. Il établit aussi le bénéfice du sevrage tabagique, dans une célèbre étude d’épidémiologie interventionnelle.

6L’épidémiologie géographique révéla les liaisons dangereuses entre infections virales et certains cancers (foie, col de l’utérus, nasopharynx...). Plus qu’aucune autre approche, l’épidémiologie a contribué à la baisse de la mortalité à travers l’élimination des toxiques et la protection contre les virus.

7Néanmoins, partout dans le monde l’incidence globale des tumeurs augmente, alors que la mortalité diminue du fait du dépistage précoce et de meilleurs traitements. Cette augmentation est particulièrement nette pour certains types, sans que l’on en comprenne aujourd’hui les raisons. Le combat n’est jamais terminé.

– L’intégralité de la leçon inaugurale est consultable sur le site www.college-de-france.fr, à la page du Professeur.

– Leçon inaugurale parue le 15 juin aux éditions Fayard.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Corps nucléaires PML dans une cellule tumorale
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/2069/img-1.png
Fichier image/png, 784k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugues de Thé, « Cancers, les premières approches », La lettre du Collège de France [En ligne], 40 | août 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2069

Haut de page

Auteur

Hugues de Thé

Oncologie cellulaire et moléculaire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page