Navigation – Plan du site
Chaires

La démocratie en travail

Marieke Louis
p. 34
Traduction(s) :
Democracy in Labour

Texte intégral

1Du 13 au 20 septembre 2014, une trentaine d’intellectuels d’horizons différents se sont réunis au Centre culturel international de Cerisy-LaSalle (Manche) pour débattre, en sa présence, de l’œuvre de Pierre Rosanvallon, professeur au Collège de France depuis 2001 et titulaire de la chaire d’Histoire moderne et contemporaine du politique : une semaine de débats critiques, dans un cadre convivial, marquée par une volonté commune d’interroger et de prolonger l’œuvre de Pierre Rosanvallon, autant que de travailler à partir d’elle.

2Organisé par Sarah Al-Matary (Lyon 2) et Florent Guénard (université de Nantes), ce colloque s’inscrit dans la tradition des décades de Pontigny inaugurées en 1910 et animées par Paul Desjardins, alors surtout centrées sur la littérature. Hébergées à Cerisy depuis 1952, ces rencontres s’ouvrent, à partir des années 1970, aux sciences humaines et sociales dont elles deviennent un véritable creuset théorique. Pierre Rosanvallon, ancien secrétaire confédéral de la CFDT et auteur de L’Âge de l’autogestion (1976) y participe alors en 1979 et en 1981. Trente ans plus tard, son œuvre intellectuelle, devenue incontournable, est elle-même l’objet d’une rencontre qui a réuni, dans la cordialité mais sans complaisance, collègues, disciples et auditeurs curieux.

3Fil rouge des débats, la question démocratique, qui occupe une place centrale dans la pensée de Pierre Rosanvallon, s’est vue déclinée en plusieurs thématiques visant à interroger la conceptualité de son œuvre, tout en la réinscrivant dans le parcours intellectuel et personnel de l’auteur. Les débats sur l’histoire de la modernité démocratique et l’histoire conceptuelle du politique se sont ainsi rapidement orientés vers les enjeux contemporains de la démocratie en France, mais aussi à l’étranger. En revenant de façon systématique sur quelques uns des concepts majeurs autour desquels s’articule l’œuvre de Pierre Rosanvallon (la distinction entre « le » politique et « la » politique, le libéralisme, l’égalité, la « contre-démocratie »), les participants se sont tous interrogés, en partant de leurs domaines de recherche, sur la pertinence d’une réflexion essentiellement construite à partir de l’histoire française du xixe siècle, mais dont les enjeux l’excèdent largement. C’est ainsi qu’il a pu être question de la Révolution française, des corps intermédiaires au xxe siècle, des métamorphoses du principe de responsabilité, de l’État social en France et dans les pays scandinaves, de l’idée d’égalité en Inde, de la contre-démocratie dans le monde arabe aujourd’hui, de la démocratie en Amérique latine ou encore de la réception de l’œuvre de Pierre Ronsanvallon en Chine.

4En même temps qu’une réflexion sur la démocratie, son histoire, sa complexité voire ses apories théoriques et pratiques, c’est un plaidoyer en faveur de la pluridisciplinarité qui s’est dessiné durant ces journées. Pour Florent Guénard, Pierre Rosanvallon « veut produire un récit théorique qui, sans se laisser enfermer dans la pure histoire des idées, permette de ressaisir la singularité des temps et l’originalité des expériences politiques auxquelles cette singularité donne lieu. […] Il entend bien nouer ensemble histoire, philosophie et politique, montrant du même coup ce que celles-ci peuvent avoir d’insuffisant lorsqu’elles sont trop nettement séparées les unes des autres ». Une table ronde organisée à mi-parcours autour du thème « Pierre Rosanvallon : entrepreneur culturel » a été également l’occasion de revenir sur les projets éditoriaux initiés par Pierre Rosanvallon (La République des Idées, La Vie des Idées, Raconter la Vie) et sur son rôle en tant qu’intellectuel pédagogue, résolument engagé dans le débat public.

5La pluralité des disciplines représentées et des angles choisis est significative du dialogue que Pierre Rosanvallon a su construire, en tant qu’historien du politique, avec la philosophie, la sociologie, la science politique, le droit et la littérature, autour d’un objet commun : la démocratie.

• Une série d’entretiens enregistrés dans le cadre des émissions À voix nue et Les nouveaux chemins de la connaissance sont accessibles sur le site « France Culture Plus ».

• La publication des actes du colloque est prévue pour 2015.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1957/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marieke Louis, « La démocratie en travail », La lettre du Collège de France [En ligne], 39 | mars 2015, mis en ligne le 01 août 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1957

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page