Navigation – Plan du site

Éditorial

Serge Haroche
p. 3-4

Texte intégral

1Je voudrais, dans mon dernier éditorial d’administrateur, évoquer le Collège de France du XXIe siècle, ses projets et les défis qu’il doit relever.

2Notre institution est formée de cercles concentriques. Le cercle extérieur du Collège de France est celui de ses auditeurs. C’est pour eux, pour tous ceux qui cherchent à se cultiver en dehors du cadre traditionnel de l’université, que l’institution a été créée il y a près de cinq siècles. Ces auditeurs sont aujourd’hui accueillis au cœur du quartier Latin dans un espace architectural rénové qui allie de façon élégante tradition et modernité. Les spécialistes y apprennent les derniers développements de leur domaine. Les autres, même s’ils ne comprennent pas en détail tout ce qui leur est enseigné, s’imprègnent de l’atmosphère du lieu, sont témoins de la façon dont la recherche progresse et en tirent l’impression exaltante de participer à l’aventure du progrès continu des connaissances. Ceux qui, travaillant dans la journée ou vivant loin de Paris, n’assistent pas directement au cours peuvent s’associer à cette aventure en consultant le site du Collège de France qui met en ligne la grande majorité de ses enseignements.

3Comme professeur et administrateur, j’ai ressenti la ferveur de ce public. J’ai été en contact direct avec celui qui assistait à mes cours et aussi avec celui qui emplit les amphithéâtres aux leçons inaugurales, aux colloques de rentrée et aux séminaires. à l’occasion des conférences que j’ai données en dehors de Paris, j’ai pu également constater que l’attachement aux valeurs défendues par le Collège de France se retrouve partout dans le monde. La curiosité pour la science, la passion pour la culture de tous les publics que j’ai rencontrés sont la justification profonde de l’existence de notre institution.

4Le second cercle du Collège de France, c’est celui de son personnel administratif et technique. Il organise l’accueil des auditeurs et la logistique des événements qui ponctuent la vie du Collège. Mais aussi - invisible du public - il assure le fonctionnement des chaires, des équipes de recherche, des bibliothèques et du site internet. Il gère aussi les finances et le patrimoine immobilier de l’institution. Il assure enfin les relations administratives du Collège de France avec l’état et ses liens avec les universités et les établissements de recherche qui sont nos partenaires. Au cours des trois dernières années, j’ai été témoin de l’attachement profond à l’institution de ce personnel, de son adhésion à l’esprit et aux valeurs du Collège de France. Son intérêt pour la vie des chaires, sa présence aux leçons inaugurales et aux colloques, jouent un rôle essentiel pour assurer la cohésion de l’institution. Par delà la succession des chaires rythmée par les départs à la retraite et l’arrivée des nouveaux professeurs, le personnel permanent contribue à perpétuer l’esprit du Collège de France. Sans cette cohésion et cette mémoire, je n’aurais pas pu diriger notre institution ni la représenter de façon convaincante.

5Le troisième cercle du Collège, c’est celui de ses chercheurs et enseignants-chercheurs. étudiants en thèse, visiteurs post-doctorants ou chercheurs seniors, ils et elles font, dans les laboratoires et dans les bibliothèques, une grande part des travaux que les professeurs enseignent dans leurs cours. La recherche est largement une entreprise de transmission des savoirs et de dialogue entre générations. Les professeurs du Collège de France, nommés lorsqu’ils ont atteint un haut degré de notoriété et de reconnaissance, doivent s’entourer de collègues plus jeunes qu’ils forment et avec lesquels ils travaillent. Pendant longtemps, la majorité de ces équipes était, faute de place ou de laboratoires adéquats, délocalisée dans d’autres établissements. à la faveur des grands travaux de rénovation de nos locaux, un nombre croissant de ces chercheurs est à présent hébergé sur les sites qui appartiennent à notre institution, place Marcellin Berthelot, rues d’Ulm et du Cardinal Lemoine.

6J’en viens maintenant au dernier cercle, celui des professeurs, noyau central du Collège fondé au XIXe siècle autour de quelques Lecteurs Royaux chargés d’enseigner à tous des matières non reconnues ou négligées par l’université.
La tradition ainsi que les statuts et règlements qui l’ont perpétuée, donnent aux professeurs le pouvoir collégial de se coopter et d’administrer l’institution, toutes les décisions étant finalement prises par leur assemblée réunie trois fois par an. Cette tradition, instituant une concentration de pouvoirs basée sur la seule qualité académique, est exceptionnelle dans le monde universitaire français et même mondial. Elle a permis au Collège de traverser les siècles et les régimes politiques en maintenant un haut niveau d’excellence. Ce système, comme toute organisation humaine, est fragile et son succès tient à une alchimie subtile. Le choix des thèmes des chaires à créer et la qualité des recrutements de professeurs sont essentiels pour assurer l’excellence de l’institution. Le corps des professeurs, restreint à une cinquantaine de personnes, doit être suffisamment divers pour qu’un spectre large de disciplines y soit représenté, afin qu’il soit sensible à toutes les évolutions de la science et de la culture. Il doit également régner entre les professeurs des diverses disciplines un climat de confiance, de sorte que les spécialistes d’un domaine puissent convaincre leurs collègues des autres disciplines de la qualité du recrutement qu’ils proposent. Il faut enfin que les professeurs restent en contact étroit avec le monde académique extérieur, français et international, pour s’entourer des conseils de leurs collègues avant de procéder à la création d’une chaire ou à l’élection d’un nouveau collègue. Il suffit de remarquer que le Collège de France crée en moyenne cinq chaires par an, un renouvellement de dix pour cent de son corps professoral, pour souligner l’importance cruciale de ces décisions qui demandent beaucoup de réflexions et de concertations. Au cours de mes années au Collège de France, ces discussions m’ont donné le privilège de côtoyer des collègues aux personnalités exceptionnelles. Des liens d’amitié se sont tissés entre nous, au gré des affinités, des intérêts intellectuels, des convergences des idées et des visions du monde.

7Je conclurai par quelques réflexions sur les projets du Collège de France et les défis qu’il doit relever. Avec nos laboratoires et nos espaces rénovés de l’Institut des civilisations, nous avons l’ambition de donner une impulsion nouvelle à la recherche et à la diffusion des savoirs, dans des lieux riches de culture et d’histoire au centre de Paris. Nous perpétuons ainsi la tradition du Collège de France en l’adaptant aux conditions changeantes de notre environnement, national et international. Tout en gardant notre indépendance académique, nous maintenons des liens forts avec les universités et les regroupements d’établissements qui forment le nouveau tissu universitaire du pays, en particulier avec la fondation Paris Sciences et Lettres. Pour tenir notre rang dans la compétition avec les institutions étrangères les plus prestigieuses, nous encourageons nos chercheurs à solliciter pour leurs projets davantage de financements européens et internationaux. Nous multiplions les échanges de professeurs et de visiteurs avec de nombreuses universités et centres de recherche du monde entier. Préoccupés par l’évolution de la planète face aux défis géopolitiques et climatiques, nous mettons les compétences de nos professeurs en sciences exactes et humaines au service de la réflexion nécessaire pour comprendre les problèmes et leur apporter des solutions.

8Toutes ces activités demandent des moyens accrus, en un temps où le financement de l’état recule. Le Collège de France n’est pas la seule institution vouée à la recherche et à la culture à souffrir de la conjoncture économique. En France, en Europe et dans le monde, la loi du marché domine, qui tend à réduire inexorablement les investissements non immédiatement rentables. Des activités pourtant essentielles à l’épanouissement de l’humanité, celles qui cherchent à satisfaire sa curiosité scientifique ou son aspiration esthétique, sont de moins en moins publiquement financées en tant que telles mais doivent se justifier par leur utilité potentielle. Cette exigence est contradictoire avec la nature même de la recherche fondamentale, dont les résultats, par essence non programmables, ne conduisent à des applications que bien des années après les découvertes initiales. Confronté à cette situation, le Collège de France doit de façon impérative diversifier ses sources de financement et faire de plus en plus appel à ceux qui dans la société civile, modestes donateurs ou grands mécènes, partagent ses valeurs et ont les moyens de contribuer à l’épanouissement de la recherche scientifique et de la culture. La Fondation du Collège de France vient de lancer une grande campagne de levée de fonds, en cherchant à sensibiliser le public aux besoins financiers accrus de notre institution. J’espère que cette campagne aidera le Collège à développer ses projets ambitieux dans les années qui viennent, en passant le cap difficile de la crise économique que nous traversons.

9Je fais enfin le vœu qu’au delà des contingences actuelles qui le conduisent à appliquer une stricte logique budgétaire, l’état reprenne pleinement sa fonction régalienne de défense et de promotion sur le long terme de la science et de la culture. Cela passe par une augmentation substantielle des budgets publics qui leur sont consacrés, basée sur une planification pluriannuelle et sans à coups. C’est important pour le Collège de France, et c’est essentiel pour l’avenir de la recherche française dans son ensemble, pour assurer son attractivité vis-à-vis des jeunes scientifiques ainsi que son rayonnement dans le monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Haroche, « Éditorial », La lettre du Collège de France [En ligne], 40 | août 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/2065

Haut de page

Auteur

Serge Haroche

Physique quantique (2001-2015)
Administrateur du Collège de France (2012-2015)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page