Navigation – Plan du site
Publications

Publications

p. 61-66

Texte intégral

Alain Fischer

Médecine expérimentale

1Éditions Fayard, collection « Leçons inaugurales du Collège de France », Paris, 2014

2Fondée par Claude Bernard au xixe siècle, la médecine expérimentale a orienté de façon décisive la recherche médicale et surtout la biologie moderne. C’est grâce à elle qu’a été mis en relief entre autres le rôle du système immunitaire, c’est-à-dire des moyens de défense développés par l’organisme contre les microbes. Situés au croisement de la génétique, de l’immunologie et de la pédiatrie, les travaux d’Alain Fischer consistent à identifier les bases génétiques et moléculaires de maladies rares, les déficits immunitaires héréditaires (DIH), provoquant une vulnérabilité infectieuse, des maladies auto-inflammatoires, auto-immunes et parfois des cancers.
Alain Fischer est médecin, professeur d’immunologie pédiatrique et chercheur en biologie. Il dirige depuis 2011 l’Institut Imagine de l’hôpital Necker – Enfants malades. Membre de l’Académie des sciences et de l’Académie nationale de médecine, il a reçu le Grand Prix de l’INSERM en 2008. Il est depuis juillet 2013 professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Médecine expérimentale.

Alain de Libéra

Où va la philosophie médiévale ?

3Éditions Fayard, collection « Leçons inaugurales du Collège de France », Paris, 2014

4Où va la philosophie médiévale ? Elle va là où est la philosophie. Elle est là où va la philosophie. Elle est devenue médiévale, passé le Moyen Âge ; elle était seulement philosophie quand le Moyen Âge était encore saeculum modernorum, « siècle des Modernes », pour ceux qui y vivaient. Aujourd’hui, elle va là où doit aller celle ou celui qui veut relater, c’est-à-dire mettre en relation, son histoire. L’archéologie du sujet nous entraînera, en tout cas, dans l’espace comme dans le temps, du concile de Chalcédoine à la philosophie écossaise du xviiie siècle, à la philosophie autrichienne du xixe et pour finir, à la « déconstruction de la déconstruction » du troisième millénaire, un projet averroïste pour le post-postmodernisme.
Alain de Libera est philosophe. Il a enseigné à la 5e section (Sciences religieuses) de l’École pratique des hautes études et à l'Université de Genève. Il est depuis mars 2013 professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Histoire de la philosophie médiévale.

Jean-Marie Tarascon

Chimie du solide et énergie. Exemples et avenir d’une science millénaire

5Éditions Fayard, collection « Leçons inaugurales du Collège de France », Paris, 2014

6Depuis l’Antiquité, l’homme utilise des procédés pour transformer les matériaux de son environnement en fonction de ses besoins. La chimie du solide, qui était initialement une série de recettes, est devenue, après les découvertes scientifiques du xixe siècle, une véritable science de la matière et de ses transformations. Elle permet aujourd’hui d’élaborer des matériaux performants et éco-compatibles pour transporter ou stocker l’énergie. La chimie du solide joue ainsi un rôle majeur dans les réponses que la science devra apporter aux préoccupations nouvelles de l’humanité, notamment aux problématiques environnementales.
Après avoir débuté sa carrière aux États-Unis, à Cornell University, Bell Laboratory et Bellcore, Jean-Marie Tarascon a enseigné à l’université de Picardie-Jules Verne, où il a dirigé la Laboratoire de réactivité et de chimie des solides (LRCS). Invité sur la chaire annuelle de Développement durable – Environnement, énergie et société au Collège de France en 2010-2011, il a été nommé professeur titulaire de la chaire pérenne Chimie du solide et énergie en mars 2013.

Philippe Walter

Sur la palette de l’artiste. La physico-chimie dans la création artistique

7Éditions Fayard, collection « Leçons inaugurales du Collège de France », Paris, 2014

8Que nous apprennent la physique et la chimie sur le sourire de la Joconde ? Des techniques d’analyse performantes, mobiles et non invasives, utilisant des rayons X, des lasers ou la lumière ultraviolette, visible et infrarouge, permettent aujourd’hui de mieux comprendre le rôle des matières et des techniques picturales dans la création artistique. Elles contribuent également à l’expertise et à la restauration des œuvres, notamment pour reconstituer l’éclat des couleurs d’origine. Indissociable d’une démarche pluridisciplinaire, la physico-chimie nous fait remonter le temps et nous livre les secrets d’atelier des artistes, allant jusqu’à reconstituer le geste créateur. Philippe Walter a travaillé au Centre de recherche et de restauration des musées de France avant de fonder, à l’université Pierre et Marie Curie (Paris VI), une unité ixte de recherche avec le CNRS, le Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale (LAMS). Il a été professeur invité sur la chaire annuelle d’Innovation technologique Liliane Bettencourt du Collège de France pour l’année académique 2013-2014.

Serge Haroche (introduction)

Pierre Rosanvallon (direction)

Science et démocratie

Actes du colloque de rentrée du Collège de France 2013

9éditions Odile Jacob, Collection « Colloque annuel du Collège de France », 2014

10Gaz de schiste, OGM, énergie nucléaire, cellules souches, changement climatique, efficacité des médicaments… La science, plus que jamais, suscite la méfiance, voire la défiance, des citoyens. Pour une large part, cela vient d’une incompréhension de ce qu’est la démarche scientifique.
« À l’occasion du colloque de rentrée du Collège de France organisé à l’automne 2013, des scientifiques, des historiens, des juristes et des politiques se sont attachés à analyser et à clarifier les enjeux technologiques et scientifiques, en s’appuyant sur des exemples concrets au coeur des débats les plus actuels : comment aborder dans une société démocratique le problème du renouvellement des énergies et du remplacement des énergies fossiles par des formes d’énergie moins polluantes, ou celui qui lui est lié du réchauffement climatique, ou encore celui des thérapies géniques, en utilisant de la façon la plus rationnelle possible ce que la science nous apprend, pour optimiser la réponse de la société aux défis qui lui sont posés ? ».
Serge Haroche, prix Nobel de physique, est administrateur du Collège de France et titulaire de la chaire de Physique quantique.
Pierre Rosanvallon est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Histoire moderne et contemporaine du politique.

Michel Zink

D’autres langues que la mienne

11Éditions Odile Jacob, collection « Collège de France », Paris, 2014

12Écrire dans une langue qui n’est pas sa langue maternelle : du Moyen Âge à l’époque contemporaine, de nombreux poètes ou romanciers l’ont fait, par choix ou par contrainte. Dans maintes civilisations, la vie intellectuelle et la littérature ont même eu recours avec une sorte d’aisance naturelle à une langue étrangère ou apprise : le grec pour les Romains, le chinois pour les Japonais, le latin pour l’Occident médiéval. Écrire dans une autre langue, c’est s’arracher à soi-même, ou simplement se partager : la langue du poète, la langue du mathématicien ne relèvent-elles pas de la catégorie des langues autres ? Et la langue maternelle peut, elle aussi, se faire « autre » : lorsqu’elle est dévoyée ; ou lorsqu’elle est consciemment choisie et modelée ; ou lorsqu’elle préserve au sein de l’écriture la langue de la tribu, de l’enfance, de la fratrie. Ces questions se posent à tout écrivain si, comme l’écrit Proust : « Les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère. »
Michel Zink, spécialiste de littérature médiévale, est membre de l’Institut et professeur au Collège de France. Avec les contributions de Jean-Paul Allouche, Odile Bombarde, Yves Bonnefoy, Pascale Bourgain, Antoine Compagnon, Sir Michael Edwards, Marc Fumaroli, Claudine Haroche, John E. Jackson, Jacques Le Rider, Jean-Noël Robert, Luciano Rossi, Karlheinz Stierle.

Alain Berthoz

La Vicariance
Le cerveau créateur de mondes

13Éditions Odile Jacob, collection « Sciences », 2014

14Alain Berthoz présente dans ce nouveau livre un concept clé, la « vicariance ». Lorsqu’un de nos sens en remplace un autre qui fait défaut (lorsque nous tâtonnons dans le noir, ou lorsque nous devons, suite à un accident, suppléer un organe défaillant), lorsque nous utilisons plusieurs stratégies pour parvenir à un même but, lorsque nous multiplions nos identités pour naviguer dans le monde virtuel d’Internet ou des jeux vidéo, nous nous en remettons à des processus vicariants mis en place au cours de l’évolution. Cette vicariance, possibilité de remplacer une fonction par une autre ou de déléguer une fonction ou une action à un avatar virtuel, est bien une stratégie essentielle qui permet à notre cerveau d’appréhender le monde extérieur et de nous y adapter en permanence. Car tout acte créatif implique un changement de point de vue offrant une perspective nouvelle sur les choses, un décentrement que seule la vicariance est à même de provoquer. D’où son importance cruciale pour la pédagogie et l’enseignement, le management des entreprises, la psychologie et les sciences humaines et sociales, et la rééducation des troubles pathologiques du système nerveux. Mieux comprendre la vicariance, c’est remettre l’homme au centre de la scène, dans toute sa diversité, et lui restituer sa capacité d’inventer des solutions nouvelles.
Alain Berthoz, neurophysiologiste, est professeur honoraire au Collège de France et membre de l’Académie des sciences. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Le Sens du mouvement, La Décision et La Simplexité, qui ont été de très grands succès.

Jesper Svenbro et John Scheid

La tortue et la lyre
Dans l’atelier du mythe antique

15CNRS éditions, collection « Histoire antique », Paris, 2014

16D’où viennent les mythes ? Comment se fabriquent-ils ? Et comment les comprendre ? Si Lévi-Strauss oppose le mythe à la poésie, et en fait une structure indépendante de la langue, John Scheid et Jesper Svenbro nous montrent au contraire à quel point les mots, les noms et les objets sont au coeur de l’élaboration du mythe. Car le récit mythique ne se fait pas malgré les mots mais à partir et au moyen deux.

17Ce nest pas par hasard que le périmètre d’Alexandrie a été délimité avec de la farine plutôt qu’avec de la craie : il fallait marquer le caractère nourricier d’une ville appelée à devenir prospère et cosmopolite. Et si la lyre a le pouvoir de sortir Eurydice des Enfers, c’est parce que selon le récit de son invention, elle a été conçue à partir d’une carapace de tortue morte. Car en donnant voix à la tortue qui était jusque-là condamnée à demeurer toute sa vie dans sa maison / tombe, et dont le nom, qui doit être dérivé du latin tartaruca, signifie « bête du Tartare », le mythe inverse le cycle vie / mort en un cycle mort / vie.
Ces exemples ne résultent pas dune heureuse coïncidence découverte après coup mais illustrent bien la condition, préalable et parfaitement consciente, de l’élaboration du mythe.
De la fondation de Carthage aux exploits d’Héraklès, en passant par le destin tragique d’oedipe, John Scheid et Jesper Svenbro nous invitent à une assionnante relecture de grands mythes de l’Antiquité.

Philippe Descola

La composition des mondes Entretiens avec Pierre Charbonnier

18Éditions Flammarion, Collection « Documents et éssais », 2014

19Philippe Descola est l’anthropologue français aujourd’hui le plus commenté dans le monde, au point d’apparaître comme le successeur légitime de Claude Lévi-Strauss. Il revient ici sur sa trajectoire, qui l’a mené de l’École normale supérieure au Collège de France ; sur les discussions qui ont animé l’anthropologie des années 1970 et 1980 ; sur son expérience du terrain aux côtés des Indiens Jivaros, et les leçons qu’il en a tirées. Il éclaire ainsi les enjeux de sa pensée : l’héritage du structuralisme, mais surtout la genèse et l’ambition de son maître-livre Par-delà nature et culture. Cette synthèse des façons dont les humains envisagent leurs relations avec les non-humains décrit les quatre grandes « compositions de mondes » (animisme, naturalisme, totémisme, analogisme) qui caractérisent nos façons d’habiter une planète remplie de plantes, d’animaux ou d’esprits. Ces entretiens, qui introduisent à l’une des critiques les plus inventives du modèle occidental, constituent un plaidoyer passionnant pour une manière de coexister avec « un plus grand nombre de non-humains ».
Philippe Descola est né en 1949, titulaire de la chaire d’Anthropologie de la nature au Collège de France, il a entre autres publié : La Nature domestique. Symbolisme et praxis dans l’écologie des Achuar (1986) ; Les Lances du crépuscule (1993) ; Par-delà nature et culture (2005) ; La Fabrique des images (2010).
Pierre Charbonnier est né en 1983, ancien élève de l’ENS de Lyon, il est philosophe et spécialiste des questions liées à l’environnement.

Antoine Compagnon

Baudelaire l’irréductible

20Éditions Flammarion, collection « Littérature & éssais littéraires », 2014

21Contrairement à l’idée reçue qui fait de lui le précurseur des avant-gardes du xxe siècle, Baudelaire fut à la fois moderne et antimoderne. On l’éprouve ici devant certaines nouveautés qui l’obsédèrent : la presse, la photographie, la ville et l’art. C’étaient diverses facettes d’une même « chose moderne », fuyante et contradictoire, à laquelle il donna le nom de modernité. Le poète allie devant elles l’horreur et l’extase : les journaux à grand tirage le dégoûtent, mais il assiège ces « canailles » de directeurs pour qu’ils le publient ; il attaque la photographie, mais il pose pour des clichés de légende. Cette ambivalence constitue la toile de fond du Spleen de Paris, sommet des contradictions du dernier Baudelaire, véritable objecteur de la conscience moderne. Un Baudelaire insoupçonné autant qu’irréductible.

Antoine Compagnon

1966, annus mirabilis

22Éditions Gallimard, collection « Blanche », 2012

23L’année 66 a-t-elle plus à nous dire que les multiples histoires des sciences humaines de la Libération à la fin des années 70 ? Entrer dans le complexité d’un moment particulier, dont le découpage obéit certes à l’arbitraire de toute chronologie, mais qui vit paraître coup sur coup Critique et vérité de Barthes, Figures de Gérard Genette, Les Mots et les Choses de Foucault, Problèmes de linguistique générale de Benveniste, ou les Écrits de Lacan, et qui vit sortir sur les écrans Masculin féminin de Godard, La Guerre est finie de Resnais, La Religieuse de Rivette, ou encore Au hasard Balthazar de Bresson : tel était l’objet du cours d’Antoine Compagnon au Collège de France durant l’année 2010-2011. Fabula-LTH et Acta Fabula s’associent pour publier les actes du séminaire lié à ce cours « 1966, annus mirabilis » (LHT, n° 11) et pour relire aujourd’hui quelques-unes des plus importantes publications ou des sorties les plus marquantes de cette année analytique (Dossier critique, n° 31). On y verra que la révolution théorique alors à l’œuvre y a sans cesse croisé de profondes mutations sociologiques : 66 fut notamment l’année où entra en vigueur la réforme des régimes matrimoniaux qui rendait effective la capacité juridique de la femme mariée (égale avec son mari dans la gestion des biens) – les femmes et la jeunesse, auscultées par Godard, étaient bien les agents de la modernisation alors en cours.

Antoine Compagnon

Lire et relire Proust

24éditions Cécile Defaut, publié avec le soutien du Collège de France, 2014

25Le cours et le séminaire que j’ai donnés au Collège de France en 2013 souhaitaient célébrer le centenaire de la publication de Du côté de chez Swann d’une manière quelque peu différente, ou décalée, en revenant, d’une part, au texte et à la façon dont il a pu être reçu au moment même de sa publication et, d’autre part, en demandant à des lecteurs non spécialistes de Proust, mais passionnés par son œuvre, et venus d’horizons très divers, de parler de leur lecture d’À la Recherche du temps perdu. Il s’agissait d’évoquer quelques-unes des manières dont ce livre a pu accompagner des vies de lecteurs, en mesurant sa contribution à des trajectoires personnelles et professionnelles très variées et de voir comment des pages, des personnages ou des thèmes ont touché autant d’individualités. Au croisement de chacune des lectures rassemblées dans ce volume, se dessine une Recherche du temps perdu aux contours labiles où la musique, la politique, l’art, la vie de famille, ou bien encore l’amitié, voisinent tout autant qu’ils illustrent la richesse et la profusion d’une œuvre incessamment lue et commentée.

Carlo Ossola

Érasme et l’Europe

26Éditions du Félin, collection « Le Félin Poche », Paris, 2014

27Érasme avait déjà été surnommé le précepteur de l’Europe, dans ce livre on pourrait dire qu’il est l’Europe elle-même. Carlo Ossola y analyse le défenseur de la tolérance et de la liberté de conscience, l’auteur d’une satirem ordante des mœurs de l’époque, le traducteur du Nouveau Testament, l’érudit incontournable qui a donné à l’Europe entière un souffle pour repenser et le Christianisme et les Lettres.
On sait à quel point ses amis et ses disciples ont été persécutés pour avoir répandu ses idées à travers tout l’Occident mais on sait aussi que de cette conscience critique va naître le monde moderne. À travers les époques, Carlo Ossola nous conduit jusqu’au xxe siècle, aux témoignages inoubliables de Johan Huizinga, Stefan Zweig et Marcel Bataillon.

Nathan Wachtel

Des archives aux terrains
Essais d’anthropologie historique

28Éditions Seuil / Gallimard / EHESS, Collection « Hautes Études », 2014

29Depuis quarante ans, la confrontation avec l’anthropologie a été l’occasion d’un profond renouvellement des interrogations et des expérimentations historiennes. Dans le domaine qui s’est ouvert alors, Nathan Wachtel occupe une place centrale.
Il y a construit une œuvre majeure. Croisant le travail de terrain et l’enquête archivistique, il a renouvelé le vieux rêve d’une histoire totale. Deux grandes trilogies, consacrées l’une aux études andines l’autre aux études marranes, ont illustré ce parcours pionnier. Des Indiens des hautes terres boliviennes aux proscrits essaimés à travers le Nouveau Monde et qui s’obstinaient à judaïser en secret, il n’a cessé de s’interroger sur l’articulation entre identités et mémoires collectives, de chercher à rendre compte d’un passé dont il retrouvait les traces dispersées et persistantes dans le présent.

30L’auteur réunit dans ce volume les textes de réflexion qui ont accompagné son itinéraire singulier.
Professeur au Collège de France où il a occupé la chaire d’Histoire et anthropologie des sociétés méso- et sud-américaines de 1992
à 2005, Nathan Wachtel est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Parmi ses ouvrages, La Vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole (1530-1570), Gallimard, 1971 ; Le Retour des ancêtres. Les Indiens Urus de Bolivie, xxe-xvie siècle. Essai d’histoire régressive, Gallimard, 1990 ; Labyrinthes marranes, Seuil, 2001.

Jacques Thuillier, sous la direction de Serge Lemoine

Une vie pour l’histoire de l’art

Les écrits de Jacques Thuillier, tome I

31Éditions Faton, 2014

32La collection « Les écrits de Jacques Thuillier » se propose de rendre accessible l’essentiel de l’œuvre de ce grand historien de l’art et réunit des textes célèbres, inédits, dispersés ou devenus introuvables. Ce volume contient, avec sa biographie et sa bibliographie, des textes portant sur les principaux sujets de réflexion de Jacques Thuillier, concernant l’histoire de l’art et son milieu, la vie des œuvres, l’histoire des musées, le patrimoine et évoquant quelques hautes personnalités comme celle d’André Chastel. Des écrits fondateurs comme sa Leçon inaugurale au Collège de France, en passant par des articles méconnus sur l’informatique, jusqu’à ses dessins restés secrets, la figure sensible et engagée de Jacques Thuillier se dévoile, consciente de la mortalité des œuvres d’art et de la responsabilité de l’historien à leur égard.

Jacques Thuillier, sous la direction de Serge Lemoine

La peinture française au xviie siècle

Les écrits de Jacques Thuillier, tome II

33Éditions Faton, 2014

34La collection « Les écrits de Jacques Thuillier » se propose de rendre accessible l’essentiel de l’œuvre de ce grand historien de l’art et réunit des textes célèbres, inédits, dispersés ou devenus introuvables. Ce volume reprend la partie écrite par Jacques Thuillier dans La peinture française, ouvrage réalisé en collaboration avec Albert Châtelet paru aux Éditions Skira en 1963. Il s’agit des chapitres qui concernent le xviie siècle, accompagnés de plusieurs études sur le même sujet. Jacques Thuillier y scrute les carrières, examine les œuvres, en retrouve au passage qui avaient été oubliées ou perdues, tient compte de celles qui ont disparu, se réfère à la gravure, fait surgir de nouveaux noms, n’oublie pas le milieu et s’appuie sur la littérature d’art de l’époque. L’ensemble, texte et images associés, s’impose par sa profondeur et sa simplicité, ses découvertes et sa révision des valeurs, son ampleur et sa précision.œuvres d’art et de la responsabilité de l’historien à leur égard.

Michael Edwards

Le Génie de la poésie anglaise

35éditions Les Belles Lettres, collection « Essais », 2014

36Non une histoire de la poésie anglaise (de tels projets existent déjà), mais un effort pour saisir ce qui fait sa spécificité, son « anglicité », ce qui, malgré les différences d’époques et de tempéraments, réunit des auteurs comme Chaucer, Shakespeare, Milton, Keats, Tennison : poésie d’un peuple dont le réalisme et l’empirisme n’excluent pas l’élan vers le sublime et qui jusque dans l’épopée admet le quotidien voire le trivial ; fortement conditionnée par une langue panachée, qui associe, depuis Leland et Chaucer, le fonds anglo-saxon, proche du commun et du familier, riche en accents et en monosyllabes, et le fonds franco-latin, avec ses polysyllabes et sa faculté à produire de l’abstrait, et ainsi baignant dans le réel tout en visant au delà, étrangère à la mimèsis qui gouverne la poétique française pour inventer l’anaktisis, qui est moins imitation que recréation, regénération.
œuvre d’un savant mais d’abord d’un poète et d’un poète en langue française, cette méditation, illuminée par la citation de mille textes merveilleusement commentés, dépasse largement l’étude de la poésie anglaise, elle revient, en lui donnant le cadre le plus large, sur les réflexions qu’inspirait à Claudel dans un court essai étincelant le parallèle de Shakespeare et de Racine ; et enfin, bien au-delà et à chaque instant (voir les pages consacrées à l’allitération ou aux traductions, ou cette définition de la prosodie : la parole qui chante), invite le lecteur à réfléchir sur l’être même de la poésie.

Jean-Marie Durand, Thomas Römer, Michaël Bürki

Comment devient-on prophète ?

Actes du colloque organisé par le Collège de France,

Paris, les 4 et 5 avril 2011

37Éditions Vandehoeck & Rupprecht, collection « Orbis Biblicus et Orientalis », 2014

38Pour la troisième année consécutive, les chaires d’Assyriologie et des Milieux bibliques du Collège de France se sont réunies afin de porter un regard pluridisciplinaire sur la question du prophétisme. Les tablettes de Mari constituent le corpus d’écrits prophétiques sémitique le plus ancien, qui nous soit parvenu sans intermédiaire. Elles nous offrent ainsi un accès direct à ce qu’étaient le prophétisme et la divination durant le second millénaire avant notre ère. L’équipe des épigraphistes de Mari documente par l’édition de nouveaux textes l’éventail des différentes figures prophétiques. Ils montrent notamment qu’un prophète peut être un personnage anonyme intermédiaire d’une parole divine soudaine et ponctuelle, et que la prophétie qui survient le plus souvent par l’intermédiaire de rêves peut être parfois difficile à divulguer.
Par contraste, la nature de la prophétie biblique apparaît de façon bien différente. Les prophètes de l’Israël ancien ont pu former des écoles aux alentours du premier millénaire. Mais les paroles des premiers prophètes ont été mises par écrit et transmises de génération en génération avec l’idée qu’elles véhiculent un message intemporel, continuellement adaptable aux différents contextes socio-politiques. Au fur et à mesure des copies, les textes se sont enrichis de nouvelles interprétations, de nouveaux oracles qui constituent aujourd’hui un énorme puzzle dont la reconstruction pose de nombreux problèmes d’ordre méthodologique. Les prophètes bibliques peuvent à la fois être compris comme des figures anciennes du prophétisme hébreu, et comme des figures tutélaires de constructions littéraires beaucoup plus tardives qui nous mènent jusqu’aux textes de Qumran et à Flavius Josèphe. Aux dossiers mésopotamien et biblique s’ajoutent des éclairages sur le prophétisme à partir de la tradition grecque ainsi que du monde islamique.
Les différentes contributions contenues dans ce volume cherchent à mettre en lumière les différents aspects de la prophétie et à définir le contexte socio-historique des phénomènes prophétiques ainsi que des textes qui les rapportent.
Jean-Marie Durand est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Assyriologie, et à l’École pratique des hautes études, Paris. Il a dirigé l’équipe UMR 7192 (CNRS / Collège de France) jusqu’en 2011. Thomas Römer est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire des Milieux bibliques, et à l’université de Lausanne. Il est directeur de l’équipe UMR 7192 (CNRS / Collège de France) depuis 2012. Micaël Bürki est ATER de la chaire des Milieux bibliques au Collège de France, doctorant de l’université de Lausanne.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-2.png
Fichier image/png, 137k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-3.png
Fichier image/png, 185k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-4.png
Fichier image/png, 63k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-5.png
Fichier image/png, 5,0M
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-6.png
Fichier image/png, 351k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-7.png
Fichier image/png, 4,9M
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-8.png
Fichier image/png, 4,7M
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-9.png
Fichier image/png, 4,5M
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-10.png
Fichier image/png, 4,1M
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-11.png
Fichier image/png, 3,2M
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-12.png
Fichier image/png, 3,3M
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-13.png
Fichier image/png, 4,7M
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-14.png
Fichier image/png, 10M
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-15.png
Fichier image/png, 9,9M
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-16.png
Fichier image/png, 3,0M
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1991/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Publications », La lettre du Collège de France [En ligne], 39 | mars 2015, mis en ligne le 01 août 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1991

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page