Navigation – Plan du site
Hommages

Hommage à Jean-Marie Gasc

Pierre Corvol
p. 60

Texte intégral

1Jean-Marie Gasc, sous-directeur au Collège de France, nous a quittés en fin d’année 2014 à l’âge de 71 ans après avoir effectué toute sa carrière de chercheur au Collège de France. Il a effectué sa thèse de science chez Etienne Wolff, titulaire de la chaire d’embryologie expérimentale (1955-1974) à Nogent sur Marne, à l’Institut d’embryologie du CNRS et du Collège de France.

2Ses premiers travaux ont été consacrés à l’effet des hormones stéroïdiennes sur le développement et la différentiation sexuelle de l’axe uro-génital de l’embryon de poulet, un modèle expérimental qu’il développera ultérieurement pour décrire l’ontogénèse des peptides vasoactifs et leurs effets au cours du développement.

3Il s’intéressait au mécanisme d’action des hormones sexuelles à une époque où les récepteurs de ces hormones commençaient à peine à être identifiés. Il a développé cette recherche dans le laboratoire d’étienne Baulieu à l’unité Inserm U33 (Métabolisme moléculaire et la physiopathologie des stéroïdes) à l’hôpital Kremlin-Bicêtre où il était détaché jusqu’en 1990. Il a mis au point différentes techniques d’imagerie cellulaire pour détecter la présence des récepteurs des stéroïdes sexuels dans leurs cellules cibles : immunohistochimie et autoradiographie qu’il développe avec Walter Stumpf à Chapel Hill (North Carolina, USA).

4Il rejoignit ensuite en 1990 le laboratoire de la chaire de Médecine Expérimentale du Collège de France alors installée sur le site de la rue d’Ulm. Il a apporté à la chaire et à l’unité Inserm U36 (Pathologie Vasculaire et endocrinologie rénale) sa grande compétence en embryogénèse expérimentale et en imagerie cellulaire au profit des thèmes de recherche du laboratoire sur les hormones et les peptides vasoactifs. Utilisant l’embryon de poulet, il découvrit un rôle inattendu du système rénine dans l’hématopoïèse primitive. Jean-Marie Gasc et son équipe décrivirent aussi l’ontogénèse des différents composants du système rénine angiotensine des rongeurs puis de l’embryon humain. L’expression précoce du système rénine chez le fœtus laissait supposer que ce système pouvait jouer un rôle lors du développement, ce que confirmera la pathologie néonatale observée chez des embryons porteurs d’une mutation inactivatrice de l’un des gènes du système rénine.

5De façon similaire, Jean-Marie Gasc a décrit pour la première fois l’expression des différents gènes du système endothéline chez l’embryon humain à différents stades du développement. Il a montré de façon élégante leur rôle dans le développement des dérivés des cellules de la crête neurale de l’embryon de poulet. Il s’est également intéressé à l’angiogénèse intra et extra-embryonnaire et a montré en utilisant le même modèle l’effet délétère de l’hyperglycémie sur le développement des vaisseaux coronaires et extra-embryonnaires.

6L’imagerie cellulaire, microscopie optique et électronique, l’immunohistochimie et l’hybridation in situ, requièrent une maîtrise technique et une grande rigueur méthodologique. À ces qualités dont faisait preuve Jean-Marie Gasc, s’ajoutait celle d’un chercheur passionné par son métier, toujours prompt à démarrer une expérience pour étayer une hypothèse de travail. Jean-Marie Gasc abordait une expérience scientifique avec un esprit totalement ouvert. L’approche était décidée en fonction d’un raisonnement et d’une hypothèse, mais une fois l’expérience faite, l’analyse qu’il en avait était totalement vierge d’a priori. Il regardait le résultat obtenu, et tentait ensuite de l’expliquer et de l’intégrer aux données existantes. Si le résultat n’était pas celui escompté, il le considérait avec autant d’intérêt, voire même davantage... Son sourire éclairait les résultats, attendus ou inattendus. Il est inoubliable car il exprimait le bonheur que donne le soin donné à la réalisation de l’expérience et encourageait à la persévérance ceux et celles avec qui il collaborait. Il a marqué ses étudiants par son honnêteté intellectuelle, sa rigueur et sa persévérance, sa générosité, son intransigeance aussi. Il leur faisait part de son bonheur dans le travail – il avait l’habitude de dire que l’on avait de la chance d’être payé pour s’amuser – et lorsqu’ils étaient découragés car confrontés à un résultat négatif, il leur faisait remarquer non sans humour que son métier s’appelle « la recherche » et non pas « la trouve ».

7Jean-Marie Gasc s’intéressait à mille choses et témoignait d’une grande culture, littéraire, musicale, cinématographique. Il aimait débattre de beaucoup de sujets différents, les discuter le soir au laboratoire ou le samedi matin. Il avait un humour légèrement pince sans rire et bien que d’un naturel très réservé, on voyait ses yeux rire derrière ses lunettes !

8Il a apporté au Collège de France et à toute mon équipe bien plus qu’une compétence remarquable de biologiste cellulaire et du développement : le témoignage d’une vie pleine et heureuse d’un vrai chercheur.

9Pr Pierre Corvol

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Corvol, « Hommage à Jean-Marie Gasc », La lettre du Collège de France [En ligne], 39 | mars 2015, mis en ligne le 01 août 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1988

Haut de page

Auteur

Pierre Corvol

Professeur émérite de la chaire de Médecine expérimentale de 1989 à 2012 et administrateur du Collège de France de 2006 à 2012

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page