Navigation – Plan du site
Instituts des Civilisations

Les copies d’examen de la dynastie des Qing

Un fonds de l’Institut des hautes études chinoises
Delphine Spicq
p. 48-49

Texte intégral

1La Bibliothèque de l’Institut des hautes études chinoises du Collège de France possède trente-trois copies originales de l’examen du Palais (dianshi 殿試) datant de la dynastie des Qing (1644-1911).

2L’examen du Palais avait été instauré sous la dynastie des Song (960-1279) par l’empereur Taizu 太祖 (r. 960-976). Cette nouvelle épreuve suivait l’examen métropolitain, organisé par le gouvernement, et avait pour but de lier plus étroitement les futurs fonctionnaires de l’empire à la personne même de l’empereur. En effet, sous la dynastie précédente des Tang (618-907), les lauréats de l’examen métropolitain (l’examen le plus difficile, venant après les sélections faites dans les préfectures) conservaient souvent des liens forts avec leurs examinateurs. Cela entraînait la constitution de factions que les empereurs avaient du mal à contrôler. Ce nouvel examen rendait ainsi les futurs fonctionnaires directement redevables de leur titre à l’empereur, ce qui était censé leur inspirer une plus grande loyauté à son égard et vis-à-vis de la dynastie. Le stratagème semble avoir plutôt bien fonctionné, même si le style plus autocratique des empereurs à partir des Song y a également contribué.

3Sous les Ming (1368-1644) et les Qing, l’examen métropolitain suivi de l’examen du Palais avaient normalement lieu tous les trois ans, avec la possibilité d’organiser des sessions supplémentaires. Sous la dynastie des Qing ils ont été organisés à partir de 1652 et jusqu’en 1904.

4L’examen du Palais avait lieu le 21e jour du 4e mois lunaire dans le pavillon Baohe (Baohe dian 保和殿) de la cité interdite à Pékin. Les candidats devaient rédiger une dissertation répondant à quatre questions posées par l’empereur, portant sur des sujets d’actualité ou d’administration. À partir de 1781, les copies devaient être remises dès la tombée de la nuit. Chaque copie était lue par huit examinateurs (ce nombre a parfois varié) qui lui attribuaient chacun une note. Ces examinateurs étaient tous de hauts fonctionnaires. Il y avait cinq notes possibles : un rond vide signifiait 100 %, soit une copie excellente ; un rond plein signifiait 80 %, soit une très bonne copie ; un triangle, 60 %, soit une bonne copie ; une ligne, 40 %, soit une copie moyenne ; et enfin une croix signifiait 20 %, soit une copie médiocre. Chaque examinateur inscrivait son nom au dessus de la note qu’il attribuait à la copie. Les notes étaient ensuite additionnées pour chaque copie. Le processus de correction durait trois jours pendant lesquels les examinateurs, pour éviter tout risque de corruption, dormaient au palais. Ils devaient choisir, parmi plusieurs centaines, les dix meilleures copies qui seraient ensuite soumises à l’empereur. La sélection des copies était l’occasion d’intenses disputes entre les examinateurs : aussi fut-il décidé, à la fin des Qing, que seules les copies ayant été notées 100 % par tous les examinateurs seraient incluses dans le top ten. À l’aube du 24e jour du 4e mois les dix meilleures copies étaient remises à l’empereur, qui les lisait et les classait en suivant ou non l’ordre proposé par les examinateurs. Tous les candidats reçus recevaient le titre de docteur (jinshi 進士).

  • 1 Les membres de l’académie Hanlin compilaient et éditaient des ouvrages, ou rédigeaient des décrets.

5Les lauréats étaient classés en trois rangs ou groupes. Le premier rang (yi jia 一甲) comprenait les trois premiers reçus (appelés respectivement zhuangyuan 狀元, bangyan 榜眼 et tanhua 探花), qui recevaient le titre de jinshi jidi 進士及第 et entraient directement à l’académie Hanlin1. Les candidats reçus dans le second rang (er jia 二甲) recevaient le titre de jinshi chushen 進士出身 et obtenaient un poste de fonctionnaire à la capitale ou dans les provinces. Enfin, ceux reçus dans le 3e rang (san jia 三甲) recevaient le titre de tong jinshi chushen 同進士出身 et obtenaient un poste en fonction des places disponibles (ils devaient parfois attendre plusieurs années). À partir du règne de l’empereur Yongzheng 雍正 (r. 1722-1735), un examen supplémentaire, l’« examen de la Cour » (chaokao 朝考), organisé à l’académie Hanlin, s’ajouta à l’examen du Palais, au terme duquel les lauréats étaient répartis en plusieurs classes conduisant chacune à différents types d’affectation.

6Les résultats de l’examen du Palais étaient annoncés le 25e jour du 4e mois lors d’une cérémonie dénommée « l’appel des noms » (chang ming 唱名), tenue à l’intérieur de la cité interdite dans le pavillon Taihe (Taihe dian 太和殿), en présence de l’empereur, des lauréats et de tous les hauts fonctionnaires de la capitale. Le jour suivant, un banquet était donné en l’honneur des lauréats et pour remercier les examinateurs. Trois jours plus tard, le 28e jour du 4e mois, les nouveaux diplômés se rendaient en rang à la porte de l’Harmonie parfaite (Zhonghemen 中和門) et faisaient allégeance à l’empereur en se prosternant en direction de la résidence impériale et en remerciant le souverain pour le diplôme et pour le banquet. L’empereur faisait ensuite remettre à chacun des vêtements officiels, de l’argent et d’autres présents. Le 1er jour du 5e mois, l’ensemble des nouveaux diplômés se rendait au temple de Confucius, situé dans l’université impériale, pour présenter leurs respects aux anciens sages. Puis, le ministère des Rites demandait à l’empereur qu’une stèle commémorant l’événement et comportant le nom de tous les candidats reçus soit gravée et érigée devant l’université. Par ailleurs, les nouveaux diplômés étaient autorisés à ériger devant chez eux des portiques d’honneur (fang 坊) que l’on fixait au-dessus de la porte menant à leur demeure. Très souvent les autorités ou les élites locales, par fierté, finançaient la dépense. Enfin, le bureau des rites publiait un registre comportant la question de l’Empereur, le texte des dissertations des trois premiers reçus et enfin les noms et les lieux d’origine de tous les candidats reçus à l’examen. Ce registre était diffusé dans tout l’empire. Certains candidats publiaient leur copie à leurs propres frais et la distribuaient à leurs proches et connaissances.

Les copies originales étaient archivées au Grand Secrétariat. Quand elles furent transférées en 1909 au nouveau ministère de l’Éducation, on constata que les copies de diverses personnalités connues manquaient à l’appel. Ce sont ces copies manquantes que l’on retrouve aujourd’hui à l’IHEC et dans d’autres collections, sans que l’on sache exactement comment elles y sont arrivées. La numérisation des archives du Collège de France reçoit le soutien de la Fondation de l’Orangerie et de ses généreux donateurs.

Haut de page

Notes

1 Les membres de l’académie Hanlin compilaient et éditaient des ouvrages, ou rédigeaient des décrets.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1975/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Spicq, « Les copies d’examen de la dynastie des Qing », La lettre du Collège de France [En ligne], 39 | mars 2015, mis en ligne le 01 août 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1975

Haut de page

Auteur

Delphine Spicq

Maître de conférences à l’Institut des hautes études chinoises

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page