Navigation – Plan du site
Instituts des Civilisations

L’Institut des civilisations du Collège de France

Entretien avec Thomas Römer
Sarah Lacoste
p. 46-47
Traduction(s) :
The Collège de France Institute of Civilizations

Entrées d’index

Mots-clés :

Thomas Römer
Haut de page

Texte intégral

1Le site Cardinal-Lemoine entre dans une importante phase de réaménagement intérieur et extérieur. Les travaux, qui devraient commencer à l’été 2016, s’achèveront en 2018-2019 : c’est l’ensemble du site qui deviendra alors l’Institut des civilisations du Collège de France.

Pouvez-vous nous présenter l’organisation de cette nouvelle structure ?

Il y avait jusqu’à présent, sur le site de Cardinal Lemoine, un certain nombre de chaires qui s’étaient installées un peu au gré des événements, et qui se trouvaient regrouper des intérêts de recherche et notamment des bibliothèques très spécialisées, qui souvent n’avaient pas d’équivalents en France ni même dans le reste du monde. De là est venue l’idée de créer un Institut des civilisations, afin de leur donner plus de visibilité. L’Institut a donc une réalité concrète : c’est un site qui appartient au Collège de France et qui regroupe des professeurs, des chercheurs et des bibliothèques suivant une certaine logique.

L’Institut est ainsi constitué de quatre pôles, qui en donnent les orientations majeures :

Le pôle de l’Anthropologie, institué autour de la chaire du Pr Descola, qui s’attache à la base même de toutes ces civilisations : l’homme. De manière tout à fait logique, ce pôle vient en premier. Il accueille la très grande bibliothèque d’anthropologie que nous avons héritée de Claude Lévi-Strauss (chaire d’Anthropologie sociale, 1959-1982).

Le pôle de la Méditerranée ancienne, englobant tout le bassin de la Méditerranée, et qui correspond à notre culture occidentale. Il héberge l’importante Bibliothèque byzantine, déjà sur place, et la Bibliothèque des études turques, autour de deux chaires qui viennent d'être créées : la Byzance antique et les origines de l’Islam. Ce pôle se complètera, soit de manière concrète soit simplement par une collaboration, des chaires qui s’intéressent aux civilisations hellénistique et romaine : pour le moment celle du Pr Scheid (Religions, institutions et société de la Rome antique), et auparavant celle du Pr Knoepfler (Épigraphie et histoire des cités grecques, 2003-2014).

Le pôle du Proche-Orient ancien. Il accueille les bibliothèques d’Assyriologie et des études ouest sémitiques, qui étaient jusqu’à présent regroupées dans l’Institut du Proche-Orient (cette dernière dénomination sera sans doute modifiée par souci de clarté). Il faut y ajouter bien sûr l’Égypte et son importante bibliothèque pour avoir l’ensemble du Proche-Orient. Il comporte donc pour l’instant trois chaires : celle du Pr Grimal (Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire), celle du Pr Charpin (Civilisation mésopotamienne), et ma propre chaire des Milieux bibliques.

Le pôle de l’Extrême-Orient ancien, qui regroupe des fonds documentaires s'étendant de l’Iran et de l'Irak, jusqu’au Japon. Il regroupe la chaire du Pr Cheng (Histoire intellectuelle de la Chine) qui s’occupe de la philosophie confucéenne, celle du Pr Robert (Philologie de la civilisation japonaise) sur le Japon et les traditions bouddhistes, et celle du Pr Grenet (Histoire et cultures de l’Asie centrale préislamique) qui fait le lien entre le Proche Orient et l’Orient extrême.

Bien entendu, il y manque encore les continents africain et américain, bien que ceux-ci figurent déjà dans les recherches du pôle Anthropologie. Cet Institut regroupe déjà un nombre considérable de personnes qui donnent différents éclairages sur ces diverses civilisations.

Quelles sont les ambitions de l’Institut des civilisations ?

L’Institut des civilisations a vraiment pour vocation de favoriser les transmissions entre les frontières, cette interdisciplinarité chère au Collège. Ce ne sera pas seulement un regroupement administratif, mais une réalité tout à fait concrète, qui se matérialisera par des activités communes. En plus du regroupement des bibliothèques, l’Institut organisera notamment des colloques interdisciplinaires, mais aussi des projets à plus longue durée (de type ANR) dans lesquels plusieurs professeurs, mais pas forcément tous, s’engageront autour de problématiques communes. L’Institut aura également à cœur de développer des contacts avec les collègues d’autres universités, à Paris, en France et à l’international. Il continuera d’accueillir des équipes, comme c’est déjà le cas, par exemple, pour l’aire géographique de la Corée.

Par ailleurs, l’Institut des civilisations a une mission, celle de penser ensemble deux choses qui jusqu’à présent pouvaient être difficiles à concilier : la permanence des bibliothèques et l’indépendance des chaires, qui peuvent ne pas être renouvelées dans le même intitulé. L’idée est la suivante : au moment où un professeur part à la retraite, les bibliothèques doivent avoir suffisamment de consistance, grâce aux bibliothécaires et aux équipes accueillies, pour permettre une continuité réelle, quelles que soient les nouvelles chaires créées par la suite. Nous voulons ainsi garantir la grande liberté qu’a le Collège de France de réorganiser les perspectives au niveau des chaires, tout en maintenant une excellence pour les bibliothèques, et cela n’est possible que s’il y a un suivi sans interruption.

Comment fonctionneront les bibliothèques de l’Institut ?

Les professeurs concernés sont d’accord sur le fait qu’on ne veut pas faire une seule et grande bibliothèque. Les quatre pôles auront chacun leurs propres bibliothèques, identifiables et très spécialisées, qui permettront aux professeurs et aux équipes de chaires de pouvoir communiquer directement avec la bibliothèque concernée. Les bureaux des chercheurs seront d’ailleurs installés au cœur même des bibliothèques, qui sont l’équivalent, pour les sciences humaines, des laboratoires pour les domaines scientifiques. Bien sûr, il pourra y avoir des regroupements possible,s mais cela reste à définir.

Dans une démarche essentielle de recherche, ces bibliothèques seront gratuites, et ouvertes aux chercheurs, y compris ceux qui ne sont pas directement liés aux chaires mais qui pourront venir d’ailleurs : des doctorants, ou des étudiants en master recommandés par leur directeur.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1972/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Lacoste, « L’Institut des civilisations du Collège de France », La lettre du Collège de France [En ligne], 39 | mars 2015, mis en ligne le 01 août 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1972

Haut de page

Auteur

Sarah Lacoste

Direction des Affaires culturelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page