Navigation – Plan du site
Chaires

Art et chimie

Philippe Walter
p. 38
Traduction(s) :
Art and Chemistry

Texte intégral

La Sainte Famille, Constantin Abraham (1785-1855) d’après Raphaël (dit), Sanzio Raffaello (1483‑1520), porcelaine dure, Sèvres, Cité de la céramique

© RMN-Grand Palais (Sèvres, Cité de la céramique) / Martine Beck-Coppola

1L’enseignement effectué par Philippe Walter dans le cadre de la chaire annuelle d’innovation technologique Liliane Bettencourt a été complété par deux conférences, à la manière de « travaux pratiques » qui permettent de se confronter à un cas réel : les conditions et les enjeux d’une recherche interdisciplinaire combinant chimie analytique, histoire de l’art et archéologie ont ainsi été commentés face à des œuvres.

2Les objets présentés dans le grand amphithéâtre Marguerite de Navarre avaient, quelques semaines auparavant, fait l’objet d’une analyse scientifique détaillée à l’aide des instruments portables d’analyse développés par le laboratoire de Philippe Walter (Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale, UPMC-CNRS). Ces méthodes de caractérisation chimique ont conduit à évoquer la complexité des matériaux employés par les artistes, à préciser leurs pratiques et à se questionner sur la conservation des œuvres.

3La première conférence, « La céramique et la mémoire des couleurs de Raphaël », a mis en lumière une peinture sur plaque de porcelaine des collections nationales de la Cité de la céramique – musée national de la Céramique de Sèvres : la copie de La Sainte Famille de Raphaël effectuée par l’artiste suisse Abraham Constantin en 1818. Par l’intermédiaire d’un dialogue avec Véronique Milande, chef du service de la conservation préventive et de la restauration de la Cité de la céramique, la conférence a permis de mettre en œuvre un croisement des regards et des disciplines. La copie de tableaux sur plaque de porcelaine s’est développée au début du xixe siècle et répondait, à l’époque, à un souci de conservation du patrimoine. On reproduisait ainsi les chefs d’œuvre de l’art européen sur la céramique pour garder la mémoire des couleurs dans une matière considérée alors comme inaltérable. Nombreuses étaient, en effet, les peintures anciennes qui se dégradaient et nécessitaient des traitements de conservation. Raphaël fut l’un des peintres les plus copiés, ce qui amena Stendhal à écrire dans Mémoire d’un touriste (1837) : « Dans deux cent ans, on ne connaîtra les fresques de Raphaël que par Monsieur Constantin. » Cette pratique était particulièrement exigeante car le copiste devait concilier un grand talent artistique et les qualités d’un chimiste afin de retrouver, une fois cuites, des couleurs fidèles à celles du modèle. Le rendu de ces œuvres peintes sur porcelaine est particulièrement saisissant et les couleurs de cette Sainte Famille en sont un magnifique exemple. Leur analyse chimique par spectrométrie de fluorescence des rayons X et diffraction des rayons X permet d’identifier la nature des mélanges d’oxydes métalliques réalisés et de les comparer aux livres de recettes qui sont encore en usage aujourd’hui à la Manufacture.

4« Révéler les savoir-faire de l’orfèvrerie médiévale » a été le thème de la seconde conférence présentée avec Isabelle Bardiès-Fronty, conservateur en chef au musée national du Moyen âge - Thermes et hôtel de Cluny, pour mieux comprendre l’histoire de remarquables parures mérovingiennes conservées dans ce musée ainsi que la richesse des savoirs techniques et la circulation des peuples et des matières au début du Moyen Âge. Les objets étudiés furent mis au jour en 1862 dans une gravière des environs de Valence d’Agen (Tarn-et-Garonne). Il s’agit de deux fibules aquiliformes et d’une plaque-boucle de ceinture, figurant au rang des plus beaux ensembles de l’art wisigothique en Europe. Probablement issus d’une même sépulture du vie siècle, ces objets témoignent du raffinement des artistes. Le thème animalier des deux aigles aux formes stylisées, l’élégance géométrique de la plaque-boucle et les couleurs brillantes des trois objets sont autant de caractéristiques de l’orfèvrerie des Wisigoths, installés dès le ve siècle au sud-ouest de l’Europe, et dont les capitales de royaumes furent successivement Toulouse et Tolède. Les techniques de la dorure et les incrustations de verre et de grenat, mieux comprises grâce aux analyses scientifiques, illustrent les savoir-faire des artisans et nous racontent la circulation, parfois sur de longues distances, des matières employées pour décorer ces objets de parure.

• Philippe Walter a donné ces deux conférences ayant pour sujet des œuvres d’art les 10 et 24 juin 2014.

• Les vidéos de ces conférences sont disponibles sur le site www.college-de-france.fr

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1963/img-1.png
Fichier image/png, 3,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Walter, « Art et chimie », La lettre du Collège de France [En ligne], 39 | mars 2015, mis en ligne le 01 août 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1963

Haut de page

Auteur

Philippe Walter

Directeur de recherche au CNRS, Directeur du Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale à l'université Pierre et Marie Curie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page